Beaulieu (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaulieu.

Beaulieu
Beaulieu (Cantal)
Ruines du château de Thynières sur la commune de Beaulieu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Mauriac
Canton Ydes
Intercommunalité C.C. Sumène Artense
Maire
Mandat
Gérard Tournadre
2014-2020
Code postal 15270
Code commune 15020
Démographie
Population
municipale
90 hab. (2015 en diminution de 11,76 % par rapport à 2010)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 27′ 27″ nord, 2° 30′ 46″ est
Altitude Min. 531 m
Max. 748 m
Superficie 7,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaulieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaulieu

Beaulieu est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une partie de la commune, autrefois habitée, se trouve sous les eaux du lac de barrage de Bort-les-Orgues. La commune est bordée à l'ouest par la Dordogne, au sud par son affluent la Tialle et à l'est par la Panouille, principal affluent de la Tialle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Beaulieu vient du latin "bellus locus", "lieu beau", endroit agréable à habiter.
Nom dialectal dans les communes voisines : ['bejo], en orthographe normalisée : Bel Luoc. (De nombreuses communes portent ce nom unique. Pour éviter les confusions , on indique le département entre parenthèses: ce sont Beaulieu (Cantal), Beaulieu (Ardèche), Beaulieu (Côte-d'Or), Beaulieu (Hérault), Beaulieu (Indre), Beaulieu (Isère), Beaulieu (Haute-Loire), Beaulieu (Nièvre), Beaulieu (Orne), Beaulieu (Puy-de-Dôme). Certaines communes ont adjoint, pour se différencier, un mot indiquant leur situation: Beaulieu-sur-Dordogne, Beaulieu-sur-Mer, Beaulieu-sur-Loire, Beaulieu-sur-Layon, Beaulieu-sous-la-Roche, Beaulieu-les-Fontaines, Beaulieu-sur-Sonnette, Beaulieu-sur-Oudon, Beaulieu-en-Argonne, Beaulieu-lès-Loches, Beaulieu-sous-Parthenay.
La gentilé des habitants de Beaulieu est très variée: Beaulieusard, Beaulieurois, Bellilocien, Bellieurain, Bellilocois, Belliloquois, Belliloqueteux, Belliquière, Berlugan, Beloudonien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de l'incorporation des communes au département du Cantal, en février 1790, Beaulieu est oubliée. Elle le rejoint finalement en l'an II de la République.

Langue[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, la langue du village est l'auvergnat du centre, aussi nommé auvergnat médian, plus proche de celui parlé dans le Puy-de-Dôme que celui du Cantal. En 2007, il semble que plus personne ne pouvait le parler dans la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1952 juin 2006 Henri Fabre RPR Conseiller général
septembre 2006 en cours
(au 9 avril 2014)
Gérard Tournadre[1] DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 90 habitants[Note 1], en diminution de 11,76 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420328377364338346344326314
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351309291318302270270310310
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
294285283222208200184161134
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
1451371391501321371189390
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Prieuré Sainte-Madeleine'
  • Ruines du château de Thynière XVe siècle (sentier balisé - vue panoramique sur le lac).
  • Les jardins de Thynière (ensemble pittoresque de chalets implantés sur les rives du lac du barrage de Bort-les-Orgues).
  • Les « haies de Beaulieu » (ensemble de haies basses soigneusement entretenues typiques de la région qui séparent les champs sur des kilomètres, offrant un abri à la faune locale. Promenades).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Beaulieu est classé dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 15 juillet 2014).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.