Mandailles-Saint-Julien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mandailles et Saint-Julien.

Mandailles-Saint-Julien
Mandailles-Saint-Julien
Vue générale : bourg, château de Cheylus, écoles.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement d'Aurillac
Canton Vic-sur-Cère
Intercommunalité Communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac
Maire
Mandat
Philippe Fabre
2014-2020
Code postal 15590
Code commune 15113
Démographie
Gentilé Mandailles : "Mandaîllards" Saint-Julien-de-Jordane "pèquà Lune" (issu de coutume locale) - Aucun gentilé officiel -
Population
municipale
191 hab. (2015 en diminution de 3,05 % par rapport à 2010)
Densité 5,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 09″ nord, 2° 39′ 25″ est
Altitude Min. 837 m
Max. 1 780 m
Superficie 35,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Mandailles-Saint-Julien

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Mandailles-Saint-Julien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mandailles-Saint-Julien

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mandailles-Saint-Julien

Mandailles-Saint-Julien est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La vallée de Mandailles.
Chaumière ou buron au village de Raymond, peinture de Charles Jaffeux.
La foire de Mandailles par Victor Fonfreide.

La commune occupe le haut de la vallée de la Jordanne au cœur du cirque de Mandailles. Elle est entourée par le puy de Bassierou, Cabrespine, le Piquet, le puy Chavaroche, le puy Mary, le Pourtaou (aussi appelé Brèche de Roland), le puy de Peyre Arse, le puy Bataillouse, le puy Griou, le Grinou, l'Usclade et l'Élancèze.

On y accède par trois routes départementales :

  • la D 17, qui part d'Aurillac, traverse la vallée de la Jordanne pour rejoindre le pas de Peyrol au pied du puy Mary. Cette route est une voie d'accès vers Le Falgoux, Dienne, Cheylade. Pendant la période hivernale elle est fermée à la circulation ;
  • la D 46, de courte distance, qui relie la Croix de Cheules, intersection de cinq destinations, la route des crêtes, Velzic, Saint-Cirgues-de-Jordanne, Marmanhac ;
  • la D 317, trait d'union entre les vallées de la Jordanne et de la Cère, plus particulièrement, Mandailles et Saint-Jacques-des-Blats. Elle passe par le col du Perthus au pied de l'Elancèze. Jusqu'en 1979, ce n'était qu'un chemin vicinal reliant les villages de Larmandie et de Fournol, mais aussi divers pacages et montagnes de la commune. Après l'étude des Ponts-et-chaussées et le financement du conseil général du Cantal, la D 317 fut construite par étapes, rendant les communications beaucoup plus faciles entre les deux vallées.

La commune est composée de deux bourgs principaux, Saint-Julien-de-Jordanne (893 mètres) et Mandailles (924 mètres) ; mais également de plusieurs villages, hameaux et lieux-dits s'échelonnant sur le flanc des montagnes. (Voir Villages et hameaux de la commune)

Suivant la départementale 17, la Jordanne la traverse. La rivière prend sa source sur les hauteurs de la commune, plus précisément au col de Cabre. La Jordanne passe Mandailles et Saint-Julien laissant une trace à son toponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Mandailles-Saint-Julien est relativement récente. Elle a vu le jour le 1er décembre 1972 par arrêté préfectoral, fusion des anciennes communes de Mandailles et de Saint-Julien-de-Jordanne. Ce village de Saint-Julien était lui-même un démembrement récent de la commune voisine, puisque c'est le 5 juillet 1844, que la commune de Saint-Cirgues-de-Jordanne avait perdu la section cadastrale de Saint-Julien qui avait été érigée en commune distincte sous le nom de Saint-Julien-de-Jordanne.

Mais la paroisse de Mandailles est très ancienne puisqu'elle est attestée au XIIe siècle ; son prieuré relevait de l'abbaye d'Aurillac.

Le territoire de la commune est en grande partie constituée d'exploitations agricoles, plus particulièrement l'élevage de bovins et quelques rares productions laitières. Pendant très longtemps, le revenu principal de ces exploitations était la production fromagère ; la fabrication du cantal. Le cirque de Mandailles est tavelé de nombreux burons plus ou moins entretenus témoins de cette aire prospère.

Sur la commune, il y a aussi un domaine forestier important composé de bois de hêtres, de frênes et de quelques chênes, du milieu desquels on voit sortir les rochers les plus gigantesques. Ces bois sont gérés depuis peu de temps (années 60-70) par les Eaux et Forêts. Avant cette période, aucune gestion n'était mise en place, laissant au pillage par la population. Les plus beaux arbres était coupés et utilisés à la construction de divers bâtiments (habitations ou granges) ou comme bois de chauffage[1].

Querelle des inventaires :

Le 30 janvier 1906, à 14 heures, à Mandailles s'est tenu l'inventaire des biens dépendants de la fabrique paroissiale de Mandailles, cela dans le cadre de la loi portant séparation des Églises et de l'État de 1905. Le sous-inspecteur de l'enregistrement et des Domaines d'Aurillac, le nommé Maurice Hybry, était chargé de cette mission étatique comme d'autres fonctionnaires des contributions indirectes ou des Domaines sur l'ensemble du département du Cantal. Il est accueilli par le maire, Joseph Cheylus et le desservant de la paroisse, le curé Baival. Les hommes pénètrent dans l'église aux fins de procéder à l'estimation des biens et bâtiments. Le trio entrait dans le lieu de culte, qu'un groupe d'une quarantaine d'habitants du village se présente au fonctionnaire. En tête de ce cortège, Monsieur Réveilhac, marguillier, se trouvant être le président du conseil de fabrique. Il souhaitait remettre une lettre de protestation au sous-inspecteur du Domaine, ce dernier l'informe que sa protestation est illégale, mais consent la prendre compte tenu de l'instruction formelle du rédacteur. Dans certaines communes du Cantal, plusieurs des fonctionnaires d'État ont dû requérir à la Force publique pour procéder à l'inventaire, voire le préfet dut réquisitionner un détachement du 139e RI d'Aurillac pour forcer les habitants d'une commune à quitter les lieux. À Mandailles, l'ambiance était tendue mais cordiale. Par exemple, le curé ne s'opposait pas à l'inventaire mais faisait acte de présence, restait passif, répondait aux questions du fonctionnaire et refusait de signer le procès-verbal et toutes mentions portées à l'acte. Malgré ce contexte, Monsieur Réveilhac consentait à céder l'église à la commune, à la condition que cette dernière ne puisse en tirer un profit quelconque et il n'y soit pratiqué à l'exclusivité le culte catholique. Celui-ci était très impliqué dans la communauté paroissiale. Lors de la construction de l'Église saint-Laurent en 1900 sur l'ancienne église, il avait cédé une partie du terrain, mais il se résignait, forcé par la Loi.. Nous pouvons imaginer la richesse de la commune de Mandailles à cette époque, car l'inventaire dura plusieurs jours[2]. Plus de cent ans après cet épisode historique, le village de Mandailles rivalise la commune de Mandailles-Saint-Julien par l'intermédiaire de la commission syndicale chargée des biens sectionnaux, particularité auvergnate. La commune ne peut utiliser, céder les biens de la section de Mandailles sans l'aval de la commission. Et quand bien même, la commune ne pourrait en faire profiter le village de Saint-Julien-de-Jordanne.

Pendant la Seconde Guerre mondiale :

La commune se trouvait en zone non occupée par les troupes allemandes, jusqu'en novembre 1942. Gonflés par les réfractaires du STO (service du travail obligatoire), des groupes de maquisards occupaient les montagnes de Mandailles et de Saint-Julien.

Émigration[modifier | modifier le code]

Aux XVIIIe et XIXe siècles, la population émigre vers Paris et vers l'Espagne, se livrant principalement à l'industrie des métaux (chaudronnerie, dinanderie) et à l'hôtellerie, ce qui apportait dans la commune, plus particulièrement à Mandailles, une certaine aisance. Des familles du village de Mandailles, avaient comme habitude d'envoyer leurs fils vers Saint-Étienne pour exercer les professions de poêlier, tôlier ou fumiste. Cette activité leur permettait d'acquérir une certaine aisance financière afin de reprendre l'activité agricole de la famille en entreprenant les constructions de leur habitation et bâtiments agricoles. Les communes de Lascelle et Saint-Cirgues-de-Jordanne sont aussi l'exemple de ces « coutumes ». Par exemple, originaire du village de Mazieux, sur la commune de Lascelle, Guillaume Philip, né en 1815, fils de cultivateur, qui s'est expatrié à Lyon pour exercer la profession de poêlier et revenir au pays pour reprendre et embellir les terres de son père Michel mort en 1834. Le caveau de Guillaume Philip au cimetière de Saint-Cirgues-de-Jordanne est bien la preuve de sa réussite sociale[3].

Lors de promenades dans le bourg et les villages de Mandailles, il est fréquent d'observer de magnifiques bâtisses. Un exemple est donné par l'imposante maison située à l'entrée du village du Mas, que les habitants appellent « le château de Cheylus » (cf. photographie ci-après), du nom de la famille qui en était propriétaire jusqu'à la fin des années 1990, une des familles les plus anciennes de la commune. Les archives de l'état-civil montrent la présence d'ancêtres à l'époque de la Révolution. Aujourd'hui, la fameuse bâtisse est devenue la mairie et "la maison du site du Puy-Mary".

Jean Ajalbert, dans un de ces livres de 1893, raconte sa visite dans la vallée de la Jordanne. D'ailleurs, il dit aller « chez les ferrailleurs »[4].

Noms des habitants[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune n'ont pas vraiment de nom. Tout du moins en français, car en patois, à Mandailles, ce sont les Mandaillaïres et à Saint-Julien Les pèsquos lune, [en français Les pêcheurs de lune]. Ce nom leur vient d'une particularité de leur village: en effet, la Jordanne traverse le bourg et forme sous le pont une petite retenue [en patois une gourgue], et la nuit tombée, la lune se réfléchit dans l'eau, on dit qu'elle est pêchée.

Coutumes[modifier | modifier le code]

Pendant des décennies, transmise de génération en génération, une certaine rivalité existait entre les habitants de Mandailles et de Saint-Julien-de-Jordanne. Cela se passait comme dans une scène de La Guerre des boutons, les plus anciens peuvent en raconter les péripéties. Ainsi, les enfants des deux villages se réunissaient au couvent de Mandailles pour apprendre le catéchisme, et à la sortie, ceux des enfants qui étaient Mandaillaïres raccompagnaient à coups de cailloux Les pèsquos lune jusqu'au pont de la Garnerie, ancienne limite des deux communes. Aujourd'hui, cette animosité est bien éloignée. Cependant, le conseil municipal se garde bien d'oublier ces coutumes, et il a soin de nommer un adjoint au maire dans chaque village et de veiller à une équité dans ses prises de décision.

Pendant très longtemps, les hivers rudes faisaient de la vallée de la Jordanne un cul-de-sac. Isolés plusieurs mois de toute communication, les habitants de la commune prenaient un tempérament méfiant.

D'autres traditions persistent. Ainsi, la commune compte deux églises, une à Mandailles et l'autre à Saint-Julien. Lorsqu'un habitant s'éteint, aussitôt que la nouvelle est connue, le bourdon de sa paroisse est sonné. Ensuite, chaque jour, jusqu'à sa mise en terre et au plus haut des montagnes, les cloches à toute volée se font entendre. Encore après la Seconde Guerre mondiale, si le défunt était chef d'une exploitation agricole, non seulement les hommes faisaient le deuil, mais également aussi tous les animaux du domaine : les vaches de la ferme se voyaient ôter le battant de leurs sonnailles ; et les abeilles enfermées dans leur ruche voilée d'un crêpe noir.

Comme beaucoup de provinces de France, est en usage un patois local, le dialecte carladézien. Malheureusement, cette "langue" n'est plus parlée couramment que par les habitants issus de la génération d'avant-guerre (1940). Au fils du temps, elle a perdu de son usage courant pour être largement comprise par les plus jeunes. Ce dialecte est voué à disparaitre car plus usité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Mandailles en 2012.
Liste des maires successifs depuis la fusion en 1972
Période Identité Étiquette Qualité
1972   Jean-Marie Bonal   Restaurateur
    Robert Loubeyre   Fonctionnaire
    Huguette Mager   Restaurateur
    Claude Delteil   Restaurateur
    Joseph Toire   Enseignant
    Michel Delrieu   Exploitant agricole
    Gérard Fournet   Retraité SNCF
  2008 Jean-Marc Clavairolles   Technicien laitier
2008 2014 Henri Lantuejoul SE Médecin à la retraite
2014 en cours Philippe Fabre UDI Enseignant à la retraite
Conseiller départemental du canton de Vic-sur-Cère Vice Président du Conseil départemental du Cantal

Après la fusion des deux communes, la mairie fut instituée à Mandailles, au sein d’un bâtiment unique avec l’ancienne école. À Saint-Julien est également présente une bâtisse unique regroupant les anciennes mairie et école. Sur les façades, les inscriptions des institutions républicaines rappellent aux souvenirs.
Aujourd’hui les deux cours d'école sont silencieuses. À Saint-Julien les enfants ont rejoint Mandailles en 1987 pour être définitivement transférés à Lascelle vers 2005.

Au Mas, il est permis d'observer l'ancien bureau des postes, une maison à étage, propriété de la commune, supportant en façade une plaque émaillée qui rappelle l'ère des PTT. En même temps que l'instituteur, le receveur a déserté le village. Très longtemps un agent des postes, du bureau distributeur de Lascelles, effectuait l'accueil du bureau, puis au fil du temps c'est devenu une permanence de deux après-midi par semaine. En 2004-2005, Mandailles n'a pas échappé à la restructuration de La Poste. Après cette fermeture, l'unique épicerie du village se charge de gérer l'agence postale.

Après son élection en mars 2001, le conseil municipal de l'époque propose son adhésion à la communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac (CABA) qui fut rapidement acceptée.

Le mode d'élection par « sections » en mars 2008 a été contesté, un pourvoi en Conseil d’État a été rendu le 15 mai 2009, [1] réformant la décision du tribunal administratif de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) du 3 juin 2008 qui confirmait la décision de monsieur le Préfet du Cantal de comptabiliser les voix par sections, la forme n'étant pas respectée.

En 2010, la mairie a été transférée dans le château de Chaylus après une rénovation totale des lieux et abandonnant à son triste destin la bâtisse du XIXe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 191 habitants[Note 1], en diminution de 3,05 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
850701844854824803745710681
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
671657636603566560592635602
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
569561514460455421414386355
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
351284450363276226203194191
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 1874, Mandailles et Saint-Julien comptaient presque 1 100 habitants. Comme l'ensemble du département du Cantal, ces deux communes ont connu une forte émigration. Surtout vers Paris, gonflant le contingent des Auvergnats de Paris, pour une période saisonnière puis définitive ne revenant au pays que pour chercher femmes et époux, mais réexpédiant enfants au sein de la famille nourricière jusqu'à leur adolescence.

Au début du siècle, et jusque après la Seconde Guerre mondiale, toutes les maisons sont habitées. Les écoles regroupaient chacune plus de 50 enfants et un couple d'instituteurs.

La Première Guerre mondiale n'a pas épargné ces deux villages. Les monuments aux morts, supportant leur triste liste, debout au bord de la départementale appellent à son souvenir.

Le « baby boom » d'après guerre redonne un regain à la population, mais cette génération quitte Mandailles et Saint-Julien pour s'installer, en majorité, dans le bassin d'Aurillac.

En 2011, ne demeure plus qu'une génération née des années 1930 à 1940.

Il est déplorable de remarquer la majeure partie des maisons fermées. En période hivernale, où « l'esir » souffle, des hameaux sont désertiques. En effet, un tiers des habitations sont occupées en permanence. Le reste sont des biens de famille, conservés par un héritier, qui n'ouvrent leurs volets qu'aux mois de juillet et août. Aussi, de nombreuses bâtisses sont des maisons secondaires ou gîtes ruraux.

En chiffre : De 1999 à 2010, la commune compte sept ménages en moins, soit une diminutions de 7 % et une baisse de 23 habitants, soit 10 % de moins.

Villages et hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

Les alentours de Mandailles, son bourg avec le Mas, le Bardugué, le Massoubro, Louradou, Larmandie, Fournal, Fournol, Lasteyrie, Liadouze, Benech, Raymond, Revel, Rudez, Lajarrige, Lacoste.

Les alentours de Saint-Julien, son bourg, Laboudie, le Felgeadou, Aubusson, La Garnerie, Tralabre, Anterieux, le Curadit, le Salès, Perruchez, Laveissière, Lesveissière, Lestival, Le Champ, La Reveilladie.

Économie[modifier | modifier le code]

L’activité principale de la commune est agricole, comme le département du Cantal. Ce sont de petites exploitations de montagne de moins de 50 hectares, au cœur de la production allaitante nationale. Si plus de la moitié ont une production allaitante, à peine 15 % produisent du lait, et rares sont les producteurs de fromage de Cantal. À préciser que 10 % de la surface de la commune sont voués à l’estive. En effet, il est dommage de constater des exploitations, autrefois en activité, devenues des montagnes de transhumances en période estivale.

La crise agricole et le terrain accidenté rendent l’activité difficile. La majorité des exploitations subviennent à leur production grâce au différentes aides. En l’occurrence, les Contrats Territoriaux d’Exploitation signés par un tiers, l’aide à l’installation de jeune agriculteur, et surtout les indemnités compensatoires de handicaps naturels.

L’autre activité est liée au tourisme. Le site naturel du cirque de Mandailles et le classement en Grand site du Puy Mary attirent le touriste d’été. Nombreux sont les randonneurs à sillonner les différents parcours balisés. Les quelques chambres des deux hôtels, les campings et gîtes de la commune redonnent regain à la commune. Depuis quelques années, il existe une piste de ski nordique qui se trouve au Grand-Tournant sur les hauteurs de la commune. Cette piste permet de rejoindre la station de Super-Lioran . Malheureusement, l'activité de cette piste est réduite.

En 2006, était mise en place une ligne de transport public par la communauté d'agglomération du bassin d'Aurillac, transportant majoritairement des écoliers. Jusqu'à la fin des années 80-90, existaient les lignes d'autocars MAGNE et PECHAUD. Ces lignes étaient le cordon ombilical avec Aurillac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Déclarations du Maire de 1983 lors d'une audition pendant une émission de radio locale (documents audio des archives départementales du Cantal)
  2. Procès-verbal d'inventaire des biens dépendants de la fabrique paroissiale de Mandailles - Archives départementales du Cantal (47 NUM 113/1).
  3. Archives de l'état civil des communes de Lascelle, Mandailles, Saint-Julien-de-Jordanne, Saint-Cirgues-de-Jordanne et Lyon.
  4. « Veillées d'Auvergne » de Jean AJALBERT réédité chez l'éditeur Jean-Pierre GYSS de l'édition originale de 1926.
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Serge Duigou, Nos ancêtres auvergnats. L'immigration auvergnate en Bretagne, Quimper, Éditions Ressac, Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Le mouvement migratoire qui partit du Cantal vers la Bretagne aux XVIIIe et XIXe siècles - et notamment de Mandailles avec les Benech, Chapsal, Estival, etc.
  • Henri Durif, Guide du voyageur du Cantal, Bibliothèque cantalienne, réédition 1874 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Louis Taurant, Villes & villages du Cantal 1900-1930 : Mémoires d'Hier, Éditions De Borée, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Christian Marchi, Le Cantal autrefois, Éditions Horvath, Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Direction départementale de l'Agriculture et des Forêts du Cantal (DDAF 15) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Direction départementale de l'Équipement du Cantal (DDE 15) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Préfecture du Cantal Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Institut national de la statistique et des études économiques Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Souvenir des plus anciens Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges Ribes, Les Gens de la Vallée, Éditions De Borée,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]