Chant de Noël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les chants de Noël (appelés simplement noëls, avec une minuscule) sont des chants (chrétiens ou profanes) traditionnellement interprétés pendant les fêtes de fin d’année.

Tradition[modifier | modifier le code]

D’après la tradition catholique, les premiers chants de Noël furent chantés par les anges au-dessus de la crèche pour fêter la naissance de l’enfant Jésus. Historiquement, les premiers chants de Noël étaient des chants joyeux évoquant la Nativité, parfois même des chants rythmés ou des danses[1]. Dès le Moyen-Âge on joue des "mystères de la Nativité", forme de théâtre populaire où sont mises en scène les chapitres du Nouveau Testament relatifs à la naissance de Jésus. Ces scénettes sont accompagnées de chants spécifiques, les chants de Noël. Elles évolueront vers une forme appelée "pastorale", qui se concentre sur l'annonce faite aux bergers. Très en vogue à la Cour du roi de France au XVIIIe siècle, les pastorales sont encore populaires dans certaines régions, notamment en Provence. Dans de nombreuses paroisses catholiques, le soir de Noël ou quelques jours avant, les enfants jouent des passages de la Nativité, accompagnés par des chants de Noël. Cette tradition est appelée Carol Service dans les pays de langue anglaise. C'est par ces traditions que sont parvenus les nombreux chants mettant en scène l'annonce faite par les anges aux bergers.

Le plus ancien chant de Noël français ayant subsisté jusqu’à aujourd'hui est le cantique Entre le bœuf et l’âne gris ; il remonte au début du XVIe siècle.

Dans les pays anglo-saxons, on chante des Christmas carols, en Wallonie des heyes, en Espagne des villancicos, en Russie des koliadki aux portes des maisons, en Roumanie des colinde, en Pologne des kolęda, en Bulgarie des koleda, en Italie des canti Natalizi ou des pastorali, en Allemagne des Weihnachtslieder, aux Pays-Bas méridionaux du XVIIe siècle des cantiones natalitiæ.

En Angleterre, il est de tradition que des groupes de chanteurs aillent de maison en maison chanter des noëls, où ils sont récompensés par un peu d'argent, quelques cakes ou une boisson appropriée. L’argent collecté est normalement reversé à une œuvre de bienfaisance.

Dans les pays où elle est implantée, l’Armée du salut organise des collectes publiques sur les trottoirs à Noël, au son d'ensembles de cuivres (brass bands) jouant des noëls.

Dans les Antilles, en période de Noël, les familles et les amis se réunissent pour un chanté Nwel, réunion où l'on interprète des chants de Noël très rythmés. Ces chants ont pour l'essentiel été importés par les missionnaires d'Europe mais les rythmes, et parfois les paroles, ont été adaptés au goût local.

Principaux chants de Noël en français[modifier | modifier le code]

En France, parmi les compositeurs ou collecteurs de noëls les plus connus, on peut noter :

Chants chrétiens (cantiques)[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Stille Nacht, heilige Nacht (info)
Stille Nacht interprété par Ernestine Schumann-Heink

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Chants profanes[modifier | modifier le code]

Parmi ces chants, on peut distinguer les chants d'inspiration chrétienne évoquant la naissance de Jésus-Christ, et les chants sans référence à la Nativité.

Chants évoquant la Nativité

La Provence et le comté de Nice ont fourni quelques-uns de ces noëls :

Chants traditionnels profanes
Chansons contemporaines

Traductions[modifier | modifier le code]

Voici des titres de noëls traduits de toutes sortes (traditionnelles et modernes, religieuses et profanes). Figurent en caractères gras les titres originaux. Les « traductions » sont rarement littérales. Il existe bien sûr des traductions dans d'autres langues.

allemand anglais français latin
  • O come, little children
  • In dulci jubilo[8]
  • La moitié du texte est en latin dans les deux versions.
  • O how joyfully
  • Ô nuit bienveillante
  • O Jesulein süß
  • O Little One Sweet
  • Quelle paisible nuit
  • Ein kleiner weißer Schneemann
  • Weiße Weihnacht
  • White Christmas
  • Noël blanc
  • Rudolph das kleine Rentier
  • Rudolph the red-nosed reindeer
  • Le petit renne au nez rouge
  • Engel haben Himmelslieder
  • Engel lassen laut erschallen
  • Engel auf den Feldern singen
  • Angels we have heard on high
Le refrain latin est le même dans les trois versions.
  • Herbei, o ihr Gläubigen
  • Nun freut euch, ihr Christen
  • O come, all ye faithful

Il y existe nombre d’adaptations non officielles et méconnues, comme Sweet bells pour Süßer die Glocken nie klingen.

Chants de Noël du monde[modifier | modifier le code]

Parmi les liens, ceux figurant en bleu clair dirigent vers des articles en langues étrangères. À noter que certains de ces chants n'ont pas été conçus comme chant de Noël mais qu'ils sont aujourd'hui connus comme tels.

Chansons d’origines allemande et autrichienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Weihnachtslieder.
titre traduction titre français auteurs et dates

In dulci jubilo

En une douce joie

Nun singet
und seid froh

À présent chantez
et soyez heureux

  • Heinrich Seuse vers 1328
  • La traduction complète a été publiée en 1646.

Es ist ein Ros’
entsprungen

Il est germé une rose[13]

Dans une étable
obscure
[9]

O Tannenbaum

Ô sapin

Mon beau sapin

O du fröhliche

Ô toi joyeux

Ihr Kinderlein kommet

Vous petits enfants venez

Bambins et gamines

Stille Nacht, heilige Nach

Silencieuse nuit

Douce nuit, sainte nuit

Alle Jahre wieder

Tous les ans à nouveau

Süßer die Glocken
nie klingen

Plus joliment les cloches
jamais ne tintent

Kling, Glöckchen

Sonne, clochette

Leise rieselt der Schnee

Calmement la neige tombe

Fröhliche Weihnacht
überall

Joyeux Noël
partout

O Jesulein süß

Ô petit Jésus mignon

Quelle paisible nuit

Jesus bleibt meine Freude
(ou Wohl mir, daß ich Jesum habe)

Jésus reste ma joie
(ou Heureusement que j'ai Jésus)

Jésus que ma joie demeure

  • Johann Sebastian Bach (1685-1750)
  • N'est généralement connue qu'en version musicale (orgue à l'origine)

Chansons d’origine américaine[modifier | modifier le code]

titre traduction titre français auteurs et dates

Away in a manger

Loin dans une mangeoire

  • Paroles anonymes

Deux mélodies totalement différentes :

  • W. J. Kirkpatrick (1838-1921), arrangée par David Willcocks
  • Murray (ou Mueller)

It Came Upon the Midnight Clear

C'est arrivé à la claire minuit

  • Edmund H. Sears (1810-1876), paroles
  • Richard S. Willis (1819-1900), musique (aussi donnée comme un air traditionnel anglais)

Jingle Bells
ou
One horse open sleigh

Sonnez Cloches
ou
Un cheval devant le traîneau

Vive le vent

  • James Lord Pierpont (1822-1893)

O Little Town of Bethlehem

Ô petite ville de Bethléem

  • Philips Brooks (1835-1893), 1868 pour les paroles

Musique, selon les sources :

  • Air populaire anglais du XIXe siècle
  • Lewis R. Redner

Rudolph the Red-Nosed Reindeer

Rudolph le renne au nez rouge

Le petit renne au nez rouge

  • Johnny Marks (1909-1985)

White Christmas

Blanc Noël

Noël blanc

I saw Mommy kissing
Santa Claus

J’ai vu Maman embrasser
le père Noël

  • Jimmy Boyd (né en 1939), 1952 (sic)

Santa Claus Is Coming to Town

Le Père Noël arrive en ville

Chansons d’origine britannique[modifier | modifier le code]

titre traduction titre français auteurs et dates

The First Noel

Le premier Noël

God Rest Ye Merry, Gentlemen

Que Dieu vous rende forts, messieurs

  • Air populaire du XIXe siècle

Good king Wenceslas

Bon roi Wenceslas

  • John Mason Neale¹ (1818-1866), 1849

Hark, the herald
angels sing!

Écoutez, les anges
annonciateurs chantent!

  • Charles Wesley (1707-1788), 1739 (paroles et musique originale)
  • Mendelssohn, 1840 pour la mélodie la plus connue aujourd'hui

Joy to the World

Joie pour le monde

  • Paroles du psaume 98 adaptées par Isaac Watts (1674-1748)
  • Mélodie parue en 1833 sous le nom de "Antioch"[14] adaptée d'une œuvre de Haendel

We Wish You a Merry Christmas

Nous vous souhaitons un joyeux Noël

What child is this ?

Quel est cet enfant ?

Quel est l’enfant ?

  • L’air est celui de Greensleeves (XVIe siècle).
  • William Chatterton Dix (1837-1898), 1865

¹ John Mason Neale : Il a également écrit Good christian men rejoice (Bons chrétiens réjouissez-vous), version uniquement en anglais de In dulci jubilo, paroles différentes de la version latine.

Chansons d’origine française[modifier | modifier le code]

titre auteurs et dates titres étrangers

Entre le bœuf et l’âne gris

  • début du XVIe siècle
  • finnois : Heinillä härkien kaukalon
  • suédois : Fridfullt i drömmar

Les anges
dans nos campagnes

  • XVIe siècle
  • allemand : Engel haben Himmelslieder
  • allemand : Engel lassen laut erschallen
  • anglais : Angels we have heard on high

Il est né le divin enfant

  • La mélodie dérive d’un air de chasse du XVIIe siècle.
  • XIXe siècle (texte)

Minuit chrétiens

  • Paroles : Placide Cappeau (1808 – 1877), 1843
  • Musique : Adolphe Adam (1803-1856), 1847
  • anglais : O Holy Night

Venez divin Messie

Hymne à la nuit
ou
La nuit

La Marche des rois

Petit Papa Noël

Chansons d’origine latine[modifier | modifier le code]

titre traduction titre français auteurs et dates

Adeste Fideles

Venez fidèles

Peuple fidèle

  • John Francis Wade (1711-1786, Anglais)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Exemples sonores[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le mot anglais Carol (chant de Noël), du vieux français, caroler (danser, faire une ronde) en garde la trace.
  2. Existe en trois versions populaires. On retiendra celle d’Ernst Anschütz. La première version porte le titre de ACH Tannenbaum, ce qui a le même sens que O Tannenbaum.
  3. Version fidèlement traduite des paroles originales mais non officielle.
  4. On pourra également trouver Ihr Kinderlein kommt (sans le e à kommet). La lettre e actuellement superflue est néanmoins prononcée dans le chant.
  5. Version allemande-latine : Nun singet und seit froh. Il y existe plusieurs versions portant le même titre, notamment celle de Johann Sebastian Bach, dont une version uniquement en langue allemande.
  6. Version uniquement en langue allemande, mais souvent aussi intitulée In dulci jubilo. En effet, il ne s'agit que de la deuxième phrase de la version allemande-latine, qui devient première dans cette version uniquement en allemand (mais les deux positions, les deux premières phrases, prennent la même intonation). On pourra également trouver Nun singt und seit froh (sans le e à singet). La lettre e actuellement superflue est néanmoins prononcée dans le chant.
  7. Version anglaise-latine : Let us our homage show.
  8. Version française-latine : In dulci jubilo/Chantez un chant nouveau/Car le roi du monde dort/In præsepio/Brillant comme une étoile/Mater in gremio/Alpha est et O.
  9. a et b La version française ne s’est pas inspirée de celle d’origine (allemande).
  10. À la base, il s’agissait d’une chanson sur trois fêtes de l’année (Noël, Pâques et Pentecôte). Elle a été changée pour ne plus être destinée que pour la période de Noël, et c’est sous cette dernière forme qu'elle a été traduite en français et en anglais.
  11. Il s’agit là d’une prière. La chanson allemande s’est inspirée de celle-ci. Mais la traduction de la prière latine est très différente de la traduction de la chanson allemande.
  12. a, b et c Sur l’air de Greensleeves, dont une légende populaire prétend que cette musique aurait été composée par Henri VIII d'Angleterre lui-même.
  13. Le "il" est impersonnifié, à l'instar de "il était une fois". Comprendre "Une rose a germé".
  14. T. Hawkes, Collection of Tunes

Liens multimédias[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]