Jean Rostand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rostand.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Rostand.

Jean Rostand

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Rostand interrogé par Denis Buican.

Activités Écrivain, biologiste
Naissance 30 octobre 1894
Paris
Décès 4 septembre 1977 (à 82 ans)
Ville-d'Avray
Langue d'écriture Français

Jean Edmond Cyrus Rostand, né le 30 octobre 1894 à Paris (17e arrondissement) et mort le 4 septembre 1977 à Ville-d'Avray (Hauts-de-Seine)[1], est un écrivain, moraliste, biologiste, historien des sciences et académicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du dramaturge Edmond Rostand et de la poétesse Rosemonde Gérard, Jean Rostand passe son enfance à la villa Arnaga, à Cambo-les-Bains (Pays basque)[2].

Il découvre à l'âge de dix ans les Souvenirs entomologiques de Jean-Henri Fabre. Licencié ès-sciences de la Faculté de Paris, Jean Rostand s'installe à Ville-d'Avray en 1922, après la mort de son père (1918).

Il participe à la création de la section de biologie au Palais de la découverte, en 1936, puis fonde à Ville-d'Avray son propre laboratoire indépendant : la fortune familiale lui permet de se tenir à l'écart des structures universitaires, qu'il juge trop contraignantes. Très intéressé par les origines de la vie, il étudie la biologie des batraciens (grenouilles, crapauds), la parthénogenèse, l'action du froid sur les œufs, et promeut de multiples recherches sur l'hérédité [2].

Jean Rostand commence par publier quelques essais philosophiques, puis partage son temps entre son métier de chercheur et une très abondante production scientifique et littéraire. Avec conviction et enthousiasme, il s'efforce de vulgariser la biologie auprès d'un large public (il reçoit en 1959 le prix Kalinga de vulgarisation scientifique) et d'alerter l'opinion sur la gravité des problèmes humains qu'elle pose (voir EDD). Considérant la biologie comme devant être porteuse d'une morale, il met en garde contre les dangers qui menacent les hommes lorsqu'ils jouent aux apprentis sorciers, comme les tenants de l'eugénisme.

Toutefois, Rostand soutient une forme d'« eugénisme positif », approuvant certains écrits d'Alexis Carrel et la stérilisation des personnes atteintes de certaines formes graves de maladies mentales, ce qui fut rapproché, après la guerre, de la loi nazie de 1933, et lui fut reproché[3].

En 1954, cependant (dans les Pensées d'un biologiste), il écrit que « Tout ce que nous pouvons pour nos enfants, c’est de bien choisir leur mère ».

Homme de science, biologiste, pamphlétaire, moraliste, Jean Rostand est aussi pacifiste.

Il milite contre l'armement atomique. Agnostique, libre penseur, président d'honneur de la Libre-pensée, loin cependant d'être sectaire, il montre une grande ouverture d'esprit et beaucoup d'honnêteté intellectuelle. Lors du procès de Bobigny autour de l'avortement, en 1972, il témoigne en faveur de l'avortement.

Une de ses citations restera à travers le temps : « La science a fait de nous des dieux, avant même que nous méritions d'être des hommes. »

Jean Rostand entre à l'Académie française en 1959 et continue ses campagnes d'information lors de conférences, à la radio ou à la télévision.

Installé à Ville-d'Avray en 1922 au 29 rue Pradier dans la demeure qu'avait occupée la Valtesse de La Bigne, il y vit jusqu'à sa mort en 1977. Il est inhumé dans le cimetière de Ville-d'Avray[4].

Hommages[modifier | modifier le code]

Des écoles primaires, des collèges et des lycées portent aujourd'hui son nom : Chambéry (73), Montluçon (03), Ville-d'Avray (92), Romans-sur-Isère, Auriol (13), Saint Germain du Puy (18), Lyon, Balma (31), Nîmes (30), Rennes (35), Casteljaloux (47), Nérac (47), Thouars (79), Montpon-Ménestérol (24), Quétigny (21), Martre de Veyre (63), Craponne (69), Orvault (44), Trélazé (49), Angers (49), Villers Saint Paul (60), La Ferté-Bernard (72), Connerré (72), Capbreton (40), Mont de Marsan (40), Tartas(40), Biarritz (64), Lamotte-Beuvron (41), Milly-la-Forêt (91), Auchy-lès-Hesdin, Marquise (62) ; des lycées à Chantilly (60), à Caen (14), à Mantes-la-jolie (78), à Offranville (76), à Strasbourg (67), à Marly-le-Roi (78) et à Nevers (58) ; des collèges à Armentières (59), à Luxeuil-les-Bains (70) à Draguignan (83),à Chatenois (88), à Bray-sur-Seine (77) à Moutiers (73) et à Sainte-Jamme-sur-Sarthe (72) et à Château-Thierry (02); une école primaire à Crégy-lès-Meaux (77)Sotteville lès Rouen (76), Bellerive sur Allier (03), Loon-plage (59), une école primaire à Brest (29), Neuville de Poitou (86), Le Cateau-Cambrésis (59).

Jacques Chardonne, qui fut un de ses proches, a dit de lui : « Jean Rostand, c'est la bonté même, la bonté absolue et dans son plein éclat ».

Famille[modifier | modifier le code]

Avec son épouse, sa cousine germaine sculptrice, Andrée Mante (1892-1980), Jean Rostand eut un fils, François Rostand (1921-2003) sans descendance.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

  • Le Retour des pauvres (Paris, Stock, 1919 - publié sous le pseudonyme de Jean Sokori)
  • La Loi des riches (Paris, Grasset, 1920)
  • Pendant qu'on souffre encore (Paris, Grasset, 1921)
  • Ignace ou l'écrivain (Paris, Fasquelle, 1923)
  • Deux Angoisses : la mort, l'amour (Paris, Fasquelle, 1924)
  • De la vanité et de quelques autres sujets (Paris, Fasquelle, 1925)
  • Les Familiotes et autres essais de mystique bourgeoise (Paris, Fasquelle, 1925)
  • De l'amour des idées (Paris, Aveline, 1926)
  • Le Mariage (Paris, Hachette, 1927)
  • Valère ou l'exaspéré (Paris, Fasquelle, 1927)
  • Julien ou une conscience (Paris, Fasquelle, 1928)
  • Journal d'un caractère (Paris, Fasquelle, 1931)
  • Pensées d'un biologiste (Paris, Stock, 1939)
  • Nouvelles pensées d'un biologiste (Paris, Stock, 1947)
  • Notes d'un biologiste (Les Pharmaciens bibliophiles, 1954), livre avec gravures au burin par Albert Flocon et accompagné du menu du 23 mars en l'Hôtel Lutetia.
  • Carnet d'un biologiste (Paris, Stock, 1959)
  • Inquiétudes d'un biologiste (Paris, Gallimard, 1967)
  • Le Courrier d'un biologiste (Paris, Gallimard, 1970)

Œuvre scientifique[modifier | modifier le code]

  • Les Chromosomes, artisans de l'hérédité et du sexe (Paris, Hachette, 1928)
  • La Formation de l'être. Histoire des idées sur la génération (Paris, Hachette, 1930)
  • De la mouche à l'homme (Paris, Fasquelle, 1930)
  • L'état présent du transformisme (Paris, Stock, 1931)
  • L'Évolution des espèces. Histoire des idées transformistes (Paris, Hachette, 1932)
  • L'Aventure humaine (Paris, Fasquelle, 3 volumes, 1933-1935)
  • La Vie des crapauds (Paris, Stock, 1933)
  • Les Problèmes de l'hérédité et du sexe (Paris, Rieder, 1933)
  • En collaboration avec Augustin Boutaric et Pierre Sergescu : Les Sciences. Les sciences mathématiques, les sciences biologiques, les sciences physico-chimiques, (Paris, Denoël, 1933)
  • La Vie des libellules (Paris, Stock, 1935)
  • Insectes (Paris, Flammarion, 1936)
  • En collaboration avec Lucien Cuénot : Introduction à la génétique (Paris, Tournier et Constans, 1936)
  • La Nouvelle Biologie (Paris, Fasquelle, 1937)
  • La Parthénogenèse des vertébrés (Paris, Hermann, 1938)
  • Claude Bernard (Paris, Gallimard, 1938)
  • Biologie et Médecine (Paris, Gallimard, 1939)
  • La Vie et ses problèmes (Paris, Flammarion, 1939)
  • Science et Génération (Paris, Fasquelle, 1940)
  • L'homme. Introduction à l'étude de la biologie humaine (Paris, Gallimard, 1941)
  • Les Idées nouvelles de la génétique (Paris, P.U.F., 1941)
  • L'Homme, maître de la vie (Paris, Poulet-Malassis, 1941)
  • Hommes de vérité. Tome 1: Pasteur, Claude Bernard, Fontenelle, La Rochefoucauld (Paris, Stock, 1942)
  • La Genèse de la vie. Histoire des idées sur la génération spontanée (Paris, Hachette, 1943)
  • L'Avenir de la biologie (Paris, Poulet-Malassis, 1943)
  • La Vie des vers à soie (Paris, Gallimard, 1944)
  • Esquisse d'une histoire de la biologie (Paris, Gallimard, 1945)
  • L'Avenir de la biologie (Paris, Éditions du Sablon, 1946)
  • Qu'est-ce qu'un enfant ? (Alençon, Imprimerie Alençonnaise, 1946)
  • Charles Darwin (Paris, Gallimard, 1947)
  • Hommes de vérité. Tome 2: Lamarck, Davaine, Mendel, Fabre, Barbellion (Paris, Stock, 1948)
  • L'Homme devant la biologie (Paris, Poulet-Malassis, 1949)
  • La Parthénogenèse, reproduction virginale chez les animaux (Paris, Poulet-Malassis, 1949)
  • La Parthénogenèse animale (Paris, P.U.F., 1949)
  • La Biologie et l'avenir humain (Paris, Albin Michel, 1950)
  • Les Grands courants de la biologie (Paris, Gallimard, 1951)
  • Les Origines de la biologie expérimentale et l'abbé Spallanzani (Paris, Fasquelle, 1951)
  • La Génétique des Batraciens (Paris, Hermann, 1951)
  • L'Hérédité humaine (Paris, P.U.F., "Que sais-je ?", 1952)
  • Pages d'un moraliste ( Paris, Fasquelle, 1952)
  • Ce que nous apprennent les crapauds et les grenouilles (Paris, Poulet-Malassis, 1953)
  • Ce que je crois (Paris, Grasset, 1953)
  • Instruire sur l'homme (Nice, Éditions médicales La Diane Française, 1953)
  • La Vie, cette aventure. Entretiens avec Paul Bodin (Paris, La Table ronde, 1953)
  • Notes d'un biologiste (Paris, Les pharmaciens bibliophiles, 1954)
  • Les Crapauds, les grenouilles et quelques problèmes biologiques (Paris, Gallimard, 1955)
  • Le Problème biologique de l'individu (Paris, Poulet-Malassis, 1955)
  • L'Atomisme en biologie (Paris, Gallimard, 1956)
  • Peut-on modifier l'homme ? (Paris, Gallimard, 1956)
  • L'Homme de l'an 2000 (Paris, Société parisienne d'imprimerie, 1956)
  • Science fausse et fausses sciences (Paris, Gallimard, 1958)
  • Aux sources de la biologie (Paris, Gallimard, 1958)
  • Bestiaire d'amour (Paris, Gallimard, 1958)
  • Anomalies des Amphibiens anoures(Paris, Sedes, 1958)
  • Carnet d'un biologiste (Paris, Stock, 1959)
  • Les Origines de la biologie expérimentale (Paris, Poulet-Malassis, 1959)
  • Espoir et Inquiétudes de l'homme (Paris, Club du Meilleur Livre, 1959 )
  • Discours de réception de Jean Rostand à l'Académie française et Réponse de Jules Romains (Paris, Gallimard, 1959)
  • L'Évolution (Paris, Robert Delpine, 1960)
  • La Biologie et les Problèmes humains (Paris, Cercle parisien de la Ligue Française de l'Enseignement, 1960)
  • La Biologie inventrice (Paris, Éditions du Palais de la Découverte, 1961)
  • Aux Frontières du surhumain (Paris, UGE, 1962)
  • Avec Andrée Tétry : La Vie (Paris, Larousse, 1962)
  • Le Droit d'être naturaliste (Paris, Stock, 1963)
  • Biologie et Humanisme (Paris, Gallimard, 1964)
  • Hommes d'autrefois et d'aujourd'hui (Paris, Gallimard, 1966)
  • Maternité et Biologie (Paris, Gallimard, 1966)
  • Inquiétudes d'un biologiste (Paris, Gallimard, 1967)
  • Le Courrier d'un biologiste (Paris, Gallimard, 1970)
  • Quelques discours (1964-1970) (Paris, Club humaniste, 1970)
  • Les Étangs à monstres. Histoire d'une recherche (1947-1970) (Paris, Stock, 1971)
  • Avec Andrée Tétry : L'Homme. Initiation à la biologie (Paris, Larousse, 1972)
  • Entretiens avec Eric Laurent (Paris, Stock, 1975)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Buican, Jean Rostand. Le patriarche iconoclaste de Ville-d'Avray, Paris, Kimé, 1994.
  • Albert Delaunay, Jean Rostand, Paris, Éditions universitaires, 1956.
  • Alain Dubois, Jean Rostand, un biologiste contre le nucléaire, Paris, Berg International, 2012.
  • Odette Lutgen, De père en fils. Edmond Rostand, Jean Rostand : psychobiographie, Paris, La Palatine, 1965.
  • Marcel Migeo, Les Rostand, Paris, Stock, 1973.
  • Jacques Testart, Des grenouilles et des hommes. Conversations avec Jean Rostand, Paris, Le Seuil, "Points", 2000.
  • Andrée Tétry, Jean Rostand, prophète clairvoyant et fraternel, Paris, Gallimard, 1983.
  • Andrée Tétry, Jean Rostand, un homme du futur, Paris, La Manufacture, 1990.
  • Patrick Tort, Des figures de l'eugénisme en France, Pour la Science - no 342 avril 2006, p. 8-12

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, 17e arrondissement, acte de naissance no 3452, année 1894, avec mention marginale du décès
  2. a et b Alain Dubois, « Jean Rostand et le nucléaire », émission La Marche des sciences sur France Culture, 10 mai 2012
  3. Cf. Pour la science, avril 2006, p. 8-12.
  4. Jean Rostand
  5. Notice biographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]