Pérignat-lès-Sarliève

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pérignat-lès-Sarliève
Église de Pérignat-lès-Sarliève en 2007.
Église de Pérignat-lès-Sarliève en 2007.
Blason de Pérignat-lès-Sarliève
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Aubière
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Pierre Riol
2014-2020
Code postal 63170
Code commune 63272
Démographie
Gentilé Pérignatois
Population
municipale
2 638 hab. (2013)
Densité 671 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 15″ N 3° 08′ 25″ E / 45.7375, 3.1402777777845° 44′ 15″ Nord 3° 08′ 25″ Est / 45.7375, 3.14027777778
Altitude Min. 346 m – Max. 520 m
Superficie 3,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Pérignat-lès-Sarliève

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Pérignat-lès-Sarliève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pérignat-lès-Sarliève

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pérignat-lès-Sarliève

Pérignat-lès-Sarliève est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants sont appelés les Pérignatois et les Pérignatoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Pérignat-lès-Sarliève se situe dans l'ancienne région administrative d'Auvergne (Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2016), à 6,3 km au sud-est de l'ancienne capitale régionale Clermont-Ferrand[2], plus précisément au pied du plateau de Gergovie, au centre du département du Puy-de-Dôme[3].

Quatre communes sont limitrophes[4] :

Communes limitrophes de Pérignat-lès-Sarliève
Aubière
Romagnat Pérignat-lès-Sarliève Cournon-d'Auvergne
La Roche-Blanche

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Pérignat-lès-Sarliève est accessible par l'autoroute A75 surnommée la Méridienne. Un échangeur, situé à l'est du territoire communal, débouche sur la route départementale 137 reliant le centre de la commune (au moyen d'un nouveau carrefour giratoire) à Cournon-d'Auvergne via la Grande Halle et le Zénith d'Auvergne.

Le centre-bourg est traversé par la route départementale 978 (historiquement la route nationale 9).

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 13 du réseau de transports en commun T2C, reliant les Hauts de Chamalières à Pérignat Les Horts. Aux heures de pointe, cette ligne effectue son terminus à Quartier Chambon à Aubière ; un service de transport à la demande est proposé[5].

La gare la plus proche est celle de Sarliève - Cournon, sur la commune de Cournon-d'Auvergne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est soumise aux risques du mouvement de terrain, du risque sismique au niveau modéré et de transport de matières dangereuses. Il n'existe ni plan de prévention des risques, ni DICRIM[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1873 par scission à partir de la commune d'Aubière[7], mais elle est d'abord nommée « Perrignat » sous l'an II. À sa création elle s'appelait d'abord « Pérignat-près-Sarliève » puis deviendra « Pérignat-lès-Sarliève » (dénomination actuelle). Elle est rattachée au canton de Clermont-Sud (qui deviendra Clermont-Ferrand-Sud), puis en 1982 au canton d'Aubière[7], ce dernier n'étant pas modifié par le redécoupage des cantons du département en 2015[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections municipales de 2014, 23 sièges sont à pourvoir au conseil municipal, dont 3 au conseil communautaire. Le maire sortant, Pierre Riol, a été élu au second tour avec 50,85 % des voix ; le taux de participation est de 67,58 %[9].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Pierre Riol[10] DVD 4e vice-président de Clermont Communauté
chargé de l'aménagement du territoire, de la voirie et des entrées de ville[11]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 638 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
436 423 465 445 410 395 373 363 306
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
421 339 351 396 518 590 789 1 277 1 445
1990 1999 2005 2008 2010 2013 - - -
1 716 2 221 2 553 2 719 2 696 2 638 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pérignat-lès-Sarliève dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère les écoles maternelle et élémentaire publiques Jules-Ferry[13].

Les élèves poursuivent leur scolarité au collège Joliot-Curie d'Aubière[14], puis à Clermont-Ferrand, aux lycées Blaise-Pascal ou Jeanne-d'Arc pour les filières générales (seconde générale et technologique, première et terminale filières générales), aux lycées Lafayette ou Roger-Claustres pour la filière STI2D ou au lycée Sidoine-Apollainaire pour la filière STMG[15].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pérignat-lès-Sarliève ne compte aucun édifice ou objet inscrit ou classé aux monuments historiques ou recensé à l'inventaire général du patrimoine culturel.

  • Église de Pérignat-lès-Sarliève.
  • Zénith d'Auvergne, limitrophe avec Cournon-d'Auvergne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Renaud Lavillenie, perchiste (champion olympique 2012 avec un saut à 5,97 mètres), y réside depuis de nombreuses années. Le 15 février 2014, il bat à Donetsk, sous les yeux de Sergueï Bubka présent dans la salle, le record du monde en salle avec un saut de 6,16 m à son premier essai.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Pérignat-lès-Sarliève (63170) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le 3 mars 2016).
  2. « Orthodromie entre Pérignat-lès-Sarliève et Clermont-Ferrand », sur Lion 1906 (consulté le 3 mars 2016).
  3. « Pérignat-lès-Sarliève », sur Lion 1906 (consulté le 3 mars 2016).
  4. Carte de Pérignat-lès-Sarliève sur Géoportail.
  5. « Service transport à la demande régulier », sur t2c.fr (consulté le 3 mars 2016).
  6. Risques dans la commune sur prim.net (consulté le 8 mai 2015).
  7. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme
  9. Résultats des élections municipales de 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur.
  10. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 8 mai 2015) (ligne PERIGNAT-LES-SARLIEVES).
  11. « RIOL PIERRE », Clermont Communauté (consulté le 8 mai 2015).
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  13. « annuaire : Résultats de recherche », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 3 mars 2016).
  14. « Sectorisation du département du Puy-de-Dôme » [PDF], Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 3 mars 2016).
  15. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Inspection académique du Puy-de-Dôme,‎ (consulté le 3 mars 2016).