Attentat du Petit-Clamart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Attentat du Petit-Clamart

Localisation Clamart
Cible Charles de Gaulle
Coordonnées 48° 46′ 44″ N 2° 14′ 07″ E / 48.778832, 2.23531948° 46′ 44″ Nord 2° 14′ 07″ Est / 48.778832, 2.235319  
Date 22 août 1962
19 h 30
Mort(s) Aucun
Organisation(s) OAS

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Attentat du Petit-Clamart

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine

(Voir situation sur carte : Hauts-de-Seine)
Attentat du Petit-Clamart

L’attentat du Petit-Clamart, désigné par ses auteurs sous le nom d’opération Charlotte Corday, est le nom d'une action d'un groupe (OAS-Métropole / OAS-CNR) dirigé par le lieutenant-colonel Bastien-Thiry, visant à assassiner le président de la République Charles de Gaulle, le 22 août 1962 à Clamart alors dans le département de la Seine

Opération Charlotte Corday[modifier | modifier le code]

Le parallèle entre la lutte menée dans la clandestinité par l'OAS contre le président de Gaulle à Paris et celui de l'assassinat de Marat par Charlotte Corday indique à la fois le choix du nom de code de l'opération, ainsi que sa nature (soit un assassinat politique). En effet, le 16 avril 2005, Lajos Marton dit « l'Anglais, » l'un des membres du commando du Petit-Clamart, déclare lors de l'émission télévisée Tout le monde en parle : « C'était au mois de mars 1962 où Max, alias Alain de La Tocnaye le lieutenant qui était notre chef, il y avait une grande table avec des petites voitures et déjà, quand il nous a annoncé l'Opération Charlotte Corday, quelqu'un qui connait l'Histoire de France… Charlotte Corday n'est pas allée pour chasser les mouches »[1].

À l'occasion du procès contre les auteurs de l'attentat, le général Alain de Boissieu, gendre de De Gaulle, « après avoir énuméré les « raisons » du supplice de Jean-Marie Bastien-Thiry, affirme que l'attentat fut « téléguidé » par des « milieux politiques » sans aucun rapport avec l'OAS et le CNR[2] ». Dans sa biographie consacrée au général de Gaulle, Jean Lacouture estime que, passé la proclamation d'indépendance de l'Algérie, le 3 juillet 1962, l'OAS n'est plus à l'origine des tentatives d'attentat contre le président de la République : « Après l'irréparable accompli [la dissociation de la France et de l'Algérie], la main passera à des hommes qui se comportent en exterminateurs, instruments d'une justice divine, comme Bastien-Thiry ou en exécuteurs de la vengeance du peuple pied-noir comme Georges Watin[3] ».

Cependant Bastien-Thiry lui-même lors de sa déclaration au procès évoque des motifs d'ordre humanitaires pour justifier son action : selon lui, l'impératif était d'arrêter le massacre des harkis restés fidèles à la France, massacre qui eut lieu en totale violation des accords d'Évian, et dont, selon lui, de Gaulle était directement responsable : « Nos motifs d'action sont liés aux conséquences de l'effroyable drame humain et national qui, à la suite des événements qui se sont déroulés en Algérie depuis bientôt cinq ans, ont mis en jeu, et mettent encore journellement en jeu la liberté, les biens et la vie de très nombreux français ; après avoir mis en jeu l'existence même, en tant que telles, de collectivités nationales dans leur ensemble, et l'existence même du principe de l'unité nationale ».

Durant la seconde partie du procès et suivant le conseil de ses avocats, Bastien-Thiry nie toute tentative d'assassinat à la faveur d'une tentative d'enlèvement en vue d'un jugement par le tribunal[4] du CNR[5],[6].

L'OAS contre de Gaulle[modifier | modifier le code]

Les différents motifs et enjeux de l'opération Charlotte Corday ainsi que ses répercussions (l'affaire Bastien-Thiry) ne peuvent se comprendre que dans le contexte particulier des événements qui l'ont précédé, notamment une précédente tentative d'assassinat à Pont-sur-Seine le 8 septembre 1961. Pour diverses raisons, l'opération prévue dans la foulée a été reportée en août 1962[7].

Le 5 juillet 1962, la République française dirigée par Charles de Gaulle reconnaît l'indépendance de l'Algérie suite d'une part aux accords d'Évian établissant le cessez-le feu, et d'autre part après le résultat de deux référendums, organisés en métropole puis en Algérie, portant sur l'autodétermination de l'Algérie. La guerre d'Algérie s'achève par le rapatriement d'un million de Pieds-Noirs, d'origine européenne et juifs séfarades, fuyant les exactions provoquées par le rejet des garanties des accords d'Évian, notamment après le massacre d'Oran.

Et pourtant, en mai 1958, à Alger, un coup de force avait été mené conjointement par Pierre Lagaillarde, député d'Alger (poujadiste) et officier parachutiste de réserve, les généraux Raoul Salan (commandant des forces armées françaises en Algérie), Edmond Jouhaud (armée de l'air), Jean Gracieux (10e DP), l'amiral Auboyneau (marine nationale) avec l'appui de la 10e division parachutiste du général Massu (victorieuse de la décisive bataille d'Alger l'année précédente) et la complicité active des alliés de Jacques Soustelle. Il avait pour but de permettre le retour au pouvoir du général Charles de Gaulle qui était alors en retraite[8]. En effet, les partisans du général de Gaulle misaient sur un changement radical de politique gouvernementale fondée sur le maintien de l'intégrité du territoire républicain, et donc de la poursuite de la politique de « pacification » dans les départements français d'Algérie menée depuis 1954.

Après avoir rassuré une foule gaulliste « européenne » (Pieds-Noirs et Juifs séfarades) et « musulmane, » (Harkis et Moghaznis) fraternisant à Alger le 4 juin 1958, par un historique « Je vous ai compris[9], » suivi d'un univoque « Vive l'Algérie française » à Mostaganem, Charles de Gaulle une fois devenu président de la République en 1959, entreprit pourtant d'achever la politique de décolonisation qu'il avait amorcée, alors général, en 1943 avec le Liban et la Syrie durant sa campagne de ralliement des colonies à la France libre en vue de la libération du territoire métropolitain lui-même occupé par l'Allemagne nazie d'Hitler. Plus tard, le 2 octobre 1958, de Gaulle accordait l'indépendance à la Guinée suite au rejet de la nouvelle constitution par celle-ci.

Quand le 16 septembre 1959, le président de Gaulle emploie pour la première fois le terme d'« autodétermination » à propos de ce qui n'est encore dans les médias que « l'affaire algérienne, » certaines voix de consternation commencèrent à se faire entendre parmi certains gaullistes en Algérie et en métropole. Les contestataires interprétaient le revirement de politique du chef de l'État, qu'ils avaient eux-mêmes contribué à porter au pouvoir, comme une « trahison[10]. »

C'est finalement quelques mois plus tard, le 24 janvier 1960, que les plus extrémistes défenseurs du maintien de l'intégrité du territoire républicain établirent un état de siège dans la capitale algérienne, alors seconde « ville de France » comptant un million d'habitants « de souche européenne, » dans ce qui allait devenir la semaine des barricades. Suite à des déclarations auprès du journal d'Allemagne de l'Ouest Süddeutsche Zeitung laissant perplexe le chef de l'État quant à la loyauté que lui accordait le général Massu, désormais remplaçant de Salan à la tête de l'armée d'Algérie, celui-ci fut sur le champ muté en métropole. Plus tard Massu sera affecté à la zone d'occupation de la RFA, à Baden-Baden, d'où il tiendra un rôle historique en mai 1968. C'est le renvoi de celui qui avait permis le « putsch gaulliste » de 1958 qui servit d'élément déclencheur dans ce que les médias décrivirent comme « les événements d'Alger. »

Pierre Lagaillarde prit la tête des opérations d'insurrection, le commandement militaire étant assuré par le colonel Garde. Des civils se solidarisèrent avec les factieux mais, à la surprise des insurgés, le général Crépin remplaçant Massu, resta fidèle au devoir de réserve de l'armée et ne fraternisa pas avec eux. Isolé, Lagaillarde dut se constituer prisonnier auprès de son supérieur hiérarchique au bout d'une semaine de siège. Il fut envoyé en métropole pour y répondre de ses actes.

En 1960, Lagaillarde profita de sa mise en liberté conditionnelle pour s'évader et s'exila à Madrid vivant alors à l'heure du franquisme. C'est en février 1961, à l'issue d'un accord avec Raoul Salan, lui aussi entré dans la clandestinité, que se créa l'Organisation armée secrète, qui plus tard prendra parfois le nom d'« Organisation de l'armée secrète » ou tout simplement « Armée secrète. »

Emblème de l'organisation

Une partie de la population dite « de souche européenne, » les Pieds-Noirs qui, paradoxalement, n'avait pas été consultée lors du premier référendum, refusa de quitter sa terre natale, voire ancestrale pour certaines familles. Elle rejoignit les « maquis » de l'OAS dont l'un des plus connus fut celui de l'Ouarsenis[11],[12],[13].

En avril 1961, suite à l'échec du putsch des généraux visant cette fois à renverser de Gaulle, celui-ci menant des pourparlers avec une délégation des indépendantistes, et à substituer à son autorité une junte militaire, l'OAS démultiplia ses opérations clandestines.

Ces actions, dont les plus radicales relevaient de l'assassinat politique et du terrorisme, ont été menées aussi bien dans les départements français d'Algérie qu'en métropole, l'OAS disposant d'une branche « Métro, » par les « commandos Delta. »

En Espagne, Pierre Lagaillarde – toujours fugitif – se tenait avec les colonels Charles Lacheroy (cocréateur des CIPCG avec Salan) et Antoine Argoud, membre-clé du putsch des généraux en métropole, à la tête de la branche dissidente OAS-Madrid qui s'opposait au commandement Salan en préconisant un comité de direction coordonnant les opérations depuis l'étranger. Mais Lagaillarde fut interpellé par la Guardia Civil et mis en résidence surveillée en octobre 1961.

Le 20 mai 1962 en Italie, Georges Bidault, ancien ministre des Affaires étrangères de De Gaulle sous le GPRF, puis pendant la guerre d'Indochine, fut élu président du Conseil national de la Résistance (créé en 1962 pour la défense de l'Algérie française) par le comité exécutif, dont faisaient partie, entre autres, Jacques Soustelle (lui aussi ministre sous le GPRF) et le colonel Antoine Argoud. L'intitulé faisait référence à la Résistance à l'occupant allemand durant la Seconde Guerre mondiale, Bidault ayant lui-même occupé le poste de président du CNR (fédérant l'ensemble des mouvements de la Résistance) à la suite de Jean Moulin en 1943.

C'est, entre autres, pour tenter de mettre fin à ce qu'il voit comme l'immobilisme de la France face à la persécution des harkis et des Français d'Algérie par les Algériens alliés au FLN (le massacre de ces populations s'est poursuivi après les accords d'Évian du 18 mars 1962, sans que l'armée française ne soit autorisée à les protéger), que Bastien-Thiry met au point l’opération Charlotte Corday, au mois d'août 1962, selon lui, sous l'égide du CNR[5].

Attentat du Petit-Clamart[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Commando Delta.

Bastien-Thiry est secondé par un autre métropolitain, Alain de La Tocnaye, qui considère de Gaulle comme un « cryptocommuniste » au même titre que les Hongrois László Varga, Lajos Marton et Gyula Sári, eux-aussi farouchement anticommunistes. Le reste du commando est composé de métropolitains et de Pieds-Noirs. Ces derniers entendent venger les exactions commises contre leur communauté, notamment la fusillade de la rue d'Isly (80 morts et 200 blessés civils[14]), ainsi que la perte de l'Algérie française[14].

Citroën DS 19

Le 22 août 1962, aux environs de 19 h 30[15], deux Citroën DS 19 banalisées et escortées de deux motards quittent le palais de l'Élysée pour emmener le Général et son épouse à la base aérienne de Villacoublay, où ils doivent prendre un hélicoptère à destination de Colombey-les-Deux-Églises. À bord de la seconde voiture, immatriculée 5249[16] HU 75[15] se trouvent de Gaulle, de retour d'un Conseil des ministres et son épouse Yvonne ; le colonel Alain de Boissieu, gendre et aide de camp du président, est quant à lui assis à côté du chauffeur, le gendarme Francis Marroux[15]. Sorti de Paris par la porte de Châtillon, le cortège emprunte la route nationale 306 (actuelle D 906) et roule en direction de Vélizy-Villacoublay[15] où attend l'hélicoptère présidentiel. Alors qu'il arrive, à 20 h 08[15] à hauteur du carrefour des rues Charles Debry, RN 306 et rue des Bois, à environ trois cents mètres avant le rond-point du Petit Clamart, le commando Bastien-Thiry est dissimulé en guet-apens[15]

Le commando, de type militaire, est constitué de douze hommes[15] équipés d'armes automatiques, d'explosifs[15] et de quatre véhicules[15]. Bastien-Thiry est dissimulé avant le croisement, dans une Simca 1000, d'où il donne le signal en agitant un journal[15]. Cinq hommes sont dans une Estafette Renault jaune (Buisines, Varga, Sári, Bernier et Marton), équipés de fusils-mitrailleurs[15] ; La Tocnay est à bord d'une ID 19, avec Georges Watin et Prévost, munis de pistolets-mitrailleurs[15] ; une camionnette Peugeot 403, dans laquelle sont embusqués Condé, Magade et Bertin, également avec des armes automatiques, est en réserve[15]. La puissance de feu de ce commando est considérable[15].

Le commando ouvre le feu sur la DS présidentielle, les pneumatiques avant du véhicule sont crevés[15]. Georges Watin envoie une rafale de MAT 49 à l'arrière de la voiture où sont assis de Gaulle et son épouse. La glace arrière, côté de Gaulle, vole en éclats[15]. Lors de l'assaut, in extremis, Boissieu crie aux de Gaulle de se baisser, ce qui leur évite d'être touchés. De Gaulle rapporte que son gendre lui a intimé l'ordre de se mettre à l'abri, lui disant : « À terre, Père ! » Boissieu ordonne au chauffeur, Francis Marroux (le même chauffeur pilotait la DS 19 présidentielle, le 8 septembre 1961, lors de l'attentat de Pont-sur-Seine[15]) d'accélérer[15], ce qu'il fait et parvient, malgré l'état de la voiture et le sol mouillé à gagner à vive allure le terrain d'aviation de Vélizy-Villacoublay[15]. Sur les 187 balles[15] tirées par le commando, 14 impacts sont identifiés sur la DS[15] dont une dans le dossier du passager avant où était assis de Boissieu[15] et plusieurs à hauteur des visages de Mme de Gaulle et du général[15],[17]. Autour de l'endroit de l'attentat, plusieurs magasins sont criblés d'impacts de balles[15]. Réalisant l'échec de l'attaque, Gérard Buisines tente d'éperonner la DS avec l'Estafette tandis qu'à ses côtés Alain de La Tocnaye, par-delà la portière, tente de mitrailler la DS[15].

Le chef de l'État et son épouse survivent à la tentative d'assassinat et bientôt le commando sera arrêté et déféré devant un tribunal militaire[18].

Pendant l'attentat, une Panhard, circulant sur l'autre sens de la chaussée et dans laquelle se trouvait une famille, dont une femme et trois enfants[15],[19], essuie les coups de feux des tireurs, le conducteur, M. Fillon, est légèrement blessé à la main[15].

Selon certains auteurs, Jean-Pax Méfret et le membre du commando Lajos Marton, les conjurés auraient bénéficié d'un appui secret au sein de l'Élysée, principalement celui du commissaire Jacques Cantelaube. Ce dernier, contrôleur général de la police et directeur de la sécurité du président, démissionna un peu avant l'attentat. Il éprouvait de l'antipathie envers l'homme dont il était chargé d'assurer la protection à la suite de sa conduite des affaires algériennes à partir de 1959[10]. Ces complicités auraient permis à Bastien-Thiry de connaître l'immatriculation de la DS, la composition du cortège, ainsi que les différents itinéraires empruntés dont celui qui sera choisi au dernier moment par mesure de sécurité[20],[10]. Selon Jean Lacouture : « [...] grâce aux informations, dira le chef des conjurés, d'une « taupe » dont il disposait au sein de l'Élysée : mais les innombrables supputations faites à ce sujet n'ont débouché sur aucune information sérieuse. Il semble que Bastien-Thiry, sur ce plan, ait bluffé, pour affoler ou diviser l'entourage du général. En fait, il se fondait sur les appels téléphoniques de guetteurs placés autour de l'Élysée — notamment d'un certain « Pierre » — sitôt qu'était prévu un déplacement du chef de l'État[21]. »

Interpellations, jugements et verdicts[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Peine de mort en France.

Une gigantesque chasse à l'homme était lancée au soir du 22 août pour retrouver les auteurs de l'attentat. Au bout de quinze jours, une quinzaine de suspects étaient interpellés, alors que certains d'entre eux mettaient au point une nouvelle opération visant de Gaulle.

Le procès s'est tenu au fort de Vincennes. Lors de la première séance, neuf accusés comparaissaient devant la Cour militaire de justice le 28 janvier 1963  : Jean-Marie Bastien-Thiry, Alain de La Tocnaye, Pascal Bertin, Gérard Buisines, Alphonse Constantin, Étienne Ducasse, Pierre-Henri Magade, Jacques Prévost et László Varga. Six autres accusés furent jugés par contumace ; les absents se nommaient Serge Bernier, Louis de Condé, Gyula Sári, Lajos Marton, Jean-Marie Naudin, et Georges Watin. Ce dernier s'est enfui en Suisse où il fut arrêté en janvier 1964 et mis au secret en prison afin d'échapper à la police française. Il y rencontre Marcel Boillat. De faux papiers lui furent fournis et il gagna l'Amérique du Sud.

Cette Cour militaire de justice avait pourtant été déclarée illégale par l'arrêt du Conseil d'État du 19 octobre 1962, au motif qu'elle portait atteinte aux principes généraux de droit, notamment par l’absence de tout recours contre ses décisions. De Gaulle prolongea malgré tout l'existence de cette Cour pour cette affaire. En effet, la lecture de l'arrêt du Conseil d'État du vendredi 19 octobre 1962, faisant référence à l'ordonnance présidentielle du 1er juin 1962 instituant la Cour militaire de justice, indiquait : « Considérant qu'il ne résulte pas de l'instruction que, eu égard à l'importance et à la gravité des atteintes que l'ordonnance attaquée apporte aux principes généraux du droit pénal, en ce qui concerne, notamment, la procédure qui y est prévue et l'exclusion de toute voie de recours, la création d'une telle juridiction d'exception fût nécessitée par l'application des déclarations gouvernementales du 19 mars 1962 ; que les requérants sont, dès lors, fondés à soutenir que ladite ordonnance, qui excède les limites de la délégation consentie par l'article 2 de la loi du 13 avril 1962, est entachée d'illégalité ; qu'il y a lieu, par suite, d'en prononcer l'annulation[22]. » Cependant, cette Cour fut prorogée par la loi du 20 février 1963[23].

Le 4 mars à l'issue de l'instruction à charge contre l'officier Bastien-Thiry, la Cour militaire de justice l'a jugé coupable d'avoir planifié et orchestré l'opération Charlotte Corday.

Jugés en tant que simples exécutants, les tireurs furent condamnés à différentes peines de réclusion mais bénéficièrent en 1968 de la grâce présidentielle. Mais Jean-Marie Bastien-Thiry, Alain de la Tocnaye et Jacques Prévost furent condamnés à mort. Deux des condamnés furent graciés ; seul Bastien-Thiry fut exécuté, fusillé au fort d’Ivry le 11 mars 1963. Les cinq accusés absents furent condamnés par contumace à des peines de mort ou de réclusion et bénéficièrent eux aussi beaucoup plus tard de la grâce présidentielle.

Condamné à la peine capitale aux motifs de complot contre la sûreté de l'État et tentative d'assassinat contre le président de la République, le fait d'avoir menacé la vie d'une femme ayant porté à charge comme cause aggravante aux yeux de De Gaulle[19], le lieutenant-colonel Bastien-Thiry fut passé par les armes par un peloton militaire, au fort d'Ivry, le 11 mars 1963 à l'aube. Âgé de 35 ans, il laissait à son exécution une veuve et trois orphelines. Il reste le dernier condamné à mort fusillé en France.

Affaire Bastien-Thiry[modifier | modifier le code]

Le 2 février 1963, succédant aux brèves déclarations de ses coaccusés présents lors du procès, le principal inculpé de l’opération Charlotte Corday, Jean Bastien-Thiry, plaida dans un discours fleuve la légitime défense à décharge pour lui et ses « camarades » et à charge contre les « hommes de pouvoir » et en particulier contre le plus puissant d'entre eux, celui que son avocat et futur candidat à la présidence Jean-Louis Tixier-Vignancour surnomma le « Prince[24] ».

Constituante de « l'affaire Bastien-Thiry, » la déclaration du colonel, que René Wittmann publia à un tirage confidentiel le 20 février 1963 et dont la Serp édita une série de 33 tours la même année, commençait par ses mots[25] :

« L'action dont nous répondons aujourd'hui devant vous présente un caractère exceptionnel et nous vous demandons de croire que seuls des motifs d'un caractère également exceptionnel ont pu nous déterminer à l'entreprendre. Nous ne sommes ni des fascistes, ni des factieux mais des Français nationaux, Français de souche ou Français de cœur. Ce sont les malheurs de la patrie qui nous ont conduits sur ces bancs. »

Pour ce qu'il représente et la nature de la déclaration de Bastien-Thiry, ce procès sera vécu à l'époque comme celui de l'OAS et dans une certaine mesure, celui de la guerre d'Algérie. Il inspira nombre d'ouvrages des années 1960 à nos jours, qu'il s'agisse de critiques de la peine de mort, l'opinion publique française y étant alors majoritairement défavorable[26], de témoignages, la famille du condamné œuvre depuis pour sa réhabilitation à travers le « cercle Bastien-Thiry, » ou de contre-enquêtes ; dans Bastien-Thiry : jusqu'au bout de l'Algérie française, Jean-Pax Méfret, grand reporter, s'interroge : « Comment un homme, doté de profondes convictions catholiques et d'un bagage culturel supérieur, a-t-il pu en arriver là[27] ? »

Dans la presse nationale les réactions à « l'affaire Bastien-Thiry, » qui débouche à la fois sur la dernière exécution politique en France et sur le dernier fusillé, ne se firent pas attendre. Le remarquable de la situation consiste en trois points : la virulence de la critique de Bastien-Thiry à l'égard de la politique algérienne adoptée par de Gaulle, le fait que les condamnés aient finalement été graciés à l'exception d'un seul, le caractère expéditif de la sentence. Ainsi au lendemain de l'exécution, dans L'Express, Jean Daniel écrivait : « En fait, l'inhumanité du souverain finit par accabler jusqu'à ses partisans », tandis que dans Le Canard enchaîné, sous la plume de Jérôme Gauthier, on pouvait lire : « C'est la honte qui rase les murs. Une certaine justice aussi, semble-t-il… », suivi de : « Le lieutenant-colonel Bastien-Thiry est mort, je ne dis pas pleuré, mais plaint par un très grand nombre de Français, même parmi ceux les plus farouchement hostiles à sa cause. »

La thèse de l'enlèvement[modifier | modifier le code]

Remise en cause de l'assassinat[modifier | modifier le code]

Il existe une thèse alternative et polémique selon laquelle le but de l'opération n'était pas d'assassiner le président Charles de Gaulle mais de l'enlever pour le déférer devant le tribunal du CNR. Cette thèse a été défendue par Jean Bastien-Thiry lors de son procès, selon le conseil de son avocat. Par la suite, elle a été reprise et défendue par Agnès de Marnhac (fille benjamine de Bastien-Thiry âgée de trois ans lors des faits) dans son ouvrage Mon père, le dernier des fusillés édité par Michalon, le 7 avril 2005. Psychogénéalogiste et thérapeute de profession, la troisième fille du condamné, soutenait une thèse basée sur la psychogénéalogie selon laquelle « en faisant don de sa vie, [s]on père rachetait la faute de son ancêtre le duc de Massa qui avait envoyé au peloton d'exécution un innocent, le duc d'Enghien (cf. affaire du duc d'Enghien)[28]. » Agnès de Marnhac a disparu le 28 juin 2007 des suites d'un cancer, elle avait 47 ans[29].

La thèse de l'enlèvement est rigoureusement contestée et a été officiellement démentie dans les médias en 2005 (dont le quotidien Présent et l'émission Tout le monde en parle) par les membres même du commando du Petit-Clamart dont Louis Honorat de Condé, Lajos Marton et Armand Belvisi[30] (ce dernier a été évincé de l'opération au dernier moment suite à un différend avec Alain de La Tocnaye)[31].

Cette thèse révisionniste modifiant les faits historiques et atténuant l'intention de Bastien-Thiry viserait la réhabilitation posthume du condamné selon Armand Belvisi ; les généraux putchistes Raoul Salan et Edmond Jouhaud, respectivement numéro un et deux de l'OAS-Algérie, bien que tous deux condamnés à mort ont été graciés en 1968 et 1967 puis réhabilités en 1982[32].

Remise en cause de l'appartenance à l'OAS[modifier | modifier le code]

Agnès de Marnhac récuse aussi l'appartenance de Bastien-Thiry à l'OAS[33], prétendant que son père a agi sur ordre du CNR, or les membres du commando contestent cette version. Selon Louis Honorat de Condé : « Notre chef ne fut pas membre de l'OAS-Algérie mais appartenait à la dernière formation de l'OAS-Métropole qui fut appelée OAS-CNR, laquelle succédait à Mission I, Mission II et Mission III »[34]. Le chef de l'OAS-Métro était le capitaine Pierre Sergent et celui de Mission III était André Canal dit « le Monocle». Lajos Marton ajoute qu'en 1961 Bastien-Thiry a contacté le colonel Argoud[35] en disgrâce depuis la semaine des Barricades (janvier 1960), nommé à Metz à un poste "placard" où il passe le plus clair de son temps à préparer le Putsch qui aura lieu le 21 avril 1961. En dépit de la sympathie que lui inspire Bastien-Thiry, Argoud ne peut prendre le risque de l'associer à l'action en cours et encore moins lui apporter de l'aide pour le projet d'exécuter De Gaulle. Il reverra néanmoins Bastien-Thiry en 1961[36]. Nul ne sait comment, Bastien prit par la suite contact avec Jean Bichon, « ancien résistant, officier de liaison entre le "Vieil État-Major" et le Haut-Commandement de l'OAS »[35]. Dans L' Attentat: indicatif Écho-Gabriel (1972), Armand Belvisi écrit: « je contactai le Monocle pour qu'il me donne les armes dont j'avais besoin. Nous étions les seuls, à Mission III, à posséder un important stock de munitions. Ni le Vieil État-Major, ni Jean Bichon ne pouvaient aider Bastien-Thiry. Ils ne possédaient presque plus rien. [...] je cachai tout cela dans mon studio [...] et, le 27 avril, avec Bernier, j'allai les essayer dans le bois [...]. »[37]

Après le putsch d'Alger d'avril 1961, le général Raoul Salan prend la tête de l'OAS avec pour adjoint le général Edmond Jouhaud. Le 25 mars 1962 Jouhaud est interpellé à Oran, puis le 20 avril 1962 c'est au tour de Salan d'être arrêté à Alger. Peu de temps auparavant, celui-ci avait désigné son successeur Georges Bidault en exil à Munich, République Fédérale d'Allemagne, qui fonde le CNR-OAS avec Jacques Soustelle[38].

Membres du commando Charlotte Corday[39][modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Bastien-Thiry (35 ans) alias « Didier, » lieutenant-colonel de l'armée de l'air, ingénieur en chef de l'armement, polytechnicien
  • Alain de La Tocnaye (36 ans) alias « Max, » lieutenant d'artillerie, déserteur
  • Jacques Prévost, (31 ans) ancien sergent parachutiste à Ðiện Biên Phủ.
  • Georges Watin, (29 ans) natif d'Algérie, alias « la boiteuse, » recherché par la police.
  • Pierre Magade, (22 ans) déserteur de l'armée de l'air.
  • Louis Honorat de Condé, (24 ans) sous-lieutenant de réserve.
  • Pascal Bertin, (20 ans) étudiant.
  • Lazlo Varga, (20 ans) ex-insurgé anticommuniste de l'insurrection de Budapest, réfugié politique hongrois en 1956.
  • Lajos Marton, (31 ans) ex-élève pilote de l'aviation magyare, ex-insurgé anticommuniste de l'insurrection de Budapest, réfugié politique hongrois en 1956.
  • Serge Bernier, (29 ans) ancien sous-officier du Bataillon de Corée
  • Gyula Sari, (31 ans) ex-sergent 2e REI de la Légion étrangère blessé à Ðiện Biên Phủ, ex-insurgé anticommuniste de l'insurrection de Budapest, réfugié politique hongrois en 1956.
  • Gérard Buisines, (36 ans) ancien légionnaire.
  • Alphonse Constantin, (34 ans) ancien légionnaire, déserteur à la veille de l'attentat.
  • Armand Belvisi, (37 ans) arrêté en juin 62, dans des conditions spectaculaires qui ont inspiré une des scènes du film Le Complot, dans lequel le rôle de Belvisi est joué par Michel Duchaussoy ; selon A. Belvisi, cette arrestation qui eut lieu avenue Victor Hugo dans l'appartement d'une journaliste de l'ORTF, résulterait d'un désaccord avec de La Tocnaye et sur dénonciation de Wattin.
  • Jean-Pierre Naudin, (20 ans) étudiant classe préparatoire à Saint-Cyr.
  • Membres du complot non identifiés au moment de l'instruction et du procès : Jean Bichon, Pierre et Jacques Sidos, Olivier Sers et, selon ce dernier (cf bulletin du Cercle JBT de février 2011), quelques 200 complices.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lajos Marton à propos de l'attentat du Petit-Clamart, Tout le monde en parle - 16/04/2005
  2. Jean Lacouture, Charles de Gaulle – Le souverain 1959-1970, t. III, éd. du Seuil, 1986 (ISBN 2-02-009393-6), p. 282.
  3. Jean Lacouture, op. cit., p. 273.
  4. Jean Lacouture, op. cit., p. 280.
  5. a et b « Déclaration du colonel Bastien-Thiry, » 2 février 1963, sur le site du Cercle Jean Bastien-Thiry, bastien-thiry.com.
  6. Rendez-vous avec X. Les assassinats de l'OAS, Patrick Pesnot et X, France Inter, 22 juin 2002.
  7. Jean-Teddy Filippe, Ils voulaient tuer de Gaulle, TF1 Vidéo, 2005.
  8. Yves Courrière, La Guerre d'Algérie, Reggane Films, 1972.
  9. Discours du Forum d'Alger, 4 juin 1958.
  10. a, b et c Jean-Pax Méfret, Bastien-Thiry : Jusqu'au bout de l'Algérie française, Pygmalion, 2003.
  11. Lakhdar Belaid, « Du FLN à l’OAS », France Soir, 15 avril 2004.
  12. Rémy Madoui, J'ai été fellagha, officier et déserteur : biographie du FLN à l'OAS, éditions du Seuil, 2004.
  13. Pierre Montagnon, L'OAS, Les secrets d'une organisation clandestine, chapitre « Les cibles : n'importe où, n'importe quand…, » Historia Thématique, no 76.
  14. a et b Patrice Gélinet, ?id=14997 2000 d'Histoire - L'Homme qui a voulu tuer de Gaulle : Bastien-Thiry, France Inter, 16 juin 2003.
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z et aa Jean Lacouture, Charles de Gaulle – Le souverain 1959-1970, t. III, op. cit., p. 276-280.
  16. http://www.youtube.com/watch ?v=hDoL68mh7C8
  17. La voiture est exposée au musée Charles-de-Gaulle, à Lille.
  18. Jean Lacouture, op. cit., p. 276-280
  19. a et b Max Gallo, De Gaulle, tome IV, La Statue du commandeur, éd. Robert Laffont, Paris, 1998 (ISBN 2-266-09305-3) ; rééd. Pocket, Paris, 2006, p. 29.
  20. Lajos Marton, Il faut tuer de Gaulle, éditions du Rocher, 2002.
  21. Jean Lacouture, op. cit., p. 274.
  22. Arrêt Canal, Robin et Godot du Conseil d'État du 19 octobre 1962
  23. http://legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=19630221&numTexte=&pageDebut=01723&pageFin=
  24. Jean-Louis Tixier-Vignancour, ?vue=notice&from=fulltext&full=Affaire+Bastien-Thiry&num_notice=1&total_notices=1 Campagne électorale officielle : élection présidentielle 1er tour, ORTF, 19 novembre 1965.
  25. Enregistrement sonore
  26. « La peine de mort en France – Rapport du Sénat sur l'abolition de la peine de mort – Troisième partie : le débat sur la peine capitale – III. - Les termes du débat dans la France d'aujourd'hui – 1. L'opinion publique », sur le site peinedemort.org, consulté le 7 mai 2010.
  27. Jean-Pax Méfret, Bastien-Thiry : jusqu'au bout de l'Algérie française, Pygmalion, 2003.
  28. La Provence du 8 novembre 2004, Édition Bouches-du-Rhône, Conférence: Pourquoi Bastien-Thiry a voulu tuer De (sic) Gaulle, Emmanuelle Fabre
  29. Agnès Bastien-Thiry nous a quitté
  30. ENLEVER OU TUER DE GAULLE sur le site officiel d'Armand Belvisi, voyez les différentes coupures de presse.
  31. Ils voulaient tuer de Gaule - L'attentat du Petit-Clamart: un complot contre la République !, réalisé par Jean-Teddy Filippe, écrit par Georges-Marc Benamou et Bruno Dega, TF1 Vidéo, 2005
  32. ?id=14691 Historia Thématique: OAS, les secrets d'une organisation clandestine, Chapitre: Pour solde de tout compte, page 73, Rémi Kauffer (professeur à l'Institut d'études politiques), mars-avril 2002
  33. Agnès Bastien Thiry à propos de son livre, Tout le monde en parle - 16/04/2005
  34. Louis de Condé dans le quotidien Présent du mardi 26 juillet 2005, propos recueillis par Catherine Robinson
  35. a et b Lajos Marton dans le quotidien Présent des mercredi 14 et 21 septembre 2005, propos recueillis par Catherine Robinson
  36. Olivier Cazeaux : interview enregistrée du Col. Argoud, juin 1996
  37. Armand Belvisi, L' Attentat: indicatif Écho-Gabriel, Publibook, 1972, p. 159
  38. ?id=14630 Historia Thématique: OAS, les secrets d'une organisation clandestine, Chapitre: Combien de divisions... internes ?, page 29, Guy Pervillé (professeur à l'université de Toulouse-Le Mirail), mars-avril 2002
  39. Données biographiques fournies en 2002 par le professeur à l'Institut d'études politiques Rémi Kauffer dans la revue historique Historia, Historia Thématique : OAS, les secrets d'une organisation clandestine - Pour solde de tout compte, p. 73

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Lacouture, Charles de Gaulle – Le souverain 1959-1970, t. III, éd. du Seuil, 1986 (ISBN 2-02-009393-6).
  • Alain de Boissieu, Pour servir le Général, 1982.
  • Georges Fleury, Tuez de Gaulle ! Histoire de l'attentat du Petit Clamart, 1996.
  • Lajos Marton, Il faut tuer de Gaulle, 2002.
  • Jean-Pax Méfret, Bastien-Thiry : Jusqu'au bout de l'Algérie française, 2003.
  • Gastón Segura Valero, A la sombra de Franco, El refugio de los activistas franceses de la OAS (À l'ombre de Franco, Le refuge des activistes français de l'OAS), Ediciones B, 2004, (ISBN 8466614427)
  • Alain de La Tocnaye, Comment je n'ai pas tué de Gaulle, éd. Nalis, 1969
  • Agnès Bastien-Thiry, Mon père, le dernier des fusillés
  • Jacques Delarue, L'OAS contre de Gaulle
  • France. Cour militaire de justice, Le Procès de l'attentat du Petit Clamart : [devant la Cour militaire de justice, 28 janvier-4 mars 1963], compte-rendu sténographique. Paris : Albin Michel, 1963, 2 vol. (1019-IV p.). (Collection des grands procès contemporains).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Fred Zinneman, The Day of the Jackal (1973, titre Français Le Chacal), d'après le roman du même nom de Frederick Forsyth. Les premières minutes de ce film sont une reconstruction de l'attentat, clôturant avec l'exécution de Bastien-Thiry.
  • Jean-Teddy Filippe, Ils voulaient tuer de Gaulle, 2005.

Enregistrements sonores[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]