Bertrange (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertrange.
Bertrange
Église paroissiale Saint-Rémy.
Église paroissiale Saint-Rémy.
Blason de Bertrange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Thionville
Canton Metzervisse
Intercommunalité Communauté de communes de l'Arc mosellan
Maire
Mandat
Guy Noël
2014-2020
Code postal 57310
Code commune 57067
Démographie
Gentilé Bertrangeois
Population
municipale
2 799 hab. (2014)
Densité 410 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 18′ 41″ nord, 6° 11′ 16″ est
Altitude Min. 151 m
Max. 217 m
Superficie 6,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Bertrange

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Bertrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bertrange

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bertrange

Bertrange [prononcé Bertréng en francique lorrain (Platt)] est une commune française située dans le département de la Moselle en région Grand Est. Le lieu-dit d’Imeldange est intégré à la commune parfois nommée Bertrange-Imeldange.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune qui borde la Moselle se trouve à 6 km de Thionville, seconde ville du département de la Moselle. Au cœur du bassin thionvillois, Bertrange jouit de la proximité des commerces et grâce à son accès rapide à l'autoroute A31, qui permet une circulation rapide. Le plus haut point du village se situe à la sortie Est de Bertrange, en direction de Stuckange, sur la colline du « Kampbierg » qui culmine à 217m d’altitude. Les communes avoisinantes sont Illange, Guénange ou encore Yutz.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Bertrange[modifier | modifier le code]

  • D'un nom de personne germanique Berto ou Berthar suivi du suffixe -ing francisé en -ange.
  • Bertinerengas (848), Berthringen et Bertheingen (XIe siècle), Bertenges (1130), Berteringa (1131-1137), Bertingen (1157), Bertrenges (1222), Bertranges (1240), Berteranges (1241), Byrtryngin (1372), Birtringen (1479), Bertringa/Bertringe/Bortinga/Bertring/Bertinga (1544), Bertringen (1572)[1], Bertrange (1793), Bertringen (1871-1918), Bertrange (1919-1939), Bertringen (1940-1944), Bertrange (depuis 1945).
  • En allemand : Bertringen[1].
  • En francique lorrain (Platt) : Bertréng[2] et Bertréngen.

Imeldange[modifier | modifier le code]

  • Emmeldingen (1240), Oberemelingen (1416), Immelding (1606-1607), Imeldange/Immeldange (1756)[1], Emeldinge (1792)[3], Immeldingen (1871-1918).
  • En allemand : Imeldingen[1].
  • En francique lorrain : Immeldéngen et Immeldangen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne seigneurie Luxembourgeoise qui avait le rang de seigneurie haute justicière. Sa juridiction seigneuriale s'étendait sur Bertringen (Bertrange), Himmeldingen (Imeldange), Guélange et en partie sur Terville et Guenange (Haute et Basse)[4]. Cette seigneurie devint Française en 1661.

En 788 un écrit de Lothaire, duc d’Austrasie, mentionne l’existence de la commune qui s’appelait alors Villa Bertingen.[réf. nécessaire]

Durant la guerre de Trente Ans, Bertrange fut pillée, incendiée, et ses habitants torturés par les Français et les Suédois.

Paroisse de l'archiprêtré de Thionville, qui avait pour annexes Immeldange, Illange et les chapelles de Saint-Hubert et de Saint-Laurent.

Depuis le 21 juillet 1945, Bertrange est parrainée par la ville de Vourles, qui a aidé Bertrange pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour commémorer ce parrainage, qui dure depuis plus de 60 ans, Bertrange possède une rue de Vourles. Et la commune de Vourles a fait de même avec la rue de Bertrange. La première grande colline bordant le côté nord de la commune s’appelle le Waïnbierg, qui en Platt veut dire la colline du vin, voulant souligner le fait qu’il y avait des vignes dans les années 1930 jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. La seconde colline, dont elle détient le plus haut point d’altitude du village, s’appelle la colline du Kampbierg , qui avant abritait le village d’Imeldange, qui fut rasé et reconstruit en bas de la colline, ce qui donna Bertrange-Imeldange.

En 2005, lors de l’aménagement d’une zone industrielle de 120 ha sur les communes de Bertrange et Illange, en bordure de la plaine alluviale de la Moselle, les fouilles ont permis de découvrir un site du Néolithique ancien (-5000)[5].

Un ancien sobriquet désignant les habitants de la commune est Bertrénger Ëlëfanten, « les éléphants de Bertrange ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bertrange (Moselle) Blason Burelé d'or et d'azur de dix pièces[6].
Détails

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 mars 1995 André Michaux SE Agriculteur
mars 1995 mars 2008 Gérard Schadel SE Sidérurgiste
mars 2008 en cours Guy Noël SE Menuisier

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 799 habitants, en augmentation de 10,15 % par rapport à 2009 (Moselle : 0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
327 354 370 467 485 463 371 358 363
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
368 344 317 318 344 345 399 401 348
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
418 432 402 365 537 907 1 522 1 580 1 900
1990 1999 2007 2011 2014 - - - -
1 900 1 994 2 224 2 670 2 799 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Vestiges préhistoriques et antiques
  • Passage de la voie romaine.
  • Château fort, situé rue de Vourles, époque de construction : quatrième quart du XIVe siècle (détruit) ; XVe siècle (détruit) ; XVIe siècle ; deuxième moitié du XVIIIe siècle. Le château est mentionné pour la première fois en 1377, il est alors la propriété des d’Autels. Tour XVe siècle, détruite en 1960. Pilier gauche du portail XVIe siècle seul vestige subsistant. À cette époque les d’Autels partagent le château avec les Faust de Stromberg. À la fin du XVIIe siècle, la seigneurie passe aux Vars de Vaucelle et aux Gestas de l’Esperoux qui le gardent jusqu’à la Révolution. Corps principal et dépendances reconstruits pendant la deuxième moitié du XVIIIe siècle, détruits vers 1960. Pendant tout le XIXe siècle, le château appartient au général et baron de l’Empire Antoine Joseph Bertrand.
  • Château de la Sibérie, lieu-dit Imeldange, situé sur la route départementale 1, parties constituantes : ferme. Château reconstruit en 1846 par Charles Joseph Aubry, entrepreneur du génie à Metz, pour lui-même. Portail de la ferme attenante limite XIXe siècle XXe siècle élevé pour Antoine Deul, exploitant agricole allemand qui avait acheté l’ensemble en 1891. Le château, bombardé en 1944, a été rasé après la guerre.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Laurent d'Imeldange.
  • Église paroissiale Saint-Rémy, parties constituantes : cimetière ; monument sépulcral ; ossuaire. Culots XVe siècle en remploi. Église construite en 1765, boiserie XVIIIe siècle ; deux bas-reliefs provenant d’un retable XVIe siècle : couronnement de la Vierge et saint Hubert à la chasse. Clocher réparé et flèche construite en 1820. Portail début premier quart du XXe siècle. Flèche reconstruite en 1903. Toitures refaites en 1904. Percement de deux oculi dans les pans nord et sud du chœur en 1911. Sacristie construite en 1920. Tribune construite en 1935. L’église de Bertrange a un style particulier, en effet, après avoir survécu au cours de la guerre, son clocher a été refait par un architecte bavarois, avec un style bavarois, ce qui attire quelques étrangers de temps en temps dans la commune.
  • Chapelle Saint-Laurent, Saint-Athanas, lieu-dit Imeldange, située Grand’rue. Chapelle primitive, limite XVIe siècle XVIIe siècle, détruite. Reconstruite en 1786 (date portée par le linteau de la porte). Clocher mur, milieu XXe siècle, remplace la tour clocher au-dessus du chœur.
  • Presbytère, situé rue de Vourles, construit limite XVIIIe siècle XIXe siècle ; avec pierre datée 1746 en remploi dans le mur de clôture prolongeant la façade latérale droite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  2. Zesummegestallt vum Henri Leyder - Lëtzebuerger Marienkalender 1997 - iwwerschaft 3/2011.
  3. Mémoires de l'Académie Nationale de Metz (1864)
  4. Publications de la Société pour la recherche et la conservation des Monuments historiques dans le Grand-Duché de Luxembourg, volume 18, 1863.
  5. Inrap, rapport d’activité 2006, p. 69.
  6. http://www.genealogie-lorraine.fr/blasons/index.php?dept=57&blason=BERTRANGE
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .