Pierre Paul Jeanpierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierre Jeanpierre
Lieutenant-colonel Jeanpierre
Lieutenant-colonel Jeanpierre

Naissance 14 mars 1912
Belfort
Décès 29 mai 1958 (à 46 ans)
Algérie
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Légion étrangère
Grade lieutenant-colonel français
Années de service 19301958
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Commandement 1er régiment étranger de parachutistes
Faits d'armes Bataille d'Alger
Bataille des Frontières
Hommages voir ici

Pierre Jeanpierre (1912 - 1958) est un officier militaire supérieur français de la Légion étrangère.

Biographie[modifier | modifier le code]

Engagé au 131e Régiment d'infanterie comme homme du rang, il prépare et réussit le concours d'officier et est nommé sous-lieutenant en 1937 au 1er régiment étranger (Légion étrangère). En 1939, il est au Levant avec le 6e Régiment étranger.

Après la campagne de Syrie-Liban, il refuse de rejoindre les rangs des FFL et retourne dans les rangs de la Légion Étrangère à Marseille. De là, il gagne la Résistance (réseau Vengeance) lors de l'invasion de la zone libre. En 1944, il est fait prisonnier et interné au camp de Mauthausen.

À la fin de la guerre, il retrouve les rangs de la Légion et se porte volontaire pour servir au sein des unités parachutistes de la Légion. Affecté au 1er BEP, il part en Indochine en 1948. En 1950, lors de l’évacuation de la RC4, il saute sur That Khe. Adjoint du commandant du BEP, il rejoint avec les rares survivants de la nuit de fusillade à Coc-Xa la colonne Charton. Ayant perçu la gravité de la situation, il prend le parti de rejoindre That-Khé sans ordre de bataille. Il franchit les lignes d'embuscades viet, emmenant une dizaine de légionnaires, avec des éléments du 3e Tabor marocain commandés par le sous-lieutenant Beucler.

Rapatrié en Algérie, il repart pour l’Indochine en 1954 après la chute du camp retranché de Điện Biên Phủ. Il prend alors le commandement du 1er bataillon étranger de parachutistes. Lorsque cette unité prend l'appellation de "régiment", il cède sa place au colonel Brothier, à qui il succédera en 1957, au retour de l'expédition de Suez.

Sous son commandement, le régiment livre la Bataille d'Alger. Il fut blessé par des éclats de grenade lancée par Yacef Saadi chef de la Zone autonome d'Alger peu avant son arrestation. Il aligna les succès dans la bataille des Frontières face aux combattants de l'ALN. Dans l'après-midi du 29 mai 1958, dans la région de Guelma, alors que le 1e REP accroche une katiba de l'ALN sur les pentes du djebel Mermera, l’Alouette depuis lequel il commande son régiment est abattue. Son nom de code radio était Soleil. Le régiment est frappé de stupeur. Le 31 mai, un suprême hommage lui est rendu à Guelma puis des obsèques religieuses sont célébrées en la cathédrale de Nevers. Le colonel Pierre-Paul Jeanpierre repose désormais au "carré Légion" du cimetière de Puyloubier.

Ce chef de guerre, vétéran de plusieurs conflits, était craint en raison de sa dureté et de son exigence au combat, faisant parfois passer le bilan des opérations avant la vie de ses légionnaires. Toutefois, il était admiré de ses hommes. Son portrait est exposé parmi ceux des plus prestigieux officiers de la Légion dans la salle honneur du musée de la Légion Étrangère à Camp Major à Aubagne.

Dans l'annexe de son rapport sur la bataille des Frontières[1] réservée à certains destinataires, le colonel Buchoud insiste sur

«le travail d'un commandant de GM assisté d'un seul capitaine et qui dans une même journée monte quatre opérations engageant chaque fois une dizaine de compagnies, assiste à trois briefings en des lieux différents, assure la direction de huit héliportages de compagnie, effectue 3 à 4 heures de vol en Alouette, déplace trois fois son PC»...

Il cite

«ce commandant de compagnie qui est posé le 28 avril à 10h en hélicoptère à 200 mètres des rebelles, leur démolit une section, ramène trois armes automatiques, se trouve engagé à 18h, embarque en véhicules dans la nuit, fait quatre heures de route, se trouve à minuit à 20 km de là, est engagé au petit jour et démonté à 8 h. Est engagé à nouveau à midi après quatre heures de camion, repris enfin en hélicoptère à 15 h et posé à 20 km de là où il trouve le contact de deux compagnies rebelles...».

L’écrivain André Maurois le décrit comme une personne « au cœur généreux et au caractère détestable, une assez bonne combinaison pour un chef ».

Hommage[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Doctrines de guerre allemandes et règlement du 1er septembre 1921 (Revue militaire française, 1924)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Site externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Le Mire, Les Paras Français, La Guerre d'Indochine : La bataille des frontières, page 76