Orcival (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orcival.
Orcival
Le village.
Le village.
Blason de Orcival
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Canton Orcines
Intercommunalité Communauté de communes Dômes Sancy Artense
Maire
Mandat
Pascal Michaux
2014-2020
Code postal 63210
Code commune 63264
Démographie
Population
municipale
234 hab. (2015 en diminution de 6,02 % par rapport à 2010)
Densité 8,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 03″ nord, 2° 50′ 33″ est
Altitude Min. 780 m
Max. 1 509 m
Superficie 27,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte administrative du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcival

Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme

Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Orcival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orcival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orcival

Orcival est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Niché dans la superbe vallée du Sioulot, au sud de la chaîne des Puys, Orcival est un ravissant village de montagne dévoilant ses habitations sur fond d'andésite et de lauzes, mais surtout sa basilique romane, perle des Monts Dore.

Six communes sont limitrophes[1] :

Communes limitrophes d’Orcival
Saint-Bonnet-près-Orcival
Perpezat,
Rochefort-Montagne
Orcival Vernines
Mont-Dore Saulzet-le-Froid

La commune est traversée par les routes départementales 27 (reliant Saint-Bonnet-près-Orcival à la D 983 vers Mont-Dore), 27a, 74 (reliant Rochefort-Montagne à Vernines), 80a (reliant Rochefort-Montagne au col du Guéry) et 557 (reliant la D 983 au hameau de Servières)[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Urcival en 1373, Urcivallis en 1392 [2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Statue romane de la Vierge à l'enfant - Notre Dame d'Orcival.

Les terres d'Orcival furent propriété des comtes, puis des dauphins d'Auvergne jusqu'en 1243.

Au XIe siècle, une église, située à l'est du village, accueillait une statue de la Vierge, extrêmement vénérée ; une légende prétendait qu'elle avait été sculptée par saint Luc.

Tout porte d'ailleurs à croire que la basilique actuelle fut édifiée en raison du succès grandissant d'un pèlerinage. Notre-Dame d'Orcival devint alors le nouveau lieu d'accueil de la célèbre statue, conservée aujourd'hui dans le sanctuaire de l'église, et qui est depuis l'objet d'un pèlerinage qui a lieu tous les ans le Jeudi de l'Ascension. La veille au soir, les pèlerins, venus dans la nuit de toute la région, assistent à une retraite aux flambeaux et à une messe de minuit.

On attribue à cette basilique un pouvoir thaumaturge. Elle est parfois appelée notre Dame des fers pour son intercession en faveur des prisonniers.

Sur les murs du transept Sud sont suspendus des boulets et des chaînes, qui sont des ex-voto déposés ici par des prisonniers libérés après avoir prié Notre Dame d'Orcival.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 9 avril 2014)
Pascal Michaux[3] ? puis UMP  

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Les limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme ont été modifiées afin que chaque nouvel établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre soit rattaché à un seul arrondissement au [4]. La communauté de communes Dômes Sancy Artense à laquelle appartient la commune est rattachée à l'arrondissement d'Issoire ; ainsi, Orcival (Puy-de-Dôme) est passée le de l'arrondissement de Clermont-Ferrand à celui d'Issoire[5].

Jusqu'en mars 2015, la commune faisait partie du canton de Rochefort-Montagne ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton d'Orcines[6].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8].

En 2015, la commune comptait 234 habitants[Note 1], en diminution de 6,02 % par rapport à 2010 (Puy-de-Dôme : +2,4 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 121 711 761 737 760 810 801 731 755
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
626 645 605 635 642 610 691 638 634
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
705 597 618 537 561 564 518 465 448
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
373 342 344 343 283 244 255 256 234
2015 - - - - - - - -
234 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Basilique Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Chevet de la basilique.
Article détaillé : Basilique Notre-Dame d'Orcival.

La basilique Notre-Dame d'Orcival est un des joyaux de l'art roman auvergnat, avec la basilique Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand, l'église Saint-Austremoine d'Issoire, l'église de Saint-Nectaire, l'église Notre-Dame de Saint-Saturnin et la Basilique Saint-Julien de Brioude. Elle est classée monument historique depuis 1840[11].

La basilique Notre-Dame.

Cette église romane, élevée au rang de basilique en 1894 par le pape Léon XIII, a été construite par les moines de la Chaise-Dieu au début du XIIe siècle, vraisemblablement financés par Guillaume VII, comte d'Auvergne.

Elle a été terminée en 1166. On pense qu'elle a sans doute été construite en une seule campagne, au vu de l'homogénéité de son architecture.

Les caractéristiques architecturales et décoratives de la basilique d'Orcival sont comparables à celles des autres églises majeures de Basse-Auvergne.

Avec son chevet aux proportions élégantes, nettement hiérarchisé, sa crypte archaïque, inspirée de celle de la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption de Clermont et sa nef aux chapiteaux richement décorés, la basilique d'Orcival est en revanche l'une des rares églises d'Auvergne à avoir conservé sa tour de clocher d'origine.

Le relief accidenté du site a dicté aux hommes qui l'ont construit la proportion particulière de l'édifice : le flanc de la vallée dut être entamé pour permettre de construire la façade occidentale.

Château de Cordès[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Cordès.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Géoportail (consulté le 14 mars 2017).
  2. Ernest Nègre, générale de la France - Volume 2 - Page 999
  3. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 28 septembre 2014).
  4. « Modification des limites territoriales des arrondissements du Puy-de-Dôme au  », sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 mars 2017).
  5. Préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté no 16-536 du 21 décembre 2016 portant sur les modifications des limites territoriales des cinq arrondissements du Puy-de-Dôme » [PDF], Recueil des actes administratifs no 63-2016-065, sur puy-de-dome.gouv.fr, Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 14 mars 2017), p. 211-214.
  6. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Notice no PA00092231 et Notice no IA63000149, base Mérimée, ministère français de la Culture.