Carnaval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carnaval (homonymie).
Jour des Blancs et Grand Défilé du Carnaval des Noirs et Blancs de Pasto, Colombie
Joueuse du Carnaval des Noirs et Blancs de Pasto, Colombie

Liés généralement à la fête chrétienne de Mardi gras, les carnavals sont un type de fête relativement répandu en Europe et en Amérique. Ils consistent généralement en une période où les habitants de la ville sortent déguisés (voire masqués ou bien maquillés) et se retrouvent pour chanter, danser, faire de la musique dans les rues, jeter des confettis et serpentins, défiler, éventuellement autour d’une parade[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « carnaval » apparaît sous cette forme en français en 1549 pour exprimer le sens de « fête donnée pendant la période du carnaval[2] ».

Il vient de l'italien carnevale ou carnevalo. Il a pour origine carnelevare, un mot latin formé de carne « viande » et levare « enlever »[3]. Il signifie donc littéralement « entrée en carême ».

Des étymologies fantaisistes ont été jadis avancées, telle que « caro vale ! » qui veut dire « adieu la chair ! »[4].

Jusqu'au XIXe siècle, le mot « carême-prenant » a été utilisé en français à égalité avec « carnaval ». Il a été orthographié de diverses manières : caresme-prenant, quaresmeprenant, etc. On le retrouve dans le journal de Pierre de l'Estoile, chez Molière, etc. En France on peut trouver des variantes régionales de « carême-prenant », tel que « caramentran » en provençal[5].

De « carême-prenant », on a dérivé deux expressions. L'une : « tout est de carême-prenant », pour parler de certaines libertés, en particulier dans le domaine des mœurs, qui se prennent ou prenaient traditionnellement pendant le carnaval. L'autre, pour désigner une personne costumée en carnaval, ou en général quelqu'un d'habillé de façon ridicule. Dans cette situation, on entend crier « Au secours, au secours, votre fille on l'emporte, Des carêmes-prenants lui font passer la porte[6], ». « Vous voulez donner votre fille à un carême-prenant[7], ».

Du mot « carnaval », on a dérivé les mots « carnavaleux » et « carnavalier ». Le premier désigne dans la région de Dunkerque, en Belgique et au Québec un participant au carnaval[8],[9]. Le second est plutôt un artiste créant des œuvres pour le carnaval tels que chars, géants, grosses têtes, etc. Les carnavaliers les plus célèbres en France sont à Nice, où le métier se transmet de père en fils depuis 1870 et où ce mot est traditionnellement utilisé[10].

Périodes du carnaval[modifier | modifier le code]

Le combat de Carnaval et de Carême, Pieter Brueghel l'Ancien (1559)

D'après le calendrier religieux, le carnaval débute à l'Épiphanie (le 6 janvier), date qui marque la fin des fêtes de Noël et s'arrête le mardi gras, veille du début de la période de carême. Les Laetare sont des carnavals de mi-carême.

Les saturnales des Romains et les fêtes dionysiaques en Grèce sont des précédents historiques du carnaval.

Le carnaval est une tradition archaïque liée aux cycles saisonniers et agricoles. L’historien des religions Mircea Eliade écrit : « Toute nouvelle année est une reprise du temps à son commencement, c’est-à-dire une répétition de la cosmogonie. Les combats rituels entre deux groupes de figurants, la présence des morts, les saturnales et les orgies, sont autant d'éléments qui dénotent qu’à la fin de l’année et dans l’attente du Nouvel An se répètent les moments mythiques du passage du chaos à la cosmogonie »[11]. Eliade écrit encore : « Alors les morts pourront revenir, car toutes les barrières entre morts et vivants sont brisées (le chaos primordial n'est-il pas réactualisé ?) et reviendront puisqu'à cet instant paradoxal le temps sera suspendu et qu'ils pourront donc être de nouveau contemporains des vivants »[11]. Eliade souligne que les peuples ont « d’une manière profonde le besoin de se régénérer périodiquement en abolissant le temps écoulé et en réactualisant la cosmogonie »[11].

Dans l’essai Le Sacré et le Profane Mircea Eliade écrit : « L'abolition du temps profane écoulé s’effectuait au moyen des rites qui signifiaient une sorte de « fin du monde ». L'extinction des feux, le retour des âmes des morts, la confusion sociale du type des saturnales, la licence érotique, les orgies, etc. symbolisaient la régression du cosmos dans le chaos »[12].

Mircea Eliade parle des valeurs cosmologiques du carnaval même dans son Traité d'Histoire des religions (chapitre XI, Temps sacré).

En Suisse, le carnaval de Bâle débute le lundi suivant le mercredi des Cendres, à 5H00 du matin, tandis qu"à Lucerne, il commence le jeudi gras à 4H00 du matin[13]. En Grèce, il s'appelle Apokriá et se termine le lundi pur.

Travestissement[modifier | modifier le code]

Les masques prennent les caractéristiques des êtres surnaturels qui sont les démons et les esprits des éléments de la nature, c’est pourquoi le masque a une fonction apotropaïque. À la fin le temps et l’ordre du cosmos, bouleversés pendant le carnaval, sont reconstitués (nouvelle création, nouvelle cosmogonie) par la cérémonie de la lecture du « testament » et par les « funérailles » du carnaval qui souvent consistent en la brûlure du « Roi Carnaval » représenté par un mannequin ou une poupée de chiffon. D'autres fois l'image du carnaval est noyée ou décapitée (à propos de la mort rituelle du carnaval voir Le Rameau d’or écrit par James George Frazer).

Les travestissements de tous genres, les bals nocturnes et masqués, les promenades du dimanche gras et du mardi gras sont les principaux amusements auxquels on se livre pendant le carnaval. Le carnaval de Venise et en général ceux des pays méridionaux sont les plus célèbres et les plus brillants.

Tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

Masques de carnaval - Louis-Maurice Boutet de Monvel

Traditionnellement, dans le christianisme, le carnaval marque la dernière occasion de célébration des aliments gras et autres avant le début du Carême. La période entre le début du Carême et Pâques (autrement dit la durée du Carême), selon le calendrier de l'Église, est de quarante jours. Traditionnellement, pendant le Carême, aucune fête ne doit avoir lieu, et les gens doivent s'abstenir de manger des aliments riches, tels que la viande, les produits laitiers, les graisses et le sucre. Les quarante jours du Carême, rappelant le récit biblique des quarante jours que Jésus passa dans le désert, servent à marquer une certaine période où le croyant chrétien se tourne vers Dieu et la discipline religieuse. Dans les jours précédant le Carême, il y aurait lieu de consommer tous les aliments et boissons riches en graisse, en sucre ou aux œufs. La tradition de cette consommation importante d'aliments avant le début du Carême serait censée être à l'origine du carnaval.

Quelques carnavals célèbres[modifier | modifier le code]

Antilles[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Géant au carnaval de Wellin
Carnaval à Maaseik en 2013

Bolivie[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Le Bonhomme Carnaval du Carnaval de Québec

Colombie[modifier | modifier le code]

Têtes en papier mâché du Carnaval de Negros y Blancos de San Juan de Pasto (Colombie).

Danemark[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Bande au carnaval de Limoux, le carnaval le plus long du monde.

Nord

Alsace et Lorraine

Bretagne

Bourgogne et Franche-Comté

Rhône-Alpes

Provence et Languedoc

Inde[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

La batailles des oranges à Ivrea

Malte[modifier | modifier le code]

Mexique[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

République dominicaine[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Uruguay[modifier | modifier le code]

Musiques de carnaval[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Législation[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « D'où vient le carnaval ? », Manuel Leidinger, Le Journal International, 2 février 2013
  2. Marguerite de Navarre, L'Heptaméron, Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales : « Ung jour, en masque, à ung carneval […] »
  3. Étymologie de Carnaval sur le site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales ; Lo Zingarelli, Vocabolario della lingua italiana ; Henriette Walter, Le français dans tous les sens, Robert Laffont éditeur, Paris, 1988, page 106.
  4. Voir ainsi l'article « Carnaval », dans Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, Hachette, Paris, 1878, p. 316
  5. Caramentran - Carnaval en Provence
  6. Régnard, le Bal, scène 18.
  7. Molière, Le Bourgeois Gentilhomme, 5e acte, scène 7.
  8. Je vis à Dunkerque, site officiel de la ville de Dunkerque : (au moment du carnaval) « On devient très vite acteur parmi des milliers d'autres acteurs : par un air de musique reconnu, par des amis rencontrés, par l'interpellation anonyme de carnavaleux chaleureux »...
  9. Les mots du carnaval, Office québécois de la langue française, consulté en ligne le 5 mai 2011
  10. Site de l'office québécois de la langue française : « Carnavalier / Carnavalière : Artiste ou artisan qui travaille à la conception des chars et des personnages faisant partie des défilés d'un carnaval. »
  11. a, b et c Mircea Eliade, Le Mythe de l'éternel retour, Gallimard, 1969, pp. 69, 78, 91)
  12. Mircea Eliade, Le Sacré et le profane, Gallimard, 1965, pp. 71 – 72
  13. Carnaval Portail officiel d'informations sur la Suisse
  14. Site du carnaval d'Arlon
  15. Site du Pat'Carnaval de Bastogne
  16. Site du Carnaval de la Marquise
  17. Carnaval d'Aalborg
  18. Tenerife-ABC
  19. Fiestas de España. El Carnaval de Tenerife
  20. El Carnaval de Tenerife
  21. laspalmascarnaval.com
  22. Carnaval de Granville
  23. Carnaval biarnes
  24. Carnaval de le Portel
  25. Carnaval de Mulhouse
  26. Les Gras de Douarnenez
  27. Carnaval d'Auxonne
  28. carnaval-spc.fr
  29. Carnaval d'Albi
  30. [1]
  31. Site du carnaval du Pouget