Langeac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langeac
Vue de Langeac.
Vue de Langeac.
Blason de Langeac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Canton Gorges de l'Allier-Gévaudan
Intercommunalité Communauté de communes des Rives du Haut Allier
Maire
Mandat
Marie-Thérèse Roubaud
2014-2020
Code postal 43300
Code commune 43112
Démographie
Gentilé Langeadois(es)
Population
municipale
3 758 hab. (2014)
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 06′ 04″ nord, 3° 29′ 42″ est
Altitude Min. 488 m – Max. 951 m
Superficie 33,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de Haute-Loire
City locator 14.svg
Langeac

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de Haute-Loire
City locator 14.svg
Langeac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Langeac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Langeac
Liens
Site web http://www.ville-langeac.fr/

Langeac est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. Ses habitants sont les Langeadois et les Langeadoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située au centre d'une petite Limagne, au bord de l'Allier. Située à une relativement faible altitude (504 mètres), elle bénéficie d'un climat tempéré, chaud[réf. nécessaire].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Langeac peut également s'écrire "Langheac", cette orthographe vient de l'ancien Laugiaco. La ville était capitale d'une ancienne baronnie et du Langeadois, une micro-région du Brivadois. Cette baronnie a donné son nom à une maison jadis illustre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare de Langeac, au début du XXe siècle.

Le saint patron de la ville est saint Gal. Eugène Bonnemère rapporte l'histoire suivante : « À Langeac, le jour de Saint-Gal, patron de la ville, le seigneur de Chilac arrivait monté sur son char avec les officiers de sa justice, et saluait les habitants en leur jetant des œufs[2] ».

La Pierre des Fées (Pèira de las Fadas en auvergnat) est un des plus importants groupes de dolmens décrits en Auvergne. Ils se trouvaient notamment aux environs de la ville de Langeac et sont décrits dans un manuscrit de l'archéologue Duranson.

La ville est desservie par le chemin de fer depuis 1866.

Pendant la Première guerre mondiale, confrontée aux énormes besoins en antimoine pour durcir le plomb utilisé dans les obus, la Compagnie des mines de La Lucette louer en mai 1915 les installations de la fonderie d'antimoine de Langeac, arrêtée depuis janvier 1915, ce qui nécessite d'importants travaux de remise en état, organisés par l'ingénieur-chimiste Marcel Douxami[3], qui deviendra directeur de la compagnie des mines de La Lucette après-guerre. La production, effectuée à partir de minerais algériens, redémarre en août pour les essais. En octobre la production était de 100 tonnes de régule d'antimoine et 150 tonnes de plomb arsénieux. L'usine a été fermée en 1919[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Langeac 43.svg

Les armoiries de Langeac se blasonnent ainsi :

D'azur, au coq d'argent crêté et barbé de gueules, surmonté d'une fleur de lys d'or.

Devise de la ville de Langeac :

« Qui veult, peult. »

Celle-ci signifie "qui veut peut"

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 mars 1983 Jacques Chalaye PS  
mars 1983 mars 2008 Guy Vissac RPR puis UMP Sénateur (1998-2001)
mars 2008 en cours
(au 27 août 2014)
Mme Marie-Thérèse Roubaud[5] UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 758 habitants, en diminution de -5,48 % par rapport à 2009 (Haute-Loire : 1,52 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 554 1 807 1 975 1 983 3 109 3 019 3 231 3 207 3 024
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 342 3 491 3 864 3 773 4 552 4 228 4 316 4 318 4 391
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 574 4 955 4 832 4 665 4 276 4 532 4 512 5 225 4 649
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
4 826 4 934 4 853 4 609 4 195 4 070 4 004 3 976 3 758
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Pont-routier de la RD590 sur l'Allier

La ville est située au croisement des départementales RD585, reliant Vieille-Brioude à Saugues, et RD590, entre Pinols et Le Puy-en-Velay.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Pont ferroviaire.
Article détaillé : Gare de Langeac.

La ville de Langeac est située sur la ligne des Cévennes.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le train touristique des gorges de l’Allier est devenu la principale attraction touristique de la ville. Il part de la gare de Langeac jusqu'à la ville de Langogne dans le département voisin de la Lozère et permet d’approcher des paysages grandioses façonnés par l’eau et les volcans pendant environ 1 h 45, ponctué des commentaires d'un guide du patrimoine.

Le paysage très boisé et le relief accidenté proviennent du granit des monts de la Margeride et des coulées volcaniques du massif du Devès et ont nécessité la construction de nombreux ouvrages d’art, 51 tunnels et 16 viaducs ont été réalisés dans des conditions très difficiles à une époque où construire de tels ouvrages relevait du défi, sur les 67 kilomètres qui relient Langeac (Haute-Loire) à Langogne (Lozère).

La flamme postale de la cité des années 1980 représentait l'église et l'Allier ; elle était intitulée Porte des Gorges de l'Allier et sous-titrée Tourisme Pêche Camping.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue sur l'église de Langeac et l'Allier.
  • Monastère Sainte-Catherine de Sienne, monastère de sœurs dominicaines, fondé en 1623 par sœur sœur Agnès de Jésus Galand. Le monastère est affilié à la fédération Notre-Dame des Prêcheurs.
  • Église Saint-Gal[10], ancienne collégiale construite au XIVe siècle et XVe siècle.
  • Pont de Langeac, pont en arc à tablier suspendu construit entre 1927 et 1929 pour franchir l'Allier. Il est constitué de deux arches de 69 m de portée. En 1979, il a fallu changer les suspentes transférant le poids du tablier aux arcs[11].
  • Des remparts qui ceinturaient la ville à l'époque médiévale, ne subsiste que la porte des Bouchers, datable des XIVe et XVe siècles, située rue du Pont, au débouché de la rue des Bouchers. L'arc de la porte est surmonté de sept corbeaux, vestiges des mâchicoulis du chemin de ronde. La porte est inscrite au titre des Monuments historiques depuis 1965[12].


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pons de Langeac (1339-1421), sénéchal d'Auvergne et Recteur du Comtat Venaissin.
  • Mère Agnès de Jésus, cofondatrice du couvent des dominicaines, béatifiée par le pape Jean-Paul II en 1994.
  • René Fontaine : maître chocolatier, meilleur ouvrier de France en 1976, a quitté la commune pour le Midi.
  • Le marquis de Lafayette : à son retour d'Amérique il achète la ville et devient ainsi marquis de Langeac. Ce retour est célébré chaque année lors de la fête de "la belle journée", fin juillet à Langeac, qui revêt alors les décors de l'époque et rejoue la remise des clés de la ville. Pendant deux jours on vénère la noblesse et son armée.
  • Pierre Chany : journaliste sportif français spécialisé dans le cyclisme, Il reçut le prix Martini en 1967 du meilleur article sportif de l'année et le grand prix de la littérature sportive 1972 pour son ouvrage sur le Tour de France.
  • Renée Vissac : cycliste, quatre fois championne de France de poursuite et une fois championne de France sur route.
  • Guy Vissac : conseiller régional d'Auvergne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire universel de la noblesse de France par M. De Courcelles.
  2. Eugène Bonnemère, Histoire des paysans, depuis la fin du Moyen Âge jusqu'à nos jours, 1200-1850.
  3. Portrait des anciens élèves [1]
  4. Le Génie Civil, numéro 1742 du 1er janvier 1916
  5. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. Base Mérimée : église Saint-Gal
  11. Bernard Marrey - Les ponts modernes - 20e siècle, Picard, Paris, 1995, p. 86-7 - (ISBN 2-7084-0484-9)
  12. Notice no PA00092684, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :