Sète Agglopôle Mobilité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sète Agglopôle Mobilité
Image illustrative de l’article Sète Agglopôle Mobilité
Logo de Sète Agglopôle Mobilité

Image illustrative de l’article Sète Agglopôle Mobilité
Un Solaris Urbino 12 à Sète en juin 2017.

Situation Sète et son agglomération
Type Autobus
Entrée en service (sous le nom Totem)
Lignes 23 (dont trois lignes saisonnières)
Arrêts 436
Véhicules 54
Propriétaire Sète Agglopôle Méditerranée
Exploitant CarPostal Bassin de Thau (Keolis)
Site internet www.mobilite.agglopole.fr
Slogan Le réseau de Thau Agglomération
Lignes du réseau Liste des lignes de bus de Sète
Réseaux connexes Hérault Transport, TER Occitanie

Sète Agglopôle Mobilité est un réseau français de transport en commun, organisé par Sète Agglopôle Méditerranée depuis janvier 2007, initialement sous le nom de Totem puis Thau Agglo Transport de 2010 à 2018. Exploité par Keolis jusqu'en décembre 2008, le réseau voit sa gestion ensuite transférée à la Corporation française des transports (CFT), filiale du groupe Vectalia, entre janvier 2009 et septembre 2015. Depuis cette date, il est géré par la société CarPostal Bassin de Thau, filiale de la société CarPostal France (Keolis), dans le cadre d’une DSP de sept ans[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Les tramways de Sète[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Sète.

Entre 1901 et 1933, un réseau de quatre lignes de tramway exploitées par la Compagnie des tramways de Sète, filiale de l'Omnium lyonnais de chemins de fer et tramways, a desservi la ville.

Du tram à la Sétoise des transports[modifier | modifier le code]

De la Sétoise des transports à Totem[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier 2007[3], le réseau Totem est créé à partir de l'ancien réseau urbain de Sète nommé « La Sétoise des transports ». Sont créées des lignes reliant Sète à des communes de la Communauté d'agglomération du Bassin de Thau. La tarification est unifiée sur l'ensemble du territoire communautaire, quel que soit le réseau utilisé, Totem ou Hérault Transport, dont des lignes desservent la Communauté depuis Montpellier. Le premier opérateur de Totem est Keolis[1].

L'essentiel des lignes assure la desserte des différents quartiers de Sète à partir de deux terminus principaux : la gare de Sète et les arrêts Noël Guignon et Passage Le Dauphin situé sur le canal royal[1]. Pour les autres communes de la Communauté d'agglomération, avant 2008, deux lignes partent du centre de Sète pour desservir les communes de Balaruc-les-Bains et Balaruc-le-Vieux (ligne 10) et de Frontignan (ligne 11)[1]. La ligne estivale no 12, reliant les trois quartiers de Frontignan depuis La Peyrade jusqu'à Frontignan-Plage, devient une ligne permanente en 2007[3].

Le 2 janvier 2009, la Corporation française des transports (CFT) devient l'opérateur du réseau Totem. Grâce à une augmentation des moyens prévus par la Communauté d'agglomération[4], la CFT programme une augmentation des fréquences et de la régularité, notamment en séparant les circuits des lignes 2 et 3, souvent ralenties toutes deux par les embouteillages sur la Corniche, au sud de Sète[1]. Depuis le 2 janvier 2009, une ligne supplémentaire, no 14, circule à l'intérieur de Balaruc-les-Bains, améliorant la desserte de l'est de la commune tandis que la ligne 7 (reliant « Hôtel de Ville » à « Le Pont-Levis ») est supprimée[1].

De Totem à Thau Agglo Transport[modifier | modifier le code]

Ancienne livrée Totem sur un GX117L à la gare SNCF de Sète.

À partir du , TOTEM devient Thau Agglo Transport, la livrée change, le bleu laisse place au jaune vif. Les lignes 10 à 14 sont modifiés pour certaines, les lignes estivales deviennent des lignes régulières. Le 3 septembre 2012 est créée une nouvelle ligne 7 desservant les quartiers situés au nord de la ville de Sète. Ainsi le nouveau quartier du Ramassis, en pleine expansion, et les Métairies sont désormais desservis avec comme terminus de la ligne le Passage Le Dauphin au centre-ville.

À partir du , l'exploitation du réseau est confiée à CarPostal France pour une durée de sept ans. Ce nouveau contrat de délégation de service public inclut une hausse de l'offre de près de 30 % à partir du 2 janvier 2016, l'embauche de 36 salariés et l'achat par l'exploitant de 12 autobus neuf[2].

Les changements sont les suivants :

  • La ligne 1 voit ses horaires améliorés ;
  • Les lignes 2 et 3 circuleront désormais le dimanche, provoquant la suppression de la ligne 23 ;
  • La ligne 4 reprend la desserte du quartier autour de l'église Saint-Louis à la ligne 5 et est dissociée de la ligne 6 ;
  • La ligne 5, en plus de la modification précédemment citée, fera son terminus à l'église Notre-Dame-souveraine-du-Monde ;
  • La ligne 6 devient gratuite et est dissociée de la ligne 4 ;
  • La ligne 7 voit son trajet simplifiée avec une desserte des quartiers des Salins et de Villeroy dans les deux sens ;
  • Les lignes estivales 9 et 15 sont globalement inchangées ;
  • La ligne 10 abandonne la desserte du centre commercial de Balaruc à la nouvelle ligne 14S pour faire terminus aux Thermes ;
  • La ligne 11 abandonne la desserte de Mireval à la nouvelle ligne 17 et fera son terminus à la ZAE de Frontignan. Elle fonctionnera désormais le dimanche ;
  • La ligne 12 abandonne la desserte de Frontignan-Plage à la nouvelle ligne 16 pour faire terminus à Frontignan Ville ;
  • La ligne 13 est globalement inchangée ;
  • L'ancienne ligne 14 est remplacée par deux nouvelles lignes gratuites 14N et 14S : la 14N entre Balaruc-les-Bains et le Centre commercial et la 14S entre Balaruc-les-Bains et le centre commercial par l'ancien trajet de la ligne 10 ;
  • Les nouvelles lignes 16 et 17 assureront désormais les liaisons respectives entre Frontignan-Ville et Frontignan-Plage et entre Mireval et Frontignan ;
  • La nouvelle ligne 915 est une ligne à la demande qui circulera uniquement en période hivernale, quand les lignes 9 et 15 ne fonctionnent pas. Marseillan sera pour la première fois desservie à l'année par le réseau Thau Agglo Transport.

Sète Agglopôle Mobilité[modifier | modifier le code]

Le , cinq nouvelles lignes dont une de transport à la demande seront mises en service pour relier les six communes issues de l'ancienne Communauté de communes du Nord du Bassin de Thau à Sète ; de plus, le nouveau nom du réseau, Sète Agglopôle Mobilité, fait son apparition sur la documentation officielle[5].

Le réseau[modifier | modifier le code]

Un bus du réseau Thau Agglo Transport à Marseillan-Plage en .

Territoire desservi[modifier | modifier le code]

En 2018, le réseau Sète Agglopôle Mobilité dessert les communes suivantes :

Depuis le 2 janvier 2018, il est étendu aux communes de l'ancienne communauté de communes du Nord du Bassin de Thau, par intégration de lignes départementales Hérault Transport, cette dernière ayant fusionné avec Sète Agglopôle Méditerranée le [6].

Les lignes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des lignes de bus de Sète.
Lignes régulières
Plusieurs véhicules devant la gare de Sète, pôle central du réseau, en .

Le réseau est organisé en étoile autour du centre-ville de Sète et se compose de 20 lignes régulières[Off 1],[Off 2],[Off 3] dont 7 internes à Sète :

  • Ligne 1 : Cette ligne relie le quartier du Barrou à la gare de Sète ;
  • Ligne 2 : Cette ligne relie le Centre Malraux à la gare de Sète par le nord de la ville ;
  • Ligne 3 : Cette ligne relie le Centre Malraux à la gare de Sète par le sud de la ville ;
  • Ligne 4 : Cette ligne est une navette interne au centre-ville de Sète ;
  • Ligne 5 : Cette ligne relie le centre-ville de Sète à la mairie annexe par le sommet du Mont Saint-Clair ;
  • Ligne 6 : Cette ligne est une navette interne à Sète tournant autour des quais ;
  • Ligne 7 : Cette ligne relie la base Ouest du Mont Saint-Clair au centre-ville de Sète via le nord de la ville ;
  • Ligne 10 : Cette ligne relie la gare de Sète à Balaruc-les-Bains ;
  • Ligne 11 : Cette ligne relie le centre-ville de Sète à Frontignan ;
  • Ligne 12 : Cette ligne relie la gare de Sète au centre-ville de Frontignan ;
  • Ligne 13 : Cette ligne relie la gare de Sète à Gigean via le centre-ville de Balaruc-le-Vieux ;
  • Ligne 14N : Cette ligne relie Balaruc-le-Vieux à Balaruc-les-Bains par le nord ;
  • Ligne 14S : Cette ligne relie Balaruc-le-Vieux à Balaruc-les-Bains par le sud ;
  • Ligne 16 : Cette ligne est une navette interne à Frontignan ;
  • Ligne 17 : Cette ligne relie Frontignan à Mireval via Vic-la-Gardiole ;
  • Ligne 20: Cette ligne relie le centre de Sète à Mèze ;
  • Ligne 21: Cette ligne relie le centre de Sète à Poussan ;
  • Ligne 22: Cette ligne relie la gare de Sète à Montbazin via Gigean, Balaruc-le-Vieux et l'ouest de Frontignan ;
  • Ligne 23: Cette ligne relie le centre de Sète à Villeveyrac via Loupian et Bouzigues ;
  • Ligne 24: Cette ligne disponible sur demande relie Villeveyrac à Bouzigues via Loupian et Mèze.

Selon la période de l’année, une ou deux lignes sont ajoutées au réseau : en été, les lignes 9 — reliant la gare de Sète à Marseillan-Plage — et 15 — reliant le camping du Castellas à Sète au centre-ville de Marseillan — circulent tous les jours. Entre octobre et avril, ces deux lignes sont fusionnées en une seule, numérotée 915, qui est assurée uniquement en Transport à la demande.

Les logos signalant la présence d’aménagement pour les PMR sur le pare-brise d’un bus.

Accessibilité aux personnes à mobilité réduite[modifier | modifier le code]

L’ensemble du parc est accessible aux PMR. En effet, tous les bus sont équipés de planchers surbaissés et de rampes d’accès rétractables situées sous la porte centrale. Les véhicules équipés d’aménagements pour les PMR sont repérables par la présence d’une étiquette bleue avec une personne en fauteuil roulant sur l’avant et/ou au niveau de la porte centrale.

L’ensemble des véhicules disposent d’emplacements réservés aux Utilisateurs de fauteuil roulant (UFR) et aux personnes à mobilité réduite (PMR), le plus souvent situés en face de la porte centrale, avec un bouton à proximité pour demander l’arrêt, ce qui permet de signaler au conducteur qu’il devra s’adapter pour faciliter la descente de l’usager handicapé lors du prochain arrêt.

Lors de l’arrêt, le conducteur peut effectuer, si l’emplacement le permet, une manœuvre appelée agenouillement destinée à faciliter la montée/descente de l’usager. Au cours de cette manœuvre, le véhicule est amené au plus près du trottoir et incliné sur le côté droit afin de réduire au maximum la différence de hauteur entre le plancher du bus et le sol, puis la rampe d’accès située sous la porte est déployée et les portes sont ouvertes afin de permettre l’entrée/sortie du passager. L’ensemble de ces actions est contrôlé depuis le poste de conduite.

L’arrêt de bus La Croix Saint-Clair à Sète en .

Arrêts[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Arrêt de bus et Aubette.

En 2017, le réseau est composé d’environ 435 arrêts de bus[Off 2],[Off 3], dont un peu plus de 360 desservis dans les deux sens.

Les arrêts se présentent sous la forme de poteaux jaune composés de deux parties, tournées perpendiculairement par rapport à un axe central. Dans la partie supérieure, on trouve le nom de l’arrêt ainsi que le numéro des lignes le desservant et leur destination, tandis que la partie inférieure est réservée aux fiches horaires ainsi qu’à un plan et à la grille tarifaire. Dans certains cas, les poteaux sont doublés par une ou plusieurs aubettes.

Certains arrêts sont aménagés afin d’être accessibles aux PMR, le plus souvent par la surélévation du bord afin de limiter l’écart entre le bord du véhicule et le sol.

Le service TPMR[modifier | modifier le code]

Le service de transport de personnes à mobilité réduite est fait par le GIHP Languedoc-Roussillon en partenariat avec Thau Agglo. Ce service fonctionne du lundi au samedi de 7h à 19h et les dimanches et fêtes sur réservation téléphonique et sous certaines conditions.

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Logos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Livrée des véhicules[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Exploitation[modifier | modifier le code]

État de parc[modifier | modifier le code]

En 2017, 54 bus de différentes tailles sont affectés aux lignes du réseau Sète Agglopôle Mobilité. Ils sont pour la plupart fournis par Sète Agglopôle Méditerranée, bien que certains appartiennent à la société CarPostal Bassin de Thau.

Ils arborent tous une livrée similaire, à l’exception de deux bus qui ont une livrée blanche. Ils sont presque tous désignés par un numéro de parc, notés à plusieurs endroits sur la carrosserie des véhicules.

Le dépôt de Sète Agglopôle Mobilité à Sète en .

Dépôts[modifier | modifier le code]

Les bus du réseau sont entreposés dans un dépôt fourni par la communauté d’agglomération. Installé dans une zone industrielle situé derrière la gare, le dépôt est situé au 15 Rue de Copenhaugue, à Sète (43° 25′ 04″ N, 3° 42′ 07″ E). Capable d’accueillir une quarantaine d’autocars, il dispose d’un atelier technique, d’une station de lavage et d’une station service.

Les bureaux de la société chargée de l’exploitation du réseau Sète Agglopôle Mobilité, CarPostal Bassin de Thau, sont également présents dans l’enceinte du dépôt.

Le réseau s’étendant au-delà de Sète, quelques véhicules Sète Agglopôle Mobilité affectés à des lignes éloignées ou au TAD sont stationnés dans d’autres dépôts de CarPostal, dont celui dAgde, afin de faciliter les prises de service.

Accidents[modifier | modifier le code]

Sécurité[modifier | modifier le code]

Conformément à la législation en vigueur, l’ensemble du parc est soumis à un contrôle technique, effectué par un centre indépendant et reconnu, valable 6 mois. Au cours de cette visite, tous les éléments de sécurité ainsi que l’arrimage des sièges et la motorisation sont vérifiés.

La position des véhicules est retransmise par GPS, grâce au Système d’Aide à l’Exploitation et à l’Information Voyageurs (SAEIV), au centre d’exploitation où une équipe est chargé de s’assurer de l’absence de problèmes sur le réseau. Les véhicules sont également équipés d’émetteur-récepteur permettant aux conducteurs d’être informés des perturbations sur le réseau et de communiquer avec le centre d’exploitation.

Une caméra de vidéosurveillance.

Les bus sont également équipés, depuis 2002, de caméras de vidéosurveillance. Leur nombre varie selon le type de véhicules (2 dans les minibus et midibus, 3 dans les standards et jusqu’à 4 à bord des articulés), mais leur disposition reste sensiblement la même dans tous : une première caméra, à infrarouge, est située au-dessus du poste de conduite et permet de surveiller la porte avant. Une seconde est installée sous (ou devant) le bandeau lumineux pour l’information aux voyageurs, et une troisième est installée au-niveau de la porte centrale. Cette configuration permet de couvrir l’ensemble du bus et de pouvoir vérifier toutes les portes.

Les portes sont dotées de nombreuses sécurités. En effet, chacune d’elles est dotée de bords sensibles, capable de remarquer la présence d’un corps étranger entre les battants et d’entraîner un phénomène de réversion, c’est-à-dire la réouverture des portes. Selon le type de véhicules, deux systèmes existent pour vérifier la présence d’un individu trop près des portes au moment de leur ouverture/fermeture : soit un détecteur, installé au-dessus de la porte, capable de déceler une présence par infrarouge, ou une marche sensible, apposée au sol, qui calcule le poids appuyant dessus. En cas d’anomalie, le système enclenche la réouverture des portes. Des capteurs sont également installés afin de vérifier la bonne fermeture des portes arrière : si l’une d’elles est mal fermée, le véhicule ne peut pas démarrer. L’ouverture de la porte avant n’empêche pas de faire partir le bus, mais elle est programmée pour se fermer automatiquement après 5 secondes. Enfin, en cas de problème empêchant l’ouverture des battants depuis l’intérieur, deux mécanismes, l’un à l’extérieur et l’autre à l’intérieur, sont installés à proximité de chaque portes et permettent de déclencher la décompression, c’est-à-dire le fait de vider les réserves d’air comprimé, rendant ainsi les battants inertes.

Tous les bus sont équipés de marteaux brise-vitre situés le plus souvent derrière le conducteur ou, dans certains véhicules, au niveau des baies latérales. Conformément à la législation en vigueur, au moins cinq vitres latérales et le pare-brise arrière des véhicules, signalés par la mention « Issue de secours », peuvent être brisés afin d’évacuer le bus en cas d’urgence (incendie, accident, ...).

Sécurités au niveau des portes et vitres

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un extincteur.

Ils sont également dotés de moyens de lutte contre l’incendie, notamment un extincteur, qui est situé au niveau de la porte avant.

Les portillons sont dotés d’une alarme, qui sonne si celui-ci n’est pas ou mal fermé.

Enfin, en raison de la région considérée comme montagneuse, les bus doivent être équipés d’un double ralentisseur. En revanche, étant donné que les véhicules ne circulent que sur un réseau urbain, ils n’ont pas à être équipés d’un chronotachygraphe.

Personnel d’exploitation[modifier | modifier le code]

Informations aux voyageurs[modifier | modifier le code]

Tarification et financement[modifier | modifier le code]

Tickets et abonnements[modifier | modifier le code]

Tarification en vigueur depuis

Points de vente[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b c d e et f Annie Fayon, « Bus : Totem double la mise », La Gazette de Sète n°174/148, 24 décembre 2008, pages 14-15.
  2. a et b Florence Guernalec, « CarPostal France va exploiter le réseau de Sète », sur http://www.mobilicites.com, (consulté le 19 septembre 2015).
  3. a et b Site des Cars du Bassin de Thau, page consultée le 4 janvier 2009.
  4. Dont un nouveau dépôt de bus livré en novembre 2008 près du parc aquatechnique, doublement du nombre de bus (de 12 à 23) et embauche de nouveaux conducteurs (passant d'une quarantaine à une soixantaine, d'après Annie Fayon, « Bus : Totem double la mise », La Gazette de Sète n°174/148, 24 décembre 2008, pages 14-15.
  5. Image de la rubrique actualité du site officiel du réseau
  6. Cécile Chaigneau, « La nouvelle agglo Sète Agglopôle Méditerranée construit son projet de territoire », sur http://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr, (consulté le 15 septembre 2017).
Site de Thau Agglo

Les références notées « A » dans le texte proviennent du site de la communauté d’agglomération Sète Agglopôle Méditerranée (www.thau-agglo.fr).

Site officiel de Sète Agglopôle Mobilité

Les références notées « Off » dans le texte proviennent du site officiel de Sète Agglopôle Mobilité (mobilite.agglopole.fr).

  1. Mr Boivin (dir.), « Lignes et horaires », sur mobilite.agglopole.fr, CarPostal Bassin de Thau SAS (consulté le 20 décembre 2017).
  2. a et b Mr Boivin (dir.), « Plan du réseau Sète intra-muros » [PDF], sur mobilite.agglopole.fr, CarPostal Bassin de Thau SAS (consulté le 20 décembre 2017).
  3. a et b Mr Boivin (dir.), « Plan du réseau extérieur à Sète » [PDF], sur mobilite.agglopole.fr, CarPostal Bassin de Thau SAS (consulté le 20 décembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site officiel