Renault PR 100

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
PR 100
Renault PR 100
Un Berliet PR 100 B à Toulon

Marque Berliet puis Renault
Années de production 1971 — 1999 (28 ans)
Production + 13 500 exemplaires
Classe Bus
Usine(s) d’assemblage Vénissieux
Chronologie des modèles
Précédent Berliet PCM Renault Agora/Renault R312 Suivant

Le PR 100 est un bus créé par Berliet puis repris par Renault après le rachat de cette marque. Entre 1971, date de sa présentation et 1999, de nombreuses variantes de ce bus ont été fabriquées pour un total d'environ 13 500 unités. À cette gamme, s'ajoutent les déclinaisons en version articulée PR 180. Proposé au catalogue en parallèle de la non moins célèbre gamme SC10, il sera, comme le R312, supplanté par l'Agora (en production depuis 1995) en 1999. Il doit son nom de sa capacité, 100 places (29 assises et 70 debout).

Histoire[modifier | modifier le code]

Berliet PR 100[modifier | modifier le code]

Un Berliet PR 100 MI, version 3 portes à Grenoble

Berliet construit en 1970 deux prototypes puis l'année suivante 4 éléments issues de la présérie appelé PR 100 P, ils servent de modèle de démonstration. PR 100 est dévoilé en mai 1971, dans le cadre de la 20ème semaine internationale du Car, à Monté Carlo. Il marque un air de renouveau, après l'échec du jumeau du SC 10 : le PCM avec 1 162 unités produites seulement. La face avant, dont le modèle est déposé par Berliet, est assez intriguant avec un pare-brise plan, dont son inclinaison anti-reflets est de 11° vers l'arrière entrant dans les conformités pour la norme de la visibilité rapprochée. Cela est dû à un écart de 90 cm entre le sol et le bas de la vitre permettant une large visibilité au conducteur notamment avec l'ajout des deux baies latérales triangulaires, glaces d'accostage facilitant les manœuvres. La vitre arrière est identique au pare-brise, c'est la standardisation, sauf qu'elle est inversée ! Sa conception est basée sur le principe de la caisse-poutre autoportante avec une longueur de 11,230 mètres (11,350 mètres avec le montage des butoirs sur pare-chocs). Son plancher est à 645 mm du sol à l'avant, et 670 mm au centre (640 pour le SC 10). La suspension est de type AIRLAM composé d'une combinaison de coussins d'air et de ressorts à lames : on la retrouve sur le camion Stradair, sur les autocars de la série PH et les Cruisair.

Attention, le PR 100 n'est pas le premier autobus à motorisation arrière malgré qu'il ce soit attribué cette éloge à sa sortie : en remontant dans les années cinquante, on retrouve les précurseurs Million-Guiet-Tubauto B 9 et autres Isobloc 655 DHU. Le PR 100 débute avec une motorisation britannique Perkins V8.510 de 187 ch (ramené à 175 dû à une consommation d'huile trop importante et abaisser le niveau sonore du véhicule) associée à une boîte semi-automatique Wilson Diwa et Pont-à-Mousson HVD à commande manuelle électrique avec en option celle Voith Diwa et Pont-à-Mousson.

Les premiers modèles destinés au service, les PR 100 PA, sont livrés au réseau de Dijon en septembre 1972[1]. Produit jusqu'en 1976, 1 173 éléments sortent au total des usines de Berliet. Tout comme les PR 100 P, ils sont dotés d'un moteur Perkins V8.510. En 1973, Berliet lance une nouvelle variante, le PR 100 B, identique au précédent à l'exception du moteur qui est un Berliet V800. Cet autobus a été commercialisé à 296 exemplaires. En 1974, la RATP fait l'acquisition de 10 PR 100 R, ces derniers dispose d'un pare-brise spécifique et d'un moteur Perkins.

Berliet PR 100 MI[modifier | modifier le code]

Dès 1977, le PR 100 MI fait son entrée permettant d'oublier les maladies de jeunesse du véhicule. Il est propulsé par une nouvelle motorisation de six cylindres en ligne de 200 ch type BERLIET MIP 06.20.30. intégré dans un compartiment insonorisé et équipé de silencieux sur l'échappement, d'une admission. L'entrée et la sortie d'air abrogent les critiques sur les premières motorisations (Perkins et Berliet V 800) : nuisances sonores excessives, émissions de fumées trop polluantes. Dans le PR 100 MI apparaît un nouveau poste de conduite ainsi que des emmarchements plus aisés et constitués de trois petites marches au lieu de deux grandes. Quelle différence extérieure ? on peut le reconnaître à son embouti moulé dans le bas de chaque vantail de porte (sous le vitrage correspondant), à la grille de radiateur situé dans le porte-à-faux arrière droit (auparavant à gauche), au réservoir de carburant et sa goulotte de remplissage déplacés dans l'empattement, à la gouttière de pavillon qui est abaissée au niveau de la ligne supérieure des baies et, enfin, au capot moteur relevable (au lieu de deux portillons type "armoire"). Une version à trois portes est proposées pour une exploitation "Libre-Service" banalisant les montées et les descentes. La troisième porte est montée dans l'empattement et non le porte-à-faux arrière dû à la position du moteur qui aurait exigé un nombre de marches prohibitif. Cette série, produite à 2 308 exemplaires, fait d'elle la plus importante en nombre. Le losange Renault (dessiné par Vassarely) est apposé sur les véhicule dès 1980 et le monogramme "RENAULT" à l'arrière. Cette série est produite jusqu'en 1984 date d'arrivée du Renault PR 100.2.

BERLIET ER 100[modifier | modifier le code]

Il permet un renouvellement des réseaux suivants en trolleybus : Lyon, Marseille, Grenoble, Saint-Etienne et Limoges. Le moteur est établi par Traction-Compagnie électro-mécanique-Oerlikon (TCO) ou Alsthom : c'est un diesel de 58 ch, monté en option, permettant un fonctionnement autonome en cas de défaillance du réseau électrifié ou de déviation.

Mégabus[modifier | modifier le code]

Il est le résultat d'une collaboration entre Renault et Heuliez-Bus. C'est un autobus tricorps à double articulation représentant la version la plus impressionnante de la gamme PR 100. Seule la ville de Bordeaux sera cliente pour dix Mégabus, malgré des essais élogieux dans les plus grandes agglomérations françaises sur des lignes chargées où le Mégabus prouvera qu'il ne crée pas plus de soucis qu'un articulé traditionnel. Sa longueur se porte à 24,38 mètres ayant une capacité de 206 passagers (dont 62 assis et 144 debout) propulsé avec un 302 ch doté de trois essieux moteur. Il circule avec une dérogation spéciales du service des mines. Son prix de vente est porté à 2,7 millions de francs, contre 1,55 million pour un articulé PR 180.2.

Renault PR 180[modifier | modifier le code]

Il est commercialisé en 1980 conçu à partir des organes et des éléments de carrosserie du PR 100 MI. Sa longueur se porte à 17, 625 mètres avec une implantation de places d'un total de 166 places (42 assises conducteur compris + 124 debout). Ses deux ponts moteurs crées une certaine originalité à cet autobus puisque l'un tracte et l'autre pousse lui conférant d'excellente qualité de stabilité et d'adhérence. L'articulation est composée de deux joints doubles homocinétique.

Une dérivé du PR 180 est proposé en bimode : le PER 180. C'est-à-dire qu'il peut rouler en modes autobus et trolleybus résultant d'une savante juxtaposition entre les tractions diesel du PR 180 (moteur MIPS 06.20.30 de 225 ch) et électrique de l'ER 100. Le prototype est testé à Seattle (USA) dans le but de remporter un appel d'offre qui sera cédé à l'italien Breda. Seul les réseaux de Nancy, Grenoble et Saint-Etienne seront détenteurs du PER 180.

Renault PR 100.2[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Renault PR 100.2.

Ce dernier reprend la face avant du PR 100 R, mais apporte aussi quelques éléments nouveaux comme les portes à vitres abaissées ou des feux de gabarits et clignotants différents. Le moteur quant à lui est remplacé par le MIPS 06.20.45 (S pour suralimenté), plus puissant.

Renault PR 112[modifier | modifier le code]

Un Renault PR 112 du réseau de Saint-Brieuc
Article détaillé : Renault PR 112.

Cet autobus est dû en partie au carrossier Safra qui a prévu un relooking des autobus PR100 par l'ajout d'une nouvelle face avant qui reprend le pare-brise du R312, et d'une nouvelle face arrière mais qui reste bien moins populaire. Si Safra propose ainsi aux réseaux de relooker PR100.MI et PR100.2 vieillissants, il donne aussi parallèlement l'idée à RVI de produire avec son partenariat, directement en usine, un autobus similaire au PR100.2 doté de cette fameuse face avant et de quelques modifications notamment au niveau du moteur qui gagne en puissance. La production cessera en janvier 1999 avec la livraison de l'ultime PR 112[2] au réseau Verney de Lorient. La version articulé du PR 112 est le Renault PR 118. En termes de motorisation, le six cylindres Renault (origine Berliet) MIPR 06.20.45 suralimenté à air refroidi est proposé dans trois réglages et est l'ultime motorisation du PR 112 et 118. Le premier est propulsé par 206 ou 253 ch, le second par 253 ch et 302 ch associés à des boîtes ZF ou Voith.

Les déclinaisons du châssis PR 100 / PR 180[modifier | modifier le code]

Heuliez GX 107 & GX 187[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Heuliez GX 107 et Heuliez GX 187.

Entre 1983/1984 et 1996, Heuliez développe sa propre gamme de véhicules standards (GX107) et articulés (GX187) construits sur les châssis Renault PR 100 & PR 180 et leurs évolutions.

Du GX 107, sort aussi une déclinaison : le GX 113, qui est un GX 107 dont l'intérieur est spécialement aménagé pour Marseille.

Cette gamme d'autobus connut aussi un succès conséquent auprès des réseaux français.

Obradors PR.B et PR.C[modifier | modifier le code]

Cette firme espagnole spécialisée en carrosserie s'est aussij fondé sur le châssis du PR 100 standard pour développer le PR.B (autobus urbain) et PR.C (autobus interurbain) en 1997.

PRS, PR 80S et PR 120.S par Car et Bus Le Mans (CBM)[modifier | modifier le code]

  • Le PRS en 1976
  • Le PR 80S, en 1985, est un autobus construit sur PR 100.2 avec une face avant spécifique, des portes louvoyantes simples remplaçant celle double ainsi qu'un plancher surélevé permettant l'insertion de 53 sièges dans le sens de la marche.
  • Le PR 120S est simplement un PR 180, sauf qu'il est pourvu de portes louvoyantes, d'un plancher surélevé pour l'insertion de sièges dans le sens de la marche comme un autocar. Seul deux exemplaires sont construits. L'un a été détruit dans les pays de l'est. L'autre[3] dans un triste état a été préservé par une association rennaise, ayant été retiré du service en 2012. CBM (construction) était radié depuis neuf ans ! Le PR 110.2 est la version standard du PR 120.S.

Gruau P-70-U[modifier | modifier le code]

Véhicule très rare : le carrossier Gruau a fabriqué très peu de ce modèle se fondant sur le PR 100 R. Il est raccourci de façon à le mettre en Midibus. Ils ont notamment circulé à Elbeuf, Saint-Brieuc et Sainte-Menehould.

Les PR 100 étrangers[modifier | modifier le code]

Renault PR 100.3 (Australie)

Sans faire un détail précis, notons que plusieurs types de PR 100 sont produits sous licence Berliet puis RVI par delà le monde avec de nombreuses modifications parfois, comme la conduite à droite en Australie. Certains n'ont pas l'aspect - au niveau esthétique - des PR 100 français.

  • Pologne : Jelcz PR 100 produit entre 1973 et 1977 ; Jelcz produit les PR 100 sous licence, d'où deux monogrammes sur les véhicules (Berliet / Jelcz). Renault V.I. ne fait plus référence à la production polonaise. Le PR 110 est une version rallongée de 12 mètres et surélevés de 10 cm développé uniquement pour la Pologne. On y compte 110 places (36 assises ; 74 debout), propulsé par un moteur Leyland et équipé d'une troisième porte dans le porte-à-faux arrière. On dénombre 205 PR110 dans les registres de Berliet, dont seul seize sont construits intégralement à Venissieux. Les 184 autres sont expédiés en CKD vers la Pologne. La fabrication va se faire ensuite sous licence comme le PR 100 atteignant même des variantes "autocars" dites interurbaines et tourisme.
  • Algérie : Sonacome PR 100.V8 (moteur Sitra / Deutz) ;
  • L'Espagne adopte aussi le PR 100.2 dont certains reçoivent une motorisation Daimler-Benz ;
  • Australie : Renault PR 100.2 (moteur Mack), PR 180.2 (moteur Mack), PR 100.3 (→ Création du carrossier Austral Denning à partir d'un PR 100 puis d'un R312, moteur Mack) ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Renault PR 100 », Transbus.org (consulté le 3 septembre 2011)
  2. Association Transports Verney (ASPTV) - Ultime PR 112 portant le châssis VF6PSO8A1PX105139, réseau Lorient en 1999 (toujours en service).
  3. PR 180 - VF6PU04A1PY101265 - 27.01.1995 - Transformé par CBM

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]