La Roche-Blanche (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roche-Blanche.
La Roche-Blanche
Vue sur la ville de La Roche-Blanche avec ses grottes et sa tour médiévale.
Vue sur la ville de La Roche-Blanche avec ses grottes et sa tour médiévale.
Blason de La Roche-Blanche
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Les Martres-de-Veyre
Intercommunalité Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Gérard Vialat
2014-2020
Code postal 63670
Code commune 63302
Démographie
Population
municipale
3 179 hab. (2014)
Densité 274 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 04″ nord, 3° 07′ 38″ est
Altitude Min. 348 m – Max. 744 m
Superficie 11,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
La Roche-Blanche

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
La Roche-Blanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roche-Blanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roche-Blanche
Liens
Site web mairie-larocheblanche.fr

La Roche-Blanche est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Roche-Blanche est située au sud de Clermont-Ferrand.

Elle a fait partie, jusqu'aux élections départementales de 2015, du canton de Veyre-Monton ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée depuis au canton des Martres-de-Veyre[1].

Six communes sont limitrophes de La Roche-Blanche[2] :

Communes limitrophes de La Roche-Blanche
Romagnat Pérignat-lès-Sarliève Cournon-d'Auvergne
Chanonat La Roche-Blanche Orcet
Le Crest

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur 1 160 hectares ; son altitude varie entre 348 et 744 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A75 passe à l'est de la commune ; un échangeur (no 4) permet de la desservir, débouchant sur la route départementale 978, ancien tracé de la route nationale 9.

La desserte locale est assurée par[2] :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise au risque sismique (zone de sismicité modérée)[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gergovie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  novembre 1987 Léon Lepetit    
décembre 1987 mars 2001 Robert Audin    
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Gérard Vialat[6]   2e vice-président de Gergovie Val d'Allier Communauté chargé de l'économie et des finances[7]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Les premiers contacts avec Empfingen (Bade-Wurtemberg) remontent à 1990. Un comité de jumelage a été constitué en 1990 et le Jumelage entre les deux cités a été officialisé en mai 1991 à La Roche-Blanche et en août 1991 à Empfingen. Il y a environ deux à trois échanges annuels (en moyenne) dont un une fois par an avec des collégiens. Les présidents du comité de jumelage ont été : Guy Martigny de 1990 à 1999, Annick Gravoin de 1999 à 2002, Gilles Courtens de 2002 à 2005 et Guy Gravoin de 2005 à 2011, Jean Pierre Denizot depuis 2011.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 179 habitants, en diminution de -0,22 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 417 1 215 1 591 1 609 1 577 1 674 1 669 1 630 1 560
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 543 1 512 1 495 1 430 1 418 1 404 1 432 1 400 1 370
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 150 1 085 1 006 757 724 699 682 608 796
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
1 045 1 403 1 903 2 262 2 664 2 917 3 194 3 190 3 179
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Roche-Blanche dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école maternelle puis à l'école élémentaire publique Jules-Ferry[12]. Ils la poursuivent au collège d'Aubière[13] puis à Clermont-Ferrand[14] :

  • aux lycées Blaise-Pascal ou Jeanne-d'Arc pour les filières générales ;
  • aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D ;
  • au lycée Sidoine-Apollinaire pour la filière STMG.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cervolix, festival aérien (cerfs-volants et voltige aérienne), organisé depuis 1995 sur le plateau de Gergovie. La dernière édition remonte à 2013 (celles de 2014[15] et de 2015[16] ont été annulées faute de moyens financiers suffisants).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Roche-Blanche compte deux édifices inscrits aux monuments historiques[17] :

  • l'oppidum de Gergovie, époque gallo-romaine. Huit parcelles sont inscrites aux monuments historiques le 15 janvier 2013[18].
  • l'église Saint-Jean-Baptiste de Gergovie (XIe et XVIe siècles). Inscrit aux monuments historiques les 24 mai 1996[19]. Dans l'église, la statue de saint Verny est classée au titre objet en 1965[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vercingétorix.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  2. a et b Carte de La Roche-Blanche sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 29 octobre 2016).
  3. Répertoire géographique des communes en ligne sur le site de l'IGN.
  4. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français.
  5. Article D563-8-1 du code de l'environnement sur Légifrance. La Roche-Blanche ne fait pas partie des exceptions.
  6. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 28 septembre 2014).
  7. « Les instances communautaires », Communauté de communes Gergovie Val d'Allier Communauté (consulté le 21 février 2015).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 9 mai 2016).
  13. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 9 mai 2016).
  14. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 9 mai 2016).
  15. « Cervolix déserte le plateau de Gergovie », sur La Montagne, (consulté le 18 juillet 2015).
  16. Alexandre Chatenet, « Cervolix 2015 n'aura pas lieu », sur La Montagne, (consulté le 18 juillet 2015).
  17. Index des édifices de La Roche-Blanche dans la base Mérimée.
  18. « Oppidum de Gergovie », notice no PA63000114, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Eglise Saint-Jean-Baptiste de Gergovie », notice no PA63000006, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « statue : saint Verny », notice no PM63000802, base Palissy, ministère français de la Culture.