Mohamed Boudiaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohamed Boudiaf
محمد بوضياف
Image illustrative de l'article Mohamed Boudiaf
Fonctions
Président du Haut Comité d'État
(4e chef de l'État algérien)
16 janvier29 juin 1992
(5 mois et 13 jours)
Premier ministre Sid Ahmed Ghozali
Prédécesseur Chadli Bendjedid
(président de la République)
Successeur Ali Kafi
Vice-président, ministre d'État du Gouvernement provisoire de la République algérienne
9 août 196122 juillet 1962
(11 mois et 13 jours)
Président Benyoucef Benkhedda
Gouvernement 3e Gouvernement provisoire de la République algérienne
Ministre d'État du Gouvernement provisoire de la République algérienne
19 septembre 19589 août 1961
(2 ans, 10 mois et 21 jours)
Président Ferhat Abbas
Gouvernement 1e Gouvernement provisoire de la République algérienne
2e Gouvernement provisoire de la République algérienne
Biographie
Date de naissance 23 juin 1919
Lieu de naissance M'Sila, Algérie
Date de décès 29 juin 1992 (à 73 ans)
Lieu de décès Annaba, Algérie
Nationalité algérienne
Profession Fonctionnaire
Religion Islam
Résidence Palais d'El-Mouradia (Alger)

Mohamed Boudiaf
Chefs d'État algériens

Mohamed Boudiaf (en arabe : محمد بوضياف), né à M'Sila le 23 juin 1919 et assassiné le 29 juin 1992 à Annaba, est un homme d'État algérien. Il dirige l'Algérie du 16 janvier 1992 au 29 juin 1992.

Fonctionnaire de profession, membre fondateur du Front de libération nationale (FLN), un des chefs de la guerre d'indépendance algérienne et membre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), au poste de ministre d'État de 1958 à 1961 puis vice-président jusqu'en 1962, il entre en opposition contre les premiers régimes mis en place à l'indépendance de son pays, et s'exile durant près de 28 ans au Maroc . Rappelé en Algérie, en 1992 en pleine crise politique, à la tête de l'État, en tant que président du Haut Comité d'État, organe en charge provisoire de la gestion de l'État, du 16 janvier 1992 jusqu'au 29 juin 1992, à la suite de son assassinat, lors d'une conférence des cadres à Annaba.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant nationaliste[modifier | modifier le code]

Lettre envoyée par Mohamed Boudiaf aux dirigeants du Caire, Ahmed Benbella, Mohamed Khider et Hocine Ait Ahmed

Mohamed Boudiaf est né le 23 juin 1919 à Ouled Madi dans l'actuelle wilaya de M'Sila en Algérie. Après avoir effectué ses études à M'sila, il devient fonctionnaire et occupe une fonction dans l'administration[1]. Adjudant dans l'armée française, en 1942 durant la Seconde Guerre mondiale il est commis au service des contributions à Jijel, puis est envoyé sur le front en Italie où il participa à la bataille de Monte Cassino ainsi que Krim Belkacem qui était Caporal, Larbi Ben M'Hidi qui était Sergent, Rabah Bitat (qui servaient dans des divisions différentes donc à cette époque ces hommes ne se connaissaient pas). Après les massacres de Sétif de 1945, il s'engage dans les mouvements nationalistes algériens, et adhère au Parti du peuple algérien (PPA) de Messali Hadj, puis participe à la création de l’Organisation spéciale (OS), branche armée secrète du Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD)[1]. Vers la fin de 1947, il en constitue une cellule pour le département de Constantine. L'OS est démantelée par la police française en 1950, et avec les autres membres dirigeants de l'organisation, il est jugé et condamné par contumace pour ses activités militantes. En 1952, il est muté en France par le MTLD où il milite au sein de la communauté immigrée algérienne.

Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Délégation des principaux dirigeants du FLN (de gauche à droite : Mohamed Khider, Mostefa Lacheraf, Hocine Aït Ahmed, Mohamed Boudiaf et Ahmed Ben Bella) après leur arrestation à la suite du détournement, le 22 octobre 1956 par l'armée française, de leur avion civil marocain, entre Rabat et Tunis, en direction du Caire (Égypte).

Il rentre en Algérie en mars 1954 et crée, avec huit autres militants, qui devinrent les « chefs historiques du FLN »[2], avec pour objectif l'indépendance de l'Algérie par la lutte armée, le Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA) dont il est élu président. Après l'échec du CRUA, il fait partie, une nouvelle fois comme coordonnateur général, du « groupe des 22 », qui organise la préparation de la lutte armée désormais certaine[1]. Titulaire de la carte n°1 du Front de libération nationale (FLN), créé pour rassembler dans la lutte les différentes forces nationalistes, il est décidé comme date du déclenchement des « hostilités » le 1er novembre 1954 – date qui marque le début la guerre d'Algérie.

À l'issue du Congrès de La Soummam, en août 1956 il devient membre du CNRA (Conseil national de la révolution algérienne). Le 22 octobre 1956, il est arrêté, avec d'autres chefs du FLN, par l'armée française à la suite du détournement de l’avion civil marocain qui le menait vers la Tunisie. Il dirige alors depuis sa prison la fédération de France du FLN et est nommé en 1958 ministre d’État du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), à sa création, puis vice-Président en 1961[1]. Il est libéré le 18 mars 1962 après les accords d'Évian.

Exil politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crise de l’été 1962.

À l'indépendance en juillet 1962, il entre en désaccord avec Ben Bella, soutenu par le commandement de l'Armée de libération nationale (ALN) de l'extérieur, qui crée un bureau politique du FLN pour remplacer le GPRA[3]. Le 20 septembre 1962, alors que le bureau politique constitue la première assemblée nationale algérienne, Mohamed Boudiaf fonde en opposition son propre parti, le Parti de la révolution socialiste (PRS). Le 23 juin 1963, il est arrêté, puis contraint à l'exil dans le sud algérien où il est détenu plusieurs mois avant d'être libéré. Condamné à mort en 1964 par le régime Ben Bella, il quitte l'Algérie et rejoint la France puis le Maroc. Il œuvre au sein de son parti, et anime à partir de 1972 entre la France et le Maroc plusieurs conférences où il expose son projet politique pour l'Algérie, et anime la revue El Jarida[1]. Son livre Où va l'Algérie, qui livre un témoignage lucide sur l'après-indépendance et la prise du pouvoir par les militaires[3], résume ses propositions politiques. En 1979, après la mort de Houari Boumedienne, il dissout le PRS et va se consacrer à ses activités professionnelles en dirigeant à Kénitra au Maroc une briqueterie.

Retour en Algérie[modifier | modifier le code]

Le 16 janvier 1992, après la démission du président Chadli Bendjedid (au soir du 11 janvier), il revient en Algérie [4]. Alors que le FIS, parti islamiste, emporte une large majorité lors du 1er tour des élections législatives, Chadli Bendjedid, après avoir dissout l'Assemblée nationale et laissé un vide constitutionnel, démissionne et le commandement militaire annule les élections. Mohamed Boudiaf est rappelé en Algérie pour devenir le président du Haut Comité d’État[5], en charge provisoire des pouvoirs de chef de l'État. Par son long exil, il apparaissait en effet paradoxalement comme un homme neuf, non impliqué dans les tribulations du régime algérien et donc susceptible de sortir le pays de l’impasse[3]. Souhaitant une Algérie démocratique tournée vers la modernité, il disait vouloir mettre fin à la corruption qui gangrenait l'État. Mais Mohamed Boudiaf est assassiné cinq mois plus tard, le 29 juin 1992, lors d'une conférence des cadres qu'il tenait dans la ville d'Annaba[6]. Un sous-lieutenant du groupe d'intervention spécial (GIS), Lambarek Boumaarafi, jeta une grenade pour faire diversion et tira à bout portant sur le président le tuant sur le coup. La motivation de son assassinat est sujette à controverse, entre la piste d’une action isolée commise par un militaire ayant des sympathies islamistes et celle d’un complot plus vaste impliquant des généraux de l'armée[6]. Sans faire la lumière sur l'assassinat de Boudiaf, la commission d’enquête instituée par le gouvernement algérien écarte la thèse de l’« action isolée » d’un officier de l’armée ayant agi pour des motifs strictement religieux[7].

Le président Boudiaf avec des enfants algériens

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Où va l'Algérie ? (essai), Éditions de l'Étoile, Paris, 1964, 208 p.
  • La préparation du 1er novembre suivie de Lettre ouverte aux Algériens (autobiographie), El Jarida, Paris, 1976, 94 p.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Mohamed Boudiaf, portrait sur le site de la Présidence de la République algérienne.
  2. À l'origine de la création du FLN, ces neuf militants prendront le nom de « chefs historiques du FLN », ou les « historiques ». Ils sont, avec Mohamed Boudiaf, Hocine Aït Ahmed, Ahmed Ben Bella, Krim Belkacem, Mostefa Ben Boulaïd, Larbi Ben M'Hidi, Rabah Bitat, Mourad Didouche et Mohamed Khider.
  3. a, b et c « Pourquoi Mohammed Boudiaf a-t-il été assassiné ? » Mahfoud Bennoune, Confluences Méditerranée n°25, mars 1998 (ISBN 2-7384-6527-7), pp.159-166.
  4. http://www.algerie360.com/algerie/le-16-janvier-1992-boudiaf-revenait-en-algerie/
  5. Le HCE est en outre composé de : Khaled Nezzar, Ali Kafi, Ali Haroun et El-Tidjani Haddam.
  6. a et b « Ils avaient juré la mort de Boudiaf » par Jean-Paul Mari, Grands-Reporters, 2 juillet 1992.
  7. L’espoir assassiné - Hassane Zerrouky, L'Humanité, 29 juin 2002

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nacer Boudiaf, Autopsie d'un assassinat - Boudiaf, l'Algérie avant tout !, Éditions Apopsix, Paris, 2011 (ISBN 978-2-35979-032-0).
  • Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, L'Harmattan, Paris, 1985 (ISBN 2-85802-543-3[à vérifier : isbn invalide]).
  • Mohammed Harbi, FLN mirage et réalité, des origines à la prise du pouvoir (1945-1962), Jeunes Afrique, 1980 (ISBN 2-852-583-76-3).
  • Gilbert Meynier, Histoire intérieure du FLN 1954-1962, Paris, Fayard, 2002 (ISBN 221361377X).
  • Salah Chekirou, Le grain de sable : exploration dans les mystères de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf, Publisud, Alger, 2000 (ISBN 2-86600-992-4).
  • Mohamed Abbas, Ightiyal Houlm (« Assassinat d’un rêve »), Alger, 2004.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]