Laurie (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laurie.
Laurie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Canton Massiac
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Massiac
Maire
Mandat
Auguste Bresson
2014-2020
Code postal 15500
Code commune 15098
Démographie
Population
municipale
99 hab. (2011)
Densité 5,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 39″ N 3° 06′ 04″ E / 45.2775, 3.10111111111 ()45° 16′ 39″ Nord 3° 06′ 04″ Est / 45.2775, 3.10111111111 ()  
Altitude 840 m (min. : 649 m) (max. : 1 200 m)
Superficie 19,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laurie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laurie

Laurie est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à l'est des monts du Cézallier.

Histoire[modifier | modifier le code]

( sources: Association Cézallier - Vallée de la Sianne)

  • 100,000 à 5000 av. J.-C. : éruption des derniers volcans à Charouliac (Laurie).
  • 2000 - 700 av. J.-C. : agriculture, création de nécropole sur le plateau de Lair (Laurie).
  • 1185 : une Bulle du Pape fait le point sur les dépendances de l’Abbaye de Blesle. Dans la vallée de la Sianne sont confirmées Chanet, Lussaud, Molèdes, Laurie.
  • 1329 : Laurum est le nom de Laurie.
  • 1342 : Guy de Laurie est le premier seigneur connu du village.
  • 1483 : une bulle du pape datée du 26 février incorpore l’église de Laurie sous la responsabilité du monastère de Chantoin à Clermont.
  • 1538 : Laurio est le nom du village de Laurie
  • 1646 : enquête à Laurie du prieur du couvent de Prébac sur l’histoire de la Vierge en majesté et sur les faits miraculeux qui s’y rapportent.
  • 1927 : l’église de Laurie est inscrite aux monuments historiques par arrêté du 1er juin 1927.
  • 1962 : découverte par deux enfants, Gilles Morel et Jacques Roche du premier tumulus du plateau de Lair (Laurie).

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Importante nécropole sur le plateau de Lair (commune de Laurie), datée de 1500 avant J.C., découverte en 1962.
  • Belle église du XIIe siècle, à deux nefs parallèles.
  • Statue de la Vierge en majesté (XII- XIII e{{{5}}} siècle, auteur inconnu), faisant l'objet d'un pèlerinage.
  • Hauts plateaux du Cézallier, constitués d'herbe rase et de roches volcaniques.
  • Village de Lussaud : maisons typiques de haute-Auvergne, toits en lauzes et pierres gravées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 mars 2008 M. Jean-Marc Morel    
mars 2008   Gilbert Alezard[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune de Laurie comptait 99 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500 319 500 381 416 670 622 635 601
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
535 502 501 506 527 506 504 508 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
509 518 508 381 314 322 289 270 232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
219 200 165 160 139 117 93 99 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

|}

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Jourde, écrivain. Son père est originaire du village de Lussaud sur la commune de Laurie. Pierre Jourde et sa famille y passaient leurs vacances depuis plusieurs années. Il y a situé l'action d'un de ses romans, Pays perdu, entrainant une vive réaction de certaines familles du hameau qui se sont reconnues dans les personnages. Des habitants ont agressé physiquement en 2005 l'écrivain et sa famille. Ce dernier, ayant également agressé l'un des habitants du village[4] a porté plainte contre ses agresseurs. Ils ont été condamnés à des amendes et à des peines de prison avec sursis[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général du Cantal fichier au format PDF daté du 4 avril 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. / [1]
  5. Chroniques judiciaires du Monde.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :