Orcines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orcines
Église d'Orcines.
Église d'Orcines.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Orcines
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Clermont Auvergne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Marc Morvan
2014-2020
Code postal 63870
Code commune 63263
Démographie
Population
municipale
3 336 hab. (2014)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 00″ nord, 3° 00′ 47″ est
Altitude Min. 480 m – Max. 1 465 m
Superficie 42,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcines

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orcines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orcines
Liens
Site web orcines.fr

Orcines est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d'Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit La Fontaine du Berger
Vue sur La Fontaine du Berger.

Cette localité du Massif central se trouve au cœur de la chaîne des Puys, à une altitude de 836 m. Le puy de Dôme, qui culmine à 1 465 m, est situé sur le territoire de la commune.

Située à l'ouest de Clermont-Ferrand, la commune d'Orcines est le bureau centralisateur, depuis mars 2015, d'un canton de vingt-trois communes, créé à la suite du redécoupage des cantons du département[1]. Elle appartenait jusqu'alors au canton de Chamalières en 1793, puis à l'ancien canton de Clermont-Ferrand-Nord, et de 1982 à 2015 au canton de Royat[2].

Outre Orcines proprement dit, la commune comprend aussi quinze villages ou lieux-dits : Ternant, Sarcenat, La Fontaine du Berger, Chez Vasson, Le Gressigny, Solagnat, La Baraque, Villars, La Font de l'Arbre, Montrodeix, Enval, Le Cheix, Bonnabry, Bellevue et Fontanas, l'un des plus remarquables.

Sept communes — huit en incluant le quadripoint avec Clermont-Ferrand — sont limitrophes[3] d'Orcines :

Communes limitrophes d’Orcines
Saint-Ours Chanat-la-Mouteyre Durtol
Mazaye Orcines Chamalières,
Clermont-Ferrand
Saint-Genès-Champanelle Royat

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue du sommet du puy de Dôme
Vue aérienne depuis un parapente sur la face est du pylône TDF du puy de Dôme, point culminant d'Orcines à 1 465 mètres.

La superficie de la commune est de 4 273 hectares ; son altitude varie entre 480 et 1 465 mètres[4].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune d'Orcines est traversée par plusieurs routes départementales, dont deux majeures reliant la capitale auvergnate à l'ouest du département (vers Limoges et Tulle).

La route départementale 941, au départ de Clermont-Ferrand, emprunte une montée (route du Puy-de-Dôme, rampe de 10 %) aménagée à deux voies dans le sens de la montée et une dans le sens de la descente, jusqu'à La Baraque. Elle continue vers Saint-Ours, Pontgibaud, l'autoroute A89 et Limoges. C'est aussi par cette route que l'on accède au centre-ville par la route départementale 90. Un point de vue avec table d'orientation a été aménagé, sur le territoire de la commune d'Orcines, au droit d'un virage, offrant une vue panoramique sur Clermont-Ferrand, au-dessus du quartier des Hauts de Chamalières. Jusqu'en 2006, il s'agissait, entre Clermont-Ferrand et La Baraque, de la RD 941a (section de l'ancienne RN 141a) et, entre La Baraque et Pontgibaud, de la RD 941b (section de l'ancienne RN 141b).

La route départementale 942 (anciennement RD 941a) relie La Baraque à Nébouzat en direction de Tulle par la RD 2089, ancienne route nationale 89 ; elle dessert La Font de l'Arbre au carrefour giratoire avec la RD 68.

Au sud du centre-bourg, Fontanas et La Font de l'Arbre sont traversées par la RD 68 en provenance de Royat. Celle-ci continue à l'ouest vers le parking du Panoramique des Dômes (chemin de fer à crémaillère permettant d'accéder au sommet du Puy de Dôme) et Ceyssat.

La RD 90 relie du nord au sud les villages de Ternant et de Fontanas via le centre-ville.

La RD 768, en provenance de Durtol, dessert les hameaux de Villars, de Fontanas et de Montrodeix.

Au nord de la commune, la RD 559 dessert le hameau de Ternant. Elle croise la RD 774, desservant les lieux-dits du Gressigny et de Bonnabry, ainsi que la RD 773 (vers La Fontaine du Berger) et la RD 775 (vers Chanat-la-Mouteyre). Il existe aussi une RD 774a.

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Orcines est desservie par le transport à la demande du réseau T2C. Fonctionnant du lundi au samedi, il permet des correspondances avec les lignes fortes du réseau (notamment le tramway et les lignes de bus B et C)[5].

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Orcines ne possède pas de gare ferroviaire. La ligne ferroviaire la plus proche appartenant au réseau ferré national est la ligne d'Eygurande - Merlines à Clermont-Ferrand ; la gare la plus proche est celle de Durtol - Nohanent accessible depuis le centre-ville par les RD 774 et 559 ou par la route de Champiot (RD 768) depuis Villars.

La voie du Panoramique des Dômes est à écartement de 1 m (voie métrique).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Dans un environnement verdoyant à forte emprise agricole, à 8 km seulement de l'ancienne capitale régionale, l'habitat dispersé des nombreux hameaux d'Orcines constitue une sorte de banlieue résidentielle où les villas bien entourées le disputent aux grandes fermes restaurées[6].

En 2012, la commune comptait 1 550 logements, contre 1 481 en 2007. Parmi ces logements, 89,6 % étaient des résidences principales, 3,1 % des résidences secondaires et 7,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 88,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 11,4 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 81,8 %, en baisse sensible par rapport à 2007 (82,3 %). La part de logements HLM loués vides était de 0,4 % (contre aucun en 2007)[a 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie d'Orcines, du latin ursinus[7], est présente à travers l'ours noir qui lui fait face.

Par le passé, Orcines s'écrivait Oreines sous l'an II et Orienes et Villars sous le Bulletin des lois[2].

Fontanas, petit village proche de Royat, tire son nom de l'occitan fontanas qui, avec le suffixe -as, veut dire « grosse fontaine ». Les nombreuses fontaines qui sont disposées à chaque coin de rues confirment cette origine.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire d'Orcines est intimement liée à celle du Puy-de-Dôme, à laquelle il faut se reporter pour les données concernant l’édification du temple de Mercure par les Gallo-Romains au début de notre ère, ou encore les expériences sur la pression atmosphérique menées par Blaise Pascal.

Le village lui-même a longtemps vécu de l'élevage des moutons, ainsi que de la cueillette des genêts, que les boulangers des alentours achetaient aux habitants pour chauffer leurs fours[8].

Aujourd'hui le village vit toujours de l'élevage, mais aussi des céréales et du bois, et bénéficie de l'essor touristique de la région : activités sportives, randonnées, curiosités géologiques, auxquelles s'ajoute l'attrait du tout proche complexe culturel et scientifique Vulcania, situé dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2012, la députée Danielle Auroi, élue dans la 3e circonscription, n'a pas recueilli la majorité des voix au second tour (48,21 %). 67,09 % des électeurs ont voté[9].

Aux élections municipales de 2014, le maire sortant, Jean-Marc Morvan, s'est représenté et a remporté les élections au 1er tour avec un score de 57,61 % des voix, dix-huit sièges au conseil municipal dont deux au conseil communautaire. Il bat Denis Cheville (candidat DVG) qui n'obtient que cinq sièges au conseil municipal. Le taux de participation s'élève à 75,61 %[10].

Aux élections européennes de 2014, la commune a voté en majorité pour la liste UMP de Brice Hortefeux avec 23,55 % des voix ; la liste FN arrive en deuxième position avec 17,66 % des voix. Le taux de participation est de 53,37 %[11].

Aux élections départementales de 2015, le binôme Martine Bony - Jean-Marc Boyer (Union de la droite) a recueilli 53,45 % des voix (813 votants sur 1 521 exprimés), suivant la tendance du canton dont ce binôme a été élu au premier tour[12]. Le taux de participation est de 58,22 % (1 607 votants sur 2 760 inscrits)[13].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Compte tenu de la population (3 282 habitants en 2011), vingt-trois membres sont élus au conseil municipal.

Le conseil municipal a désigné, le 29 mars 2014[Orc 1], cinq adjoints[Orc 2] et dix-sept conseillers municipaux (3 au bourg, 2 à Montrodeix, Ternant, La Font de l'Arbre et à Chez Vasson et 1 à Villars, Bellevue, Bournazet, Le Cheix, Solagnat et Le Gressigny)[Orc 3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie d'Orcines
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1797 1820 Savaron J.B. (réélu en 1806 et 1811)    
1820 1827 Guillaume De l'Huillier Daluzet    
1827 1833 Juge Solignat (réélu en 1831)    
1833 1840 Jean-Marie Monnet    
1840 1872 Annet-Félix Cellier (réélu en 1846)    
1875 1884 Amable Teyras de Grandval    
1884 1888 Jules Querat    
1888 1900 Jacques Cellier    
1900 1907 Jean Ameil    
1907 1920 Pierre Barthomeuf    
1920 1940 Antoine Monnet    
1940 1945 Jean Astier    
1945 1967 Sylvain Bonnet    
1967 1977 Pierre Ladant    
1977 1989 Georges Monnet    
1989 2001 Michel Faure    
2001 2008 Patrick Collas    
2008 en cours
(au 9 avril 2014)
Jean-Marc Morvan[14] DVD 9e vice-président de Clermont Auvergne Métropole
(université, innovation, recherche et attractivité)[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 336 habitants, en augmentation de 1,77 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 340 1 166 1 482 1 768 1 701 1 712 1 675 1 724 1 660
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 638 1 600 1 696 1 572 1 700 1 557 1 590 1 531 1 615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 590 1 611 1 526 1 368 1 333 1 376 1 370 1 304 1 417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 569 1 814 2 104 2 516 2 873 3 067 3 254 3 296 3 336
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement moyennement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,5 %)[a 3] est supérieur au taux national (23,6 %) mais inférieur au taux départemental (25,8 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Toutefois, le taux (50,4 %) est inférieur au taux national (51,6 %).

Répartition de la population de la commune par tranches d'âge en 2012
Tranche d'âge 0 à 14 ans 15 à 29 ans 30 à 44 ans 45 à 59 ans 60 ans et plus
49,6 % d'hommes 15,6 % 14,8 % 19,3 % 26,6 % 23,6 %
50,4 % de femmes 16,8 % 12,3 % 18,5 % 25,1 % 27,3 %
Pyramide des âges d'Orcines en 2012 en pourcentage[a 4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,4 
6,4 
75 à 89 ans
8,3 
16,9 
60 à 74 ans
18,6 
26,6 
45 à 59 ans
25,1 
19,3 
30 à 44 ans
18,5 
14,8 
15 à 29 ans
12,3 
15,6 
0 à 14 ans
16,8 
Pyramide des âges du Puy-de-Dôme en 2012 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,3 
6,9 
75 à 89 ans
10,8 
15,7 
60 à 74 ans
16,2 
20,8 
45 à 59 ans
20,3 
19,8 
30 à 44 ans
18,2 
19,2 
15 à 29 ans
17,7 
17 
0 à 14 ans
15,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Orcines dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Dans l'enseignement public, la commune gère l'école élémentaire publique La Font de l'Arbre, comptabilisant 222 élèves[20]. Ces élèves poursuivent leur scolarité au collège de Chamalières[21] puis dans le lycée polyvalent de la même commune pour les filières générales (ceux de la filière STI2D sont scolarisés au lycée Lafayette ou au lycée Roger-Claustres à Clermont-Ferrand et ceux de la filière STMG au lycée Sidoine-Apollinaire)[22].

Dans l'enseignement privé, le pensionnat Sainte-Anne accueille 88 élèves[23]. Ces élèves poursuivent leur scolarité au collège Sainte-Anne[24].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le four du village a été rénové, ainsi que ceux de Montrodeix et de La Font-de-l'Arbre depuis 2004. Les habitants y organisent des « inter-fours », qui rappellent les fêtes auvergnates d'autrefois : joie, bonne humeur, pain au four, aligot, andouillette maison…

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Les kiosques vendent La Montagne (édition de Clermont-Volcans).

La commune édite un bulletin municipal[Orc 4] ainsi que Les nouvelles d'Orcines[Orc 5].

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 2 205 personnes, parmi lesquelles on comptait 73,3 % d'actifs dont 67,9 % ayant un emploi et 5,4 % de chômeurs[a 5].

On comptait 441 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 1 515, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 29,1 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Orcines comptait 145 entreprises : 15 dans l'industrie, 28 dans la construction, 83 dans le commerce, les transports et les services divers et 19 dans le secteur administratif[a 7].

En outre, elle comptait 156 établissements[a 8].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, Orcines comptait 21 exploitations agricoles. Ce nombre est en diminution par rapport à 2000 (28) et à 1988 (41)[25].

La surface agricole utilisée était de 696 hectares, en diminution par rapport à 2000 (927 hectares)[25].

Commerce[modifier | modifier le code]

La base permanente des équipements de 2014 recense sept commerces : une supérette, deux épiceries, un magasin de meubles, deux magasins d'articles de sports et de loisirs ainsi qu'un fleuriste[26].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Orcines possède un office de tourisme[Orc 6].

Au , la commune comptait trois hôtels (un hôtel deux étoiles et deux autres trois étoiles) totalisant 83 chambres[a 9] et un camping, situé dans le village de Chez Vasson, ouvert de mai à septembre[Orc 7], non classé de 37 emplacements[a 10].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Église romane Saint-Julien
L'église romane Saint-Julien.

L'église Saint-Julien est un édifice roman, remanié au XIVe siècle. Moderne, son clocher est doté de quatre cloches, l'une de 1823, les trois autres de 1930[27].

Les stalles, du XVIIe siècle, disparues car vétustes, sont classées aux monuments historiques au titre objet le 20 octobre 1913[28]. Calice et patène, de la même époque, le sont le 22 septembre 1995[29].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Sarcenat
  • La Bosse, demeure de la famille Michelin[30].
  • La chaîne des Puys (puy de Dôme, puy Pariouetc.)
  • Entre Villars et le Cheix se trouvent les ruines d'un groupe d'habitations à pierre sèche datant des XIIIe et XIVe siècles. Il s'agit de pièces rectangulaires ou carrées, évidées en creusant dans l'amas des pierres d'une « cheire » (ancienne coulée volcanique). Fouillées de 1873 à 1877 par A. Julien et F. Bleynie de Chateauvieux, elles ont livré un matériel médiéval ou moderne publié en 1926 par le Dr Gaston Charvilhat[31].
  • Le chapiteau, du milieu du Moyen Âge, est classé au titre des monuments historiques au titre objet le 30 août 1923[32].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

C'est dans cette commune, au château de Sarcenat, qu'est né Pierre Teilhard de Chardin en 1881.

Le caveau de la famille Michelin se trouve dans le cimetière d'Orcines.

Eugene Bullard, pilote de chasse afro-américain, séjourna au camp de La Fontaine du Berger de janvier 1918 jusqu'à l'Armistice.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Armoiries d'Orcines
Les armoiries d'Orcines.

À gauche, le caducée, attribut du dieu Mercure, fait écho au temple qui lui était dédié au sommet du Puy-de-Dôme. L'ours est parlant. (Ours > Orcines).

La croix de gueules est celle du chapitre de la cathédrale de Clermont, qui possédait le fief d'Orcines jusqu’à la Révolution. Elle est également le symbole de la religion chrétienne, qui coiffe le symbolisme des deux éléments précédents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André-Georges Manry et Pierre-François Aleil, Histoire des communes du Puy-de-Dôme : généralités, Roanne, Éditions Horvath, , p. 352
  • Claude Ribbe, Eugene Bullard, Le Cherche Midi,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

Dossier relatif à la commune

  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2012.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  8. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  9. TOU T1 – Nombre et capacité des hôtels au .
  10. TOU T2 – Nombre et capacité des campings au .

Site de la mairie[modifier | modifier le code]

  1. « Compte-rendu de la séance du conseil municipal du 29 mars 2014 » [PDF], (consulté le 28 juillet 2015).
  2. « Les adjoints », La mairie (consulté le 28 juillet 2015).
  3. « Les conseillers municipaux », La mairie (consulté le 28 juillet 2015).
  4. « Bulletins Municipaux » (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « Les nouvelles d'Orcines » (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « Présentation de l'office de tourisme d'Orcines » (consulté le 28 juillet 2015).
  7. « Informations », Camping municipal (consulté le 28 juillet 2015).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme », sur Légifrance.
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Carte d'Orcines sur Géoportail.
  4. « Répertoire géographique des communes », IGN.
  5. « Service transport à la demande régulier », sur t2c.fr (consulté le 17 décembre 2015).
  6. Immobilier Clermont-Ferrand, Petit Futé, (ISBN 978-2-74691490-2), p. 78.
  7. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, Droz, .
  8. Immobilier Clermont-Ferrand, op. cit., p. 71.
  9. « Résultats des élections législatives 2012 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 28 juillet 2015).
  10. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 », Ministère de l'Intérieur (consulté le 28 juillet 2015).
  11. « Résultats des élections européennes 2014 », Ministère de l'Intérieur.
  12. « Résultats des élections départementales 2015 - PUY DE DOME (63) - canton de Orcines (23) », Ministère de l'Intérieur (consulté le 25 mars 2015).
  13. « Résultats des élections départementales 2015 - PUY DE DOME (63 ) - canton de Orcines - commune de Orcines », Ministère de l'Intérieur (consulté le 28 juillet 2015).
  14. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 1er mai 2015).
  15. « MORVAN JEAN MARC », Clermont Auvergne Métropole (consulté le 13 janvier 2017).
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 8 juillet 2015).
  20. « École élémentaire publique La Font de l'Arbre », Ministère de l'Éducation nationale, (consulté le 25 mars 2015).
  21. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 21 août 2016).
  22. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 21 août 2016).
  23. « École élémentaire privée Pensionnat Sainte-Anne », Ministère de l'Éducation nationale, (consulté le 25 mars 2015).
  24. « Collège Sainte-Anne », Ministère de l'Éducation nationale, (consulté le 25 mars 2015).
  25. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Orcines commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le 24 septembre 2015).
  26. « Base permanente des équipements : commerce » [zip], Insee, .
  27. Marcel Pierre et Maryse Pierre, Clochers de Basse-Auvergne, Éditions Créer, (ISBN 2848190396), p. 149.
  28. « Stalles », notice no PM63000653, base Palissy, ministère français de la Culture.
  29. « calice, patène », notice no PM63001854, base Palissy, ministère français de la Culture.
  30. Bruno Abescat, « François Michelin : le patron ermite », L'Express,‎ (lire en ligne).
  31. Pierre-Francois Fournier, Bulletin historique et scientifique de l'Auvergne, t. LXXXIX : Recherches sur l'histoire de l’Auvergne, 2/ Ruines de villages bâtis à pierre sèche et abandonnés, , p. 265-311.
  32. « Chapiteau », notice no PM63000654, base Palissy, ministère français de la Culture.