Charbonnières-les-Vieilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charbonnières-les-Vieilles
Charbonnières-les-Vieilles
Le gour de Tazenat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Michaël Baré
2020-2026
Code postal 63410
Code commune 63093
Démographie
Population
municipale
1 098 hab. (2018 en augmentation de 6,71 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 44″ nord, 2° 59′ 57″ est
Altitude Min. 472 m
Max. 755 m
Superficie 32,62 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Georges-de-Mons
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Charbonnières-les-Vieilles
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Charbonnières-les-Vieilles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charbonnières-les-Vieilles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charbonnières-les-Vieilles

Charbonnières-les-Vieilles (Charboneiras las Vielhas en occitan) est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située au nord de la chaîne des Puys, Charbonnières-les-Vieilles porte une trace impressionnante de l'activité volcanique passée de la région : le gour de Tazenat, lac presque parfaitement circulaire et qui n'est autre qu'un maar.

Le territoire de la commune, composé de 42 hameaux, s'étend sur une superficie totale de 3 262 hectares.

Ses communes limitrophes sont[1] :

Communes limitrophes de Charbonnières-les-Vieilles
Blot-l'Église Saint-Hilaire-la-Croix
Montcel
Saint-Angel Charbonnières-les-Vieilles Combronde
Manzat Loubeyrat Teilhède

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La route départementale 19 (reliant Manzat à Combronde) traverse la commune, en passant à proximité du site du gour de Tazenat[1].

La commune est également traversée par les routes départementales 16 (reliant Blot-l'Église au nord-ouest et Loubeyrat au sud, en passant par le bourg et le hameau de la Brousse), 17 (reliant La Prade, à la limite avec Manzat sur la D 19, à Teilhède en desservant les hameaux des Forges et de Chanteloup), 408 (du bourg vers Montcel) et 409[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Charbonnières-les-Vieilles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (74,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (49,2 %), zones agricoles hétérogènes (24,7 %), forêts (23 %), zones urbanisées (1,9 %), eaux continentales[Note 3] (1,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ce village tire son nom de la production de charbon, comme l'atteste encore la présence à l'entrée de la ville d'un chaudron qui servait à le fabriquer.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2010, un habitant de la commune a découvert un souterrain-refuge d'époque médiévale au lieu-dit Chauviat. Des fouilles ont eu lieu sous l'égide de la direction régionale des Affaires culturelles d'Auvergne (sous la responsabilité de Frédéric Surmely). La cavité, creusée dans les tufs friables, faisait une quarantaine de mètres de long et comportait trois accès. De nombreux objets (céramique, étrier, ossements d'animaux, bulle papale) ont été découverts, permettant de dater la structure de la période fin XIIIe-début XIVe siècle[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Charbonnières-les-Vieilles Blason
D'azur à trois bandes d'argent chargées de sept charbons de sable enflammés de gueules 2, 3 et 2.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Charbonnières-les-Vieilles est membre de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge[10], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Manzat. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[11]. Jusqu'en 2016, elle faisait partie de la communauté de communes Manzat communauté[12].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Riom, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[10]. Jusqu'en , elle faisait partie du canton de Manzat[13].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Georges-de-Mons pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[10], et de la deuxième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010 (sixième circonscription avant 2010)[13].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Charbonnières-les-Vieilles, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[14], pour un mandat de six ans renouvelable[15]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 15[16]. Les quinze conseillers municipaux, issus d'une liste unique, sont élus au premier tour, le , avec un taux de participation de 55,91 %[17].

Deux sièges sont attribués à la commune au sein du conseil communautaire de la communauté de communes Combrailles Sioule et Morge[17].

Chronologie des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
maire en 1958   Pierre-Lucien Dumas SFIO Cultivateur exploitant
2001 Jacques Jarlier    
Jacques-Bernard Magner[18] PS  
[Note 4] En cours
(au )
Michaël Baré[21]   Attaché territorial[22]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[24].

En 2018, la commune comptait 1 098 habitants[Note 5], en augmentation de 6,71 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6941 7961 8312 0282 1592 1512 2842 3442 393
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3322 3962 3452 2122 2622 3202 2162 1842 071
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0392 0502 0401 7261 5371 3821 2731 042970
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
8768387308668808649039881 076
2018 - - - - - - - -
1 098--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique
Répartition par village[27]
Village Population en 2005
le Bourg 120
les Sagnettes 121
les Baisles 11
le Soupt 21
la Brousse 58
Chanteloup 33
les Mazeaux 43
les Falvards 38
les Chartres 29
Laisle 36
Tazenat 17
Pery 37
Puy Gilbert 10
les Forges 30
Chauviat 17
Joinsattes 25
Laligier 17
Chalusset 26
Sagne Vieille 6
Bogros 16
Rochegude 10
les Suchets 30
les Sattes 8
les Etremailles 14
Bort 13
les Petits Mazeaux 13
les Gannes 9
les Reures 6
la Tour Serviat 3
le Moulin des Desniers 4
les Peytoux 2
Pont de Pery 5
la Rivière 1
les Berthes 7
les Eydieux 0
les Desniers 4
les Palles 7
Moulin des Palles 4
le Puy Saint Bonnet 0
les Incas 2
la Prade 2
la Potence 11
les Prés de Morge 0
le Moulin de Montpied 2

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un souterrain médiéval a été découvert en 2010 dans le hameau de Chauviat. Il s'agit d'un souterrain-refuge, creusé dans le tuf et doté d'entrées multiples et de goulots d'étranglement. Il était associé à un habitat de surface. La cavité est remarquablement conservée. Les vestiges découverts par une équipe d'archéologues de la DRAC Auvergne permettent de le dater de la période fin XIIIe - début XIVe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Réélu pour le mandat 2020-2026[19],[20].
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Carte de Charbonnières-les-Vieilles, sur geoportail.gouv.fr (consulté le ). Couches « Photographies aériennes », « Carte IGN » (opacité 50 %) et « Communes » activées.
  2. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Frédéric Surmely, « Le souterrain médiéval de Chauviat (commune de Charbonnières-les-Vieilles, Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du centre de la France, t. 52,‎ , p. 401-414 (ISSN 1951-6207, lire en ligne, consulté le ).
  10. a b et c « Commune de Charbonnières-les-Vieilles (63093) », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. « CC Combrailles Sioule et Morge (No SIREN : 200072098) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  12. « CC Manzat Communauté (No SIREN : 246300834) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  13. a et b « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  14. Loi no 2013-403 du relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51, et son décret d'application no 2013-938 du .
  15. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL.
  16. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  17. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  18. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  19. « Une seule liste, conduite par Mickaël Baré, candidate aux municipales à Charbonnières-les-Vieilles (Puy-de-Dôme) ? », sur lamontagne.fr, .
  20. « Michaël Baré pour un second mandat à Charbonnières-les-Vieilles (Puy-de-Dôme) », sur lamontagne.fr, .
  21. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], sur mairesruraux63.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ), p. 2.
  22. Supplément « Annuaire des maires Puy-de-Dôme », La Montagne, , p. 25 (édition du Puy-de-Dôme).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  27. Charbonnières-les-Vielles, plan local d'urbanisme, rapport de présentation, décembre 2005
  28. Michel Souvais, Arletty, confidences à son secrétaire, (ISBN 978-2-74833224-7), p. 26 En ligne.