Rabah Bitat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rabah Bitat
Illustration.
Fonctions
Président de la République algérienne démocratique et populaire
(intérim)

(&&&&&&&&&&&&&0441 mois et 12 jours)
Prédécesseur Houari Boumédiène
Successeur Chadli Bendjedid
Président de l'Assemblée populaire nationale

(&&&&&&&&&&&0496413 ans, 7 mois et 2 jours)
Prédécesseur El Hadj Benalla
Successeur Abdelaziz Belkhadem
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Aïn Kerma (Algérie)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité algérienne
Religion Islam

Rabah Bitat
Présidents de la République algérienne
démocratique et populaire

Rabah Bitat est né le à Aïn Kerma (Constantinois) (Algérie) et mort le à l'hôpital Broussais à Paris. Membre fondateur du FLN, plusieurs fois ministre, il devient président de la République par intérim durant 45 jours en 1978, suite au décès de Houari Boumédiène.

Engagement[modifier | modifier le code]

Jeune adhérent au Parti du peuple algérien (PPA) et au Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), il faisait également partie du groupe Organisation spéciale (OS). Suite à l’attaque de la poste d’Oran, il a été condamné à une peine de dix ans par contumace. Il est l'un des 6 fondateurs historique du Comité révolutionnaire d'unité et d'action à l'origine du FLN. Il faisait partie du groupe des 22 ainsi que celui des six chefs historiques qui déclenchèrent la révolution le 1er novembre 1954 ; il deviendra le premier responsable de la wilaya IV (Algérois).

Indépendance[modifier | modifier le code]

Il est vice-président du conseil dans le premier gouvernement d'Ahmed Ben Bella le , il démissionne en novembre 1963. Après avoir rejoint l'opposition à Paris, il rallie le coup d'État du du colonel Boumediène et se voit nommé ministre d'État sans portefeuille le . Il devient ministre des Transports le poste qu'il gardera jusqu'au où il est élu président de la première Assemblée populaire nationale.

Constitutionnellement, deuxième personnage de l'État, à la mort de Houari Boumédiène le , il assure l'intérim de la présidence de la République algérienne démocratique et populaire durant les 45 jours prévus par la constitution pour organiser l’élection présidentielle. Il sera réélu président de l'Assemblée nationale en 1982, 1987 et 1989 avant de démissionner le exprimant son désaccord avec la politique suivi par le président Chadli Bendjedid.

Retiré de la vie politique pendant une décennie, il soutient activement la candidature de 1999 du président Abdelaziz Bouteflika qui le désignera comme envoyé spécial lors de plusieurs missions et de le charger de le représenter personnellement lors de l'investiture de Thabo Mbeki. Il meurt le . L'aéroport d'Annaba porte son nom.

« Groupe des six », chefs du FLN. Photo prise juste avant le déclenchement des hostilités le . (Debout, de gauche à droite : Rabah Bitat, Mostefa Ben Boulaïd, Didouche Mourad et Mohamed Boudiaf. Assis : Krim Belkacem à gauche, et Larbi Ben M'Hidi à droite).