Antignac (Cantal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antignac.
Antignac
Antignac (Cantal)
Le bourg d'Antignac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Mauriac
Canton Ydes
Intercommunalité Communauté de communes Sumène Artense
Maire
Mandat
Stéphane Briant
2014-2020
Code postal 15240
Code commune 15008
Démographie
Population
municipale
283 hab. (2015 en augmentation de 0,35 % par rapport à 2010)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 35″ nord, 2° 32′ 46″ est
Altitude Min. 468 m
Max. 928 m
Superficie 16,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte administrative du Cantal
City locator 14.svg
Antignac

Géolocalisation sur la carte : Cantal

Voir sur la carte topographique du Cantal
City locator 14.svg
Antignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Antignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Antignac
Liens
Site web www.mairie-antignac.fr

Antignac est une commune française située dans le département du Cantal, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Antignac se situe dans la vallée de la Sumène, sur la route départementale 3 entre Bort-les-Orgues et Riom-ès-Montagnes, dans le canton d'Ydes. Au nord de la commune coule la Rhue, rivière qui la sépare de la commune et de l'ancien canton de Champs-sur-Tarentaine-Marchal. Au centre de la commune coule le Soulou, ou ruisseau de Compier, affluent de la Rhue. Le point le plus élevé de la commune d'Antignac est le rocher d'Urlande qui culmine à 926 m.

Antignac est le chef-lieu de la commune qui regroupe 25 autres villages, hameaux et lieux-dits : le Beix - Bellot - la Bouboulie - la Broconie - les Buges Blanches - la Cavarache - le Cellier - le Chambon - le Châtelet - la Croix de Soleilhadoux - Drulh - Fouillade - Fourgoux - la Ganette - Lugue - Masternat - Saleix - Salsignac - Sauronnet - la Seppe - Tampagniergues - Urlande - la Valette - Vignon - Vignonnet.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous sa forme occitane Antinhac en 1561[1],[2] (les lettres nh se prononcent, dans la France méridionale, comme les lettres gn en Français classique).

Ce toponyme, d'origine gallo-romaine, dérive de l'anthroponyme Antinius, associé au suffixe de possession -acum[1], sans doute un des propriétaires des lieux à cette époque.

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1790, Muradès est érigée en commune.

Par ordonnance royale du 19 juillet 1826, les communes créées sous la Révolution de Muradès, Salsignac et Vignonet sont réunies sous le nom d'Antignac. Le 6 avril 1870, une partie de la commune d'Antignac en est séparée pour former la nouvelle commune de La Monselie[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1799 1817 Jean-François Dubois    
1817 1847 Louis Armand    
1847 1848 Pierre Brun    
1848 1864 Louis François Armand    
1864 1881 Jean-Baptiste Tournadre    
1881 1897 Paul Antoine Mirande Radical socialiste  
1897 1919 Gabriel Félix Duc Radical socialiste Conseiller d'arrondissement
1919 1942 Jean Breton    
1942 1953 Pierre Chanut    
1953 1983 Roger Laboureix    
1983 1990 Claude Favory    
1990 1995 Charles Vayssier    
1995 2001 Claude Chanet    
2001 en cours
(au 14 décembre 2017)
Stéphane Briant[4] UDF puis MoDem puis UDI, puis LREM Journaliste
Conseiller général du canton de Saignes (2008-2015)

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2015, la commune comptait 283 habitants[Note 1], en augmentation de 0,35 % par rapport à 2010 (Cantal : -1,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
826 590 846 836 1 828 1 937 1 910 1 801 1 898
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 790 1 875 1 658 907 884 924 979 979 981
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
936 920 755 676 660 675 645 608 530
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
449 439 361 305 335 292 276 285 283
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les trois églises[modifier | modifier le code]

Monuments civils[modifier | modifier le code]

  • Viaduc ferroviaire de Salsignac, sur le tronçon Bort-les-Orgues - Riom-ès-Montagnes de la ligne de chemin de fer Paris - Béziers, qui fut mis en service le 2 décembre 1907 et fermé en 1991. Le viaduc mesure 190 m de long, il comporte quatorze arches et s'élève à 24 m de hauteur[12].
  • Maison de Chabannes, ancienne maison Renaissance, datant probablement du XVIe siècle. Elle aurait appartenu à la famille de Chabannes, propriétaire de la seigneurie de la Daille[13]. Immédiatement sur sa gauche, la porte d'entrée de la propriété présente un encadrement ancien en provenance du village de Courtilles sur la commune de Vebret[14]. Il s'agissait de la porte du chef de la commanderie des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de Courtilles[15]. La cheminée du rez-de-chaussée a, quant à elle, été déplacée dans l'auberge voisine située à droite[13].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Antignac est classé dans le parc naturel régional des volcans d'Auvergne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Dutourd (né le à Paris, où il est mort le ), journaliste et écrivain, de l'Académie française, auteur du roman Au Bon Beurre, petit-fils de la maison Laurichesse, à l'auberge de la Sumène d'Antignac. S'est rendu célèbre pour sa participation à l'émission radiophonique Les grosses têtes animée par Philippe Bouvard.
  • Jacques Jouve, né le à Antignac. Député communiste de la Haute-Vienne du 19 mars 1978 au 22 mai 1981,
  • François-Paul Raynal (1902-1964), journaliste, il fit ses débuts à L'Auvergnat de Paris en 1926, il en devint chroniqueur puis secrétaire de rédaction. Également écrivain, il se partageait entre Salsignac et le faubourg Saint-Antoine, à Paris, émule de Jean Ajalbert, il écrivit des œuvres, souvent d'un grand intérêt pour la vie locale. En effet, resté très attaché à ses racines et à la maison familiale de Salsignac, il les évoque dans plusieurs de ses romans ou chroniques (Au fil de la Sumène, Les Artisans du village, Marie des Solitudes, etc.). En 1943, son récit Les Artisans du village est couronné par l'Académie française, François-Paul Raynal y décrit les métiers qui animaient les villages d'antan.
  • François Aubert, maçon qui a décoré sa maison dans un style naïf (proche du Palais Idéal du facteur Cheval) et a créé un musée minéralogique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 21..
  2. Dans le terrier de Murat-la-Rabe.
  3. Bulletin des lois de l'Empire français, XIe série, premier semestre de 1870, p. 685 sur Google Livres
  4. Annuaire des maires du Cantal., sur le site de l'AMF15 (consulté le 14 décembre 2017).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. « Église Saint-Pierre », notice no PA00093441, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Église Saint-Ferréol », notice no PA00093442, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Chapelle Notre-Dame du Roc-Vignonnet », notice no PA00093440, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Inventaire général du patrimoine culturel, « Viaduc de chemin de fer dit Viaduc de Salsignac », notice no IA15000011, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 juillet 2014.
  13. a et b Inventaire général du patrimoine culturel, « Maison », notice no IA15000027, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 juillet 2014.
  14. Panneau Une pincée d'histoire apposé sur la façade de la maison de Chabannes, vu le 26 juin 2014.
  15. Inventaire général du patrimoine culturel « Commanderie d'hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem Saint-Jean-Baptiste (chapelle) », notice no IA15000158, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 29 juillet 2014.