Sous les toits de Paris (film, 1930)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sous les toits de Paris.

Sous les toits de Paris

Réalisation René Clair
Scénario René Clair
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Comédie dramatique
Sortie 1930
Durée 80 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sous les toits de Paris est un film franco-allemand réalisé par René Clair et sorti en 1930.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un quartier populaire de Paris, Albert, un chanteur des rues, habite dans une chambre sous les toits car il n’est pas bien riche. Il rencontre la belle roumaine Pola dont il tombe amoureux, mais il n'est pas le seul dans son cas puisque son grand ami Louis et le truand Fred sont aussi sous le charme. Un soir, Pola n'ose rentrer chez elle car Fred lui a volé sa clef et elle ne se sent pas en sécurité. Elle passe la nuit chez Albert qui, en gentleman, dort à même le sol et laisse son lit à Pola. Ils décident rapidement de se marier, mais le destin les en empêche car Émile, un voleur, dépose chez Albert un sac rempli du produit d'un cambriolage. Albert est envoyé en prison, Pola se console avec Louis. Un mois plus tard, Émile est à son tour arrêté et admet qu'Albert n'était pas son complice, ce qui permet la libération de ce dernier. Furieux du retour d'Albert, Fred, qui venait de retrouver Pola, fâchée avec Louis, décide de se battre avec lui, au couteau. Louis accourt pour sauver Albert, les deux camarades se retrouvent, mais leur amitié s'assombrit lorsque chacun prend conscience que l'autre est amoureux de Pola. Finalement, Albert prend sur lui de laisser Pola à Louis.

Commentaires[modifier | modifier le code]

Premier film parlant de René Clair, Sous les toits de Paris constitue paradoxalement une réaction du réalisateur contre les excès du cinéma parlant[1]. En effet, le cinéma sonore avait renvoyé la technique cinématographique des années en arrière : les caméras souvent enfermées dans des cabines insonorisées étaient condamnées à l'immobilité. Le film s'ouvre (et se ferme) sur un long travelling. Dans les passages qui se situent dans des endroits qui séparent le spectateur des acteurs par une vitre (la porte-vitrée d'un bistro par exemple), le son des dialogues est tout simplement coupé. Dans d'autres passages (chambre à coucher, bagarre en pleine rue), l'action se déroule dans le noir et n'est rendue compréhensible que par le son et les dialogues.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Paris, 2 janvier 1930[2] : « Première au Moulin Rouge de Sous les toits de Paris de René Clair, « film 100 % parlant et chantant français ». Le film, qui voit Albert Préjean et Gaston Modot se battre pour la belle Pola, a été entièrement tourné aux studios d'Épinay et les toits... et les rues de Paris sont l'œuvre du décorateur Lazare Meerson. »
  • Sous les toits de Paris ne rencontra pas un énorme succès à Paris mais fut fêté dans de nombreux pays, notamment en Allemagne (où un sondage le fit couronner « plus beau film du monde pour l'année 1931 ») et au Japon. L'intrigue sommaire et le peu de dialogues du film le rendaient en effet particulièrement exportable à un moment où le sonore rendait les films de moins en moins internationaux.
  • La chanson Sous les toits de Paris, mise en musique par Moretti, revient comme un leitmotiv dans le film et a rencontré en son temps un très grand succès, jusqu'à devenir un classique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. C'est la thèse de Georges Sadoul dans son Histoire mondiale du cinéma.
  2. Extrait de Petites histoires de cinéma par Hervé Le Roux, Édition Association 1er siècle du cinéma (hors-commerce), Paris, 1995.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]