Allanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Allanche (rivière).
Allanche
Église Saint-Jean-Baptiste d'Allanche.
Église Saint-Jean-Baptiste d'Allanche.
Blason de Allanche
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Canton Murat
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Philippe Rosseel
2016-2020
Code postal 15160
Code commune 15001
Démographie
Population
municipale
771 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 48″ nord, 2° 56′ 07″ est
Altitude Min. 784 m – Max. 1 295 m
Superficie 49,89 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Allanche

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Allanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allanche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allanche
Liens
Site web http://www.allanche.fr

Allanche (en auvergnat Arhanchà[1]) est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est commune adhérente du parc naturel régional des Volcans d'Auvergne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située dans le sud du Cézallier.

Réseau routier[modifier | modifier le code]

  • Allanche est traversé par la D 679 qui conduit à Marcenat, Condat en direction du nord-ouest et vers Sainte-Anastasie et Neussargues en direction du sud et de Saint-Flour.
  • La D 9 part vers l'ouest en direction de Vernols, Ségur-les-Villas et vers l'est pour mener à Vèze ou rejoindre la D 21 qui conduit à Massiac.
  • La D 39, en direction du nord, conduit à Pradiers puis vers le Cézallier Puy-de-Dôme.

Quartiers du bourg et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Quartiers du bourg : la place du Cézallier, la Grand'Rue de l'Abbé de Prat, la place du Marché, l'avenue du Puy-Mary, le Pont Romain, la place Saint-Jean, la rue des Forgerons, la rue du 19-Mars 1962, la rue du 11-Novembre 1918, le Faubourg Terre Vermeille, le Pont Valat, la rue Saint-Eloi, place Mercoeurs, place de l'Église, rue de la Pierre Grosse…
  • Lieux-dits et hameaux : le Baladour, Maillargues, Coudour, Lapeyrot, Romaniargues, Chastre, les Clauzels, Chavanon, Béteil, Feydit, Roche, le Bac, Lorillou Fourche, Fromageade, Donnenuit, Combalut, Gouay, les Planes, Rouchy, Lampres, Chameille

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Allanche
Landeyrat Pradiers Vèze
Vernols Allanche Molèdes
Chalinargues Sainte-Anastasie Peyrusse

Transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , elle intègre l'ancienne commune de Chanet[2] dans le cadre d'une fusion simple.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 Christian Léoty RPR Médecin
mars 2001 2008 André Papon    
mars 2008 décembre 2016
(démission)[3]
Christian Léoty LR Médecin - Ancien conseiller général du canton d'Allanche (1994-2015)
décembre 2016 en cours Philippe Rosseel[4]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 771 habitants, en diminution de -14,05 % par rapport à 2009 (Cantal : -1,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 497 2 020 2 508 2 394 2 502 2 534 2 605 2 583 2 356
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 288 2 125 2 056 1 839 1 959 1 987 2 013 1 885 1 890
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 996 1 760 1 809 1 889 1 687 1 792 1 646 1 536 1 467
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 478 1 513 1 398 1 286 1 220 1 101 903 784 771
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans au mois de mai, la Fête de l'Estive[9] célèbre la montée des troupeaux de bovins de race Salers dans les pâturages d'altitude. Les troupeaux défilent depuis le village de Maillargues jusqu'au centre d'Allanche.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Météo[modifier | modifier le code]

Le 24 juin 2016, une tornade a été observée dans les environs de la commune[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nos ancêtres auvergnats, L'immigration auvergnate en Bretagne, Serge Duigou, Éditions Ressac, Quimper, 2004. [le mouvement migratoire qui partit du Cézallier vers la Bretagne aux XVIIIe et XIXe siècles - et notamment d'Allanche avec les Albaret, Chabrier, Laymet, Mainhes, etc.]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]