Jean-Noël Jeanneney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanneney.

Jean-Noël Jeanneney

Description de l'image  Jean-Noël Jeanneney.jpg.
Biographie
Naissance (72 ans)
Grenoble
Nationalité Drapeau : France Français
Vie universitaire
Formation École normale supérieure
Institut d'études politiques de Paris
Titres professeur des universités
président de la Bibliothèque nationale de France
Approche disciplinaire histoire politique, culturelle et des médias

Jean-Noël Jeanneney
Fonctions
1991-1992 : secrétaire d'État au Commerce extérieur (gouvernement Édith Cresson)
1992-1993 : secrétaire d'État à la Communication (gouvernement Pierre Bérégovoy)
1992-1998 : conseiller régional de Franche-Comté
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Grenoble

Jean-Noël Jeanneney est un universitaire, historien de la politique, de la culture et des médias et homme politique français, né le à Grenoble. Il a été notamment président de Radio France, président de la Mission d'organisation du bicentenaire de la Révolution française, par deux fois secrétaire d'État au début des années 1990, enfin président de la Bibliothèque nationale de France de 2002 à 2007. Il est actuellement producteur d'une émission de radio hebdomadaire sur France Culture, Concordance des temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Né en 1942, Jean-Noël Jeanneney est issu d'une famille nombreuse (8 enfants, dont notamment Pierre-Alain Jeanneney, conseiller d'État et avocat). Il est le fils de Marie-Laure Monod et Jean-Marcel Jeanneney, le petit-fils de Jules Jeanneney, deux importantes figures de la vie politique française. Par sa mère, il est lié au monde protestant. La famille Jeanneney est originaire de Rioz dans la Haute-Saône.

Études[modifier | modifier le code]

Après des études primaires à Grenoble, il rejoint la capitale pour ses études secondaires aux lycées Montaigne et Louis-le-Grand. Élève à l'École normale supérieure (1961-1966), il est aussi diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1964).

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Agrégé d'histoire en 1965, il est nommé assistant (1969-1972) à l'université de Paris (Nanterre, Paris-X) puis maître-assistant d'histoire contemporaine (1972-1977). Il enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris à partir de 1968 et, après l'obtention du doctorat d'État ès-lettres en 1975, y est nommé professeur des Universités, en 1977. Jean-Noël Jeanneney s'est spécialisé dans l'histoire politique, culturelle et des médias, domaine dans lequel il fait figure de pionnier. Il s'est ainsi intéressé à l'évolution de la presse écrite, de la radio et de la télévision.

Homme de radio et de télévision[modifier | modifier le code]

Il est passé du regard distancié à la participation dans les médias, en particulier à la radio et à la télévision. Il est en particulier président-directeur général de Radio France et de Radio France internationale, de 1982 à 1986. Il y renouvelle notamment l'information du matin sur France Inter, développe le réseau des radios locales de service public, installe les nuits de France Culture, fonde le Festival de Radio France et de Montpellier. Par la suite, il a travaillé également pour des chaînes de télévision, en particulier la chaîne Histoire, dont il a présidé le conseil scientifique (1997-2004). Depuis 1999, il anime chaque semaine sur France Culture une émission qui porte un regard historique sur l'actualité, Concordance des temps (qui a donné lieu en 2005 et en 2008 à deux ouvrages du même titre aux éditions Nouveau Monde). Il est conseiller de la rédaction de la revue L'Histoire depuis sa fondation en 1978, président d'honneur du Festival international du film d'histoire de Pessac depuis l'origine (1990), président du conseil scientifique des Rendez-vous de l'histoire de Blois depuis 2003, président du jury du Prix du Sénat du livre d'histoire depuis 2007. Enfin, il est l'auteur de nombreux documentaires pour la télévision.

Président de la Mission du Bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (1988-1990)[modifier | modifier le code]

Il est nommé à cette responsabilité par François Mitterrand à la suite du décès d'Edgar Faure qu'il remplace. Il organise à ce titre de nombreuses festivités parmi toutes celles qui marquent cet anniversaire, en France et à l'étranger, en particulier le défilé du 14 juillet 1989, confié à Jean-Paul Goude, sur les Champs-Élysées.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En politique, Jean-Noël Jeanneney est proche du Parti socialiste. Dans les années 1990, il est nommé par deux fois secrétaire d'État au cours du second septennat de François Mitterrand.

  • 1991-1992 : secrétaire d'État au Commerce extérieur (gouvernement Édith Cresson)
  • 1992-1993 : secrétaire d'État à la Communication (gouvernement Pierre Bérégovoy) Dans ces fonctions il fait adopter la loi sur le dépôt légal de l'audiovisuel du 20 juin 1992 et il suscite l'attribution à la chaîne culturelle franco-allemande Arte du réseau hertzien libéré par la disparition de la Cinq.
  • 1992-1998 : membre du conseil régional de Franche-Comté
  • 1993 : il est battu dans la 3e circonscription de la Haute-Saône sous l'étiquette « Alliance des Français pour le progrès » et avec le soutien du PS, avec 40,20 % des voix.

Présidence de la Bibliothèque nationale de France (2002-2007)[modifier | modifier le code]

De 2002 à mars 2007, date à laquelle, atteint par la limite d'âge, il quitte ses fonctions, Jean-Noël Jeanneney est président de la Bibliothèque nationale de France. À ce poste, il se manifeste en particulier dans son offensive contre le risque de monopole du projet, annoncé par Google en 2004, de numérisation massive et de mise en ligne, dans sa bibliothèque numérique dénommée Google Books, d'ouvrages conservés dans quatre bibliothèques anglo-saxonnes. Un article publié dans Le Monde, puis l'essai Quand Google défie l'Europe : plaidoyer pour un sursaut (2005, 2006, 2010), traduit en quinze langues, dénoncent le risque pour la diversité culturelle de laisser le monopole au projet d'une entreprise commerciale privée qui accorde un poids disproportionné à la langue anglaise, et dont l'organisation des documents repose sur les algorithmes secrets du moteur de recherche et est notoirement influencée par la publicité. Il lance un appel à une contre-offensive européenne, sous la forme d'une Bibliothèque numérique européenne, multilingue, gratuite et reposant sur une hiérarchisation transparente des documents. Ce projet ayant reçu le soutien des institutions européennes, la BNF développe un prototype qu'il a dénommé Europeana, dont la version bêta a été mise en ligne en mars 2007 à l'occasion du Salon du livre de Paris, et la version définitive en novembre 2008.

Président des Rencontres d'Arles[modifier | modifier le code]

Le 7 juin 2009, Jean-Noël Jeanneney est élu président des Rencontres d'Arles, remplaçant ainsi François Barré. « Il n'est pas photographe, ni spécialiste de la photographie. Simple amateur éclairé[1]. » Pour lui, « la photographie marie les pulsations du monde contemporain et la durée de l'histoire ».

Divers[modifier | modifier le code]

  • Il a été membre du Conseil d'administration (1993-1995) puis du Conseil de surveillance (1995-2002) des éditions du Seuil.
  • Il a été membre du Conseil d'administration de la Bibliothèque d'Alexandrie (2002-2008).
  • Il est coprésident de l'association Europartenaires avec Élisabeth Guigou depuis 1998.
  • Il est membre du Haut Comité des célébrations nationales depuis 1998.
  • Il est membre du Conseil d'Orientation du think tank « En Temps Réel »[2]
  • Il siège au conseil d'administration de l'association Liberté pour l'histoire.
  • Il est président du conseil scientifique de l'Institut François-Mitterrand.
  • Il est membre du Conseil d'administration de la Fondation et du musée Clemenceau.
  • Il est membre du Fonds d'action Sacem.
  • Il est président du jury international du concours "Talents contemporains" de la Fondation François Schneider
  • Il présente sa candidature à l'Académie française le 21 février 2013, au fauteuil 31 de Jean Dutourd[3]. Il obtient 7, 8 et 5 voix (sur 28 votants) aux trois tours de l'élection et c'est Michael Edwards qui est élu[4].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie sélective[modifier | modifier le code]

Jean-Noël Jeanneney a publié des ouvrages sur l'histoire des médias, des ouvrages historiques et des essais sur divers sujets. Il a aussi préfacé divers ouvrages, qui ne sont pas inclus dans la liste suivante :

  • Le Riz et le Rouge, cinq mois en Extrême Orient, Le Seuil, Paris, 1969, 254p.
  • François de Wendel en République : l’argent et le pouvoir (1914-1940), atelier de production des thèses, Lille, 1976, 1510p. et édition abrégée, Le Seuil, collection "Univers historiques", Paris, 1976, 672p. ; nouvelle éd. revue, Perrin, Paris, 2004.
  • Leçon d’Histoire pour une gauche au pouvoir, La faillite du Cartel (1924-1926), Le Seuil, Paris, 1977, 160p. ; 2e éd., collection "Points-histoire", Le Seuil, Paris, 1982, nouvelle éd. avec une postface inédite, Le Seuil, Paris, 2003.
  • « Le Monde » de Beuve-Méry ou le Retour d'Alceste (en collaboration avec Jacques Julliard), Le Seuil, Paris, 1979, 384p.
  • L’Argent caché : milieux d'affaires et pouvoirs politiques dans la France du XXe siècle, Fayard, Paris, 1981, 386p.; 2e éd., Le Seuil-Fayard, collection "Points-histoire", 1984.
  • Télévision nouvelle mémoire, les magazines de grand reportage, 1959-1968 (en collaboration avec Monique Sauvage et al.), Paris, Le Seuil, 1982, 256p.
  • Échec à Panurge : l’Audiovisuel public au service de la différence, Le Seuil, Paris, 1986, 160p. (ISBN 2-02-009238-7).
  • Concordance des temps, chronique sur l’actualité du passé, Le Seuil, Paris, 1987, 360p.; 2e éd. Le Seuil, collection "Points-histoire", Paris, 1986, 160p.
  • Le Bicentenaire de la Révolution française, rapport au Président de la République, La Documentation française, Paris, 1990, 384p.
  • Georges Mandel, l’homme qu'on attendait, Le Seuil, Paris, 1991, 192p., nouvelle édition, Tallandier, coll. Texto, 2009.
  • L’Avenir vient de loin. Essai sur la gauche, Le Seuil, Paris, 1994 (ISBN 2-02-022648-0) ; nouvelle édition (avec une postface inédite), coll. Points, Le Seuil, Paris, 2001, 276p.
  • Une histoire des médias, des origines à nos jours, éd. « Points » Seuil, Paris, 1990 (réédité quatre fois) (ISBN 2-02-052887-8).
  • Le Passé dans le prétoire, éd. Seuil, Paris, 1998.
  • Leçon d’histoire pour une gauche au pouvoir : la faillite du Cartel (1924-1926), Paris, 1983, 2e édition, Seuil, 2003.
  • L’Écho du siècle : dictionnaire de la radio et de la télévision (dir.), avec la collaboration d'Agnès Chauveau, coéd. Hachette/Arte/La Cinquième, Paris, 1999 (ISBN 2-01-235276-6).
  • L’histoire va-t-elle plus vite ?, éd. Gallimard, Paris, 2001.
  • Victor Hugo et la République, éd. Gallimard, Paris, 2002.
  • Le Duel : une passion française (1789-1914), éd. Seuil, Paris, 2004 (ISBN 2-02-065383-4), nouvelle édition, Perrin 2004 (traduit en chinois).
  • Concordance des temps, Nouveau Monde éditions, Paris, 2005 (t. 1) et 2008 (t. 2).
  • Clemenceau : portrait d'un homme libre, éd. Mengès, Paris, 2005 (ISBN 2-85620-455-4).
  • Quand Google défie l'Europe : plaidoyer pour un sursaut, éd. Mille et une Nuits, Paris, 2005 (ISBN 2-84205-912-3), traduit en quinze langues.
  • L’État blessé, Flammarion, 2012.
  • La Grande Guerre si loin, si proche. Réflexions sur un centenaire, éd. Seuil, Paris, 2013 (ISBN 978-2-02-112358-6)
  • L’Histoire, la liberté, l’action. Œuvres 1977-2013, éd. Seuil, Paris, 2013 (ISBN 978-2-02-112058-5)
  • René Rémond, historien, avec Jean-François Sirinelli, Paris, Presses de Sciences Po, 2014, 152 p. (ISBN 978-2-7246-1485-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Cachera, « L'instant de l'histoire », Arles info, n° 143, juin 2010, p. 24.
  2. Composition du conseil d'orientation
  3. Site de l'Académie française
  4. Site de l'Académie française
  5. Décret du 14 avril 1990 portant promotion et nomination, JORF, no 90, 15 avril 1990, p. 4647–4655 (4653), NOR PREX9010728D, sur Légifrance.
  6. Décret du 7 mai 2007 portant promotion et nomination, JORF, no 107, 8 mai 2007, p. 8115, texte no 2, NOR PREX0710152D, sur Légifrance.
  7. Décret du 21 novembre 1995 portant promotion et nomination, JORF, no 271, 22 novembre 1995, p. 17063–17094 (17088), NOR REX95000000D, sur Légifrance.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Jean-Noël Jeanneney Suivi par
Jean-Pierre Angremy
Président de la Bibliothèque nationale de France
2002-2007
Bruno Racine