Gare de Forbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forbach
Image illustrative de l'article Gare de Forbach
Le bâtiment voyageurs.
Localisation
Pays France
Commune Forbach
Adresse Place Robert-Schuman
57600 Forbach
Coordonnées géographiques 49° 11′ 22″ nord, 6° 54′ 05″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services ICE
TER
Caractéristiques
Ligne(s) Rémilly à Stiring-Wendel
Voies 3 (+ voies de garage)
Quais 2 (1 latéral et 1 central)
Transit annuel 343 079 voyageurs (2015)
Altitude 220 m
Historique
Mise en service 1851
Correspondances
Forbus lignes 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8 et 30
Agglo'Bus service à la demande
Cars TIM lignes 21, 120, 124, 129, 138

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Forbach

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Forbach

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Forbach

La gare de Forbach est une gare ferroviaire française de la ligne de Rémilly à Stiring-Wendel, située sur le territoire de la commune de Forbach, dans le département de la Moselle, en région Grand Est.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Grand Est qui permettent de rejoindre Metz en 45 minutes et Sarrebruck en 9 minutes. À la suite d'un accord entre la SNCF et la Deutsche Bahn, elle est également desservie par l'Intercity-Express (ICE), qui met la gare de Paris-Est à moins de h et la gare centrale de Francfort-sur-le-Main à moins de h 30.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 220 mètres d'altitude, la gare de Forbach est située au point kilométrique (PK) 47,165 de la ligne de Rémilly à Stiring-Wendel, après l'ancienne gare de Cocheren[1].

Elle est la dernière gare avant la frontière franco-allemande et la gare centrale de Sarrebruck. La petite gare de Stiring-Wendel, aujourd'hui fermée, s'intercalait avant la frontière, mais elle desservait uniquement une petite commune ouvrière, proche de Forbach, développée autour d'une usine sidérurgique de la famille de Wendel et d'un site minier.

Histoire[modifier | modifier le code]

La mise en service de la gare a lieu en 1851, avec l'ouverture du tronçon de la gare de Saint-Avold à Forbach. L'ouverture du tronçon suivant (entre Forbach et la gare de Sarrebruck) donne lieu à une importante inauguration le [2], du fait qu'il met en service la totalité de la ligne de Metz à Sarrebruck.

Durant les années qui précèdent la guerre de 1870, Forbach abrite un important poste de douane[3], puisqu'elle est la dernière station française de la ligne. Pour continuer vers l'Allemagne, les voyageurs doivent changer de train et présenter leurs passeports aux douaniers. Un avis est alors affiché en gare : « Les heures indiquées sur les affiches allemandes doivent être comptées en avance de 30 minutes sur l'horloge de la station qui donne l'heure de Paris[4] ».

Le bâtiment voyageurs, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, est reconstruit au début des années 1960 ; il est achevé en 1964[5].

En 2006, la communauté d'agglomération de Forbach Porte de France réalise des travaux d'aménagement du secteur ouest de la gare, notamment la réalisation d'un parking réservé aux voyageurs et d'un espace multimodal, ainsi que la réhabilitation de la gare routière[6].

En 2015, la SNCF estime la fréquentation annuelle de cette gare ferroviaire à 343 079 voyageurs[7].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Forbach est une gare de la SNCF, disposant d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouverts tous les jours[8]. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. Elle propose un accueil et des équipements pour les personnes à mobilité réduite, notamment des rampes, élévateurs et ascenseurs, ainsi que des bandes d'éveil et de vigilance[9]. Un bureau de douane y est installé, tandis qu'un commissariat de police est situé dans son proche environnement.

Par ailleurs, un restaurant (accessible à partir du hall), fermé en 2009, a été rouvert en sous forme d'une brasserie[10].

Desserte[modifier | modifier le code]

Forbach est desservie, à raison de deux aller-retours quotidiens, par des trains de grandes lignes (ICE et TGV) circulant sur la relation Paris – Sarrebruck – Francfort-sur-le-Main[10].

Elle est également desservie par des trains régionaux TER Grand Est, circulant sur la ligne Metz – Rémilly – Béning – Forbach – Sarrebruck.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un bâtiment intermodal, accolé à la gare, permet d'effectuer le lien avec la gare routière, facilitant ainsi les correspondances avec le réseau urbain Forbus et les lignes des transports interurbains de la Moselle (TIM).

Par ailleurs, un parking pour les véhicules est aménagé à proximité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. MémorialGenWeb – « Béning-lès-Saint-Avold (Beningen en Allemand) » – « Plaque commémorative 1939-1945 SNCF de Cocheren (Relevé no 49767) » : « Plaque déposée de l'ancienne gare de Cocheren […] La gare de Cocheren n’existe plus, arasée dans les années 1990 ».
  2. Site de la mairie de Forbach, La seconde République et le second Empire ; lire (consulté le ).
  3. France assemblée nationale, Compte rendu des séances de l'Assemblée nationale législative. 28 mai 1849 (-1 déc. 1851). [With] Table analytique ... du Compte rendu ... et des documents imprimés par ... ordre (de l'Assemblée), 1851, p. 23 ; intégral (consulté le ).
  4. Adolphe Laurent Joanne, Itinéraire général de la France: Vosges et Ardennes, L. Hachette, 1868, p. 574 ; intégral (consulté le ).
  5. L'année ferroviaire, Plon, (lire en ligne), p. 274.
  6. Site de la communauté d'agglomération de Forbach Porte de France : « Le projet de réhabilitation de l'espace gare » (consulté le ) ; cette page est une archive.
  7. « SNCF Open Data : Fréquentation en gares », sur data.sncf.com (consulté le 14 août 2017).
  8. Site Gares SNCF : Gare de Forbach ; lire (consulté le ).
  9. Site Gares SNCF, Forbach : accueil et équipements handicapés ; lire (consulté le ).
  10. a et b Arnaud Stoerkler, « TGV Paris-Strasbourg - L'interview de Laurent Kalinowski : ‘‘Nous devons rester vigilants’’ », sur lasemaine.fr, (consulté le 14 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Est Paris-Est ICE Sarrebruck-Hbf Francfort-sur-le-Main-Hbf
Paris-Est Paris-Est TGV Sarrebruck-Hbf Francfort-sur-le-Main-Hbf
Metz-Ville Béning TER Grand Est Terminus
ou Sarrebruck-Hbf
Terminus
ou Sarrebruck-Hbf
Terminus Terminus TER Grand Est Sarrebruck-Hbf Sarrebruck-Hbf