Yakov Protazanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yakov Protazanov

Naissance 4 février 1881
Moscou
Drapeau de la Russie Impériale Empire russe
Nationalité Drapeau de la Russie russe → Drapeau de l’URSS soviétique
Décès 9 août 1945 (à 64 ans)
Moscou, RSFS de Russie
Drapeau de l’URSS Union soviétique
Profession cinéaste
Films notables Le Père Serge (1917), Aelita (1924)

Iakov Aleksandrovitch Protazanov (en russe : Яков Александрович Протазанов)[1] est un réalisateur, scénariste, acteur et producteur russe et soviétique né le 4 février 1881 à Moscou (Russie impériale), mort le 9 août 1945 à Moscou (Union soviétique).

Biographie[modifier | modifier le code]

Protazanov termine en 1900 une école secondaire de commerce et travaille comme vendeur, puis comptable dans le magasin moscovite Schrader et compagnie, puis entre 1904 et 1906, il se rend avec ses économies en France, afin de poursuivre sa formation personnelle. À son retour, il devient traducteur dans la société de distribution et de production de films Gloria à Moscou.

À partir de 1910, il est engagé par Paul Timan qui monte alors une nouvelle compagnie et il tourne plusieurs films muets avec Vladimir Gardine[réf. nécessaire]. Son premier film pour Timan, en 1911, la Complainte d'un bagnard, d'après une romance populaire, est un succès. De la quarantaine de films qu'il tourne durant cette période, ressortent Amphise, le Départ du grand sage, en 1912, ou encore Un drame au téléphone en 1914. Le Départ du grand sage est un film sur la mort de l'écrivain Tolstoï, alternant scènes jouées et images documentaires, points de vue objectifs et subjectifs (rêves et visions). Le film, peu soucieux de la vérité historique, et bien que remarquable, n'a pas été approuvé par la famille de l'écrivain. Un drame au téléphone, sur le même scénario que la Villa solitaire (1909) de Griffith, utilise notamment la technique de l'écran multiple[2].

Il a déjà une solide réputation, lorsqu'en 1914, alors que la compagnie de Tilman se délite à cause de la guerre, il est engagé par Josef Ermolieff, à la même époque que l'acteur Ivan Mosjoukine. Il y tourne avec cet acteur ses chefs-d'œuvre antérévolutionnaires comme La Dame de pique ou Le Père Serge. Nicolaï Stavroguine, en 1915, avec Mosjoukine déjà, est adapté de la pièce jouée par le Théâtre d'art de Moscou, elle-même inspirée des Possédés de Dostoïevski. Il donne aussi durant cette période dans le film « alimentaire », avec des drames policiers ou des mélodrames[3].

La révolution de février 1917 est l'occasion pour Protazanov de tourner quelques films à thématique révolutionnaire, comme Assez de sang ou Andrei Kojoukhov. Ce dernier est projeté après octobre sans discontinuer jusqu'au tournage des premières grandes épopées révolutionnaires, telles que La Mère ou le Cuirassé Potemkine. Il filme la même année Satan triomphant et surtout le Père Serge, l'un des chefs-d'œuvre du cinéma muet[4].

Il tourne en Crimée, où la Compagnie a fui les troubles de la Révolution d'Octobre, mais lorsque l'industrie cinématographique est nationalisée à Yalta, tout le monde émigre en France.

Il travaille en France, où il réalise cinq films, pour Pathé et Gaumont, puis en Allemagne. Cette période est féconde, avec Le Jugement avant tout, L'Ombre du péché, Le Pèlerinage de l'amour, Une Aventure terrifiante, etc.

Il décide cependant de rentrer en 1923 en Russie, qui allait devenir l'URSS. Il tourne alors des films d'aventure ou des comédies, comme Aelita, Le Procès des trois millions, L'Aigle blanc, La Fête de saint Jorgen...

Protazanov a découvert de nombreux acteurs, comme Ivan Mosjoukine, Igor Ilinsky, Mikhaïl Jarov.

Il reçoit une médaille d'or à Paris en 1937 pour son film la Fille sans dot et cesse de tourner en 1943.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

  • Médaille d'or à Paris pour son film

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Artiste émérite de Russie soviétique (1935)
  • Artiste émérite d'Ouzbékistan soviétique

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il se faisait appeler en France Alexandre Protazanoff, conformément à l'orthographe de l'époque.
  2. Maryline Fellous, « Yakov Protazanov », pp. 64 et 66.
  3. Maryline Fellous, « Yakov Protazanov », p. 66.
  4. Maryline Fellous, « Yakov Protazanov », pp. 66-67.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maryline Fellous, « Yakov Protazanov », dans Le Cinéma russe avant la révolution, ouvrage collectif, Éditions Ramsay / Réunion des musées nationaux, coll. « Ramsay Cinéma », 1989.
  • « Protazanoff Jakob (1881-1945) », dans François Albera et Jean A. Gili (éd.), Dictionnaire du cinéma français des années vingt, 1895, 2001. [lire en ligne]

Liens externes[modifier | modifier le code]