Renault Tracer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Renault Tracer
R 332
Renault Tracer
Renault Tracer

Appelé aussi Renault R 332
Marque Drapeau : France RVI
Années de production 1991 - 2002
Classe Autocar
Usine(s) d’assemblage Annonay
Moteur et transmission
Énergie gazole
Moteur(s) L6 (9,8 L)
RVI MIHS 06.20.45/Euro 2
Position du moteur A plat au centre
Cylindrée 9 840 cm3
Puissance maximale 253 ch DIN (185,96 kW)
Couple maximal 1 080 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Mécanique à 6 rapports ZF
Automatique à 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 10 250 kg
Vitesse maximale 100 km/h
Consommation mixte 23 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Autocar 2 portes
Suspensions Pneumatique à correcteur d'assiette
Direction Hydraulique
Freins Tambours, ABS + ralentisseur électromagnétique Telma
Dimensions
Longueur 11 990 mm
Largeur 2 500 mm
Hauteur 3 380 mm
Empattement 6 120 mm
Voies  AV/AR 2 700 mm  / 3 170 mm
Chronologie des modèles
Précédent Saviem S45 Irisbus Ares
Irisbus Axer
Suivant

Le Renault Tracer est un autocar de ligne interurbaine (49 à 57 places assises[1]) de 12 mètres, fabriqué par Renault Véhicules industriels à partir de 1991.

Outre son importante carrière interurbaine, il a connu un grand succès au sein de l'armée française[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Tracer a été lancé pour remplacer le célèbre S45, hérité de Saviem. Si ce dernier possède des roues arrière simples, celles du Tracer sont jumelées. Contrairement à son prédécesseur, le Tracer est établi sur un châssis[3].

Il aura été assemblé à plus de 5 500 exemplaires en 10 ans de production[4]. Les dernières livraisons sont conformes à la norme Euro 3.

Il cède la place à l'Axer en 2002.

Caractéristique[modifier | modifier le code]

Le moteur est le 6 cylindres MIHR 06.20.45[5] de 253 ch[1] positionné horizontalement dans l'empattement.

La suspension est pneumatique, le freinage à tambours aux deux essieux. Un ralentisseur sur échappement s'ajoute au dispositif électromagnétique. L'ABS est de série[1].

Plusieurs configurations de portes ont existé : à double vantaux (ouverture vers l'intérieur) et à simple vantail louvoyante (extérieur).

La capacité de rangement pour les bagages est de 10 m3 (soutes de 6 m3 pour 45 valises et porte-bagages intérieur de 4 m3)[1].

Girouette à pastilles, rideaux de baies latérales et de lunette arrière, vitres teintées, double vitrage, télévisions et climatisation sont en option.

Il existe une version autobus avec des portes louvoyantes : une à l'avant et une double devant l'essieu arrière. En conséquence, le nombre de places assises passe de 57 à 53. En cas de plate-forme arrière centrale, il subsiste 49 places assises.

Le Tracer Autobus bénéficie d'une boîte de vitesses automatique 4 rapports à la place de la boîte manuelle à 6 rapports.

Générations[modifier | modifier le code]

Tracer I[modifier | modifier le code]

Sur la première génération, le haut des baies latérales est noir.

Intérieur d'un Tracer I
Modèle à porte simple

Tracer II[modifier | modifier le code]

La deuxième version du Tracer a le même moteur mais il est moins bruyant. On peut aussi distinguer que sur cette version, le sigle Tracer situé sur le côté et l'arrière est supprimé.

Tracer Liberto[modifier | modifier le code]

Une version simplifiée, dénommée Liberto, a été lancée pour le marché scolaire. Sur ce modèle-ci, les portes sont principalement des portes à double vantaux.

Tracer de Tourisme[modifier | modifier le code]

Ces véhicules sont équipés d'un siège accompagnateur, mais surtout de deux portes comme sur le FR1, ce qui change complètement du Tracer normal.

Disparition[modifier | modifier le code]

Le 5 435ème Tracer quitte les chaînes de montage d'Annonay en avril 2002. L'ultime est livré le 8 avril 2002 à Marne-et-Morin.

Son remplaçant est l'Irisbus Axer issu du modèle Karosa C956.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :