Saint-Sandoux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Sandoux
Vue du village depuis le Puy de Saint-Sandoux.
Vue du village depuis le Puy de Saint-Sandoux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Orcines
Intercommunalité Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Denis Fournier
2014-2020
Code postal 63450
Code commune 63395
Démographie
Population
municipale
935 hab. (2014)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 29″ nord, 3° 06′ 31″ est
Altitude Min. 430 m – Max. 848 m
Superficie 9,9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Sandoux

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Saint-Sandoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sandoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sandoux
Liens
Site web saint-sandoux.fr

Saint-Sandoux est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Six communes sont limitrophes de Saint-Sandoux[1] :

Communes limitrophes de Saint-Sandoux
Saint-Saturnin Saint-Amant-Tallende Tallende
Saint-Sandoux
Olloix Ludesse Plauzat

Relief[modifier | modifier le code]

Saint-Sandoux occupe un emplacement privilégié, dominant une vaste plaine vers l'est et entouré de deux éminences volcaniques : au nord le puy de Peyronère (716 m) et au sud le puy de Saint-Sandoux (848 m).

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les routes départementales 28 (reliant Saint-Saturnin à Champeix), 74 (reliant Tallende au chef-lieu et à la D 28) et 791 (vers Plauzat)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une tour, reste du rempart.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de quinze élus, dont quatre adjoints[2].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1804 Dominique Magaud    
1804 1813 Antoine Girard    
1813 1815  ?    
1815 1826 Antoine Girard    
1826 1840 Joseph Martin Rives    
1840 1843 Jean-Baptiste Maurice Girard    
1843 1845 Michel Mege    
1846 1847 Antoine Mege    
1848 1849 Emmanuel Montaignac    
1849 1852 Antoine Mege    
1852 1870 François Mauliat    
1871 1874 Joseph Hippolyte Noguier    
1874 1880 Hugues Martin Courtial    
1881 1884 Joseph Massei Juilhard    
1885 1886 Hugues Martin Courtial    
1887 1896 Martin Jean Nicolas    
1896 1900 Charles Astier Gauthier    
1900 1901 Hugues Martin Courtial    
1901 1912 Michel Morel Ratail    
1912 1919 Arthur Marsat    
1919 1926 Francisque Ratail    
1926 1946 Emile Brissollette    
1947 1959 Antoine Mallet    
1959 1965 Marcel Monestier Rives    
1965 1971 Antoine Mallet    
1971 1997 Jean-Marc Juilhard UDF Ancien conseiller général du canton de Saint-Amant-Tallende
1998 2008 Pierre Pelux    
2008 2014 Jean-Henri Pallanche    
2014 en cours
(au 9 avril 2014)
Denis Fournier[4]    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jusqu'en mars 2015, la commune faisait partie du canton de Saint-Amant-Tallende ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton d'Orcines[5].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La gestion des déchets est confiée au SICTOM des Couzes, compétence déléguée par la communauté de communes des Cheires. Les déchèteries les plus proches sont situées à Theix (commune de Saint-Genès-Champanelle) et à Montaigut-le-Blanc[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 935 habitants, en augmentation de 7,97 % par rapport à 2009 (Puy-de-Dôme : 2,3 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 360 1 458 1 584 1 379 1 250 1 190 1 178 1 133 1 140
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 056 1 041 1 010 1 028 1 012 994 991 1 037 1 026
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
847 809 788 636 608 549 509 424 452
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
487 435 398 457 508 603 813 906 935
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Sandoux dépend de l'académie de Clermont-Ferrand.

Les élèves commencent leur scolarité à l'école élémentaire publique de la commune[11]. Ils la poursuivent au collège des Martres-de-Veyre[12], puis :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Travers[modifier | modifier le code]

Ce château a été construit au XIVe siècle.

Domaine de Polagnat[modifier | modifier le code]

Le domaine de Polagnat est une ancienne dépendance de la commanderie des Templiers d'Olloix qui s'étend à l'est du village (direction Veyre-Monton).

Au départ de l'église du village débute une randonnée répertoriée sur le guide « Chamina ». Cette belle balade est assez physique mais comporte de magnifiques paysages[non neutre] dont un point de vue sur le puy d'Olloix et le massif du Sancy. La randonnée passe par le puy de Saint-Sandoux culminant à 848 mètres et offrant un paysage remarquable sur les monts du Forez. Il est à noter que le puy de Saint-Sandoux est utilisé comme base de départ de parapente. Enfin la durée de la balade est de h 45.[pertinence contestée]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Saint-Sandoux sur le site Géoportail de l'IGN (consulté le 25 novembre 2016).
  2. « Le Conseil Municipal », Mairie de Saint-Sandoux (consulté le 21 septembre 2016).
  3. « Chronologie des Maires », Mairie de Saint-Sandoux (consulté le 21 septembre 2016).
  4. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 23 juin 2014).
  5. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  6. « Les Déchets », Mairie de Saint-Sandoux (consulté le 21 septembre 2016).
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Annuaire des établissements scolaires de Saint-Sandoux sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 14 septembre 2016).
  12. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 septembre 2016).
  13. a et b « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 septembre 2016).