Mondorf-les-Bains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mondorf (Merzig).
Mondorf-les-Bains
(lb) Munneref
(de) Bad Mondorf
L’église
L’église
Blason de Mondorf-les-Bains
Héraldique
Administration
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Canton Remich
Bourgmestre Lex Delles (DP)
Démographie
Population 4 810 hab. (01.06.2014)
Densité 352 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 00″ nord, 6° 17′ 00″ est
Altitude Min. 186 m
Max. 317 m
Superficie 1 366 ha = 13,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

Voir sur la carte administrative du Luxembourg
City locator 14.svg
Mondorf-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Canton de Remich

Voir la carte administrative du Canton de Remich
City locator 14.svg
Mondorf-les-Bains

Géolocalisation sur la carte : Canton de Remich

Voir la carte topographique du Canton de Remich
City locator 14.svg
Mondorf-les-Bains

Mondorf-les-Bains (luxembourgeois : Munneref, allemand : Bad Mondorf) est une localité luxembourgeoise et le chef-lieu de la commune portant le même nom située dans le canton de Remich.

La localité est connue pour sa ville thermale et les sources thermales utilisées à des fins thérapeutiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreux criminels de guerre nazis, dont Hermann Göring, Joachim von Ribbentrop (Ministre des affaires étrangères) et Gerd von Rundstedt, furent internés à l’Hôtel Palace à Mondorf en attente de leur procès à Nuremberg. L’hôtel, qui n’existe plus de nos jours, fut alors surnommé Ashcan, ce qui veut dire « cendrier » en anglais. La véritable dénomination de ce camp de prisonniers était Central Continental Prisoner of War Enclosure No. 32.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située au sud de la commune de Remich et au nord de Mondorff en Lorraine, région de France, tout près de la frontière allemande à l’est. La localité est la plus vaste du canton de Remich.

Sections de la commune[modifier | modifier le code]

Le centre thermal[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2011)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Après des forages réalisés à partir de 1841 dans le but de trouver du sel gemme, c’est en 1846 que fut découverte la première source lors d'un forage qui s'arrêta, sans avoir trouvé un gisement de sel exploitable, à une profondeur de 730 m[1] (record européen en forage pendant de longues années). C’était une source tiède et riche en minéraux.

Elle fut appelée source Kind d’après le chef porion Karl Gotthelf Kind, connu à l’époque pour ses recherches de sel gemme en Thuringe et en Saxe-Weimar, et ultérieurement encore pour le puits artésien de Passy. Pour les travaux à Mondorf, il inventa le trépan à chute libre connu sous le nom de procédé Kind-Chaudron.

Le notaire Ledure proposa d’utiliser les propriétés minérales de la source à des fins curatives. Une Société des bains de Mondorf fut constituée et l’architecte Charles Eydt, chargé de la construction d’un établissement thermal qui commença à fonctionner à partir en juin 1847.

Avec la construction de plusieurs grands hôtels la localité se développa rapidement.

L’embauche de médecins renommés garantissait l’afflux de la clientèle. Citons entre autres le docteur Schmit de Luxembourg, le docteur Marchal de Mondelange et le fameux docteur Fleury, médecin de la cour impériale de France. Ce fut surtout ce dernier qui attira vers les thermes de Mondorf une clientèle française de marque.

Malheureusement, la guerre de 1870 mit rapidement fin à cet essor balnéaire.

Ainsi, le 21 avril 1886, l’État Luxembourgeois rachetait le centre balnéaire pour la somme de 100 000 francs.

Le docteur Martin Klein qui, lors du déclin des années 1870, avait quitté son poste de directeur médical pour s’établir à Anvers, fut rappelé pour reprendre la direction. Il attira une nombreuse clientèle belge.

Vers 1913, le débit de la source Kind baissa dangereusement et une seconde source d’une profondeur de 464 m dut être forée. On la nomma en l’honneur de la souveraine Marie-Adelaïde.

Un incendie en 1919 ravagea presque toutes les installations. Le tout fut reconstruit et la seconde inauguration eut lieu en 1926.

La faible économie des années 1930 entraîna une baisse du nombre de baigneurs. On nota cependant un afflux d’émigrants allemands qui fuyaient l’Allemagne nazie, incluant notamment le célèbre pianiste polonais Arthur Rubinstein.

Après la capitulation allemane de mai 1945, le centre thermal eut le douteux privilège d’héberger les 59 survivants de l’élite du Troisième Reich, attendant le futur procès de Nuremberg.

Pour maintenir son débit, on refora la source Kind en 1947 ‑ 1948.

Le 12 avril 1979, la Chambre des députés vota à l’unanimité le projet de loi autorisant la construction d’un nouveau centre thermal.

Un forage pour une nouvelle source, la source Michel Lucius, fut alors démarré (profondeur : 760 m). Avec les déblais, on aménagea un parc, un lac et diverses autres installations.

Les villas Art Nouveau[modifier | modifier le code]

Mondorf-les-Bains est l'une des localités comptant le plus de réalisations de style Art nouveau au Luxembourg. Quelques maisons sont aussi répertoriées à Luxembourg-ville ainsi qu'à Esch-sur-Alzette. Ces demeures de style Art nouveau sont des villas situées principalement sur l'avenue des Bains.

Elles sont l'œuvre de l'architecte belge Eugène Fichefet à la suite d'une commande de l'industriel luxembourgeois Charles Bettendorff. Les mosaïques qui ornent ces villas sont signées Federspiel. Ces demeures furent bâties aux environs de 1901.

Un des fleurons de cette architecture Art nouveau se trouve au no 8 de l'avenue des Bains. L'entrée de cette villa est remarquable. Les huit marches extérieures conduisent à une loggia toute en courbes, décorée de mosaïques champêtres. Le balcon au-dessus de l'entrée est constitué d'une ferronnerie en coup de fouet d'une audace que n'aurait pas reniée Gustave Strauven.

Autres attractions[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Mondorf fait partie d’un réseau de communes jumelées comprenant[2]:

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Liesch (1874-1949), homme politique et écrivain luxembourgeois, est né à Mondorf les Bains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jos. A. Massard: 1846-1996: 150 Jahre Tiefbohrung Mondorf: Fehler, Fragen, Fakten. Bulletin de la Société des naturalistes luxembourgeois 98, p. 3-15.
  2. « Partnershaftsring.eu »

Sur les autres projets Wikimedia :