Transports en commun de Thionville Fensch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citéline
Image illustrative de l'article Transports en commun de Thionville Fensch

Image illustrative de l'article Transports en commun de Thionville Fensch

Situation Drapeau de la France Thionville, Vallée de la Fensch, Hayange, Cattenom et environs
Type Autobus
Entrée en service 2008 (remplace le réseau Trans Fensch)
Longueur du réseau 578 km
Lignes 39
Stations 1 000
Fréquentation 8 400 000 voyageurs par an (2010)
Propriétaire SMITU Thionville Fensch
Exploitant SPL Trans Fensch
Slogan Citeline mobile sur toute la ligne !
Réseaux connexes TER Lorraine

Citéline est le nom commercial du réseau de transports publics de Thionville, Hayange, Cattenom et de 32 communes voisines. Le réseau est exploité par la SPL Trans Fensch.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tramway[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Thionville.

De 1912 à 1952, deux lignes de tramway ont desservi Thionville : une ligne urbaine, supprimée dès 1935, et une ligne périurbaine[1].

Création du SITCOVAF et de Trans Fensch[modifier | modifier le code]

En 1946, la Société de transports de la Basse-Moselle, filiale de la Société d'électricité et de gaz de la Basse-Moselle, fournit des autobus qui viennent compléter les tramway[1]. Ces autobus s'imposent progressivement et provoquent, le , la fermeture de la ligne de tramway périurbaine[1].

Le , le Syndicat intercommunal des transports concédés de la vallée de la Fensch (SITCOVAF) est créé par regroupement de 12 communes de la vallée de la Fensch (Algrange, Basse-Yutz, Fameck, Florange, Fontoy, Hayange, Knutange, Neufchef, Nilvange, Serémange-Erzange, Terville et Thionville) pour gérer le réseau en lieu et place du conseil général de la Moselle[1].

Un autre problème se pose : qui pour exploiter le réseau ? En effet la Société d'électricité et de gaz de la Basse-Moselle, maison-mère de l'exploitant du réseau, ayant été nationalisée, c'est EDF qui exploite le réseau mais veut céder ses activités annexes[1]. Après réflexions des élus et l'hypothèse d'une régie, c'est finalement une Société d'économie mixte qui est créée et baptisée Trans Fensch[1]. Les trois quarts du capital sont détenus par les communes membres du SITCOVAF, le reste par des actionnaires publics. Le nouvel exploitant entre en piste le , mais le contrat définitif avec le SITCOVAF n'est signé que le [1].

Croissance économique et développement du réseau[modifier | modifier le code]

Les années 1950 et 1960 ont vu la sidérurgie se développer dans la vallée de la Fensch et certaines communes se sont progressivement développées[1]. Six d'entre elles (dont Saint-Nicolas-en-Forêt, Marspich, Fameck, Uckange et Guénange) ont progressivement rejoint le SITCOVAF, qui compte 18 communes en 1975[1].

En 30 ans et malgré le développement de l'usage de la voiture individuelle, le réseau a vu sa fréquentation annuelle fortement augmenter[1] : de 7 123 000 voyageurs en 1946, elle passe à 12 507 000 en 1961 et à 20 346 000 en 1975.

À partir de 1965, la gestion de Trans Fensch évolue vers un poids plus important donné au caractère privé via une évolution des méthodes de gestion et des bénéfices, ainsi que l'impossibilité pour une commune de présider l'entreprise[1]. En 1969, un dépôt annexe est construit à Thionville, tandis que le parc de véhicules passe en 30 ans de 35 autobus en 1954 à 120 autobus en 1972[1]. Dans le même temps, un réseau spécifique au transport des ouvriers de la sidérurgie est mis en place[1].

Difficultés financières et Versement transport[modifier | modifier le code]

L'année 1975 voit, à l'instar de l'ensemble des réseaux de transport du pays, la situation financière de Trans Fensch se dégrader pour la première fois. Cherchant à faire rentrer de l'argent par de nouveaux moyens et profitant de la loi de juillet 1973 instaurant le Versement transport (VT), le comité Syndical du SITCOVAF du institue le VT avec un taux de 0,50 % avec effet au [1]. Pour la première année de mise en place, le SITCOVAF collecte 3,2 millions de Francs[1].

L'instauration du Versement transport a principalement permis de relancer le développement de Trans Fench via un important programme d'investissement sur trois ans[1] : rachat des lignes Thionville-Metz, Algrange-Metz, Volmerange-Thionville et Metz-Woippy, d'autres ont été développées (le nombre de kilomètres parcourus augmente de 47,3 % de 1975 à 1978), embauche de personnel et achat de terrains à Guénange, Sainte-Marie-aux-Chênes, Errouville et location d'un dépôt à Metz[1]. Il fut aussi question d'une implantation sur Longwy[1].

Pour le SITCOVAF, jusque là limité à un rôle administratif générale, la transformation est profonde[1] :

  • réunions plus régulières du comité syndical à raison de 4 à 5 par an au lieu d'une auparavant ;
  • prise en charge des frais de fonctionnement du syndicat par Trans Fensch au lieu des communes via une cotisation ;
  • création de 4 emplois à temps partiel, en plus de l'unique personne qui assurait le secrétariat du SITCOVAF ;
  • prise en charge directement par le syndicat de l'emprunt contracté en 1962 pour la modernisation de l'exploitation ;
  • de 1976 à 1978, 14 nouvelles communes sont venues s'ajouter aux 18 communes membres ;
  • prise de diverses mesures de réductions tarifaires, notamment la gratuité pour les personnes âgées, sur proposition de Trans Fensch.

Difficultés économiques et impact sur les transports[modifier | modifier le code]

La crise de la sidérurgie impacte de plein fouet la vallée de la Fensch[1] : de 1975 à 1982, le SITCOVAF perd 8,2 % de sa population, soit 16 500 habitants parti chercher du travail ailleurs.

Les conséquences se font sentir sur la fréquentation[1] : celle des services spéciaux et occasionnels chute de 13,870 millions en 1977 à 11,899 millions en 1979 soit une baisse de 14,2 %, tandis que celle des lignes régulières stagne malgré l'ouverture de nouvelles liaisons.

Les conséquences de la politique de développement menée dans la seconde partie des années 1970 se fait sentir à cause d'un endettement lourd, et une situation financière qui se détériore[1] :

  • le taux de couverture des dépenses par les recettes (hors amortissements, frais financiers et compensations) passe ainsi de 105,4 % en 1976 à 97,3 % en 1978 ;
  • la perte d'exploitation (avant compensations) passe de 3 512 000 Francs en 1976 à 13 428 000 Francs en 1978 ;
  • l'actif net devient négatif, ce qui compromet la poursuite de l'activité.

Le SITOVAF doit faire face à ces problèmes et a comme premier objectif d'éviter un arrêt de l'exploitation ou simplement une remise en cause de la qualité des prestations[1]. Il prend quatre mesures pour y remédier[1] :

  • le taux du Versement transport est porté à 0,75 % au , et à 1 % au  ;
  • un meilleur contrôle de ce versement pour les grandes entreprises ;
  • hausse des tarifs de 20 % en 1979 ;
  • Arrêt des investissements et des embauches.

Les rôles du SITCOVAF et de Trans Fensch sont revus[1] : Les élus constatant qu'ils interviennent de plus en plus financièrement et que les problèmes de transport sont des problèmes de politique locale (compétence reconnue par une loi de juin 1979), veulent remplir pleinement leur rôle d'autorité organisatrice de transport urbain[1]. Il en résulte une modification des statuts de Trans Fensch, qui permettent à nouveau à une commune d'être présidente de la société[1].

Les années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

En 1984, le SITCOVAF met fin a tout recours à l'emprunt (la dette diminuera progressivement pour devenir nulle en 1998), et décider de faire exploiter les services scolaires directement par Trans Fensch en profitant du transfert de ressources de l'État et du département[1].

Le SITCOVAF procède dans le même temps à une revalorisation des participations des communes membres, passant de 2,4 à 9,6 millions de Francs, pour atteindre un plafond de 14 176 000 Francs en 1992, qui n'évoluera pas jusqu'en 2000 et adopte le principe de la fiscalisation directe des communes, auquel 22 ont souscrit[1].

Le SITCOVAF investi pour moderniser le réseau et maintenir un service de qualité[1] : création d'un axe de transport lourd, acquisition de 56 véhicules entre 1992 et 1996, financement de l'introduction d'une billetterie par carte à puce, réalisation de deux pôles d'échanges à Florange et Thionville, équipement des autobus en radio-téléphones pour pallier les incidents. Le parking du dépôt a été couvert et les poteaux d'arrêts ont été remplacés en 1999.

Création du SMITU[modifier | modifier le code]

La création de la communauté d'agglomération du Val de Fensch en 2000, suivie de la communauté d'agglomération Portes de France-Thionville en 2004, structure dont les transport en commun est une compétence obligatoire remet en cause l'existence du SITCOVAF[1] : en effet les communes du Val de Fensch sont toutes membres du SITCOVAF. Le Val de Fensch décide finalement de maintenir la continuité de la desserte et le SITCOVAF est transformé en un syndicat mixte, le Syndicat mixte des transports urbains Thionville-Fensch (SMITU)[1]. Ce dernier met en place un Plan de déplacement urbain (PDU) et projette la création d'un Système d'aide à l'exploitation et à l'information des voyageurs (SAEIV)[1].

Création du réseau Citéline[modifier | modifier le code]

Exploitation du réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau est organisé par le Syndicat mixte des transports urbains Thionville-Fensch (SMITU). L'exploitation était déléguée jusqu'au 31 décembre 2013 à la Société anonyme d'économie mixte Trans Fensch, détenue en partie par Transdev. Depuis le 1er janvier 2014, c'est la Société publique locale Trans Fensch qui exploite le réseau pour une durée de dix ans[1].

Communes desservies[modifier | modifier le code]

Le logo de l'autorité organisatrice est apposé sur tous les bus du réseau

Le réseau dessert les 35 communes membres du syndicat mixte, réparties sur six intercommunalités [2] :

Les 13 communes de la communauté d'agglomération Portes de France-Thionville :

Les 10 communes de la communauté d'agglomération du Val de Fensch :

six des 20 communes de la communauté de communes de Cattenom et environs :

trois des 26 communes de la communauté de communes de l'Arc mosellan :

deux des huit communes de la communauté de communes du Pays-Haut Val d'Alzette :

une des six communes de la Communauté de communes du Sillon mosellan :

La population desservie d'élève à 180 000 habitants. Par ailleurs, 2 lignes périurbaines et 4 lignes transfrontalières desservent des communes en territoire luxembourgeois.

Tarification[3][modifier | modifier le code]

La tarification est établie par le SMITU Trans Fensh. Depuis le , tous les supports, tickets ou cartes, sont sans-contact. La carte à puce pour les abonnements s'achète dans une agence Citéline ou dans les points relais abonnements sur présentations de justificatifs.

Sur ticket sans-contact[modifier | modifier le code]

Ces tickets peuvent être achetés auprès du conducteur ou à un point de vente, sauf le ticket découverte soumis à des conditions spécifiques.

  • Ticket unitaire : Il coûte 1,50 € avec support et 1,30 € en rechargement et permet la libre circulation sur le réseau pendant une heure et demie après la première validation.
  • Ticket journée illimité : Il coûte 3,70 € avec support et 3,50 € en rechargement et permet la libre circulation sur le réseau pendant une journée calendaire et doit être validé toutes les heure et demie après la première validation.
  • Ticket 10 voyages : Il coûte 12,20 € avec support et 12 € en rechargement et contient dix tickets unitaire et peut être utilisé seul ou à plusieurs. Pour les familles nombreuses, les plus de 65 ans et les bénéficiaires du pass tremplin ayant épuisé le solde de voyages, le tarif est réduit à 8 €.
  • Ticket journée découverte : Gratuit, il permet aux nouveaux habitants d'une des 35 communes du SMITU de découvrir le réseau.

Sur carte sans-contact[modifier | modifier le code]

Abonnements tout public[modifier | modifier le code]

  • Pass mouv mensuel : Il coûte 30 € et permet de se déplacer sans restrictions durant un mois à compter de la date de souscription.
  • Pass mouv annuel : Il coûte 300 € (soit 30 € par mois pendant 10 mois et deux mois offerts) et permet de se déplacer sans restrictions durant un an à compter de la date de souscription.

Abonnements scolaires et moins de 26 ans[modifier | modifier le code]

Ces abonnements ne peuvent s'obtenir que sur présentation de justificatifs.

  • Pass s'cool : Le pass s'cool a deux tarifs différents, il permet d'effectuer un aller/retour par jour hors vacances durant toute l'année scolaire :
    • Moins de 16 ans : 88 € (soit 8,8 € par mois pendant 10 mois).
    • Plus de 16 ans : 140 € (soit 14 € par mois pendant 10 mois).
  • Pass s'cool plus : Le pass s'cool plus a deux tarifs différents, contrairement au pass s'cool, il est valable du premier au dernier jour des vacances d'été et permet de se déplace sans restrictions :
    • Moins de 16 ans : 138 € (ou 58,8 € à l'achat + 8,8 € par mois pendant 9 mois).
    • Plus de 16 ans : 190 € (ou 64 € à l'achat + 14 € par mois pendant 9 mois).
  • Pass jeun's mensuel : Il coûte 23 € et permet de se déplacer sans restrictions durant un mois à compter de la date de souscription.
  • Pass jeun's annuel : Il coûte 230 € et permet de se déplacer sans restrictions durant un an à compter de la date de souscription.

Abonnements plus de 65 ans[modifier | modifier le code]

Ces abonnements ne peuvent s'obtenir que sur présentation de justificatifs.

  • Pass senior mensuel : Il coûte 23 € et permet de se déplacer sans restrictions durant un mois à compter de la date de souscription.
  • Pass senior annuel : Il coûte 230 € (soit 23 € par mois pendant 10 mois et deux mois offerts) et permet de se déplacer sans restrictions durant un an à compter de la date de souscription.
  • Pass senior plus : Contrairement au pass senior annuel, il est gratuit et est réservés aux personnes non-imposables.
  • Pass TPMR plus : Ce pass, destinés aux plus de 65 non-imposables, permet d'utiliser le service Trans'PMR uniquement. Si le solde des 10 voyages gratuits par mois est dépassé, le tarif régulier du ticket unitaire s'applique.

La tarification solidaire[modifier | modifier le code]

  • Pass tremplin : Le pass tremplin, destiné aux demandeurs d'emploi ou aux personnes à faibles ressources, permet de bénéficier de 40 voyages gratuits et s'obtient sur présentation de justificatifs.
  • Pass Citélo plus : La carte Citélo senior gratuit permet d'obtenir 10 voyages gratuits par mois sur les lignes Citélo pour les personnes de 65 ou plus non-imposables.

Les lignes du réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau Citéline est constitué de [4] :

  • 4 lignes urbaines structurantes
  • 21 lignes urbaines complémentaires
  • 7 lignes périurbaines, dont 4 lignes transfrontalières coorganisées avec le Régime général des transports routiers (RGTR) luxembourgeois.
  • 7 lignes sur réservation

Lignes urbaines structurantes[modifier | modifier le code]

Ligne Caractéristiques
1
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Fontoy Super U ↔ IUT Thionville-Yutz
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
65 min
Nb. d’arrêts
63
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Terville, Florange, Serémange-Erzange, Hayange, Knutange, Fontoy
Autre : À partir de Knutange Viaduc, cette ligne suis exactement le même itinéraire que la ligne 2.
2
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Algrange ↔ IUT Thionville-Yutz
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
55 min
Nb. d’arrêts
57
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Terville, Florange, Serémange-Erzange, Hayange, Knutange, Algrange
Autre : À partir de Knutange Viaduc, cette ligne suis exactement le même itinéraire que la ligne 1.
3
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Basse-Ham Chapelle / Yutz Actypôle ↔ Thionville Bel Air
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
non km
Durée
45 min
Nb. d’arrêts
45
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Yutz, Basse-Ham
Autre :
3D
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Yutz Route de Thionville ↔ Thionville De Guise/Petite Lor
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
39
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
D
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Yutz
Autre :
4
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Stuckange Liberté ↔ Thionville Linkling
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
54 min
Nb. d’arrêts
35
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Yutz, Kuntzig, Stuckange
Autre :

Les lignes complémentaires[modifier | modifier le code]

Lignes périurbaines[modifier | modifier le code]

Un arrêt de bus Citéline placé à la frontière (commune de Volmerange-les-Mines)

2 types de lignes périurbaines sont à distinguer :

  • d'une part les lignes Citéline 14, 91 et 92 ;
  • d'autre part les lignes transfrontalières Citélix (anciennement Vilavil) 300, 302, 303 et 322 qui relient l'agglomération de Thionville à Luxembourg-Ville ou Eschs-sur-Alzette.
Ligne Caractéristiques
14 Volmerange-les-Mines Douane ↔ Thionville Hélène Boucher
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
60 min
Nb. d’arrêts
31
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Manom, Hettange-Grande, Sœtrich, Escherange, Kanfen, Volmerange-les-Mines
Autre :
14D Volmerange-les-Mines Douane ↔ Thionville Bel Air 2
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
60 min
Nb. d’arrêts
51
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
D
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Manom, Hettange-Grande, Sœtrich, Œutrange, Entrange, Escherange, Kanfen, Volmerange-les-Mines
Autre :
91 Ottange Cité Saint Paul ↔ Thionville Gare SNCF Quai F
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
60 min
Nb. d’arrêts
29
Matériel
bus standards
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Thionville, Elange, Angevillers, Havange, Tressange, Ottange
Autre :
92 Boulange Cité du Bois ↔ Hayange Hôpital
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
45 min
Nb. d’arrêts
22
Matériel
autocars
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / N
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Hayange, Knutange, Algrange, Angevillers, Havange, Tressange, Boulange
Autre :
300
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Citélux 300
Thionville - HayangeLuxembourg-Ville Kirchberg
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
55 min
Nb. d’arrêts
9
Matériel
autocars
Jours de fonctionnement
LMaMeJV
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch, Vandivinit
Desserte : Thionville, Hayange, Drapeau du Luxembourg Luxembourg (ville)
Autre : ligne coorganisée par le RGTR luxembourgeois
302
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Citélux 302
Thionville St François ↔ Luxembourg-Ville Gasperich
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
45 min
Nb. d’arrêts
15
Matériel
autocars
Jours de fonctionnement
LMaMeJV
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch, Voyages E. Weber
Desserte : Thionville, Manom, Hettange-Grande, Drapeau du Luxembourg Frisange, Drapeau du Luxembourg Luxembourg (ville)
Autre : ligne coorganisée par le RGTR luxembourgeois
303
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Citélux 303
Manom Centre commercial ↔ Luxembourg-Ville Kirchberg
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
70 min
Nb. d’arrêts
13
Matériel
autocars
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch, Vandivinit
Desserte : Manom, Garche, Cattenom, Drapeau du Luxembourg Mondorf-les-Bains, Drapeau du Luxembourg Luxembourg (ville)
Autre : ligne coorganisée par le RGTR luxembourgeois
323
Accessible aux personnes à mobilité réduite
Citélux 323
Florange Centrale ↔ Esch-sur-Alzette Gare
Ouverture / Fermeture
— / —
Longueur
Durée
65 min
Nb. d’arrêts
13
Matériel
autocars
Jours de fonctionnement
LMaMeJVS
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Exploitant
Trans Fensch
Desserte : Florange, Serémange-Erzange, Hayange, Knutange, Fontoy, Boulange, Tressange, Ottange, Drapeau du Luxembourg Esch-sur-Alzette
Autre : ligne coorganisée par le RGTR luxembourgeois

Les lignes sur réservation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]