Loubeyrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loubeyrat
L'église de Loubeyrat.
L'église de Loubeyrat.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Riom
Canton Saint-Georges-de-Mons
Intercommunalité Communauté de communes Combrailles Sioule et Morge
Maire
Mandat
Jean-Marie Mouchard
2014-2020
Code postal 63410
Code commune 63198
Démographie
Gentilé Boueyratoux ou Boiratoux
Population
municipale
1 207 hab. (2014 en augmentation de 4,32 % par rapport à 2009)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 12″ nord, 3° 00′ 41″ est
Altitude Min. 440 m
Max. 869 m
Superficie 23,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Loubeyrat

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Loubeyrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loubeyrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loubeyrat
Liens
Site web loubeyrat63.blogspot.fr

Loubeyrat est une commune française du canton de Saint-Georges-de-Mons[Note 1], située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Les habitants de Loubeyrat sont appelés les Boueyratoux ou Boiratoux[Note 2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située au bord de la faille de la Limagne, dans les Combrailles, Loubeyrat domine la plaine, s'étageant entre 440 m et 869 m d'altitude. La commune est traversée par trois ruisseaux. Son sous-sol est granitique et accueille sur son sol le petit volcan du puy de Rochenoire, source de la Morge.

Riom se trouvant à 12 km et Clermont-Ferrand à 30 km, cette commune agricole devient de plus en plus résidentielle. La commune se trouve aussi à 80 km de Moulins et à 35 km de Vichy dans l'Allier ; elle est à 400 km de Paris.

L'autoroute A89 passe au nord de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village provient du latin luparius[1] qui donnera loubeirà en auvergnat, il désigne un endroit peuplé de loups ou, plus précisément, une tanière de loup.[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
196? 196? Lucien Chapput   Agriculteur
    André Brunier   Garagiste
    Lucien Chapput   Agriculteur
    Alain Leyrit   Employé de Banque
    Caudrelier Michel   Employé Michelin
mars 2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Jean-Marie Mouchard[3]   Ingénieur chambre régionale d'agriculture

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2014, la commune comptait 1 207 habitants[Note 3], en augmentation de 4,32 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : +2,35 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
848 738 972 940 1 038 1 032 1 035 1 055 1 105
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 092 1 037 1 073 1 156 1 208 1 262 1 215 1 225 1 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 177 1 159 1 140 984 922 917 874 752 715
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
636 596 567 614 777 862 1 076 1 107 1 198
2014 - - - - - - - -
1 207 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Loubeyrat en 2013 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,7 
90 ans ou +
1,8 
4,7 
75 à 89 ans
7,9 
13,5 
60 à 74 ans
12,7 
24,6 
45 à 59 ans
20,8 
24,1 
30 à 44 ans
24,5 
11,5 
15 à 29 ans
10,6 
20,9 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département du Puy-de-Dôme en 2013 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
7,0 
75 à 89 ans
10,6 
16,0 
60 à 74 ans
16,6 
20,8 
45 à 59 ans
20,1 
19,5 
30 à 44 ans
18,1 
19,0 
15 à 29 ans
17,5 
17,1 
0 à 14 ans
15,6 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le groupe scolaire, inauguré en 2010, accueille des élèves de la maternelle et de l'élémentaire. L'établissement offre une restauration scolaire provenant en grande partie des agricultures locale, biologique et de circuit court. Le bâtiment présente des labels de haute performance énergétique[Note 4] et l'intérieur a été réalisé sans solvant ni composé organique volatil.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Chazeron.
  • Le château de Chazeron : il est composé de bâtiments construits entre le Moyen Âge et la Renaissance.
  • L'église du centre de Loubeyrat dite La cathédrale des montagnes.
  • La chapelle romane, aujourd'hui désaffectée. La commune y a installé la salle des mariages.
  • La vallée des Prades.
  • Le Roc Errant, au sommet de la vallée des Prades (point de vue). Pour s'y rendre, il faut traverser le petit hameau du Bois d'Agnat.
  • La vallée du Sans-Souci.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques de Chazeron : Premier maître d'hôtel de Louis XII, un des six députés de la noblesse désignés pour la rédaction des coutumes d'Auvergne (1550).
  • Gilbert de Chazeron : Henri IV le nomme en 1595 gouverneur du Lyonnais. Il prit part, avec succès, à la guerre contre la ligue d'Auvergne menée par Nemours, représentant des protestants.
  • Marguerite Gardarin, fondatrice des petites sœurs infirmières des campagnes sous le nom de sœur Saint Jean Baptiste (décédée en 1904).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le canton de Saint-Georges-de-Mons, officiellement créé depuis le 22 mars 2015, date des premières élections départementales suivant le décret du 21 février 2014, regroupe les anciens cantons de Manzat, Combronde et Menat.
  2. Comme en témoignent les terminaisons le gentilé français est issu du gentilé en langue auvergnate : boératouz/boératouzà.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .
  4. L'isolation est renforcée, l'énergie est issue de la géothermie profonde et du solaire photovoltaïque sur le toit.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Loup y es-tu? », sur Vous voyez le topo, (consulté le 9 septembre 2016).
  2. Karl-Heinz Reichel, Grand dictionnaire général auvergnat-français, Nonette, Créer, , 878 p. (ISBN 2-8481-9021-3), p. 502
  3. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 13 juillet 2014).
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  8. « Évolution et structure de la population en 2013 - Commune de Loubeyrat (63198) », sur INSEE (consulté le 1er octobre 2017).
  9. « Évolution et structure de la population en 2013 - Département du Puy-de-Dôme (63) », sur INSEE (consulté le 1er octobre 2017).