Société de transports en commun de Limoges Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TCL.

Société de transports en commun de Limoges Métropole
logo de Société de transports en commun de Limoges Métropole
Logo de la Société de transports en commun de Limoges Métropole
illustration de Société de transports en commun de Limoges Métropole

Création

Entreprises précédentes :
CTEL (1897)
CTL (1954)
Forme juridique Société d'économie mixte
Slogan Le bus aère, rapproche, relaxe, libère
Le trolley protège, repose[1]
Siège social Limoges
Drapeau de France France
Direction Germain Sauvetre
Actionnaires TransdevVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Transports urbains et suburbains de voyageurs (exploitation et gestion d'infrastructure)
Produits Trolleybus
Bus
Handibus
Société mère Transdev
Effectif 305 employés
Site web www.stcl.fr

Chiffre d’affaires 5.554.800 € (31/12/2011)[2]
en augmentation + 3.03%
Résultat net 2800 € (31/12/2011)[2]

La Société de transports en commun de Limoges Métropole[2] (STCL, puis STCLM à partir de 2015), abrégé en TCL[3] (à différencier du sigle des transports de Lyon) dessert la commune de Limoges et 18 communes de son agglomération.

Fondée en 1985 et succédant à la CTL (Compagnie des trolleybus de Limoges), la STCLM est une société d'économie mixte, chargée de gérer pour Limoges Métropole par un contrat de délégation de service public les transports urbains de l'agglomération[4].

Elle est présidée depuis 2016 par Jean-Paul Duret, maire de Panazol, qui succède à ce poste à Jean-Marie Lagedamont, conseiller municipal à la mairie de Limoges, en place de 2014 à 2016, qui lui-même avait remplacé Claude Lanfranca, ancien adjoint au maire de Limoges.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts des transports urbains[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tramway de Limoges.

La première entreprise de gestion des transports urbains à Limoges date de la fin du XIXe siècle. La mairie de Limoges confie le 17 février 1897 cette tâche à la nouvelle Compagnie des tramways électriques de Limoges (CTEL), qui exploite alors une ligne dont le tracé correspond à la portion centrale de l'actuelle ligne 1 de trolleybus, entre la place Carnot et l'avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny (faubourg du Pont-Neuf à l'époque)[5].

Six ans plus tard, le réseau se compose de 6 lignes de tramway, dont la longueur totale est de 17,7 km[5]. Les véhicules, qui atteignent la vitesse maximale de 20 km/h, sont très largement adoptés par la population. Des travaux nécessaires d'agrandissement du réseau et de renouvellement des véhicules sont engagés en 1927[5].

L'arrivée du trolleybus et la fin des tramways[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trolleybus de Limoges.

Séduite par le fonctionnement des trolleybus, à Liège, la municipalité de Léon Betoulle décide avant la Seconde Guerre mondiale d'opter pour ce nouveau moyen de transport. Un arrêté ministériel du 15 septembre 1939[5] prévoit la création de 8 lignes arpentées par les trolleybus. Le fait que l'entreprise Vetra, qui détient le monopole français sur la construction des véhicules, se soit réfugiée durant l'Occupation, à Limoges, permet aux trolleybus de rapidement faire leur arrivée sur le réseau de la CTEL, le 14 juillet 1943, sur une ligne correspondant grosso modo à l'actuelle ligne 2[5]. Cette innovation signe le déclin du tramway de Limoges ; le dernier d'entre eux circule le 2 mars 1951[5].

Logo de la CTL (1954-1985)

Le 17 décembre 1954, la CTEL devient donc Compagnie des Trolleybus de Limoges (CTL)[5].

Dans les années 1970, le développement du réseau routier dans l'agglomération favorise l'utilisation du bus.

Pour la petite histoire, l'acteur Jean Lefebvre conduira un des premiers trolleybus de Limoges, avant de devenir un personnage de cinéma et de théâtre.

La STCL[modifier | modifier le code]

Ancien logo de 1985 à 1991
Le « Point Bus », agence commerciale de la STCLM, située en face de la mairie de Limoges.

La suppression progressive de la plupart des réseaux de trolleybus français dans la seconde moitié du XXe siècle (Grenoble en 1999, Marseille en 2004) contribue à la mise en lumière des trolleybus de Limoges, qui sont parfois élevés au rang de véritables images d'Epinal de la ville, au même titre que la gare des Bénédictins ou la porcelaine. A contrario, Limoges choisit de pérenniser et de moderniser son réseau de trolleybus, en rénovant tous ses véhicules sans pour autant tous les supprimer. Ainsi, ce n'est qu'en 1989 que les derniers CB60 datant de la première mise en service des trolleybus en 1943, accompagnés de VBRh de 1951, sont supprimés, totalement remplacés par les véhicules ER100[6] arborant une nouvelle ligne graphique jaune et bleue.

Le 1er janvier 1985[5], à l'issue du contrat entre la ville et l'exploitant, la CTL est remplacée par une société d'économie mixte, la STCL. Durant les années 1980, la ville renouvelle entièrement son parc datant des années 1950. C'est aussi à cette époque que le réseau urbain s'étend à la banlieue, en premier lieu sur les communes de Panazol et Le Palais-sur-Vienne[7].

Depuis , la gare de Limoges-Bénédictins accueille le CIEL (Centre intermodal d'échanges de Limoges) qui s'est traduit par la construction d'un terminal routier pour les autocars des transports départementaux de la RDTHV (Haute-Vienne en car), et la réorganisation des arrêts des lignes de transports urbains de la STCL. À ce pôle de correspondance peut s'ajouter le pôle central de la place Winston Churchill, terminus de dix lignes de bus du réseau, puis en 2009 le pôle Saint-Lazare, ce dernier s'inscrivant autour du prolongement de la ligne 4 du trolleybus.

Les transports en commun de Limoges s'inscrivent dans la modernité avec l'électrification de la ligne 6, l'ouverture du site internet en 2002, l'inauguration d'un nouveau centre d'exploitation, le renouvellement du parc engagé en 2006 et la création d'une nouvelle ligne graphique réalisé pour l'ensemble de la flotte de véhicules par Laurent Gonzalez (graphiste designer à Toulouse).

En parallèle avec cette modernisation, la STCL introduit de nouveaux concepts dans le réseau pour les usagers, parmi lesquels la généralisation du système de montée par l'avant dès janvier 2007, puis le lancement des premiers titres de transports sans contact (cartes à puce) fin 2009.

Extension de 2009 de la ligne 4 de trolleybus du réseau TCL au pôle St-Lazare.

À partir de 2009, le réseau de la STCL entame progressivement sa mutation numérique. Le 5 novembre, le système billétique passe à la cartes à puces sans contact, alors qu'est mise en ligne la nouvelle version du site internet. L'année suivante, une trentaine d'abribus peut bénéficier d'un système d'affichage du délai d'attente pour le prochain véhicule. Dans le même temps, la STCL procède à l'installation d'un système d'information dynamique embarquée pour les lignes 1, 2, 4, 5, 8(le week end) et 10. En 2013, le système d'information InfoBus est installé, permettant aux usagers de consulter les informations du trafic et des travaux via une application mobile.

Le renouvellement du parc des véhicules se poursuit et s'achève : le 11 janvier 2010 sont mis en service 6 nouveaux trolleybus Irisbus Cristalis sur la ligne 2[8]. Entre le printemps et l'été 2011, 12 nouveaux trolleybus Irisbus Cristalis ETB12 sont attribués à la ligne 5. En juin, 8 Irisbus Citelis neufs sont intégrés au réseau, et l'attribution du marché de trolleybus articulés est accordée au constructeur Suisse Hess[9], pour des véhicules circulant sur la 4 à compter du 18 mars 2013.

Le 30 août 2010 est mise en service une desserte vers le nouveau complexe commercial « Family Village » en ZI3 par la ligne 20 et prolongement de la ligne 12 d'un arrêt de Isle Beausoleil vers Isle Les Champs.

Avec l'ouverture de la voie de liaison nord, permettant un contournement routier du quartier urbain de Beaubreuil, un nouveau pôle d'échanges est construit, dans le secteur de Fougeras, mis en service en janvier 2014. 6 nouveaux bus articulés doivent enrichir le réseau fin janvier 2014[10].

Projets[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, une liste non exhaustive et non officielle de projets à l'étude :

  • Création d'un second dépôt à Beaubreuil.
  • Mutation du réseau autour de deux lignes de BHNS (résolution votée par le conseil communautaire de Limoges Métropole le ).
  • Extension et création d'un nouveau terminus pour la ligne 4 au niveau du Palais des sports de Beaublanc.
  • Faire passer la ligne 10 Beaubreuil <> Charles Le Gendre par l'avenue du Général-Leclerc avec création de voies de bus. La ligne 20 passera par la Rue Aristide Briand pour la desserte de cette rue
  • Améliorer l'offre des parcs relais avec pour objectif fixé de 11 parcs relais pour une offre estimée à 1000 places contre les 330 actuelles.

A plus long terme, Limoges Métropole s'est engagée à prendre en compte le riche héritage ferroviaire, dans ses futurs projets d'aménagement, notamment en ce qui concerne la réorganisation de son réseau de Trolley-bus. Certains arrêts identifiés seront disposés à proximité des voies ferrées dans la perspective de l'éventuelle mise en place du réseau de tram-train limousin[11], afin de faciliter les échanges intermodaux.

Chiffres[modifier | modifier le code]

La population desservie par le réseau est de 199 198 habitants, répartis sur les 18 communes de la Communauté. La STCL déplace 14 096 763 voyages par an (4 millions en 1898)[5], sur 27 lignes de semaine dont 5 lignes de trolleybus.

Les 110 véhicules parcourent 4 608 236 km chaque année, s'arrêtant à 998 points d'arrêt dont 251 possédant un abribus.

Les titres sont vendus sur 69 points de vente, une agence commerciale le "point Bus" ainsi que dans les véhicules (pour les titres UNIT et JOURNEE).

Parc de véhicules[modifier | modifier le code]

Irisbus Citelis de la ligne 8.
Bus articulé sur la ligne 10 à l'arrêt Poste

Au 31 décembre 2011, le réseau comptait 110 véhicules : 34 trolleybus et 76 bus. Plus 5 véhicules de Transport des Personnes à Mobilité Réduite[12].

Bus midibus[modifier | modifier le code]

Bus standards[modifier | modifier le code]

Bus Articulé[modifier | modifier le code]

Trolleybus[modifier | modifier le code]

Standards[modifier | modifier le code]

Articulé[modifier | modifier le code]

Véhicules et services de transport[modifier | modifier le code]

Hess Swisstrolley 4 "Les_Légendaires"
minibus TPMR du réseau STCL de Limoges
Les lignes du réseau
Plan des lignes de trolleybus en 2010
Article détaillé : Trolleybus de Limoges.

Limoges fait partie des rares villes de France à disposer d'un réseau de trolleybus, matériel silencieux et non polluant. Ils circulent sur 5 lignes :

  • 1 : Porte de Louyat - Panazol - Route de Lyon
  • 2 : Pierre Curie - La Bastide
  • 4 : Montjovis - Pôle Saint Lazare
  • 5 : Jean Gagnant - Les Courrières / Isle - La Cornue
  • 6 : La Bastide 2 - Maréchal Juin

Ces dernières années, de nombreuses extensions ont eu lieu sur les lignes de trolleybus du réseau de Limoges :

  • 1996 : réélectrification et prolongement de la ligne 6
  • 2001 : prolongement de la ligne 5 à Roussillon
  • 2004 : prolongement de la ligne 5 à La Cornue
  • 2009 : prolongement de la ligne 4 depuis le lundi 6 juillet 2009 du terminus actuel de Georges Pompidou au Pôle Saint Lazare (3 stations supplémentaires pour une extension de 1,5 km).

Début 2006, de nouveaux véhicules Irisbus Cristalis sont arrivés :

  • 7 ont été mis en service le 16 mai 2006
  • 8 début 2007
  • 6 ont été mis en service le 11 janvier 2010.
  • 6 nouveaux mis service le 11 juillet 2011.

Ces véhicules circulent sur les lignes 1, 2, 5 et 6 du réseau.

4 trolleybus articulés Hess Swisstrolley 4 circulent lur la ligne 4 depuis le 18 mars 2013.

  • Les bus,
  • Handibus Limoges Métropole (Transport de personnes à Mobilité Réduite)[13]
  • Le système de bus à la demande Télobus.
  • La navette Zénith dessert les soirs de spectacles le Zénith de Limoges depuis le centre-ville.

Transport de personnes à Mobilité Réduite "Handibus"[modifier | modifier le code]

Créé à Limoges le 15 octobre 1980, ce service est ouvert aux personnes privées de l'autonomie de déplacement (personnes en fauteuil roulant ou semi-ambulantes avec perte importante de locomotion).

Pour les clients domiciliés dans les communes de : Condat sur Vienne, Feytiat, Isle, Le Palais sur Vienne, Limoges ou Panazol, ce service est assuré par 4 minibus TCL.

Pour les clients domiciliés dans les communes de : Aureil, Boisseuil, Bonnac la Côte, Eyjeaux, Le Vigen, Peyrilhac, Rilhac Rancon, St Gence, St Just le Martel, Solignac ou Veyrac, ce service est assuré par un taxi affrété par la S.T.C.L[13].

Système de transport à la demande "Télobus"[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2006, la STCL expérimente un dispositif destiné à développer les transports urbains dans les communes de la deuxième couronne de Limoges Métropole. Ce transport à la demande, appelé Télobus, permet de relier neuf communes au terminus d’une ligne régulière du réseau de bus ou de trolleybus, du lundi au samedi.

Après s'être procuré une fiche d’adhésion disponible dans les mairies des communes partenaires, et après validation, le nouvel abonné reçoit une carte personnelle comportant un code demandé à chaque réservation. Le client indique à l'opérateur Télobus la commune, l'horaire de passage proposé, ainsi que le nom de l'arrêt. La réservation est enregistrée et le passage du véhicule Télobus (type taxi) ainsi programmé. Le véhicule emmène le client jusqu'au bout de la ligne choisie, en correspondance avec une ligne régulière du réseau TCL.

Liste complète des lignes[modifier | modifier le code]

Trolleybus sur la ligne 2 du réseau Limougeaud
Trolleybus sur la ligne 2 du réseau Limougeaud
Ligne Trolleybus
1 Porte de Louyat <> Panazol - Route de Lyon
2 Pierre Curie <> La Bastide
4 Montjovis <> Pôle Saint-Lazare
5 Isle - La Cornue / Les Courrières <> Jean Gagnant
6 Maréchal Juin <> La Bastide 2
Autobus articulé sur la ligne 20 du réseau TCL de Limoges
Autobus articulé sur la ligne 20 du réseau TCL de Limoges
Lignes de bus en semaine :

8 Maréchal Joffre <> Lycée Dautry - Cité Dautry - Le Palais sur Vienne

  1. D9042B Léon Serpolet <> Charles le Gendre

12 Panazol Manderesse <> Isle les Champs

14 Lycée Renoir <> Porte de Louyat - Collège Ronsard - Le Theil

15 Pôle Saint Lazare <> Boisseuil Z.A. La Plaine

16 Place Winston Churchill <> Moulin Blanc

17 Place Winston Churchill <> Verneuil sur Vienne Pennevayre

18 Place Winston Churchill - Pôle Fougeras <> Beaune - Bonnac la côte

20 Place Winston Churchill <> Pôle Fougeras

24 Place Winston Churchill - Pôle Saint Lazare <> Fontgeaudrant

25 Place Winston Churchill <> Mas Blanc

26 Place Winston Churchill <> Peyrilhac banèche (via Saint Gence)

28 C.I.E.L. Bénédictins <> Verneuil sur Vienne les Vaseix

29 Couzeix la croix d'Anglard <> Place Winston Churchill

30 Pôle Fougeras <> Rilhac Rancon Bramaud - Cassepierre école

31 Place Winston Churchill <> Eyjeaux (via Aureil)

32 Place Winston Churchill <> Feytiat Mas Gauthier

34 Place Winston Churchill <> Saint Just Le Martel (Grateloube)

35 Place Winston Churchill <> Feytiat Plein bois

36 Place Winston Churchill <> Condat sur Vienne Versanas

37 Place Winston Churchill <> Couzeix la Croix d'Anglard - Anglard

38 Place Winston Churchill <> Couzeix Anglard (via l'Hippodrome)

39 Chaptelat Le Theillol <> Montjovis

41 Place Winston Churchill <> Mas Gigou

44 Place Winston Churchill <> Solignac (via Le Vigen)

46 Place Winston Churchill <> Saint Just Le Martel (Fontaguly)

61 Panazol Manderesse <> Panazol Mairie

62 Pôle Saint Lazare <> Feytiat place de l'Europe

63 Isle les Champs > Thias > Rousillon > Isle Centre > Isle les Champs

64 Charles Le Gendre <> Isle Les Champs

65 Pôle Fougeras <> Z.I. Nord 3 (via Family Village)

67 Isle Mérignac <> Isle Les Champs

EX1 Veyrac Bourg <> Place Winston Churchill

EX2 Aureil Ancienne Gare <> Pôle St Lazare

Lignes de nuit :

21 Léon Serpolet <> Charles Le Gendre

22 Maréchal Joffre <> Puy Ponchet - Lycée Saint Exupéry

Lignes des dimanches et jours fériés :

d1 Porte de Louyat <> Place Winston Churchill <> Panazol Route de Lyon

d4 Pôle Saint Lazare <> Place Winston Churchill <> Maréchal Juin

d5 La Cornue <> Place Winston Churchill <> Cité Dautry

d8 Maréchal Joffre <> Place Winston Churchill <> Puy Ponchet

d10 Léon Serpolet <> Place Winston Churchill <> Charles Le Gendre

Navettes spéciales :

Zénith Place Winston Churchill <> Zénith de Limoges (jours de spectacles)

Basket.Bus Pôle Saint lazare <> Palais des sports (jours de match)

Service de Transport à la demande (TELOBUS)

19 Pôle Fougeras <> Bonnac la côte Bas Jailloux

23 Maréchal Joffre <> Veyrac La Barre

27 Maréchal Joffre <> Peyrilhac

33 Pôle Saint Lazare <> Aureil ancienne gare

34 St just <> Saint Just Bourg

39 Pôle Saint Lazare <> Eyjeaux Lathière (via Boisseuil)

42 Pôle Saint Lazare <> Le Vigen Puy Mathieu

43 Pôle Saint Lazare <> Solignac Villebon

45 Moulin Blanc <> Verneuil sur Vienne La Merlie

Critiques[modifier | modifier le code]

Quelques critiques sont parfois émises à l'encontre du réseau de transports urbains de l'agglomération de Limoges.

Il faut noter que le développement et l'utilisation du réseau des transports en commun de Limoges restent inférieurs à ceux de nombre d'autres agglomérations de même taille. Avec une fréquentation de 13 millions de voyageurs par an en 2007 et 35 000 voyageurs par jour[14], Limoges se place loin derrière Tours et Caen (71 000 passagers par jour), Besançon (66 000 passagers), Aix-en-Provence (52 000 passagers), et se situe presque au même niveau que La Rochelle (31 000 passagers), pourtant peuplée de seulement 77 000 habitants[14].

Cette observation s'explique vraisemblablement par une place moindre accordée aux voies réservées aux bus, à une faible amplitude d'horaires (les bus roulent entre 6h et 20h30, et il n'existe que deux lignes de nuit qui ne fonctionnent plus après 0h30). De plus, le temps d'attente entre deux véhicules reste souvent long, en général entre 10 et 15 minutes pour la majorité des lignes. Les tarifs pratiqués (1,30 euro pour un billet simple, avec la possibilité d'emprunter une correspondance durant une période n'excédant pas une heure) sont élevés par rapport à ceux observables dans de nombreuses autres agglomérations[réf. nécessaire].

De plus, le réseau de la TCL ne dessert que partiellement l'espace périurbain de Limoges, le réseau étant cantonné au périmètre de la communauté d'agglomération Limoges Métropole.

Par ailleurs, il n'existe aucun projet de bus à haut niveau de service, et les lignes 10 et 8, seules à posséder des véhicules articulés, sont régulièrement saturées[réf. nécessaire]. Diverses voix[Qui ?] se sont aussi élevées en faveur d'une électrification des lignes de bus les plus fréquentées du réseau, à savoir les lignes 10 et 8, et d'une extension du réseau des dimanches et jours fériés aux communes de la périphérie (Isle, Panazol, Le Palais, Feytiat).

Lors des élections municipales de 2008 à Limoges, la liste MoDem de Jean-Jacques Bélézy proposa un retour dans la capitale limousine du tramway. Mais la réélection d'Alain Rodet qui s'était opposé à ce projet semble reporter l'idée d'un retour de ce mode de transport, supprimé à Limoges en 1951 à plusieurs années[Quand ?].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]