Le Crest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Crest
Le Crest
Vue sur Le Crest.
Blason de Le Crest
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Communauté de communes Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Gérard Perrodin
2020-2026
Code postal 63450
Code commune 63126
Démographie
Gentilé Crestois
Population
municipale
1 267 hab. (2017 en diminution de 3,72 % par rapport à 2012)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 07″ nord, 3° 07′ 39″ est
Altitude 608 m
Min. 366 m
Max. 653 m
Superficie 6,84 km2
Élections
Départementales Canton des Martres-de-Veyre
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Crest
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Le Crest
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Crest
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Crest
Liens
Site web lecrest.fr

Le Crest est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Crest est une commune située au sud de Clermont-Ferrand.

Elle est limitrophe avec six communes[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée à l'est par l'autoroute A75 reliant Clermont-Ferrand à Béziers, et accessible dans les deux sens par l'échangeur no 5 et la route départementale 213, celle-ci reliant la RD 978 et la RD 52 au sud d'Orcet vers l'est à Saint-Amant-Tallende et Aydat vers l'ouest[1].

La route départementale 3 relie Chanonat à l'ouest-nord-ouest au centre du village, puis continue vers le sud-ouest en direction de Saint-Amant-Tallende en croisant la RD 213. Du centre du village, la RD 786 va croiser la RD 213 près de l'autoroute, avant de continuer vers Monton et Veyre-Monton ; une RD 52d continue au nord vers La Roche-Blanche. Une partie de la RD 213 traverse la commune, à l'est, puis au sud ; la RD 795 permet d'accéder à Tallende[1].

La ligne 33 du réseau départemental d'autocars Transdôme dessert la commune. Reliant Saint-Saturnin à la gare routière de Clermont-Ferrand, trois arrêts ont été aménagés[2],[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Zonages d'études[modifier | modifier le code]

Selon les zonages d'étude définis par l'Insee, Le Crest fait partie de l'unité urbaine de La Roche-Blanche et de l'aire urbaine, du bassin de vie et de la zone d'emploi de Clermont-Ferrand[4].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune comptait 532 logements, contre 580 en 2011. Parmi ces logements, 99,6 % étaient des résidences principales et 0,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,8 % des appartements[a 1].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 88,7 %, en baisse sensible par rapport à 2011 (89,7 %). La part de logements HLM loués vides était de 1,3 % (contre 1,4 %)[a 2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a pris le nom de Le Crit sous l'an II[5]. Son nom est issu de l'occitan Crest [kʁɛst] qui signifie crête, sommet, cime[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès la première moitié du XIe siècle et jusque dans les années 1700, Le Crest était une place forte ceinte de trois puissants remparts successifs comme le montre le dessin de Guillaume Revel daté de 1450[7]. La famille des seigneurs du Crest s'éteignit vers le milieu du XIIIe siècle[8].

En 2006, des fouilles archéologiques ont permis d'indiquer que le site était habité au néolithique final, soit 5 000 ans avant notre ère[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Le Crest a fait partie du canton de La Roche en 1793, puis du canton de Veyre-Monton (d'abord nommé Veyre) en 1801[5]. À la suite d'un décret de 2014 portant délimitation des cantons dans le département, prenant effet après les élections départementales de 2015, la commune est désormais rattachée au canton des Martres-de-Veyre[10].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de quinze élus, dont trois adjoints[CR 1].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1827 Tristan La Salle    
1827 1849 Antoine Hugon    
1849 1859 Paul de Riberolles    
1859 1866 Jean-Marie Azaïs-Allemand    
1866 1870 Paul de Riberolles    
1870 1871 Claude-Auguste Docher-Frelut    
1871 1877 Paul de Riberolles    
1877 1878 ?    
1878 1881 Jean Aste    
1881 1882 ?    
1882 1884 Joseph Docher-Ussel    
1884 1885 Jean Aste    
1885 1896 Joseph Docher-Ussel    
1896 1900 Claude-Auguste Docher    
... ... ... ... ...
mars 2008 mars 2014 Jean-François Carriot    
mars 2014 En cours
(au 29 mai 2020)
Gérard Perrodin[11]   Réélu le [12]

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Eau, assainissement et déchets[modifier | modifier le code]

La gestion de l'eau et de l'assainissement est assurée par le syndicat mixte des vallées de la Veyre et de l'Auzon[CR 2].

La collecte des déchets est assurée par le syndicat intercommunal de collecte et de traitement des ordures ménagères (SICTOM) des Couzes[CR 3].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Crest dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Elle gère l'école élémentaire publique La Croix-Saint-Verny, située sur la route de Veyre-Monton[13], où 98 élèves sont scolarisés pour la rentrée scolaire 2019[CR 4].

Hors dérogations à la carte scolaire, les collégiens se rendent aux Martres-de-Veyre[14], et les lycéens à Clermont-Ferrand[15] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2017, la commune comptait 1 267 habitants[Note 1], en diminution de 3,72 % par rapport à 2012 (Puy-de-Dôme : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1341 1591 3901 3791 2681 0771 029981964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
905850805823819839817810784
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
656621575490488457439352367
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4153865077639371 1281 1911 3081 270
2017 - - - - - - - -
1 267--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population de la commune est relativement moyennement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à soixante ans (26,6 %)[a 3] est supérieur au taux national (25,4 %) mais inférieur au taux départemental (27,3 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Toutefois, le taux (50,79 %) est inférieur aux taux national (51,59 %) et départemental (51,62 %).

Pyramides des âges en 2016 en pourcentage
Commune du Crest[a 4]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90 ans ou +
0,2 
5,9 
75 à 89 ans
5,9 
19,7 
60 à 74 ans
21,2 
22,9 
45 à 59 ans
22,3 
18,9 
30 à 44 ans
18,8 
14,7 
15 à 29 ans
13 
17,8 
0 à 14 ans
18,6 
Département du Puy-de-Dôme[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ans ou +
1,8 
7,1 
75 à 89 ans
10,4 
17 
60 à 74 ans
17,5 
20,5 
45 à 59 ans
19,8 
18,9 
30 à 44 ans
17,7 
18,7 
15 à 29 ans
17,2 
17,2 
0 à 14 ans
15,6 

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2016, la population âgée de quinze à soixante-quatre ans s'élevait à 804 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,1 % d'actifs dont 69,2 % ayant un emploi et 6 % de chômeurs[a 5].

On comptait 91 emplois dans la zone d'emploi. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone étant de 563, l'indicateur de concentration d'emploi s'élève à 16,1 %, ce qui signifie que la commune offre moins d'un emploi par habitant actif[a 6].

490 des 563 personnes âgées de quinze ans ou plus (soit 87 %) sont des salariés[a 7]. 9,4 % des actifs travaillent dans la commune de résidence[a 8].

Entreprises[modifier | modifier le code]

Au , Le Crest comptait 63 entreprises : 2 dans l'industrie, 12 dans la construction, 19 dans le commerce, le transport, l'hébergement et la restauration, 19 dans les services aux entreprises et 11 dans les services aux particuliers[a 9].

En outre, elle comptait 66 établissements[a 10].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au recensement agricole de 2010, la commune comptait sept exploitations agricoles. Ce nombre est en nette diminution par rapport à 2000 (9) et à 1988 (20)[20].

La superficie agricole utilisée sur ces exploitations était de dix hectares en 2010, allouées aux cultures permanentes[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Tour de Crest,
  • Maisons solaires de l'architecte local Jean-Marc Massot, bâties dans les années 1970.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Un roman de Samuel Gance paru en janvier 2013, Anton ou la trajectoire d'un père, retrace la vie d'aventures du père Anton Docher, soldat et missionnaire né au Crest en 1852. Il se déroule pour une bonne part dans le village[22] et décrit la vie des vignerons du XIXe siècle.

Les activités de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale censées se dérouler au Crest ont été le sujet en 1989 de la troisième série télévisée britannique Wish Me Luck (en).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  • Site de la mairie :
  1. LOG T2 – Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 – Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. POP T0 – Population par grandes tranches d'âges.
  4. POP T3 – Population par sexe et âge en 2016.
  5. EMP T1 – Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 – Emploi et activité.
  7. ACT T1 – Population de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le statut en 2016.
  8. ACT T4 – Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la zone.
  9. DEN T3 – Nombre d'entreprises par secteur d'activité au .
  10. DEN T5 – Nombre d'établissements par secteur d'activité au .
  • Autres sources :
  1. a b et c Carte du Crest sur Géoportail.
  2. « Horaires TRANSDÔME », sur puy-de-dome.fr, Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 22 janvier 2020).
  3. Fiche horaire de la ligne 33 [PDF], Conseil départemental du Puy-de-Dôme (consulté le 22 janvier 2020).
  4. « Commune du Crest (63126) », sur insee.fr (consulté le 10 janvier 2020).
  5. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie nord-occitane (Périgord, Limousin, Auvergne, Vivarais, Dauphiné), Bordeaux, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud-Ouest université », , 128 p. (ISBN 9782879015071)
  7. Georges Bernage, Anne Courtillé et Marc Mégemont, La basse Auvergne médiévale, p. 28.
  8. Gabriel Fournier, Châteaux, villages et villes d'Auvergne au XVe siècle d'après l'Armorial de Guillaume Revel, Arts et Métiers Graphiques, , p. 59.
  9. « Rapport d'activité » [PDF], INRAP, , p. 113.
  10. Décret no 2014-210 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Puy-de-Dôme.
  11. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 23 juin 2014).
  12. « Un troisième mandat de maire pour Gérard Perrodin, au Crest (Puy-de-Dôme) », La Montagne, (consulté le 29 mai 2020).
  13. « École élémentaire publique La Croix Saint Verny », Ministère de l'Éducation nationale (consulté le 26 novembre 2015).
  14. « SECTORISATION - DEPARTEMENT du PUY-DE-DÔME » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 19 août 2016).
  15. « Sectorisation des lycées - Département du Puy-de-Dôme » [PDF], Direction des services départementaux de l'Éducation nationale du Puy-de-Dôme, (consulté le 19 août 2016).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  19. « Évolution et structure de la population en 2016 – Département du Puy-de-Dôme (63) », Insee (consulté le 22 janvier 2020).
  20. a et b « Données générales des exploitations ayant leur siège dans Le Crest commune », Ministère de l'Agriculture (consulté le 22 janvier 2020).
  21. (en) Keleher and Chant, The Padre of Isleta, Sunstone Press, , p. 24.
  22. Samuel Gance, Anton ou la trajectoire d'un père, L'Harmattan, , p. 1-52 et 101-110.