Aller au contenu

La Chapelle-d'Alagnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Chapelle-d'Alagnon
La Chapelle-d'Alagnon
Le château du Jarrousset.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Arrondissement Saint-Flour
Intercommunalité Hautes Terres Communauté
Maire
Mandat
Gérard Pouderoux
2020-2026
Code postal 15300
Code commune 15041
Démographie
Population
municipale
259 hab. (2021 en augmentation de 5,28 % par rapport à 2015)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 06′ 30″ nord, 2° 53′ 50″ est
Altitude Min. 860 m
Max. 1 124 m
Superficie 9,2 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Murat
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
La Chapelle-d'Alagnon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
La Chapelle-d'Alagnon
Géolocalisation sur la carte : Cantal
Voir sur la carte topographique du Cantal
La Chapelle-d'Alagnon
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
La Chapelle-d'Alagnon

La Chapelle-d'Alagnon est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]
Rose des vents Virargues Rose des vents
Murat N Celles
O    La Chapelle-d'Alagnon    E
S
Laveissenet Ussel

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Ouest et nord-ouest du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 900 à 1 500 mm, maximale en automne et en hiver[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 8,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 086 mm, avec 12 jours de précipitations en janvier et 7,7 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Coltines à 7 km à vol d'oiseau[3], est de 7,8 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 734,2 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Au , La Chapelle-d'Alagnon est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[7]. Elle est située hors unité urbaine[I 1] et hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (81,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (44 %), zones agricoles hétérogènes (36,7 %), forêts (16 %), zones urbanisées (3,1 %), mines, décharges et chantiers (0,2 %)[10]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Habitat et logement

[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 151, alors qu'il était de 147 en 2013 et de 138 en 2008[I 2].

Parmi ces logements, 72,2 % étaient des résidences principales, 26,5 % des résidences secondaires et 1,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,6 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à la La Chapelle-d'Alagnon en 2018 en comparaison avec celle du Cantal et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (26,5 %) supérieure à celle du département (20,4 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 84,4 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (84,9 % en 2013), contre 70,4 % pour du Cantal et 57,5 pour la France entière[I 4].

Le logement à la La Chapelle-d'Alagnon en 2018.
Typologie La Chapelle-d'Alagnon[I 2] Cantal[I 5] France entière[I 6]
Résidences principales (en %) 72,2 67,7 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 26,5 20,4 9,7
Logements vacants (en %) 1,3 11,9 8,2

La commune est nommée Chapèla d'Alanhon en occitan, la langue traditionnelle locale[11].

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Découpage territorial

[modifier | modifier le code]

La commune de Chapelle-d'Alagnon est membre de l'intercommunalité Hautes Terres Communauté[I 1], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Murat. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[12].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Saint-Flour, à la circonscription administrative de l'État du Cantal et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[I 1].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Murat pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[I 1], et de la deuxième circonscription du Cantal pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[13].

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Marie Loubières    
mars 2008 mars 2014 Philippe Coudon    
mars 2014 En cours
(au 16 juillet 2014)
Gérard Pouderoux[14] DVD Agriculteur

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2021, la commune comptait 259 habitants[Note 1], en augmentation de 5,28 % par rapport à 2015 (Cantal : −1,36 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479397411413434389403405408
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
401369382349362379373380432
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
403411376344339344328333289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
272264239246236250242240243
2018 2021 - - - - - - -
250259-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]
Le château du Jarrousset, vue Sud-Ouest.

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Château de Jarrousset du XVIe siècle, inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [19].
  • Église Saint-Laurent
  • Oratoire Notre-Dame-de-Chez-Nous à Laborie
  • Lac de la Gibert
  • Roche de Muratel 1074 mètres
  • Le Peuch Derrière 1066 mètres

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee

[modifier | modifier le code]
  1. a b c et d Insee, « Métadonnées de la commune ».
  2. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à la La Chapelle-d'Alagnon » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à la La Chapelle-d'Alagnon - Section LOG T2 » (consulté le ).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2018 à la La Chapelle-d'Alagnon - Section LOG T7 » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans le Cantal » (consulté le ).
  6. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière » (consulté le ).

Autres sources

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre La Chapelle-d'Alagnon et Coltines », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Coltines », sur la commune de Coltines - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Coltines », sur la commune de Coltines - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  11. (oc) « Chapèla d’Alanhon: un vergièr per preservar los arbres fruchièrs del país », Jornalet, Barcelone, Associacion entara Difusion d'Occitània en Catalonha (ADÒC),‎ (ISSN 2385-4510, OCLC 1090728591, lire en ligne)
  12. « Hautes Terres Communauté - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  13. « Découpage électoral du Cantal (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  14. Liste des maires du Cantal, site de la préfecture du Cantal (consulté le 16 juillet 2014).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  19. Notice no PA00093744, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture