Noël Herpe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Noël Herpe

Description de l'image  Noël Herpe.png.
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Historien du cinéma

Noël Herpe est un écrivain et historien du cinéma, né en 1965[1] à Villeneuve-les-Avignon.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord critique pour le Cahier Livres de Libération, il a contribué régulièrement à des revues littéraires (La Nouvelle Revue française, L'Atelier du Roman, La Revue littéraire...). Entré au comité de rédaction des revues de cinéma Positif et Vertigo, il y a publié de nombreux articles, principalement consacrés au cinéma français. Certains de ces textes ont été repris en volume, sous le titre Journal d'un cinéphile (Aléas, 2009). En parallèle, il a travaillé dans le cadre de la sélection des films étrangers pour la compétition officielle du Festival de Cannes.

Ancien élève de Sciences Po Paris, titulaire d'un DEA de lettres modernes et d'un doctorat d'études cinématographiques, il est nommé professeur de cinéma à l'Université de Chicago, puis maître de conférences à l'Université de Caen, avant d'être élu à l'Université de Paris-VIII. Organisateur de colloques, auteur de plusieurs ouvrages (sur le cinéma d'Éric Rohmer, de René Clair, ou de Max Ophuls), il est cocommissaire de l'exposition Sacha Guitry présentée en 2007 à la Cinémathèque française.

Il intervient régulièrement à la radio, notamment sur France Culture, où il a produit plusieurs émissions : Sacha Guitry comédien, Sacha Guitry.com (2007) ; Dans la peau d'un collant (2008) ; Le Celluloïd et le Marbre (2010). Cette dernière série d'entretiens avec Éric Rohmer a été publiée aux Editions Léo Scheer. Par la suite, Noël Herpe est le conseiller éditorial d'une intégrale des films de Rohmer en DVD (chez Potemkine), ainsi que le coauteur d'une biographie du cinéaste (chez Stock).

En 2009, avec le soutien de la mission cinéma de la Ville de Paris, il réalise son premier film : C'est l'homme [2]. Le film est édité en 2013, avec le récit au jour le jour de son tournage et des avatars de sa diffusion (C'est l'homme/Journal d'un film interdit, Le Bord de l'Eau)[3].

En avril 2011, il publie dans la collection L'Arbalète (chez Gallimard) un choix d'écrits autobiographiques intitulé Journal en ruines[4]. Deux ans plus tard, il publie chez le même éditeur Mes scènes primitives. C'est un nouveau fragment d'autobiographie, où il évoque son amour déçu pour le théâtre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

Articles et textes récents[modifier | modifier le code]

  • Le drôle d'expressionnisme du cinéma français (in Le Cinéma expressionniste, PUR, 2008).
  • Henri-Georges Clouzot (dossier dans Positif, Scope Editions, 2009).
  • Nous n'avons plus rien à nous dire : René Clair auteur et amateur de chansons (Positif, Scope Editions, 2009).
  • Pères et fils dans La Reine morte et Fils de personne de Montherlant (L'Atelier du Roman, Flammarion, 2009).
  • Journal de Chicago (La Revue littéraire, Léo Scheer, 2009).
  • Edwige Feuillère, espionne au service de la France (in Espion, résistant, terroriste : figures du cinéma, Université de Belfort, 2009).
  • Sacha Guitry auteur, acteur, amateur (La Règle du jeu, Grasset, 2009).
  • Gaby Morlay, ou le théâtre incarné (Positif, Scope Editions, 2010).
  • Roger Leenhardt : une critique non professionnelle (in Lire, voir entendre : la réception des objets médiatiques, Presses de la Sorbonne, 2010).
  • Que reste-t-il de nos années trente ? (Positif, Scope Editions, 2011).
  • Sur les ruines de l'écrit, l'écran rohmérien (in Films et Plumes, Editions du Lérot, 2011).
  • J'aurais pu être (Rouge Déclic, 2012).
  • Des Contes des quatre saisons à L'Anglaise et le Duc : la chute dans la parole (in Rohmer en perspectives, Presses de l'Université de Paris Ouest, 2013).
  • Profils perdus de l'auteur chez René Clair (in L'Auteur de cinéma : histoire, généalogie, archéologie, AFRHC, 2013).
  • L'Ombre des jambes (La Nouvelle Revue française, Gallimard, 2014).
  • En revoyant Quand passent les cigognes (Transfuge, 2014).
  • Claude Simon et Eric Rohmer : le carrefour et l'évidence (in Claude Simon : les vies de l'archive, Editions universitaires de Dijon, 2014).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]