Amar Ouamrane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amar durant la révolution Algérienne

Le colonel Amar Ouamrane (né en 1919 et mort le 28 juillet 1992), surnommé Bu qqaru, est un révolutionnaire algérien, un des premiers engagés dans la lutte contre la présence française et aussi l'un des initiateurs de l'insurrection.

Il est né en 1919, à Frikat une commune de Kabylie (Algérie), Amar Ouamrane intégra les rangs de l’armée française. Après l’obtention de son certificat d’études primaires, il entra à l’académie militaire de Cherchell où il suivit une formation militaire et obtiendra le grade de sergent.

Il déserte lors du massacre de Sétif du 8 mai 1945. Il est arrêté et condamné à mort puis gracié en 1946 par le général Catroux.

Il retourna en Kabylie et devint responsable au sein du PPA-MTLD (Parti du peuple algérien-Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques en Algérie) adjoint de Krim Belkacem. Son activité politique au cours de la campagne électorale de 1946 pour les élections municipales lui valut d'être de nouveau arrêté mais il réussit à s'évader et fut contraint, à partir de ce moment-là, de vivre dans la clandestinité.

Le 1er novembre 1954, au déclenchement de la Révolution, Amar Ouamrane dirigea les premières opérations dans la région de Draâ Ben Khedda. Il sera à la tête de la wilaya IV (Algérois). Amar Ouamrane participe, en août 1956, au congrès de la Soummam à l'issue duquel il accède au grade de colonel de l'ALN et, à ce titre est nommé au CNRA (Conseil national de la révolution algérienne) représentant la Wilaya IV. En 1960, il fut nommé représentant du FLN (Front de Libération Nationale) au Liban puis en Turquie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]