Alain Decaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Decaux.

Alain Decaux

Activités écrivain, historien
Naissance 23 juillet 1925 (89 ans)
Lille
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur
Grand-croix de l'Ordre national du Mérite
Commandeur des Arts et des Lettres

Alain Decaux, né le 23 juillet 1925 à Lille, est un écrivain, historien, homme de télévision et de radio français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant, il va à l'école à Wattignies ; ensuite, il étudie à Lille au lycée Faidherbe, à Paris au lycée Janson-de-Sailly, puis intègre la faculté de droit. Très rapidement, il s'intéresse à l'histoire et suit des cours à la Sorbonne. En 1944, il empêche le pillage de l'hôtel particulier de Sacha Guitry car il est à l'époque mobilisé et, connaissant Guitry, il demande à surveiller sa maison, avenue Élisée-Reclus. En souvenir de ce geste, Lana Guitry lui offre l'émeraude que Sacha portait et qui trône désormais sur la poignée de son épée d'académicien.

Il publie ses premiers articles en 1946 et son second livre Letizia : Napoléon et sa mère est récompensé par l'Académie française.

En 1951, il crée pour la radio La Tribune de l'Histoire, diffusée jusqu'en 1997 (avec André Castelot et Jean-Claude Colin-Simard, puis Jean-François Chiappe). En 1957, il crée pour la télévision (avec Stellio Lorenzi et André Castelot) La caméra explore le temps, qui se poursuivra jusqu’en 1966.

De 1969 à 1988, connu pour ses talents de conteur, il crée pour l'ORTF, puis pour Antenne 2, Alain Decaux raconte, où tous les mois pendant quarante-cinq minutes il traite en direct d’un personnage ou d’un événement de l’Histoire[1]. Il apparait deux fois dans Italiques en 1972[2].

Parallèlement, il poursuit l'écriture d'ouvrages historiques, de pièces de théâtre et de films. Il est élu à l'Académie française le 15 février 1979, le même jour qu'Henri Gouhier. Il succède à Jean Guéhenno au 9e fauteuil. Il est reçu sous la coupole en 1980 par André Roussin. Il reçoit Bertrand Poirot-Delpech en 1987 et Max Gallo en 2008.

Il est ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Francophonie du gouvernement Rocard no 2, du 28 juin 1988 au 16 mai 1991.

En 1999, la Fondation de Lille crée le Prix Alain Decaux de la francophonie qui se déroule tous les deux ans et récompense des nouvelles d'écrivains francophones. Alain Decaux en est le parrain depuis 2003.

En 2005, il est avec Frédéric Beigbeder, Mohamed Kacimi, Richard Millet, Daniel Rondeau et Jean-Pierre Thiollet, l'un des participants du Salon du livre de Beyrouth et contribue au renouveau de cette manifestation.

Le 1er juin 2010, il reçoit dans l'enceinte de l'UNESCO, le prix de la Fondation Pierre-Lafue, pour l'ensemble de son œuvre.

Alain Decaux est par ailleurs président-fondateur de la Société des Amis d'Alexandre Dumas, et membre étranger de l'Académie roumaine.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

  1. 1996 : De la Belle Époque aux Années folles,
  2. 1997 : La Course à l'abîme,
  3. 1998 : La Guerre absolue,
  4. 1999 : De Staline à Kennedy,

Télévision et Radiodiffusion[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce qui lui a valu d'être imité par l'humoriste Guy Montagné
  2. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 13 janvier 1972, 1er juin 1972
  3. Les Rosenberg ne doivent pas mourir sur ina.fr

Liens externes[modifier | modifier le code]