Volvic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Volvic (homonymie).
Volvic
La ville de Volvic vue depuis Notre-Dame-de-la-Garde.
La ville de Volvic vue depuis Notre-Dame-de-la-Garde.
Blason de Volvic
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Châtel-Guyon
Intercommunalité Volvic - Sources et Volcans
Maire
Mandat
Mohand Hamoumou
2014-2020
Code postal 63530
Code commune 63470
Démographie
Gentilé Volvicois
Population
municipale
4 425 hab. (2013)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 52′ 16″ Nord 3° 02′ 16″ Est / 45.8711111111, 3.03777777778
Altitude Min. 392 m – Max. 998 m
Superficie 27,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Volvic

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Volvic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Volvic

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Volvic
Liens
Site web www.ville-volvic.fr

Volvic est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Volvicois.

Volvic est internationalement connue pour la production de son eau en bouteille, l'eau de Volvic appartenant au groupe agroalimentaire Danone. Elle est également réputée pour sa pierre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située, à vol d'oiseau, à 10,9 km au nord de l'ancien chef-lieu de région, Clermont-Ferrand[1], et à 6,2 km à l'ouest-sud-ouest de la sous-préfecture du Puy-de-Dôme, Riom[2].

Elle a fait partie du canton de Riom-Ouest jusqu'en mars 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons de 2014, la commune est rattachée au canton de Châtel-Guyon[3] après ces élections.

Volvic, comprend un centre-bourg d'environ 2 630 habitants (chef-lieu blotti contre le puy de la Bannière), trois gros villages (Crouzol, Moulet-Marcenat et Tourtoule, comprenant environ 1 200 personnes), et de nombreux lieux-dits.

Lieux-dits de Volvic : Crouzol (qui signifierait « petit creux[4] »), Égaules, La Plaine, Moulet-Marcenat, Viallard, La Coussedière, Tourtoule, Le Lac, Tournoël, Les Ratiers, Le Vivet, Vinzelles, Luzet, La Gare, Le Cratère.

Ses communes avoisinantes sont[5] :

Communes limitrophes de Volvic
Charbonnières-les-Varennes Enval
Volvic Malauzat
Chanat-la-Mouteyre,
Saint-Ours
Sayat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est située entre la chaîne des Puys, la plaine de la Limagne et les Combrailles[6].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune est contournée au sud par la route départementale 986 (anciennement route nationale 686), reliant Riom au Cratère et au-delà sur la RD 943 à Pontgibaud. Elle permet un accès autoroutier, vers l'A71, qui est empruntée à l'est de Riom (sortie 13), et l'A89, en direction de Pontgibaud (sortie 26). Il existe aussi une RD 986a traversant une partie du centre-ville[5].

Le territoire communal est également traversé par les cinq autres routes départementales suivantes[5] :

  • RD 15 (Enval – Malauzat) ;
  • RD 16 (vers Moulet-Marcenat, au nord-ouest de la commune, et Charbonnières-les-Varennes) ;
  • RD 83 (vers Marsat) ;
  • RD 90 (Le Cratère, gare de Volvic – Saint-Georges-de-Mons et desserte du hameau d'Égaules en direction d'Orcines) ;
  • RD 407 (desserte du hameau de Tourtoule).

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Volvic possède une gare, près du lieu-dit le Cratère, sur la ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand. Elle est desservie par des TER Auvergne reliant les gares de Clermont-Ferrand à Volvic (terminus).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Volvic constitue l'un des sept pôles de vie du pays du Grand Clermont[7].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le plan local d'urbanisme a été approuvé par délibération du conseil municipal du 21 décembre 2012[6].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 024 logements, contre 1 892 en 2006. Parmi ces logements, 87,3 % étaient des résidences principales, 3,2 % des résidences secondaires et 9,5 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 90,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 9,4 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 75,9 %, en hausse sensible par rapport à 2006 (73,8 %). La part de logements HLM loués vides était de 2,2 % (contre 3 %)[a 2].

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

La commune envisage de rénover les entrées de ville via un programme d'aménagement de bourg[8].

La commune a pour objectifs, à long terme, d'« accueillir et maîtriser le développement urbain du Pôle de vie », le « Pôle » étant l'un des sept du pays du Grand Clermont ; d'« assurer le rayonnement économique et favoriser la création d'emplois », de « conférer une centralité plus forte, porteuse de l'identité locale », de « conforter et valoriser un cadre de vie de qualité », et de « protéger, gérer et valoriser la nature » au cœur de la commune[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Plaque sur l'hôtel du Commerce reconstruit
Plaque sur l'hôtel du Commerce reconstruit.

La première mention de Volvic daterait du Ve siècle. Saint Priest, évêque de Clermont y fut assassiné et enterré au VIIe siècle.

Volvic était le chef-lieu de la vicomté de Tournoël, château mentionné au Xe siècle, possession du comte d'Auvergne, confisqué par Philippe Auguste.

En 1940, l'abbé Annéser, curé de Boulange, se réfugie dans la ville de Riom et dans la ville de Volvic en zone libre avec environ 900 de ses paroissiens.

Le , la Gestapo se présente à l'hôtel du Commerce, sur la Grande Rue, à la recherche de résistants que les propriétaires hébergeaient régulièrement. Trois résistants peuvent s'enfuir, mais un chef de la Gestapo est tué, ce qui entraîne de terribles représailles : dix-sept otages sont déportés et l'hôtel est incendié.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

En 2014, la liste tenue par Mohand Hamoumou remporte l'élection municipale au premier tour avec 55,53 % des suffrages exprimés (1 259 voix sur 2 267 exprimés). Le taux de participation s'élève à 70,46 % (soit 2 431 votants sur 3 050 inscrits)[9].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

En 2011, Volvic comptait 4 563 habitants[10]. Ce nombre étant compris entre 3 500 et 4 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 27.

Le conseil municipal a désigné le 29 mars 2014[11] huit adjoints, quatre conseillers délégués et huit conseillers municipaux[12]. Sa composition est la suivante[9],[13] :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
Divers « Continuons ensemble Volvic » Mohand Hamoumou 21 (6) majorité
Union de la gauche « Volvic solidaire » Laurent Penevere 8 (2) opposition
Le nombre de sièges entre parenthèses désigne le nombre d'élus au conseil communautaire.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1912 1939 Pierre Moity    
1939 1939 Louis Brosson    
1940 janvier 1943 M. Magnon[Note 1]    
janvier 1943 septembre 1944 M. Chassard[Note 2]    
septembre 1944 mai 1945 Louis Brosson   Délégation spéciale mise en place à la Libération ; le maire d'avant-guerre retrouve son siège.
mai 1945 1956 Michel Champleboux SFIO Sénateur (1958-1967)
Conseiller général (1945-1967)
1989 2008 Jean Laurency PS  
2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Mohand Hamoumou[14],[15]   Vice-président de la communauté de communes chargé du développement économique[16]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Au niveau administratif, Volvic dépendait du district de Riom puis de l'arrondissement de Riom depuis 1801. En janvier 1790, en dehors de l'unique canton de Riom (scindé jusqu'en mars 2015 en deux cantons : Riom-Est et Riom-Ouest), il avait été institué un canton de Volvic regroupant également des communes du canton de Riom-Est ; il a été supprimé sous le Consulat en 1801. La commune de Volvic dépendait désormais du canton de Riom-Ouest, jusqu'en mars 2015 ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton de Châtel-Guyon[3].

Au niveau judiciaire, Volvic dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, des cours d'appel et d'assises du Puy-de-Dôme à Riom, du tribunal d'instance de Riom et des tribunaux administratif, de grande instance et tribunal de commerce de Clermont-Ferrand[17].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 8 février 2016, Volvic est jumelée avec[18] :

Ces deux jumelages sont des actions de coopération décentralisée dans la thématique de la culture et du patrimoine.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 4 425 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 082 2 543 2 681 2 821 3 032 3 449 3 227 3 403 3 404
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 463 3 582 3 674 3 522 3 611 3 780 3 692 3 635 3 684
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 615 3 460 3 355 2 774 2 721 2 677 2 452 2 320 2 494
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
2 681 3 030 3 253 3 587 3 930 4 202 4 409 4 594 4 582
2013 - - - - - - - -
4 425 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2004[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges de Volvic en 2011 en pourcentage[a 3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
8,6 
12,9 
60 à 74 ans
13,5 
22,9 
45 à 59 ans
21 
22,9 
30 à 44 ans
22,1 
15 
15 à 29 ans
16,1 
21,4 
0 à 14 ans
17,9 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2011 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,3 
60 à 74 ans
15,8 
21 
45 à 59 ans
20,4 
20,1 
30 à 44 ans
18,4 
19,5 
15 à 29 ans
17,8 
16,9 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Volvic dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère une école maternelle (la Clef des Chants) et deux écoles élémentaires publiques. Il existe une école élémentaire privée, l'institution Sainte-Agnès[22].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Victor-Hugo, géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme. Il existe aussi un collège privé (Sainte-Agnès)[22].

Hors dérogations à la carte scolaire, les lycéens se rendent à Riom, au lycée Virlogeux pour les filières générales et STMG ou au lycée Pierre-Joël-Bonté pour la filière STI2D[23].

Sports[modifier | modifier le code]

Volvic possède un club de football, évoluant en division d'honneur. Lors de la saison 2015-2016, le club a atteint les trente-deuxièmes de finale de la Coupe de France en s'inclinant contre Ajaccio (1-0) au stade Émile-Pons de Riom[24].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage s'élevait à 33 612 €, ce qui plaçait Volvic au 9 812e rang des communes de plus de 49 ménages en métropole[25].

En 2011, sur les 2 394 foyers fiscaux, 38,1 % n'étaient pas imposables[a 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2011, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 3 009 personnes, parmi lesquelles on comptait 72,9 % d'actifs dont 65,5 % ayant un emploi et 7,4 % de chômeurs[a 5].

On comptait 1 904 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 1 994, l'indicateur de concentration d'emploi est de 95,5 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

La répartition des 1 796 emplois par catégorie socio-professionnelle et par secteur d'activité est la suivante :

Répartition des emplois selon la catégorie socio-professionnelle en 2011 (source : Insee)
Échelle Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Commune[a 7] 1,1 % 5,5 % 8,5 % 24,4 % 16,0 % 44,4 %
Département[26] 2,6 % 6,4 % 14,6 % 24,8 % 28,4 % 23,2 %
France[27] 1,8 % 6,3 % 16,7 % 24,4 % 28,3 % 21,4 %

Le nombre d'emplois ouvriers est nettement supérieur aux moyennes départementale et nationale.

Répartition des emplois selon le secteur d'activité en 2011 (source : Insee)
Échelle Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Commune[a 8] 1,1 % 50,8 % 10,2 % 14,7 % 23,1 %
Département[26] 3,5 % 16,0 % 6,9 % 41,3 % 32,2 %
France[27] 2,9 % 13,1 % 6,9 % 45,9 % 31,2 %

Le secteur industriel domine largement dans la commune.

1 820 des 1 994 personnes âgées de 15 ans ou plus (soit 91,3 %) sont des salariés[a 9]. La majorité des actifs (73,3 %) travaillent dans une autre commune du département[a 10].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Volvic comptait 161 entreprises : 16 dans l'industrie, 37 dans la construction, 78 dans le commerce, les transports et les services divers et 30 dans le secteur administratif[a 11].

En outre, elle comptait 176 établissements[a 12].

Au 31 décembre 2012, elle comptait 302 établissements actifs (1 612 postes salariés), dont la répartition suit :

Caractéristiques des établissements selon le secteur d'activité au 31 décembre 2012 (source : Insee)
Échelle Agriculture Industrie Construction Commerce, transports,
services divers
Administration publique,
enseignement, santé,
action sociale
Établissements actifs[a 13] 7,6 % 9,3 % 16,2 % 49,7 % 17,2 %
Postes salariés[a 14] 0,0 % 61,9 % 11,8 % 6,5 % 19,7 %

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait 12 exploitations agricoles. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (23) et à 1988 (32). La commune était orientée dans la polyculture et le polyélevage[28].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de 383 hectares en 2010, dont 77 ha sont allouées aux terres labourables et 297 ha sont toujours en herbe[28].

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce et services[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Au , la commune comptait deux hôtels, totalisant quarante chambres[a 15] ainsi qu'un camping, totalisant 68 emplacements[a 16].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Deux richesses naturelles : l'eau et la pierre[modifier | modifier le code]

Les eaux de Volvic[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eau de Volvic.

Volvic compte des sources d'eaux minérales très pures. Les premiers captages ont été entamés en 1927 dans la vallée du Goulet, et les premières bouteilles d'eau de Volvic sont apparues en 1938. Aujourd'hui, les eaux de Volvic sont internationalement connues et deux usines en assurent la production, en étant le principal employeur de la commune.

La société des eaux de Volvic appartient au groupe agroalimentaire Danone.

La pierre de Volvic[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pierre de Volvic.

Dès le XIIIe siècle, l'exploitation de l'andésite (ou pierre de Volvic) a commencé dans des mines, fermées actuellement mais dont l'une peut être visitée (Maison de la pierre). La roche se caractérise par sa dureté, intermédiaire entre le marbre et le granite, et par la couleur gris-noir qu'elle prend lors d'une exposition prolongée au soleil. Des carrières de pierre, uniquement à ciel ouvert de nos jours, de lave sont sortis les matériaux utilisés dans l'édification de nombreux bâtiments de Clermont-Ferrand (dont la cathédrale), et dans une bonne partie de l'Auvergne-Rhône-Alpes (Riom, et même Saint-Flour ou Salers). La pierre a été également utilisée en sculpture.

Après l'apogée du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l'andésite de Volvic sert à présent surtout dans le domaine funéraire, l'embellissement des bâtiments, la sculpture, la lave émaillée. À partir du XXe siècle, ces qualités de résistance à la plupart des acides en ont fait un matériau utilisé aussi par l’industrie.

  • Grotte de la Pierre de Volvic : scénomusée situé dans une ancienne carrière, au cœur de la coulée de lave du volcan de la Nugère (993 m). Il présente in situ l'extraction de la pierre de Volvic employée depuis le XIIIe siècle dans la construction des bâtiments des alentours, notamment la cathédrale de Clermont-Ferrand.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Priest (édifiée au XIIe siècle). Elle est dédiée à un évêque de Clermont du VIIe siècle, assassiné, selon la tradition, à Volvic. Elle possède un chœur et un transept romans, classés monuments historiques le 22 juin 1903. Le reste de l'édifice (la nef et les bas-côtés) a été reconstruit en 1868, en style néo-roman, par l'architecte diocésain Aymon Mallay, et inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 21 mai 2007. La partie romane est en arkose, tandis que la façade et les autres parties du XIXe siècle sont en pierre de Volvic. Elle était avant la Révolution une des trois églises paroissiales du village et prieuré de l'abbaye de Mozac à 5 km à l'est (dépendance de l'ordre de Cluny depuis 1095). À ce titre, l'Office de tourisme de Volvic adhère à la Fédération des sites clunisiens[29].
  • En mai 2011, après plus de six mois de restauration par Thierry Courtadon, tailleur et sculpteur volvicois, la croix de mission en pierre de Volvic a repris sa place au côté de l’église Saint-Priest, après 15 ans d’absence.
  • La statue monumentale en pierre de Volvic, Notre-Dame-de-la-Garde, (5,5 m de hauteur) domine la cité. Elle a été sculptée par le frère Gamaliel (1818-1865), frère des Écoles Chrétiennes et directeur de l'école départementale d'architecture de Volvic, et inaugurée 21 juillet 1861.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine culturel et architectural[modifier | modifier le code]

  • Le musée Marcel-Sahut[30] : installé en 1988 dans le château de Bosredon dont la bâtisse actuelle date du XVIIIe siècle.
  • Le jardin Le Nôtre[31] : le jardin à la française du château de Bosredon fut planté sur un dessin du célèbre jardinier du roi. Récemment restauré, il a retrouvé une partie de sa splendeur d'antan.
  • École départementale d'architecture de Volvic (EDAV) fondée en 1820 par le comte de Chabrol.
  • Le château de Tournoël (XIIe ‑ XVIe siècle) : un château fort médiéval dont les propriétaires actuels ont entrepris la restauration.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Amable de Bourzeis, né à Volvic le et mort à Paris le , homme d'Église, homme de lettres et théologien français, l'un des premiers membres de l'Académie française.
  • Le docteur Pierre Moity, maire de Volvic de 1912 à 1939, à l'initiative de qui est découverte l'importante ressource en eau de la commune en 1927. Il meurt en 1939 après un quart de siècle de règne sur la vie municipale. Il a réalisé ce que les Volvicois attendaient depuis longtemps : l'adduction d'eau du bourg et l'alimentation des villages (en cours lors de son décès). Un circuit de randonnée de 7 km au départ des Sources de Volvic porte son nom (sentier du Docteur-Moity).
  • Michel Champleboux, né le 27 mars 1901 à Volvic et mort le 8 mars 1967 à Clermont-Ferrand, maire de Volvic de 1945 à 1956. Il fut sénateur du Puy-de-Dôme de 1958 à 1967.
  • Mohand Hamoumou, né en 1956 en Kabylie, fils de harki, maire de Volvic depuis 2008[32]. Il est l'auteur d'une thèse sur les harkis, Et ils sont devenus harkis, publiée aux éditions Fayard en 1993 puis rééditée en 2001.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nommé par le régime de Vichy. Mort en fonction.
  2. Nommé par le régime de Vichy.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T3 – Population par sexe et âge en 2011.
  4. REV T1 – Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. EMP T7 – Emplois par catégorie socioprofessionnelle en 2011.
  8. EMP T8 – Emplois par secteur d'activité.
  9. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2011.
  10. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  11. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  12. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  13. CEN T1 – Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  14. CEN T2 – Postes salariés par secteur d'activité au 31 décembre 2012.
  15. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  16. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre Volvic et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le 15 février 2015).
  2. « Orthodromie entre Volvic et Riom », sur Lion 1906 (consulté le 15 février 2015).
  3. a et b Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  4. Pierre Estienne, Volvic, terre, pierre et eau, 13 siècles d'histoire, Clermont-Ferrand, Institut d'études du Massif central, , p. 13.
  5. a, b et c Carte de Volvic sur Géoportail.
  6. a, b et c « Commune de Volvic - Modification du Plan Local d'Urbanisme » [PDF], sur le site de la mairie, ADC cabinet d'urbanisme (consulté le 8 février 2016).
  7. « SCoT du Grand Clermont. Rapport de présentation », Grand Clermont (consulté le 7 février 2015).
  8. « P.A.B. : Programme d'Aménagement de Bourg », sur le site de la mairie (consulté le 8 février 2016).
  9. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 8 février 2016).
  10. « Populations légales 2011 de la commune de Volvic », sur le site de l'Insee (consulté le 8 février 2016).
  11. « Compte rendu du conseil municipal du samedi 29 mars 2014 à 20 h 30 » [PDF], sur le site de la mairie,‎ (consulté le 8 février 2016).
  12. « Les élus », sur le site de la mairie (consulté le 8 février 2016).
  13. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Candidatures du 1er tour », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 8 février 2016).
  14. « Maires de la diversité : ni « raz-de-marée » ni reflux », sur La Gazette des communes,‎ .
  15. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme, 9 avril 2014 (consulté le 28 septembre 2014).
  16. « [Membres du bureau communautaire] » [PDF], sur le site de la communauté de communes Volvic Sources et Volcans (consulté le 31 octobre 2015).
  17. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 8 février 2016).
  18. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site France-Diplomatie du ministère des Affaires étrangères (consulté le 8 février 2016) ; rechercher « Volvic ».
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  21. Évolution et structure de la population du Puy-de-Dôme, Insee, 2011.
  22. a et b Annuaire des établissements scolaires de Volvic (63), sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 16 décembre 2015).
  23. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 10 février 2016).
  24. Nicolas Werquin, « Coupe de France : Volvic a craqué sur la fin », sur Sports-Auvergne.fr,‎ (consulté le 11 janvier 2016).
  25. Revenus fiscaux localisés des ménages [zip], Insee, données 2011.
  26. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : Département du Puy-de-Dôme (63) », sur le site de l'Insee,‎ (consulté le 15 février 2015).
  27. a et b « Chiffres clés Emploi - Population active : France », sur le site de l'Insee,‎ (consulté le 15 février 2015).
  28. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Volvic commune », sur le site du ministère de l'Agriculture (consulté le 15 février 2015).
  29. Fédération des sites clunisiens
  30. Musée Marcel-Sahut, sur le site volvic-tourisme.com
  31. Jardin Le Nôtre, sur le site petit-patrimoine.com
  32. « Mohand Hamoumou, maire de la diversité », sur La Croix,‎ .