Camps de transit et de reclassement pour les harkis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans le contexte de la fin de la guerre d'Algérie, une petite partie des anciens harkis et de leurs familles, menacés en Algérie, ont été rapatriés en France à partir de l'été 1962. C'est l'armée française qui a été chargée de leur transfert, de l'hébergement et de l'encadrement de l'ensemble des opérations. Pour cela, elle a utilisé différentes structures (dont certaines ont fonctionné successivement, d'autres simultanément) appelées généralement camp de transit et de reclassement, au nombre de sept : Bias (Lot-et-Garonne), Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme), La Rye - Le Vigeant (Vienne), Larzac-La Cavalerie (Aveyron), Saint-Maurice-l'Ardoise (Gard), Rivesaltes (Pyrénées-Orientales)[1].

Plusieurs de ces structures avaient servi de lieux d'internement ou d'assignation pour différentes personnes : juifs, réfugiés espagnols républicains, tziganes, Algériens suspectés d'appartenir au FLN, prisonniers de guerre allemands, rapatriés asiatiques ou eurasiens d'Indochine...

Le «rapatriement» des harkis[modifier | modifier le code]

Selon Pierre Messmer, ministre des Armées en 1962 qui a alors tenté d'interdire l'arrivée des Harkis en France[2], 21 000 harkis et leur famille sont accueillis dans les camps en 1962, 15 000 en 1963, 5 000 en 1964 et 1965, soit 41 000 au total. La France n’avait pas prévu de structures d’accueil idoines, et les anciens supplétifs et leur famille seront accueillis dans des conditions très difficiles, souvent dans des lieux qui ont aupravant servi de lieu de regroupements.

Rôle des camps[modifier | modifier le code]

Il n'a été précisé officiellement qu'en septembre 1962, par une note du ministre des Rapatriés qui précise: Le camp doit répondre à un double but :

1) Hébergement temporaire des familles en attendant leur dispersion vers une destination définitive ;

2) Triage des nouveaux débarqués en instance d'acheminement vers d'autres lieux.

La note précise On devra donc se borner à faire des travaux qui assurent la vie communautaire (en chambrées), à l'exclusion de tout aménagement visant à la création de logements familiaux.

Ouverture (et fermeture) des deux premiers camps[modifier | modifier le code]

Les premiers camps ouverts au cours du mois de juin 1962 seront ceux du Larzac (Aveyron), puis de Bourg-Lastic (Puy-de-Dôme). Dans un premier temps, entre le 20 et le 26 juin 1962, 5 620 personnes sont accueillies dans le camp du Larzac, 4 000 le seront en juillet, soit 12 000 au total entre juin et septembre. Chacun de ces deux camps est composé de centaines de tentes, chacune comprenant une à trois familles, soit six à quinze personnes sur 20 m2.

Choisis dans la précipitation, surchargés, situés dans des zones où un hiver rigoureux rend très difficile leur utilisation, ces deux camps sont fermés en octobre 1962. Les populations sont transférées au camp Joffre de Rivesaltes pour les résidents du camp du Larzac et au camp de Saint-Maurice-l’Ardoise pour les résidents du camp de Bourg-Lastic. Cependant, dans certains cas, ce transfert se fait en séparant les familles.

Les autres camps : vers des fonctions distinctes[modifier | modifier le code]

Parmi Rivesaltes, la Rye, Saint-Maurice-l'Ardoise et Bias, certains camps d’accueil vont rapidement obéir à des fonctions distinctes :

Le camp de La Rye ouvre douze sections de formation professionnelle pour adulte ainsi qu’un internat de 200 lits accueillant des jeunes garçons, enfants de harkis, âgés de 16 à 17 ans. Un rapport du gouvernement de 1965 indique que plus de 700 rapatriés sont passés par ces stages de formation en 1963-1964. 600 d’entre eux ont reçu,à l’issue du stage, un « certificat de formation pratique, qui par la suite, a beaucoup facilité leur reclassement dans les grandes entreprises du bâtiment ».

Le camp de Bias, désigné officiellement « Centre d’Accueil des Rapatriés d’Algérie (CARA) », est rapidement destiné à accueillir les personnes jugées « incasables » par l’administration : il s'agit des infirmes, des invalides, des personnes âgées et des veuves, pour lesquels il est indispensable de prodiguer des soins et de fournir un accompagnement médico-social.

Le camp de Saint-Maurice-l’Ardoise, ouvert entre 1962 et 1976, connaît une évolution similaire à celle du camp de Bias. S'il fut l'un des principaux « centres de transit » et qu'il vit arriver et repartir, au cours des premiers mois, près de 6 000 personnes, passée cette phase de transit, le camp ne regroupe plus, au début de l'année 1965, que ceux que l'administration du camp juge « incasables », notion qui mélange l'inaptitude au travail, le manque de ressources et l'incapacité à vivre « en milieu ouvert » sans assistance sociale et sanitaire. Ainsi, au cours des 10 années qui suivront, le camp va abriter une population stabilisée autour de 800 personnes, composée essentiellement d'infirmes et de blessés de guerre, de veuves et de personnes âgées, de malades souffrant de troubles physiques ou psychologiques, la plupart accompagnés de leurs familles. Lors de l'été 1975, une violente révolte menée par les jeunes qui ont grandi dans le camp entraînera sa fermeture.

Les conditions de vie dans les camps[modifier | modifier le code]

L’organisation de la vie familiale s'est heurtée à d’importantes contraintes matérielles : promiscuité suite à l'occupation des tentes par plusieurs familles ou à la superficie insuffisante des logements attribués, insalubrité, WC extérieurs collectifs dépourvus d'eau courante, douches collectives peu accessibles, manque de couchage mais aussi de chaises pour toute la famille. Et surtout, certaines familles souffrent de déséquilibres alimentaires.

Les témoignages concernant le camp de Bias (par exemple celui de Patrick Jammes, médecin du camp[3]) ou celui de Saint-Maurice l'Ardoise[4] décrivent une situation très dégradée. L'ancien délégué interministériel aux rapatriés, Guy Forzy, souligne, plus généralement, que les camps d’accueil « sont des camps militaires très sévères avec un couvre-feu à 22 heures. Les enfants ne sont pas scolarisés dans les écoles du village ».

Chaque camp d’accueil fonctionne de manière autonome, en autarcie, avec son règlement propre édicté par le directeur du camp. C’est ainsi que le règlement intérieur du camp de Bias impose aux familles la levée des couleurs et le couvre-feu à 18 heures (ou 22 heures selon les sources). La note de service du directeur du camp[5], donne un aperçu d’une situation qui reste exceptionnelle. L’administration contrôle également le courrier et les colis qui sont ouverts. L’usage des douches est aussi réglementé, limitées à une fois par semaine et facturées 0,08 €.

Au niveau social, les familles bénéficient de prestations sociales mais elles ne les touchent pas : en fait, le ministère des Rapatriés les réaffecte au financement de dépenses de fonctionnement des camps. Ainsi les allocations familiales « étaient versées sur un compte spécial du service social nord-africain qui servit à financer les lieux de relégation ». La gestion des fonds est parfois opaque[6].

Ces conditions de vie misérables et oppressantes ont des conséquences sur l’état physique et moral des personnes : beaucoup, dont des enfants, deviennent dépressifs. C’est ainsi que certains, adultes et enfants, se retrouvent internés en hôpital psychiatrique. Souhaitant intégrer au mieux les familles de harkis, les animatrices de promotion sociale, affectées dans les camps, choisissent parfois des prénoms français pour les nouveau-nés. Certains directeurs de camps imposent également un prénom français aux enfants et si leurs parents refusent, ces derniers risquent des mesures de rétorsions.

Fermeture progressive et définitive des camps, reclassement, dispersion[modifier | modifier le code]

Assez rapidement, certains anciens harkis ont pu s’établir à l'extérieur de ces camps, soit pour aller vers d'autres structures encadrées (les hameaux de forestage), soit pour s'établir en dehors de toute structure : par exemple dans le village de Saint-Valérien dans l’Yonne grâce à des initiatives privées et au soutien du ministère des Rapatriés en 1964. Dans la Somme, des familles kabyles, originaires de la commune d’Iflissen (Algérie), s’installent à Poix-de-Picardie sous la protection de la famille Abdellatif[7]. L’action conjuguée d’un lieutenant et de son sergent-chef a permis l’installation à Vic-le-Comte, dans le Puy-de-Dôme, d’une centaine de personnes originaires du même douar[8]. Le jumelage de la commune de Château-Renault, dans l’Indre-et-Loire, avec la commune d’Arris avant l’indépendance de l’Algérie ainsi que la possibilité de trouver un emploi dans l’industrie de la chaussure ont ici aussi aidé les familles de harkis à s’adapter plus facilement.

Article connexe : Hameau de forestage.

Comme on l’a vu précédemment, les camps de Bourg-Lastic et du Larzac sont fermés avant l’hiver 1962. Le camp de Rivesaltes ne compte plus, à la fin de l’année 1964, que quelques familles jugées inaptes à tout reclassement. L’armée ferme alors le camp et la vingtaine de familles restante s’installe à proximité immédiate du camp Joffre, dans un hameau appelé « Cité du Réart » dont la construction est décidée par le maire de Rivesaltes. Situé à l’époque en bordure du village, ce hameau est aujourd’hui totalement intégré à la commune.

En revanche, les camps de Bias et de Saint-Maurice-l’Ardoise ne connaissent pas le même destin. La situation générale des familles a peu évolué depuis leur arrivée. La discipline, le pouvoir hiérarchisé, la promiscuité entre les résidents, l’insalubrité des logements, la précarité sanitaire, sociale et économique sont des facteurs qui conduisent les jeunes de ces deux camps et des hameaux forestiers à une révolte en mai 1975. À Saint-Maurice-l’Ardoise, la crise est telle que le directeur du cabinet du préfet du Gard propose dans son rapport adressé le 23 mai à la direction de la population et des migrations de relever de ses fonctions l’ensemble de l’administration européenne de la cité[9].

Dans ce contexte, le Conseil des ministres du 6 août 1975 prend la décision de fermer les camps et les hameaux de forestage. Cependant si la tutelle administrative disparaît, toutes les familles de harkis ne quittent pas les lieux d’accueil et ces structures subsistent après 1975. À Saint-Maurice-l’Ardoise, un dispositif d’aide à la recherche de logement mis en place par la DDASS permet à des familles de quitter le camp. De 1975 à 1976, le reclassement des dernières familles se déroule à un rythme inégal.

Malgré les dispositifs mis en place, le programme de relogement n’atteint pas ses objectifs. Dans une lettre qu’il adresse aux préfets, le ministre de l’Intérieur, Michel Poniatowski, se plaint notamment des mesures discriminatoires dont sont victimes les anciens harkis et du fait que le programme de relogement financé au titre du groupe interministériel permanent pour la résorption de l’habitat insalubre se réalise trop lentement (sur 500 logements programmés en 1975, à peine plus d’un dixième est achevé).

À la difficulté d’être relogées, s’ajoute, pour les familles, la difficulté de s’adapter à un environnement social, économique et culturel qui leur est étranger du fait de leur long isolement. Même s’ils ont vécu dans une grande précarité, les plus âgés sont finalement réticents à quitter les camps. Ayant vécu depuis leur rapatriement pour certains, ou depuis leur naissance pour d’autres, dans un monde clos et isolé, les jeunes aussi parviennent difficilement à s’adapter à l’extérieur. En témoigne la fréquence des retours au camp de ces jeunes, qui l’ayant quitté pour entrer au collège ou suivre une formation professionnelle, y revenaient devant le constat de leur difficulté ou de leur peur à vivre ailleurs que dans le camp.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Besnaci-Lancou et Manceron [2008], p. 134-135.
  2. Besnaci-Lancou et Manceron [2008], p. 97.
  3. Le docteur Jammes a été pendant près de trente ans le médecin du camp de Bias. Il découvre, lorsqu’il prend ses fonctions au début des années 70, des baraques insalubres, la promiscuité des familles, les conflits récurrents avec l’administration et des gens totalement désemparés qui ne parlaient pas le français. Selon le docteur Jammes, à Bias, tout était fait pour que les harkis n’aillent pas travailler : voitures interdites, pas de contact avec la population extérieure du camp.
  4. Le rapport que fait le directeur de cabinet du préfet du Gard, en mai 1975, sur la situation du camp de Saint-Maurice-l’Ardoise est particulièrement éloquent sur les conditions de vie misérables des résidents du camp : « les conditions sanitaires sont anormalement défectueuses : WC extérieurs collectifs sans eau courante et dans un état de délabrement avancé, douches collectives extérieures, également très dégradées et mises à la disposition de l’ensemble des habitants une seule fois par semaine, petits appartements mal entretenus de deux ou trois pièces contenant, grâce à des lits superposés, des familles de 10 à 12 personnes ».
  5. Note de service du 6 août 1963 du directeur du camp de BiasPolice-discipline- à l’échelon bâtiments, la police et la discipline sont assurées par les chefs de bâtiments désignés ;- en cas de bagarre, ou rixe, il est prescrit d’agir immédiatement, de disperser tous les rassemblements, particulièrement des enfants et des femmes qui sont générateurs de désordre (utiliser garde) ;- alerter la gendarmerie, le médecin, s’il y a blessure grave, évacuer s’il y a lieu vers l’hôpital, aider la gendarmerie à l’établissement de l’enquête ou du constat.• Incendie - Circulation intérieure du centre : - toute circulation des véhicules étrangère au centre est interdite ;- sont autorisés ceux du personnel, du cadre enseignant ;- sont tolérés dans la journée les véhicules du boucher, du boulanger, du limonadier, afin de ravitailler la population ; - les véhicules des visiteurs seront garés au parc auto, à côté des bureaux administratifs, après autorisation, et ceci pour la journée.Fermeture des grilles : Les grilles seront fermées à 21 heures et rouvertes le lendemain à 7 heures. Les véhicules des personnels sont seuls autorisés à pénétrer au centre. Pour ce faire appeler le concierge. Propreté du centre : Un nettoyage général du centre, des maisons et abords, avec l’aide des chefs de bâtiments, sera fait chaque samedi matin. Éclairage : Afin d’éviter le gaspillage d’électricité, le courant sera coupé aux heures suivantes :- matin : de 12 heures à 14 heures ;- soirée : de 18 heures à 7 heures. La coupure de courant sera faite par le concierge.• Consignes particulières: Ces consignes seront données par le directeur du centre, et peuvent être de tout ordre.- Exemple : arrivée ex-supplétif : a)- prendre l’intéressé en gare; b)- lui fournir les clés du logement - Exemple : départ ex-supplétif : a)- l’intéressé, en possession du bon de transport, de la fiche de départ, sera transporté jusqu’à la gare de Penne. Le Directeur (Source : Archives personnelles du Docteur Jammes, médecin au camp de Bias de 1970 à 2000)
  6. Une inspection du camp de Bias, diligentée par le ministère des Rapatriés en avril 1963, épingle la gestion de ce camp où près de 2 millions d’€ débloqués pour l’accueil des harkis s’étaient volatilisés.
  7. Mohamed Abdellatif a été sénateur de 1959 à 1962
  8. Essentiellement de Novi, dont le nom actuel est Sidi Ghilès.
  9. Extrait du rapport : « Abus d’autorité, brimades, vexations, les plaintes des jeunes gens abondent en ces divers domaines. Une mesure de ce genre ne serait nullement considérée comme un acquiescement de la part des pouvoirs publics à une condition préalable et détendrait les esprits. Il semble, en effet, que les Européens régissant la cité aient confondu leur mission d’administrateurs avec celles de l’autorité hiérarchique, autorité qu’ils ne détiennent en aucun cas et qu’il ne leur appartient pas d’exercer sur les personnes. Du reste, la population unanime récuse les Européens formant l’encadrement envers lesquels elle formule de nombreux griefs. En second lieu, je crois souhaitable que le directeur de la cité ne soit plus, à l’avenir, un officier, la présence d’un militaire étant très mal acceptée par les jeunes qui n’ont pas manqué d’y voir là une mesure d’autorité dirigée contre leurs parents ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Conseil économique et social, La situation sociale des enfants de harkis, 2007.
  • Saint-Maurice-l'Ardoise. Socio-histoire d'un camp de harkis (1962-1976, rapport pour la Direction de la Population et des Migrations (Ministère de la Cohésion sociale), mai 2005, 269 p.
  • Sociographie des familles de harkis de Saint-Maurice-l'Ardoise. Synthèse partielle de l'enquête réalisée pour la Direction de la Population et des Migrations, Migrations Etudes, 128, septembre 2005, 12 p. lire en ligne


Articles connexes[modifier | modifier le code]