Société nationale des chemins de fer luxembourgeois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Société nationale des chemins de fer luxembourgeois
Logo de Société nationale des chemins de fer luxembourgeois
Image illustrative de l'article Société nationale des chemins de fer luxembourgeois

Création

Forme juridique Entreprise publique
Sigle CFL
Slogan(s) « Mir bréngen iech weider »
Siège social Drapeau du Luxembourg Luxembourg (Luxembourg)
Actionnaires État luxembourgeois (92 %)
État belge (6 %)
État français (2 %)
Direction Jeannot Waringo
Effectifs 4 181
Filiales CFL Cargo

CFL Multimodal
CFL Immo
CFL Evasion
NEG Niebüll GmbH

Site web http://www.cfl.lu

Chiffre d’affaires en augmentation 746 M€

Localisation Grand Duché du Luxembourg
Longueur 617 km
Dont électrifiés 574 km
Écartement des rails Standard UIC (1 435 mm)
Trafic voyageurs en augmentation 21,5 millions (2014)
Trafic fret en augmentation 913 millions de tonnes km (2014)

Image illustrative de l'article Société nationale des chemins de fer luxembourgeois
Le réseau des chemins de fer luxembourgeois.

La Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL) est l'entreprise ferroviaire publique luxembourgeoise créée le 14 mai 1946. Elle est présente dans le domaine du transport de voyageurs, du transport de marchandises, et réalise la gestion et l'exploitation du réseau ferré du Luxembourg.

Les parts de la société sont reparties comme suit : 92 % l'État luxembourgeois, 6 % l'État belge et 2 % l'État français.

Histoire[modifier | modifier le code]

La locomotive Diesel 1604 des CFL.

Les premières lignes de chemins de fer luxembourgeoises sont ouvertes en octobre 1859. Elles appartiennent à la Société royale grand-ducale des chemins de fer Guillaume-Luxembourg, fondée en 1857, mais sont exploitées par la Compagnie des chemins de fer de l'Est (Est).

À partir de 1872, le réseau luxembourgeois est exploité par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (en allemand : Kaiserliche Generaldirektion der Eisenbahnen in Elsass-Lothringen) (EL) à la suite de l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand.

L'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL) est créée en 1919, lors du retour de l'Alsace-Lorraine à la France, et reprend l'exploitation du réseau luxembourgeois.

Le 1er janvier 1938, le réseau entre dans le giron de la nouvelle Société nationale des chemins de fer français (SNCF) mais dès 1940, celui-ci est exploité par la Deutsche Reichsbahn. La SNCF reprend l'exploitation à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le 17 avril 1946, une convention est signée entre le Luxembourg, la France et la Belgique. La Société nationale des chemins de fer luxembourgeois (CFL) est officiellement créée le 14 mai 1946.

Réseau[modifier | modifier le code]

La gare de Luxembourg, la plus importante du pays
Un train régional entre Luxembourg et Pétange.

L’État luxembourgeois est propriétaire du réseau ferré et des infrastructures ferroviaires. La Société nationale des chemins de fer luxembourgeois en est le gestionnaire.

En 2015, le réseau ferré du Luxembourg compte 275 km de lignes dont 154 km de lignes à double voie, 121 km de lignes à voie unique, 262 km de lignes électrifiées et 13 km de lignes non électrifiées.

Le tout représente un total de 621 km de voies (451 km de voies principales et 170 km de voies de services), dont 590 km sont électrifiées (43,5 km en courant continu 3 kV et 546,5 km en courant alternatif monophasé 25 kV / 50 Hz).

Le réseau compte également 994 aiguillages et 40 embranchements particuliers.

Les lignes du réseau sont :

Ligne Extrémités
1 Luxembourg - Troisvierges - Frontière Drapeau de la Belgique
1a Ettelbruck - Diekirch
1b Kautenbach - Wiltz
2a Kleinbettingen - Steinfort (fermée au trafic voyageurs)
2b Ettelbruck - Biesen (fermée au trafic voyageurs)
3 Luxembourg - Wasserbillig - Frontière Drapeau de l'Allemagne
4 Berchem - Œutrange (contournement de Luxembourg)
5 Luxembourg - Kleinbettingen - Frontière Drapeau de la Belgique
6 Luxembourg - Bettembourg - Frontière Drapeau de la France
6a Bettembourg - Esch-sur-Alzette
6b Bettembourg - Volmerange-les-Mines
6c Nœrtzange - Rumelange
6d Tétange - Langengrund
6e Esch-sur-Alzette - Audun-le-Tiche
6f Esch-sur-Alzette - Pétange
6g Pétange - Rodange - Frontière Drapeau de la Belgique
6h Pétange - Rodange - Frontière Drapeau de la France
6j Pétange - Rodange - Frontière Drapeau de la Belgique
6k Brucherberg - Scheuerbusch (fermée au trafic voyageurs)
7 Luxembourg - Pétange

Bien que situées en France, les gares d'Audun-le-Tiche et Volmerange-les-Mines font partie du réseau ferré luxembourgeois et ne sont pas raccordés au réseau ferré national français.

Matériel[modifier | modifier le code]

Les CFL utilisent de nombreux matériels identiques à ceux de la SNCB belge et de la SNCF française. La plupart des engins des CFL portent une livrée à base de rouge bordeaux.

Activités[modifier | modifier le code]

La Société nationale des chemins de fer luxembourgeois est une entreprise ferroviaire dite « intégrée » : elle exerce à la fois le métier d'exploitant (voyageurs et marchandises) et celui de gestionnaire d'infrastructure ferroviaire.

En 2015, le président du conseil d'administration des CFL est Jeannot Waringo. Le directeur général du groupe est Marc Wengler.

Voyageurs par train[modifier | modifier le code]

En 2014, les CFL ont transporté 21,5 millions de voyageurs sur leur réseau.

Année Fréquentation (millions de voyageurs)
2010 en augmentation 18,2
2011 en augmentation 18,3
2012 en augmentation 19,8
2013 en augmentation 20,7
2014 en augmentation 21,5

Trains régionaux[modifier | modifier le code]

L'État luxembourgeois confie aux CFL par le biais d'un contrat de délégation de service public la desserte de l'ensemble du réseau ferré luxembourgeois. Les CFL mettent en œuvre des trains RegionalBunn (RB) et RegionalExpress (RE), calqués sur le modèle allemand. Les trains RB et RE desservent les mêmes axes. Les trains RB assurent des dessertes omnibus tandis que les trains RE assurent des dessertes directes ou semi-omnibus avec des vitesses moyennes plus élevées.

Le réseau régional est découpé en 6 lignes principales, regroupant pour certaines plusieurs antennes.

Ligne Desserte
10 Luxembourg - Ettelbruck - Kautenbach- Troisvierges - Frontière Drapeau de la Belgique vers Liège

Ettelbruck - Diekirch

Kautenbach - Wiltz

30 Luxembourg - Wasserbillig - Trèves
50 Luxembourg - Kleinbettingnen - Frontière Drapeau de la Belgique vers Bruxelles
60 Luxembourg - Bettembourg - Esch-sur-Alzette - Rodange

Bettembourg - Volmerange-les-Mines

Bettembourg - Rumelange

Esch-sur-Alzette - Audun-le-Tiche

70 Luxembourg - Rodange - Athus - Virton

Rodange - Longwy

90 Luxembourg - Bettembourg - Frontière Drapeau de la France vers Metz

La plupart des trains régionaux circulant au Luxembourg sont assurés par du matériel à deux niveaux.

Trains transfrontaliers[modifier | modifier le code]

De par la configuration du réseau, de nombreux trains luxembourgeois franchissent les frontières du Grand Duché.

Les trains CFL desservent également des gares situées dans chacun des trois pays limitrophes.

Drapeau de la Belgique En Belgique :

Drapeau de l'Allemagne En Allemagne :

Drapeau de la France En France :

Par ailleurs, les CFL exploitent en coopération avec la SNCF les trains express régionaux (TER) de l'axe Luxembourg - Metz - Nancy. Une telle coopération existait également pour les TER de la relation Longwy - Belval - Thionville, dont la desserte a été supprimée en avril 2016.

En partenariat avec la Deutsche Bahn, des RegioExpress relient Luxembourg à Coblence.

Trains grandes lignes[modifier | modifier le code]

Les CFL exploitent en coopération avec la SNCB des trains InterCity reliant Luxembourg à Bruxelles en empruntant la ligne 50 et reliant Luxembourg à Liège en empruntant la ligne 10.

Des Intercités de Nuit de la SNCF reliaient le Luxembourg à Nice et Port-Bou, via Metz et Nancy.

Jusqu'en décembre 2014, des Intercity de la Deutsche Bahn reliaient Trèves à Luxembourg.

Trains à grande vitesse et internationaux[modifier | modifier le code]

Depuis juin 2007, le Luxembourg est desservi par des TGV en provenance et à destination de Paris empruntant la LGV Est-Européenne. Cette desserte se substitue aux EuroCity qui existaient auparavant ; certains de ces EC continuaient jusqu'en Allemagne.

En avril 2016, les derniers EuroCity desservant le Luxembourg, reliant Bruxelles à la Suisse, ont été supprimés. En échange, des TGV reliant Luxembourg à Strasbourg via Metz ont été mis en place. Ces TGV sont à destination du sud de la France.

Voyages par bus[modifier | modifier le code]

Bus des CFL

Les CFL possèdent 62 autobus et autocars à leurs couleurs. La plupart de ces véhicules sont engagés par les CFL sur des lignes routières interurbaines organisées par le RGTR. Les véhicules sont également ponctuellement utilisés en cas de substitution au chemin de fer lors d'incidents ou de travaux.

Par ailleurs, en l'absence de liaisons ferroviaires directes, les CFL mettent en œuvre deux lignes d'autocar « CFL Express » au départ de Luxembourg : l'une à destination de la gare de Sarrebruck en Allemagne, l'autre à destination de la gare Lorraine TGV en France.

Fret[modifier | modifier le code]

Le réseau a transporté 11,7 millions de tonnes de marchandises en 2005, mais seulement 6,6 millions de tonnes en 2009[1]. Les services marchandises sont commercialisés par CFL Cargo et CFL Multimodal.

CFL Cargo a été créée comme société séparée le 17 octobre 2006 en combinant les activités fret des CFL et les activités ferroviaires d'ArcelorMittal. Les CFL en tiennent deux tiers du capital, ArcelorMittal un tiers. CFL Cargo possède une filiale en Allemagne, issue de l'ancienne branche fret de la Norddeutsche Eisenbahngesellschaft Niebüll GmbH (NEG), et une autre au Danemark avec son siège à Padborg, près de la frontière allemande et Niebüll, le siège de la filiale allemande.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Draisine de CFL Infra

L'État Luxembourgeois, propriétaire des infrastructures, confie la gestion du réseau ferré aux CFL conformément à la législation européenne.

Gestion des circulations[modifier | modifier le code]

Les CFL sont chargés par l'Administration des chemins de fer d'assurer la gestion, la fluidité et la sécurité du trafic en se référant aux sillons attribués. Ils sont également chargés de l'information voyageurs en gare.

Entretien des installations[modifier | modifier le code]

Les CFL sont responsables de l'entretien régulier du réseau et de la maintenance des voies, des caténaires, des installations de signalisation, des appareils de voie et des passages à niveau.

Le centre logistique de l'infrastructure, basé à Bettembourg, possède 24 engins ferroviaires spécialisés pour l'entretien du réseau.

Grands projets[modifier | modifier le code]

Travaux de mise à double voie de la halte de Cents

Lancés par le Gouvernement Luxembourgeois, de nombreux projets d'envergure sont conduits par les CFL sur le réseau :

  • déploiement de la radio GSM-R sur l'ensemble du réseau
  • déploiement de l'ETCS sur toutes les lignes
  • construction de murs anti-bruits pour atteindre des niveaux sonores conformes à la réglementation
  • construction d'une plateforme logistique rail/route à Dudelange
  • construction de la halte de Kirchberg–Pfaffenthal
  • mise à double voie de la section Luxembourg - Sandweiler-Contern
  • doublement du viaduc de Pulvermühle au centre de Luxembourg-Ville
  • création d'une ligne nouvelle entre Luxembourg et Bettembourg

Le groupe CFL[modifier | modifier le code]

Chemins de Fer Luxembourgeois logo.svg

Le groupe CFL compte plusieurs filiales :

  • CFL Évasion, créée en 1999, filiale à 100% ;
  • CFL Immo, créée en 1997, filiale à 99,67% ;
  • CFL Cargo, filiale à 66,67% ;
  • CFL Multimodal, créée en 1979, filiale à 99,99% ;
  • Lorry-Rail, filiale à 33,34% ;
  • Norddeutsche Eisenbahn-Gesellschaft (NEG), filiale à 100% des CFL depuis 2004 ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]