Gare de Commercy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Commercy
Image illustrative de l’article Gare de Commercy
Les quais et les voies,
implantés dans une courbe.
Localisation
Pays France
Commune Commercy
Adresse Place de la Gare
55200 Commercy
Coordonnées géographiques 48° 45′ 57″ nord, 5° 35′ 19″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Grand Est
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) (Paris) Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville
Voies 2 (+ voies de service)
Quais Quai 1 (V.2) : 203 m
Quai 2 (V.1) : 298 m
Transit annuel 155 767 voyageurs (2016)
Altitude 232 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Autocar voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Commercy

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

(Voir situation sur carte : Grand Est)
Commercy

Géolocalisation sur la carte : Meuse

(Voir situation sur carte : Meuse)
Commercy

La gare de Commercy est une gare ferroviaire française de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville (Paris - Strasbourg), située à proximité du centre-ville de Commercy, sous-préfecture du département de la Meuse, en région Grand Est.

Elle est mise en service en 1851 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg qui devient la Compagnie des chemins de fer de l'Est en 1854. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par des trains TER Grand Est.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 232 m d'altitude, la gare de Commercy est située au point kilométrique (PK) 294,011[1] de la ligne de Noisy-le-Sec à Strasbourg-Ville, entre les gares ouvertes de Nançois - Tronville et de Pagny-sur-Meuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare, au début du XXe siècle.

La station de Commercy est mise en service le 15 novembre 1851[2] par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Strasbourg, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Bar-le-Duc à Commercy de sa ligne de Paris à Strasbourg. La section suivante de Commercy à Frouard est ouverte le 19 juin 1852[2].

En 2016, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare est de 155 767 voyageurs, ce nombre s'étant élevé à 164 025 en 2015 et à 176 708 en 2014[3].

De la suppression du TGV à la création d'un TER[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par cinq aller-retours en train Corail vers Paris jusqu'au et la mise en service de la LGV Est européenne ; après cette date, la desserte directe entre la ville et la capitale est supprimée. À partir du , Commercy est à nouveau desservie par un aller-retour quotidien vers Paris assuré en TGV, qui est la prolongation d'un aller-retour Paris – Bar-le-Duc. Cet arrêt est subventionné par les collectivités locales (conseil régional, département et commune).

En , la SNCF annonce son intention d'arrêter cette desserte en 2010. En effet, la liaison est expérimentale pour deux ans et le quota journalier de 30 voyageurs n'est pas atteint, avec une moyenne de 15 par jour. L'arrêt est subventionné à hauteur de 350 000 euros par an. Pour que la relation reste rentable, la compagnie ferroviaire réclame 440 000 euros par an. Le TGV part très tôt le matin (h 52) et les élus voudraient le faire partir plus tard. La gare n'offrant pas possibilité de garer la rame pour la nuit, elle doit aller à vide jusqu'à Nancy et attendre le lendemain pour revenir, toujours à vide, à Commercy. Un arrêt à Toul (entre la ville et Nancy) pourrait être envisagé pour améliorer le taux de remplissage du TGV mais, pour cela, la SNCF réclame 120 000 euros de subvention supplémentaire. Le maire de la ville dénonce l'opacité du mode de calcul de la SNCF, proteste contre l'enclavement de sa commune et, d'après lui, « les gens se sont habitués à se rendre à la gare ». Une réunion est alors prévue en entre la SNCF et les élus locaux, pour discuter des suites de la desserte de la ville[4]. Cette réunion, qui se déroule le , ne permet pas de revenir sur la suppression de ce service. En remplacement, une navette par autocar, permettant de relier la commune à la gare de Meuse TGV avec un arrêt à Saint-Mihiel, a été mise en service. Ce dispositif, d'un coût de 320 000 euros pris en charge par le conseil régional de Lorraine et par la communauté de communes du Pays de Commercy, est entré en service quand le TGV a cessé de desservir la ville le [5].

En 2018, après des hésitations quant à la possibilité de desservir Commercy pour des raisons de sécurité des voyageurs lors de l'arrêt du train (avec du matériel Corail et des quais en courbe, la présence de personnel est nécessaire)[6], une liaison ferroviaire directe avec Paris est restaurée le (nouveau TER Strasbourg – Sarrebourg – Nancy – Bar-le-Duc – Paris, circulant au rythme de deux aller-retours chaque jour ouvré)[7].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[8] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. Gare disposant du service « ACCES TER LORRAINE METROLOR », elle propose des aménagements, équipements et dispositifs pour les personnes à la mobilité réduite.

Desserte[modifier | modifier le code]

Commercy est desservie[8] par des trains TER Grand Est qui effectuent des missions entre les gares : de Strasbourg-Ville et de Paris-Est ; de Nancy-Ville et de Bar-le-Duc ; de Nancy-Ville et de Reims, ou d'Épernay, ou de Châlons-en-Champagne ou de Revigny.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking est aménagé[8]. Une navette routière assure une liaison avec la gare de Meuse TGV.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

La gare de Commercy est ouverte au service du fret[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, pages 51.
  2. a et b François Palau, Maguy Palau, « 1.1 Commercy-Frouard 19 juin 1852 », dans Le rail en France : 1852-1857, Palau, 1998, pp. 16-17 extrait (consulté le 9 février 2012).
  3. « Fréquentation en gares : Commercy », sur SNCF Open Data, traitement du 25 septembre 2017 [cf. l'onglet des informations] (consulté le 10 décembre 2018).
  4. « Quand une petite ville de Lorraine se bat pour garder son TGV », sur lemonde.fr, 13 – 14 août 2009 (consulté le 10 décembre 2018).
  5. La Vie du rail magazine du .
  6. « Un arrêt entre Strasbourg et Paris », sur estrepublicain.fr, (consulté le 10 décembre 2018).
  7. Cf. la fiche horaires TER « Nancy Toul Bar-le-Duc Reims Paris », valable du au [PDF] (consultée le ).
  8. a b et c Site SNCF TER Lorraine, Informations pratiques sur les gares et arrêts : Gare de Commercy lire (consulté le 20 septembre 2015).
  9. Site Fret SNCF : la gare de Commercy.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Est Bar-le-Duc TER Grand Est Toul Sarrebourg
ou Strasbourg-Ville
Reims
ou Épernay
ou Châlons-en-Champagne
ou Revigny
Bar-le-Duc TER Grand Est Toul Nancy-Ville
Bar-le-Duc Bar-le-Duc
ou Nançois - Tronville
TER Grand Est Pagny-sur-Meuse
ou Toul
Nancy-Ville