Orcet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orcet
Orcet
Bourg d'Orcet.
Blason de Orcet
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Communauté de communes Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Dominique Guélon
2020-2026
Code postal 63670
Code commune 63262
Démographie
Gentilé Orcetois[1]
Population
municipale
2 702 hab. (2018 en augmentation de 1,96 % par rapport à 2013)
Densité 450 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 16″ nord, 3° 10′ 11″ est
Altitude Min. 349 m
Max. 477 m
Superficie km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Orcet
(ville isolée)
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Martres-de-Veyre
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Orcet
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orcet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orcet
Liens
Site web orcet.com

Orcet est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Orcetois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Orcet est située à une dizaine de kilomètres au sud-est de Clermont-Ferrand[2].

Six communes sont limitrophes[3] :

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Orcet est à 3 km au sud-est de l'échangeur no 4 de l'autoroute A75 et à 3 km au nord-est de l'échangeur no 5 de la même autoroute[2].

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 52 (liaison du carrefour giratoire avec les RD 213 et 978 à l'est de l'agglomération clermontoise), 120 (de La Roche-Blanche au giratoire avec les RD 52 et 979), 757, 978 (ancienne route nationale 9) passant à l'ouest via Petit Orcet et 979[3].

Orcet ne dispose pas de gare à l'intérieur de ses limites communales ; la gare est située sur la commune limitrophe du Cendre mais porte le nom de « gare du Cendre-Orcet ».

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Orcet est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Elle appartient à l'unité urbaine d'Orcet, une unité urbaine monocommunale[7] de 2 702 habitants en 2018, constituant une ville isolée[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (75 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (77,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,4 %), zones agricoles hétérogènes (31,5 %), zones urbanisées (24,4 %), cultures permanentes (2,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[12].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[13].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise au risque sismique, en zone de sismicité modérée[14],[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

La culture cardiale (Néolithique ancien), typique du midi de la France mais présente aussi en Auvergne et dans la région lyonnaise, est attestée sur le site du Tourteix[16],[17].

On trouve sur Orcet des signes d'occupation datés de l'âge du bronze.[réf. nécessaire]

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre des Gaules et du siège de Gergovie Jules César avait installé une partie de son campement à la bordure du village. Quatre bornes délimitent l'emplacement du Grand Camp au lieu-dit La Serre d'Orcet et sur l'avenue de Gergovie. Le Petit Camp était situé sur la commune de la Roche Blanche. Entre les deux, un double fossé avait été creusé sur la ligne de crête. Il a pu être identifié lors des différentes fouilles notamment sur sa partie situé sur le Petit Orcet[18].

Époque Franque[modifier | modifier le code]

La première mention du village d'Orcet (sous le nom d'Ursicide) apparait dans le Testament de Théodechilde, fille de Clovis, fille de Thierry Ier, fils de Clovis qui guerroya un certain nombre de fois en Auvergne lors de la création du monastère de Saint Pierre-le-Vif près de Sens. Il est mentionné alors "une métairie appelée Ursicide avec ses manoirs, les serfs qui y demeurent et les vignes appartenant au domaine, dans leur entier". Ce domaine faisait partie des domaines d'Auvergne appartenant à un certain Basolus, riche gallo-romain battu par Thierry Ier près de Mauriac. On voit donc qu'un domaine gallo-romain préexistait probablement.

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

Il fut fortifié par Guillaume VII dit Le Jeune, comte d'Auvergne, à partir de 1145. Il est la propriété des seigneurs d'Orcet du XIIIe au début du XVIIe siècle lorsqu'il fut racheté par la famille Aragonnès.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Orcet est membre de la communauté de communes Mond'Arverne Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le siégeant à Veyre-Monton, et par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[19]. Jusqu'en 2016, elle faisait partie de la communauté de communes Gergovie Val d'Allier Communauté[20].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Clermont-Ferrand, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[21]. De 1793 à 1835, Orcet faisait partie du canton des Martres-de-Veyre. En 1835, Orcet se scinde avec Le Cendre mais le canton devient celui de Veyre-Monton (jusqu'en 2015).

Sur le plan électoral, elle dépend du canton des Martres-de-Veyre pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[21], et de la quatrième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[22].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal d'Orcet, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[23], pour un mandat de six ans renouvelable[24]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 23[25]. Les vingt-trois conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 50,22 %[26], dont la répartition est la suivante : vingt sièges issus de la liste de Dominique Guélon et trois sièges issus de la liste de Xavier Dubois[26].

Trois sièges sont attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes Mond'Arverne Communauté : ils sont issus de la liste de Dominique Guélon[26].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1817 Jean-Pierre Boussuge    
1817 1823 Guillaume Jallat    
1823 1826 Antoine Peytre    
1826 1831 Hugues Boutarel    
1831 1836 Antoine-Auguste Lepaitre    
1836 1840 Guillaume Jallat    
1840 1846 Hugues Boutarel    
1846 1862 Le Pelletier d'Aunay    
1862 1865 Léonce-Pierre de Rochefort    
1865 1871 Antoine-Sylvain Fournier    
1871 1872 Commission municipale    
1872 1874 Annet-Eugène Rodier    
1874 1882 Antoine-Auguste Lepaitre    
1882 1883 Antoine-Sylvain Fournier    
1883 1891 Michel Bernard    
1891 1892 Annet-Eugène Rodier    
1892 1896 Jacques Mercier    
1896 1900 Michel Bernard-Dodel    
... ... ... ... ...
1959 1971 M. Cellerier[27]    
? ? Paul Bador[Note 3] PS Conseiller général du canton de Veyre-Monton (1979-1985)
1983[28] juin 1995 Bernard Guinot SE Retraité
juin 1995 En cours
(au 28 août 2020)
Dominique Guélon[29],[30] SE Médecin
4e vice-président de Gergovie Val d'Allier Communauté
chargé de l'urbanisme opérationnel (2014-2016)[31]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[33].

En 2018, la commune comptait 2 702 habitants[Note 4], en augmentation de 1,96 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2021 4591 4741 4801 450965962964967
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
961953925928936937914939908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
800733651518603567557566564
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6547901 3492 2102 5222 6812 7142 7202 725
2013 2018 - - - - - - -
2 6502 702-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Orcet dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère les écoles maternelle et élémentaire publiques Paul-Bador[36].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent au collège La Ribeyre, à Cournon-d'Auvergne[37], et les lycéens à Clermont-Ferrand, aux lycées Jeanne-d'Arc ou Blaise-Pascal pour les filières générales, au lycée La-Fayette pour la filière STI2D ou au lycée Sidoine-Apollinaire pour la filière STMG[38].

Économie[modifier | modifier le code]

Orcet est historiquement un village vigneron bien qu'il ne reste plus que deux vignerons sur son territoire. Aujourd'hui, la majorité des Orcétois travaillent dans la ville voisine de Clermont-Ferrand.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les quatre bornes délimitant le camp fortifié de Jules César lors du siège de Gergovie.
  • Son église des XIIe et XIIIe siècles possède deux clochers. L'ancien est de style roman. Le deuxième est étrange pour un village auvergnat car il est d'origine bourguignonne et est fait de tuiles vernissées représentant des épis de blé et des grappes de raisin.
  • La maison natale de Georges Couthon.
  • Le bourg a conservé son organisation médiévale en cercle, due aux anciens remparts dont il subsiste quelques restes.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Il a été maire de la commune pendant 12 ans [1] [réf. nécessaire].
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Orcet (63670) », sur habitants.fr (consulté le ).
  2. a et b « Orcet, carte », sur google.fr/maps.
    Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  3. a et b « Orcet, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de « sélection de couches » en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet « Cartes » en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet « Accéder aux outils cartographiques » (petite clé à molette) sous l'onglet « sélection de couches ».
  4. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune urbaine - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Unité urbaine 2020 d'Orcet », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  13. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  14. Décret no 2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français, sur legifrance.gouv.fr.
  15. « Article D563-8-1 du code de l’environnement », sur légifrance.fr (consulté le ). La commune d’Orcet n’est pas mentionnée dans les exceptions.
  16. [Thévenot et al 2015] Jean-Paul Thévenot, Rémi Martineau, Clément Moreau, Christophe Bontemps, Franck Ducreux, Olivier Lemercier, Michel Prestreau, Jean Duriaud et Jean-Pierre Nicolardot, « Le Néolithique du bassin versant de la Saône (Saône-et-Loire, Côte-d’Or) », Revue archéologique de l'Est, no 39e supplément « La Préhistoire en Bourgogne - État des connaissances et bilan 1994-2005 (Sous la direction de Rémi Martineau, Yves Pautrat et Olivier Lemercier) »,‎ (lire en ligne [sur academia.edu]), p. 194.
  17. « Impasse du Tourteix à Orcet, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
  18. Yann Deberge, Vincent Guichard, Michel Feugère et D. Leguet, « Nouvelles recherches sur les travaux césariens devant Gergovie (1995-1999) / New research on the caesarian works in front of Gergovia », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 39, no 1,‎ , p. 83–111 (DOI 10.3406/racf.2000.2847, lire en ligne, consulté le )
  19. « CC Mond'Arverne Communauté (No SIREN : 200069177) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  20. « CC Gergovie Val d'Allier Communauté (No SIREN : 246300933) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  21. a et b « Commune d'Orcet (63262) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  23. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  24. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  25. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  26. a b et c « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  27. [2]
  28. Déjà maire en 1985, date où l'étang des Pèdes est réalisé [3] [réf. nécessaire].
  29. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 23 juin 2014).
  30. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  31. « Les instances communautaires », Communauté de communes Gergovie Val d'Allier Communauté (consulté le ).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  36. « Puy-de-Dôme (63), Orcet, écoles », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  37. « Sectorisation », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le ). Taper « ORCET » dans le formulaire de saisie.
  38. Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, « Sectoriation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur ac-clermont.fr, Académie de Clermont-Ferrand (consulté le ), p. 10.