Benyoucef Benkhedda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abbas.
Benyoucef Benkhedda
Benyoucef Benkhedda, lors de l'annonce du cessez-le-feu le 19 mars 1962 sur les ondes de la Radio nationale tunisienne
Benyoucef Benkhedda, lors de l'annonce du cessez-le-feu le 19 mars 1962 sur les ondes de la Radio nationale tunisienne
Fonctions
2e président du Gouvernement provisoire de la République algérienne
9 août 1961[1]3 juillet 1962
10 mois et 24 jours
Prédécesseur Ferhat Abbas
Successeur Abderrahmane Farès (président de l'exécutif algérien)
Biographie
Date de naissance 24 février 1920
Lieu de naissance Berrouaghia (Algérie)
Date de décès 24 février 2003 (à 83 ans)
Lieu de décès Alger (Algérie)
Nationalité algérienne
Profession Pharmacien
Religion Islam sunnite
Chefs d'État algériens

Benyoucef Benkhedda, né le 23 février 1920 à Berrouaghia et mort le 4 février 2003 à Alger, est un homme politique algérien. Pharmacien de formation, ancien militant du MTLD, il fut le deuxième président du gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) durant la guerre d'Algérie jusqu'à l'indépendance du pays en 1962.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation et engagement nationaliste[modifier | modifier le code]

Fils d’un Cadi, il fréquente l’école coranique et l’école française. Il rejoint ensuite le lycée Duveyrier (aujourd'hui lycée Ibn Rochd) à Blida où il fait la connaissance de plusieurs pionniers du nationalisme algérien dont Mohamed Lamine Debaghine, Saad Dahlab, Abane Ramdane, Ali Boumendjel et M’hamed Yazid. « Vous êtes des couteaux qu’on aiguise contre la France ! » leurs répétait inlassablement le Proviseur du lycée.

Il adhère au Parti du peuple algérien (PPA) en 1942. Une année après, il est arrête et torturé dans les locaux de la DST pour avoir fait campagne contre la conscription des algériens pour combattre l’Allemagne dans le cadre de l’affaire dite « des insoumis de Blida ». Il sera libéré 8 mois après.

Après l’obtention de son baccalauréat il entre à la Faculté de médecine et de pharmacie d'Alger en 1943 et après interruption des études, obtient le diplôme de pharmacien en 1951.

Lutte dans la guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

Il est membre du Comité central du PPA-MTLD en 1947 et en devient le Secrétaire Général de 1951-1954. Arrêté en novembre 1954, il est libéré en mai 1955, et rejoint le Front de libération nationale (FLN) quelques semaines après. Il devient le conseiller assistant de Abane Ramdane à Alger.

En août 1956, il est désigné par le Congrès de la Soummam membre du CNRA et du CCE avec Abane, Larbi Ben M'hidi, Dahlab et Krim Belkacem. Avec Abane et Ben M’hidi il constituera le triumvirat politico-militaire qui dirigera l’organisation de la Zone autonome.

Il seconde directement Abane Ramdane dans le lancement et la réalisation de plusieurs projets dont le journal El Moudjahid, la création de l’UGTA, l’hymne national Kassaman[2]. Il échappe miraculeusement aux mains des « paras » du Général Massu et quitte la capitale après l’assassinat de Ben M’Hidi par les soldats de Bigeard. Il se rend à l’étranger au nom du FLN et accomplit plusieurs missions. Visite des capitales arabes 1957-1958, Yougoslavie, Londres (1958), Amérique latine (1960) ou encore la Chine à deux reprises.

Le 9 août 1961 il est désigné président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA)[1]. Il achève les négociations avec la France commencées par le Gouvernement Ferhat Abbas et proclame le cessez-le-feu la veille du 19 mars. Il est accueilli par la population algéroise en liesse le 3 juillet 1962, jour de la reconnaissance officielle de l’indépendance de l’Algérie par la France.

Engagement politique pour la démocratie[modifier | modifier le code]

Il vit comme un drame personnel la crise de l’été 1962 entre le GPRA et Ahmed Ben Bella soutenu par l'« armée des frontières » surarmée et se retire volontairement au profit de ce dernier pour éviter « un bain de sang fratricide ».

En 1976, il signe avec trois anciens dirigeants de la lutte de libération (Ferhat Abbas, Hocine Lahouel, Kheir-Eddine) un manifeste qui réclame une assemblée nationale constituante élue au suffrage universel en vue de définir une charte nationale. Les quatre signataires sont alors placés en résidence surveillée et leurs biens sont confisqués.

Sous le gouvernement Chadli Bendjedid qui a proclamé le multipartisme, il fonde avec Abderahmane Kiouane, et des anciens amis du mouvement national, « El Oumma » qui se fixe comme objectif la Proclamation du 1er novembre, c'est-à-dire : « L’État Algérien indépendant souverain et démocratique dans le cadre des principes Islamiques ». Le but d’« El Oumma » est d’œuvrer pour un rassemblement entre les islamistes et les nationalistes partisans d’un projet de société islamique. Le président Liamine Zeroual qui succède au Président Chadli promulgue une loi interdisant l’usage de la constante « Islam » par les partis sous peine de dissolution. « El Oumma » s’auto dissout. En même temps il fonde avec Cheikh Ahmed Sahnoune « le Tadhamoune » dont le but est de dénoncer l’état d’exception et les violations graves de droits de l’homme qui ont suivi le coup d’État militaire de janvier 1992.

Reconnaissance populaire et nationale[modifier | modifier le code]

Après une longue maladie il décède à son domicile à Alger le 05 Dhou El Hidja (4 février 2003). Une foule nombreuse l’accompagne au cimetière de Sidi Yahia où il est enterré à côté de son compagnon de toujours Saad Dahlab. En son honneur, l'université d'Alger porte son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) (en) Histoire d'Algérie : Quelques repères de l'histoire - Mission Permanente d'Algérie auprès des Nations Unies
  2. Une existence née pour un hymne national - L'Expression, 11 novembre 2009

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1986 - Les Accords d'Évian - OPU, Alger.
  • 1989 - Les origines du 1er novembre 1954 - éd. Dahlab, Alger
  • 1997 - L'Algérie à l'indépendance: la crise de 1962 - Dahlab, Alger.
  • 2000 - Abane-Ben M'hidi, leur apport à la révolution algérienne - éd Dahlab, Alger
  • 2002 - Alger, capitale de la résistance 1956-1957 - éd. Houma, Alger

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]