Eugène Labiche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labiche.

Eugène Labiche

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Labiche photographie par Nadar

Activités Dramaturge
Naissance 6 mai 1815
Paris
Décès 22 janvier 1888 (à 72 ans)
Paris
Langue d'écriture Français
Distinctions Membre de l'Académie française

Œuvres principales

Eugène Labiche est un dramaturge français, né le 6 mai 1815 à Paris où il est mort le 22 janvier 1888.

Il a été élu membre de l'Académie française en 1880 au fauteuil 15, à la suite du journaliste Ustazade Silvestre de Sacy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et adolescence[modifier | modifier le code]

Eugène Marin Labiche est issu d'une famille bourgeoise aisée. Son père, tout d’abord épicier en gros, est devenu industriel en montant, puis en exploitant une petite usine de fabrication de glucose à Rueil-Malmaison, dans la banlieue ouest de Paris.

Eugène fait des études de jeune homme de bonne famille : il suit les cours au lycée Condorcet, qui s’appelle alors le collège Bourbon, et il obtient facilement son baccalauréat de lettres à 18 ans, en 1833. Il n’entame pas immédiatement des études supérieures. D’une part, le décès de sa mère cette année-là lui a procuré des revenus convenables, et, d’autre part, il est attiré par l’écriture littéraire. L’année suivante, en 1834, son père l’autorise à faire un voyage en Italie avec quelques camarades (l'un d’entre eux, Alphonse Leveaux, sera l'ami de toute une vie et comptera aussi plus tard parmi ses collaborateurs en adoptant le pseudonyme d'Alphonse Jolly pour éviter l'association Labiche/Leveaux[1]).

Carrière théâtrale[modifier | modifier le code]

Au retour du voyage, qui a duré plus de six mois, il entame des études de droit, qu’il poursuit jusqu’à la licence, tout en faisant publier dans de petits magazines de courtes nouvelles. Il rencontre ainsi Auguste Lefranc et Marc-Michel, avec lesquels il fonde une association en vue de créer des pièces de théâtre. Ils prennent le pseudonyme collectif de Paul Dandré[2].

À leur grande surprise, leurs pièces sont acceptées immédiatement et sans le moindre problème. Labiche confiera plus tard : « Je suis vraiment honteux de la simplicité de mon début. [....] Je n’ai eu qu’à tirer le cordon pour entrer. » Il est possible que la parenté d'Auguste Lefranc avec Eugène Scribe (ils étaient cousins) ait beaucoup aidé les choses, sans même que Labiche s'en soit rendu compte.

Considérant sans doute la comédie comme un genre inférieur comparé au drame, ils favorisent plutôt ce genre dans leurs premières productions. Mais le succès mitigé de ces spectacles, et sans doute aussi leur caractère gai et fantaisiste, les incitent à se tourner exclusivement vers la comédie et ses sous-types : vaudeville, farce, pochade, revues et leurs hybrides.

Débutant en 1837, la production de Labiche est tout d’abord modeste : deux ou trois pièces en moyenne par an, parfois aucune pour cause de voyages à l’étranger, en fait le rythme d’un jeune bourgeois dilettante aimant l’écriture théâtrale, mais n’en ayant pas véritablement besoin pour vivre. C'est durant cette période qu'il publiera son seul roman, La Clé des champs (1839). Mais, à partir de 1848, cette production s’accélère, puisqu’il fait jouer en moyenne près de dix pièces par an jusqu’en 1859, son plus grand succès sur la période étant Un chapeau de paille d'Italie en 1851.

Puis le rythme se ralentit progressivement, ce qui peut s’expliquer par les évènements : Labiche se marie le 25 avril 1842 avec une riche héritière de 18 ans, Adèle Hubert ; il achète en 1853 le château de Launoy à Souvigny-en-Sologne, avec 900 hectares de terre qu’il exploite lui-même, a son seul enfant le 12 mars 1856 et enfin est élu maire de Souvigny en 1868. À cette occasion, il déclare modestement qu’il a été nommé (les maires n'étaient pas élus) parce qu'il était le seul de la commune à posséder et à utiliser un mouchoir[3]. Il s'était déjà aventuré en politique en avril 1848 comme candidat républicain à l'assemblée constituante. Battu, il s'était par la suite rallié à Louis-Napoléon Bonaparte et avait été l'un des premiers, dans le monde du spectacle, à approuver son coup d'Etat en 1851[4]. Ce soutien au prince-président, puis Empereur lui permit alors de bénéficier de nombreux appuis pour promouvoir son œuvre théâtrale[5]. En 1858, il présente ainsi devant Napoléon III et son épouse au palais de Compiègne sa pièce Un Gendre en surveillance.

Dans les années 1860, il connaît son apogée avec une série de succès parmi lesquels Le Voyage de M. Perrichon (1860), La Poudre aux yeux (1861), La Station Champbaudet (1862) et La Cagnotte (1864) . Il est sollicité par Jacques Offenbach, alors directeur des Bouffes-Parisiens, pour écrire le livret d'une opérette, L'Omelette à la Follembuche, mise en musique par un compositeur débutant : Léo Delibes. Il écrit aussi les livrets de plusieurs opéras-comiques : Le Voyage en Chine en 1865, Le Fils du brigadier en 1867 et Le Corricolo en 1868, tous trois créés à l'Opéra-Comique en collaboration avec Alfred Delacour.

En 1864, sa comédie Le Point de mire est présentée en première à la Cour à Compiègne avant d'être jouée à Paris au théâtre du Gymnase. Sa comédie-vaudeville La Grammaire (1867) est également jouée à Compiègne par le Prince impérial et ses amis devant leurs parents.

Buste à Souvigny-en-Sologne

La guerre de 1870 et les événements de la Commune mettent un frein, comme pour la plupart des auteurs dramatiques, à la production de Labiche, sans en altérer pour autant la qualité comme en témoigne Doit-on le dire ? en 1872. En 1874, un nouveau projet d'opéra-bouffe avec Offenbach, qui dirige désormais le théâtre de la Gaîté, est abandonné à la suite de la faillite de ce dernier. Labiche recycle son livret en une comédie-vaudeville qui connaîtra un certain succès, Les Trente Millions de Gladiator, suivi d'un autre en 1876 avec Le Prix Martin. Arrive enfin 1877, date de sa dernière pièce, La Clé. Labiche avait dit auparavant : « J’ai toujours pensé qu’il y avait quelque chose de plus difficile à faire jouer que la première pièce... C’est la dernière. Songez au vieil auteur démonétisé... »[6]

Dernières années[modifier | modifier le code]

Après le relatif échec de La Clé, Labiche prend la décision de ne plus écrire, et il s’y tient. Il a alors 62 ans.

Il lui reste à vivre encore une dizaine d’années, ponctuées par de nombreuses reprises de ses pièces, certaines triomphales, des joies et des deuils : élection à l’Académie française le 28 février 1880, succédant au fauteuil 15 à Ustazade Silvestre de Sacy, malgré l'indignation de Ferdinand Brunetière qui déplore « l'invasion des genres inférieurs », et le refus de Victor Hugo de voter pour lui ; mariage de son fils en 1882 et naissance de ses petits-fils en 1883 et 1884 ; décès de sa belle-fille en 1885.

En 1886, Labiche encourage le jeune Georges Feydeau lors de la représentation de sa première grande pièce Tailleur pour dames, qui triomphe au théâtre de la Renaissance.

Souffrant depuis plusieurs années de sérieux problèmes cardiaques, il meurt le 22 janvier 1888 à son domicile parisien, 67 rue Caumartin, à l'âge de 73 ans. Ses obsèques ont lieu au cimetière de Montmartre. Ludovic Halévy prononce l'éloge funèbre au nom de la Société des auteurs et maître Edmond Rousse au nom de l’Académie française. Henri Meilhac lui succède au fauteuil 15.

Sa femme, Adèle, meurt en 1909.

L'œuvre[modifier | modifier le code]

176 pièces, cela peut paraître un nombre considérable de nos jours. Il s'agissait pourtant pour l'époque d'une production honorable sans plus. Sans la concurrence du cinéma et de la télévision, les théâtres étaient fortement sollicités par un public désirant se distraire et les directeurs de théâtre étaient constamment demandeurs de spectacles nouveaux. Des auteurs en vogue purent faire jouer plus de 200 pièces, comme Anicet-Bourgeois, Bayard, Scribe ou Clairville (plus de 400 pièces pour chacun des deux derniers).

En dépit de ses succès, parfois même de ses triomphes, Labiche ne fut jamais pleinement satisfait de ses œuvres. Il ne se considère que comme un auteur de vaudevilles, genre peu considéré des gens de lettres. Il fait même jouer à l’occasion des genres encore inférieurs : des pochades, des farces ou des revues écrites à la commande, des « roustissures »[7] comme il les appelle. Il écrit ainsi à son ami Leveaux : « Le théâtre du Palais-Royal m’aura fait bien du mal, il aura confisqué au profit de la farce les quelques éléments de comédie que je peux avoir dans la cervelle. »[8]

Il aspire à quelque chose de supérieur, non le drame, qu’il a essayé à ses débuts et qui ne lui a pas réussi, non la « haute comédie »[9] ingénieusement versifiée, pratiquée par un Casimir Bonjour, mais au moins la comédie de mœurs. Il aurait aimé quitter définitivement le monde du théâtre du Palais-Royal et de sa grosse rigolade[10], pour n’écrire que pour le théâtre du Gymnase au genre plus relevé ou, mieux encore, pour la Comédie-Française[11],[12].

Après des années d’effort, il finit en 1864 par y faire accepter une pièce Moi, écrite avec Édouard Martin, un jeune homme plein d’ambition. Le succès est mince : la pièce est jugée plutôt ennuyeuse. Il recommence en 1876 avec l'aide cette fois d'un académicien, Ernest Legouvé, pour La Cigale chez les fourmis. Le succès est modeste. C'est la dernière tentative de Labiche pour entrer dans ce monde prestigieux. Il en conservera toujours un peu d'amertume. En 1879, la reprise du Voyage de monsieur Perrichon est un triomphe à l'Odéon, tandis que l'administrateur général de la Comédie-Française, Émile Perrin, est critiqué dans les journaux pour avoir refusé cette pièce quelques mois auparavant. À cette occasion, Labiche confie à Leveaux : « Cela me comble de joie et satisfait ma petite vengeance. »[13]

Labiche n’étant pas venu à la Comédie-Française, ce sera la Comédie-Française qui, bien après sa mort, viendra à Labiche. Il faudra en effet attendre plusieurs dizaines d’années pour que certaines de ses pièces y soient admises Il fait aujourd'hui partie des 20 auteurs les plus joués de cette institution. Parmi ses pièces les plus connues, Le Voyage de M. Perrichon ne fut inscrit au répertoire qu'en 1906, Un chapeau de paille d'Italie en 1938, Un jeune homme pressé en 1959 et Le Plus Heureux des trois seulement en 1975.

S'il est vrai que certaines des 176 pièces de théâtre de Labiche ne sont que d'insignifiantes farces (selon Gilbert Sigaux), il apparaît néanmoins comme un véritable auteur satirique, fin observateur de la bourgeoisie à laquelle il appartient. Ce monde étriqué dans lequel il exalte la toute-puissance de l'argent renvoie au contexte financier du Second Empire.

Les collaborations[modifier | modifier le code]

Eugène Labiche
Portrait par Marcellin Desboutin

Sur les 176 pièces que Labiche a signées, il n'y en a que quatre qu'il a écrites seul :

Pour toutes ses autres pièces, il s'entoure d'une, de deux, voire de trois personnes. Au total, 46 collaborateurs différents sont associés à sa création théâtrale. Aujourd’hui encore, on ignore comment s’organisait le travail, et cette organisation variait sans doute selon chaque cas. Toujours est-il qu’aucun collaborateur n’a revendiqué par la suite la paternité ni la propriété d’une pièce et Labiche a pu publier en 1878 son Théâtre complet en 10 volumes (voir #Bibliographie) sans aucune contestation. Quand Edmond Gondinet publia à son tour son Théâtre complet, il indiqua pour la pièce écrite en commun avec Labiche, Le Plus Heureux des trois : « collaborateur Labiche », ce qui semble montrer qu’il n’y avait pas de hiérarchie définie dans ces travaux partagés.

Ces associations furent diverses, tant par leur durée, éphémère, épisodique ou régulière, que par la notoriété des collaborateurs. Ceux-ci pouvaient être soit d'obscurs littérateurs, dont le nom n’est resté dans l’histoire que par cette seule mention de collaborateur en première page d’une pièce (le reste, c’est-à-dire leur vie et leur œuvre, ayant totalement disparu de toutes les données écrites actuelles), soit des dramaturges prolifiques tel Anicet-Bourgeois, auteur de 200 pièces, soit enfin des écrivains prestigieux de l’époque tels Émile Augier ou Ernest Legouvé, tous deux appartenant à l’Académie française plus de 20 ans avant Labiche. Émile Augier raconte ainsi leur collaboration : « Nous avons fait ensemble un scénario très développé, pour lequel je lui servais plutôt à l'exciter par la contradiction qu'à lui donner des idées […] ; après quoi, il m'a demandé la permission, que je lui ai généreusement octroyée, d'écrire la pièce tout seul, à la charge par moi de revoir son travail et de l'arranger à ma guise ; j'ai refait quelques bouts de scène, pratiqué quelques coupures, et voilà[14] ». On dispose d'autres témoignages, dont celui très détaillé de Leveaux conservé dans sa correspondance avec Labiche, qui montrent des façons de procéder un peu différentes. Il est vraisemblable que la façon de coopérer dépendait du collaborateur.

Les méthodes de travail de Labiche furent raillées, même si ces pratiques étaient communes à l’époque. Lors de la candidature de Labiche à l’Académie française, Ferdinand Brunetière, qui lui était hostile, écrivit dans La Revue des Deux Mondes du 15 septembre 1879 : « On ne fait pas asseoir une raison sociale dans un fauteuil académique[15] ». C'était oublier des précédents comme Scribe et Alexandre Dumas fils. Dans son article de La Volonté du 22 octobre 1898, repris dans le tome VI de ses Œuvres complètes, Henry Becque proposa de nommer le théâtre de Labiche « Théâtre de Labiche et Cie », affirmant que c'est ce qu'il ferait dorénavant[16].

Liste des œuvres[modifier | modifier le code]

Note : sauf précisions, les œuvres ci-dessous sont toutes des pièces de théâtre (et, à quelques exceptions près, des comédies).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Œuvres de Labiche

La plupart des pièces de Labiche ont été publiées de façon séparée et en recueils. Parmi les éditions les plus complètes :

  • Eugène Labiche, Théâtre complet (10 vol.), Calmann-Lévy, Paris, 1878-1879. 4922 p.  (disponibles sur Gallica : cf. Table générale)
    Intitulée improprement Théâtre complet (les deux autres séries qui devaient suivre n'ont jamais vu le jour), cette édition contient 57 pièces sélectionnées par Labiche et Lévy ;
  • Eugène Labiche (éd. de Gilbert Sigaux), Œuvres complètes (8 vol.), Au club de l'honnête homme, Paris, 1966-68, 3054 p.  - Rééd. Le Cercle du bibliophile, coll. Les Génies du théâtre français, 1970
    C'est actuellement la seule édition complète : toutes les pièces imprimées, ou dont on a retrouvé le manuscrit, y figurent, soit 164 sur 174 recensées ;
  • Eugène Labiche (éd. de Jacques Robichez), Théâtre (2 vol.), coll. Bouquins, Robert Laffont, Paris, 1991, 2083 p.  (ISBN 2-221-06679-0) – Sélection de 42 pièces ;
  • Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), Théâtre (3 vol.), Classiques Garnier, Bordas, Paris, 1991, 2492 p.  (ISBN 2-04-0117274-2[à vérifier : isbn invalide]) – Sélection de 46 pièces.
Biographies
  • Philippe Soupault, Eugène Labiche : Sa vie, son œuvre, Le Sagittaire, 1945 (réed. Mercure de France, 1964)
  • Emmanuel Haymann, Labiche ou l'Esprit du Second Empire, Orban, 1987
  • François Cavaignac, Eugène Labiche ou la Gaieté critique, coll. Univers théâtral, l'Harmattan, 2003 (ISBN 2-7475-3903-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Labiche (édition de Henry Gidel), Théâtre, Classiques Garnier, Bordas, 1991, tome I, p. IX note 2.
  2. Eugène Labiche (édition de Jacques Robichez), Théâtre, coll. Bouquins, Robert Laffont, 1991, tome I, p. XI.
  3. Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), op. cit., tome I, p. XXIV.
  4. Pierre Milza, Napoléon III, Perrin, coll. Tempus, 2006, p. 554
  5. Pierre Milza, supra, p. 554-555
  6. Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), op. cit., tome I, p. XXVII.
  7. « Voilà comment on se trouve poussé et pour ainsi dire entraîné dans de déplorables roustissures qui vous demandent plus de temps à faire qu'une bonne pièce et ne vous procurent aucun honneur. ». Lettre de Labiche à Leveaux du 18 mai 1854 à propos de la pièce Espagnolas et Boyardinos citée in Eugène Labiche (éd. de Jacques Robichez), op. cit., tome I, p. VII.
  8. Lettre du 14 mai 1854 de Labiche à Leveaux citée in Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), op. cit., tome I, p. XXI.
  9. « La « haute comédie », pour sa part, se réclamait de la tradition de Molière. [...] Son lieu d'élection était évidemment le Théâtre-Français, honneur suprême pour celui que son redoutable comité de lecture en jugeait digne. À défaut, se faire jouer au Gymnase pouvait consoler les recalés de notre scène nationale. ». Cité in Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), op. cit., tome I, p. XXX.
  10. « Je vais suivre tout à fait le conseil que tu me donnes depuis longtemps, c'est-à-dire abandonner complètement le Palais-Royal et travailler à la douce dans un genre plus élevé. Je ferai une pièce ou deux par an. » Lettre du 7 décembre 1867 de Labiche à Leveaux citée in Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), op. cit., tome I, p. XXII.
  11. « Mais il écrira aussi des pièces qui font une place à l'étude des mœurs et à la peinture des caractères sans que le comique de farce en soit totalement absent. De cette inspiration relèvent ainsi [...] et surtout Moi, pièce avec laquelle il entre enfin à la Comédie-Française. ». Cité in Eugène Labiche (éd. de Henry Gidel), op. cit., tome I, p. XXIII.
  12. « Je crois avoir acquis le droit de me reposer. Il n'y a qu'une chose qui pourrait me faire sortir de mon trou, ce serait de faire une pièce avec Augier pour le Théâtre-Français. » Lettre du 30 novembre 1874 de Labiche à Leveaux in Eugène Labiche (éd. de Gilbert Sigaux), Œuvres complètes, Au club de l'honnête homme, Paris, 1966, tome VIII, p. 385.
  13. Lettre du 8 mai 1879 de Labiche à Leveaux in Eugène Labiche (éd. de Gilbert Sigaux), op. cit., tome VIII, p.  388.
  14. Eugène Labiche, Théâtre complet, Calmann-Lévy, 1878-1879, tome I, p. VIII, préface d'Augier.
  15. Eugène Labiche (éd. de Jacques Robichez), op. cit., tome I, p. IX.
  16. Eugène Labiche (éd. de Jacques Robichez), op. cit., tome I, p. X.