Meurtres de la Freedom Summer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque commémorative.

Les meurtres de la Freedom Summer sont les meurtres de trois militants pour les droits civiques (James Chaney, Andrew Goodman et Michael Schwerner) dans la nuit du 21 au 22 juin 1964 près de Philadelphia par des membres des White Knights of the Ku Klux Klan (en) de l'État du Mississippi et du Bureau du shérif du comté de Neshoba. Les trois victimes travaillaient sur la campagne Freedom Summer, tentant d'enregistrer les Afro-Américains sur les listes électorales.

Histoire[modifier | modifier le code]

Partis enquêter sur l'incendie de l'église du Mount Zion par des membres du Ku Klux Klan, les trois jeunes hommes sont arrêtés et mis en garde à vue dans la prison du comté. Leur trace se perd à ce moment là.

Leurs meurtres ont provoqué l'indignation nationale et une importante enquête fédérale. Le Federal Bureau of Investigation a finalement trouvé les corps 44 jours plus tard sous un remblais de terre. Après que le refus du gouvernement de l'État de poursuivre les présumés meurtriers, le gouvernement fédéral a repris les charges contre 18 personnes dans le procès United States v. Price, mais n'a pu obtenir des condamnations que pour sept d'entre elles. Bien plus tard, en 2005, Edgar Ray Killen est identifié comme le principal conspirateur des meurtres et est condamné.

Postérité[modifier | modifier le code]

Ces événements sont retracés dans le film américain Mississippi Burning (1989) d'Alan Parker. Tom Paxton a écrit la chanson Goodman, Schwerner and Chaney (1965) et Richard Fariña Michael, Andrew and James sur ces meurtres.

Notes et références[modifier | modifier le code]