Lignes régulières d'autocar en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une gare routière.

Le transport interurbain par autocar concerne les services de lignes régulières ou de transport scolaire sur les trajets entre villes et villages, en utilisant les autoroutes et routes nationales.

Le transport interurbain exploite également les gares routières.

L'opérateur est appelé « conducteur-receveur » car il assure lui-même la vente des titres de transport.

Comparé au chemin de fer, le transport en autocar présente l'avantage de prix d'appels avantageux, et l'inconvénient de temps de transport plus long. Par exemple, un Paris-Nantes dure 5 h 30 en autocar contre 2 h 11 en TGV[1]. Ces réseaux low-cost ciblent les jeunes de moins de 30 ans, les familles monoparentales, et les jeunes seniors.

La législation relative à ces lignes a été mise en place pour préparer l'Ouverture à la concurrence du transport ferroviaire en France[2], et les deux secteurs sont concernés par un même régulateur: l'ARAFER.

Le réseau est composé de la Liste des réseaux de transports urbains et interurbains de France nouvellement complété par des grandes lignes [# 1] nationales.

En mars 2016, 730 paires de villes sont desservies[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Autocar Neoplan à deux étages.

Avant 1945[modifier | modifier le code]

En 1913, le journal Le Petit Parisien indique l'extension des services de la compagnie des chemins de fer du midi. Le journal affirme que le succès du services d'autocars (alors appelés «auto-car») de la route des Pyrénées a conduit la société à ouvrir des services d'excursions en autocars au départ de la ville de Biarritz à partir du 8 septembre. Les deux services d'autocars ciblent le Pays basque et les Pyrénées; ce sont alors des circuits d'environ 600 kilomètres sur deux jours (aller-retour)[4].

À cette époque, les services étaient subventionnées par les départements ou par l'État : 77 lignes subventionnées fonctionnent en 1914 en France[5].

Le réseau des lignes régulières compte 143 lignes subventionnées en 1921, sur 11 131 km; 177 en 1929 sur 31 000 km. 3 500 lignes dites libres (non subventionnées) existent aussi sur une distance de l'ordre supposé de 100 000 et 150 000 km[5].

En 1923, le journal «Le Journal Amusant» indique que la compagnie PLM vend des tickets directs (avec enregistrement des bagages) notamment en Gare de Paris-PLM, Marseille-Saint-Charles, Lyon-Perache, Nîmes, Saint-Étienne et Vichy [6].

En 1934, le journal «Le Sport universel illustré» fait état de l'existence d'une ligne régulière d'auto-car reliant la commune de Mulhouse à la station de Markstein. Les billets sont alors délivrées dans les gares des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine. Elles vendent à la fois la partie du trajet s'effectuant en train et la partie du trajet s'effectuant en autocar. 50 kilogrammes de bagages par personne sont alors autorisés[7].

En 1935, des services d'autocars existent également dans le département de Constantine. Ils desservent notamment certains villages qui les subventionnent. Toutefois des voix se font entendre pour critiquer certains décrets, comme le décret du 7 août 1934 qui a préparé la coordination du rail et de la route. Selon ces contradicteurs anti-monopoles, les petites entrepreneurs auraient été «brimés» par ces nécessites d'enregistrement, et par l’interdiction d'un tarif inférieur à celui du chemin de fer; la concurrence sur la ligne Alger-Tunis aurait été préférable[8].

La Société nationale des chemins de fer français a été créée par convention du 31 août 1937[9] entre l’État et les différentes compagnies privées de l'époque: Nord, PO, Midi, PLM, auxquelles s'ajoutent les Syndicats du Chemin de fer de Grande Ceinture et de Petite Ceinture et les deux administrations nationales, les chemins de fer d'Alsace-Lorraine et le Réseau de l’État. Le 1er janvier 1938[10], l’exploitation des lignes de ces anciennes compagnies, syndicats et administrations est transférée à la nouvelle SNCF, les anciennes compagnies de chemin de fer restant propriétaire de leur domaine privé propre[11]. Cette convention a été validée par décret-loi du 31 août 1937[12].

La même année, dans le même journal, un rapport destiné au président de la république préconise la gestion des transports de voyageurs par les conseils généraux qui doivent se coordonner avec le transport de voyageur par chemin de fer[13].

Le 31 août 1937, un décret, dans son chapitre premier « Disposition spéciales aux transports publics de voyageurs », vient réglementer le transport de voyageurs en différenciant notamment les voyages sur des lignes régulières des autres voyages[14].

de 1945 à 1982[modifier | modifier le code]

Autocar de 1972 : Setra S 110 H.

En 1945, au sortir de la guerre, les services ferroviaires et les services d'autocars ne sont pas suffisants dans certains endroits, c'est par exemple le cas dans les Vosges où les rares autocars sont pris d’assaut et subissent d’importants retards[15].

de 1982 à 2009[modifier | modifier le code]

Carte des 101 départements français plus Saint-Pierre-et-Miquelon.
NB: Les départements d'Outre-mer, Saint-Pierre-et-Miquelon et les...
Un Renault Ares du réseau TIM
(département de la Moselle).
Un Setra S 315 UL du réseau Transbeauce
(département d'Eure-et-Loir).

En 1982, laquelle la loi d'orientation pour les transports intérieurs no 82-1153 du dite Loti a confié une autorité organisatrice de transports (AOT), une collectivité publique la mission de définir la politique de desserte et la politique tarifaire des transports de voyageurs. En général, l'AOT confie la mission opérationnelle à une entreprise de transport privée.

Les départements sont autorités organisatrices des transports non urbains sur leur territoire, contrairement aux régions sont autorités organisatrices des transports ferroviaires régionaux.

L'organisation des transports en Île-de-France constitue une exception puisque qu'elle est fixée par le décret du 14 novembre 1949 et non par la Loti qui ne s'y applique pas. Le STIF est l'actuelle autorité organisatrice de transport en Île-de-France.

Un réseau interurbain de transports en France est une compétence portée par les départements sous le terme d'autorité organisatrice de transports à qui il est attribué la responsabilité de l'organisation des transports de personnes entre les différentes villes du département, avec éventuellement des liaisons avec les principales villes des départements limitrophes, ou des coopérations entre réseaux interurbains. Généralement, il s'agit de réseaux routiers plutôt que ferroviaires, on parle alors de cars départementaux, également connu comme réseau départemental de 'transport en commun. En 2015, la modification législative a conduit à l'ouverture du marché des Lignes régulières d'autocar en France] aux grands commerces multinationaux, mais protège partiellement les trajets de moins de 100 kilomètres.

Avant l'ouverture du cabotage, le client d'un autocar reliant Paris à l'Allemagne n'était pas autorisé à descendre en chemin à Strasbourg[16].

Autocars, autobus et trolleybus en France de 1999 à 2008
Source UNECE[17]

2009, cabotage européen[modifier | modifier le code]

Suivant la directive européenne du , la France accorde le cabotage des transports de voyageurs aux sociétés de transport transnationales, c'est-à-dire qu’elle autorise les autocars à acheminer des passagers sur de courtes distances, pourvu que le total des passagers nationaux cabotant dans leur pays ne dépasse pas 50 % des effectifs. Par exemple Eurolines (service de cars) qui développait un service uniquement international depuis et vers la France a pu permettre d'ouvrir des dessertes nationales pour les résidents. Ainsi là où un autocar partait de Paris pour relier directement Rome peut désormais débarquer et embarquer des passagers à Lyon. On dit alors qu'il y a alors cabotage à Lyon.

Cependant, d'autres compagnies ont agi de la même façon. Les compagnies connues à l’époque pour leurs lignes européennes étaient:

-         Eurolines/Isilines (Groupe Transdev - France) 

-         Flixbus (Société indépendante de services de transports - Allemagne) 

-         Megabus (Groupe Stagecoach - Royaume-Uni)

-         Ouibus (Groupe SNCF - France) 

-         Starshipper (réseau d’autocaristes français « Réunir », devenue S.A.S. en décembre 2015)

Elles représentaient 175 lignes de bus au total.

En 2013, le transport par autocar ne représentait que 0,0005 % du marché des voyages longue distance, selon l’Autorité de la concurrence. Les départements possédaient encore l’autorité compétente en ce qui concerne l’organisation du réseau des transports non urbains. De ce fait, ils avaient la responsabilité de l'organisation des transports de personnes entre les différentes villes du département. C’est pourquoi de nombreuses entreprises étaient déjà prêtes à l’ouverture de lignes interurbaines et n’attendaient  que loi Macron pour concrétiser leurs projets, leurs investissements.

2015 : Assouplissement de la réglementation pour les autocars[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2015, la réglementation française en vigueur empêche la création et l'exploitation d'une ligne régulière de transport par autocar entre deux régions françaises sauf dans le cadre d’un trajet international (en cabotage) ; à condition que cela représente moins de 50 % du chiffre d’affaires des transporteurs ; et qu'enfin le nombre de passagers qui ne traversent pas la frontière soit inférieur à la moitié du total. Le projet de loi prévoit de supprimer les trois conditions. De plus le système d’autorisation de création des nouvelles lignes d’autocar longue distance serait remplacé par un régime déclaratif.

Le 7 août 2015, en France, la Loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques dite loi Macron est promulguée; elle autorise l'ouverture à la concurrence du transport par autocar[18].

Par ailleurs, en septembre 2015, en France, la ceinture de sécurité et l'éthylotest anti-démarrage deviennent obligatoires[19],[20],[21].

Desserte nationale[modifier | modifier le code]

En 2015, des sociétés ont annoncé leurs futures dessertes de liaisons comme Toulouse – Paris, Paris – Lyon, ou Allemagne – Mulhouse – Lyon – Montpellier – Perpignan – Catalogne. Ces dessertes permettent de relier les gares routières de la région parisienne, notamment Paris Charles-de-Gaulle, Paris-Bercy et Paris-Porte de Bagnolet[22].

Principales dessertes nationales (du sud au nord)[23]

Les autres dessertes ne sont pas assurées par plus de deux opérateurs.

Premiers opérateurs[modifier | modifier le code]

Parts de marché, Diagramme circulaire

Paires de villes desservies[24].

  •      OUIBUS (10 %) (6 %)
  •      Isilines (35 %) / Transdev (21 %)
  •      starshipper (10 %) (6 %)
  •      megabus (8 %) (5 %)
  •      FlixBus (35 %) (21 %)
  •      Alsa (30 %) (20 %)
  •      Eurolines (30 %) (20 %)

Nombre de ligne d'autocar en 2014/2015 [# 1]

  •      OUIBUS/IDBUS (53) (59 %)
  •      Isilines (18) (20 %)
  •      starshipper (8) (9 %)
  •      megabus (6) (6 %)
  •      FlixBus (5) (5 %)

Nombre de villes françaises desservies en autocar en 2014/2015

  •      OUIBUS/IDBUS (9) (11 %)
  •      Isilines (50) (62 %)
  •      starshipper (8) (10 %)
  •      megabus (6) (8 %)
  •      FlixBus (6) (octobre 2015) (8 %)

Chiffre d'affaires

  •      OUIBUS/IDBUS (12,7 millions d'euros en 2013 pour IDBUS, 27,2 milliards d'euros pour la SNCF) (72 %)
  •      Isilines (6 milliards d'euro pour le groupe) (15 %)
  •      starshipper (Non Disponible) (0 %)
  •      megabus (Stagecoach : 4,468 milliards d'euros) (12 %)
  •      FlixBus (Jardel: 6 millions d'euros) (1 %)

Nombre d'autocars utilisés en Europe

  •      OUIBUS/IDBUS (52) (10 %)
  •      Isilines (Non disponible) (0 %)
  •      starshipper (Non disponible) (0 %)
  •      megabus (Non disponible) (0 %)
  •      FlixBus (90 %)

Six des marques utilisées pour exploiter les autocars sont : Alsa - Ouibus - Eurolines/Isilines - starshipper - Megabus - FlixBus[23]

2016, premières concentrations[modifier | modifier le code]

En mars 2016, 730 paires de villes sont desservies[3].

Pour Michel Seyt, président de la FNTV, « Cette situation est liée au fait que le car n'a pas d'histoire dans ce pays. Ce mode de transport est le grand oublié de la LOTI (NDLR : loi d'orientation des transports intérieurs). Il a longtemps été un mal nécessaire avec comme principale utilisation le transport des enfants et quelques missions de services occasionnel (...) Aujourd’hui il revient de façon percutante". » [25].

Au premier semestre 2015, le groupement d'autocaristes Starshipers passe sous la coupole de la marque d'autocar OUIBUS.

Au premier juillet 2016, les activités européennes continentales de mégabus sont rachetées par FlixBus[26]. Cela couvre notamment les secteurs de Allemagne, Belgique, Espagne, France, Italie, Pays-Bas ainsi que sur les liaisons internationales vers et depuis le Royaume-Uni.

Après ce rapprochement, Flixbus gère 100 000 liaisons journalières dans 19 pays[26].

Le vendredi 9 septembre 2016, Megabus annonce que "Flixbus a notifié à Megabus.com SAS qu'elle souhaitait la cessation par cette dernière de l'exploitation (des) lignes en son nom". Avec la fin de la saison été, le client Flixbus a rompu son contrat avec la société Mégabus, laissant celle-ci et ses salariés sans activité [27].

2017: Transfert de la compétence des départements aux régions[modifier | modifier le code]

En 2017, le transfert de la compétence des départements aux régions vise à permettre la gestion des autocars et des TERs à un même échelon[28].

Chiffres et économie[modifier | modifier le code]

Attentes[modifier | modifier le code]

Lorsque qu’il fut ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, a relayé l'idée de libéraliser le marché des transports en autocar en France, suivant ainsi les méthodes de pays européens voisins. Avec la loi des bus Macron, le gouvernement e la présidence de François Hollande annonçait une récupération de 700 millions de pouvoir d’achat pour les Français. Les effets attendus, selon un rapport de France Stratégie[Lequel ?], étaient donc de dégager un Chiffre d’Affaires de 600 millions d’euros par an avec 5 millions de personnes utilisant les transports interurbains, afin d’aider à l'accroissement de l’économie française. Il espérait aussi créer 20 000 emplois dans ce secteur et passer de 175 lignes transnationales à 300 lignes interurbaines, avec une ouverture de nouvelles lignes à hauteur de 100-125[Quoi ?].

Un autre objectif était de viser un nouveau public : les personnes a plus faible pouvoir d'achat, et celles qui avaient renoncé aux voyages longue distance faute de lignes intéressantes dites « transversales » , c’est-à-dire qui ne passent pas obligatoirement par Paris, et passant par des villes jusqu’alors peu desservies par le réseaux[Lequel ?] [Lesquels ?] et ainsi faire concurrence au transport ferroviaire.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le coefficient d'occupation des autocars est de 32 %[29], mais seulement 30,2 % au T1 2016[30].

Au premier trimestre 2016, 1 081 300 passagers ont été transportés par des services réguliers interurbains librement organisés [30].

Au deuxième trimestre 2016, 1,5 million de passagers sont transportés[31].

Au deuxième trimestre 2016, le nombre de ligne a été contenu par rapport à l’augmentation du nombre de passagers transportes, ce qui a permis d'améliorer les taux de fréquentation: pour la première fois depuis 2015, plus de 22 % des lignes ont un taux de fréquentation supérieur à 60 %[32].


Source Arafer [33]


Source Arafer[34]

Mise à jour 2016[35].

Économie[modifier | modifier le code]

En France, au premier trimestre 2016, un passager parcourt 346 kilomètres en moyenne. La recette de l’autocariste est d'environ 11,3 euros HT, ou 3,3 HT par passager aux 100 km. Le chiffre d’affaires du premier trimestre s’élève à environ 12,2 millions d’euros HT. 1200 ETP ont été créés entre la création de la libéralisation et le T1 2016 [30].

Chez Ouibus, un conducteur salarié peut toucher 1 300 euros nets mensuellement, soit sensiblement moins que le SMIC brut[36].

Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2016 s’élève à environ 19 millions d’euros HT.

La libéralisation du secteur a permis en seulement une année d'augmenter le nombre d'emplois dans le secteur, qui est passé de 650 à 2000 salariés[33].

Le secteur tourne avec un chiffre d’affaires de 40,5 millions d’euros sur les onze mois de la première année[33].

Source Arafer[33]

Les conditions de travail sont régies par accord relatif au contenu et aux conditions d’exercice de l’activité des conducteurs affectés aux services librement organisés (SLO). L'emploi est dénommé conducteur "SLO" et bénéficie d'un coefficient 142V. Le salaire est 1 % supérieur au coefficient de référence dans la profession, la prime de découcher est fiée à 6 euros brut par nuit passée hors du domicile, un paiement de 25 dimanches annuels non travaillés, l'hébergement est prévu dans un hôtel avec une chambre individuelle avec salle d'eau et sanitaires privatifs avec restauration[37].

Évolution du marché[modifier | modifier le code]

Au 30 septembre 2016, le réseau comporte 1310 liaisons reliant 208 villes sur le territoire Français. Les opérateurs ont poursuivi l’ouverture de nouvelles destinations (205 nouvelles liaisons) en cette période estivale propice aux déplacements longue-distance. L’offre des opérateurs a donc progressé (+28 %) mais à un rythme moindre que la fréquentation (+33 %), ce qui a permis d’améliorer le taux d’occupation moyen des autocars, qui s’établit à 46,6 %.

Au troisième trimestre de 2016, on constate que les opérateurs ont poursuivi leur ajustement tarifaire à la hausse, avec une recette moyenne par passage de 13,9 euros hors taxes pour un trajet moyen de 342 km, ce qui correspond à une augmentation tarifaire d’environ 5 %. Après des lancement à prix cassés, les sociétés cherchent à rationaliser les secteurs conquis en augmentant les prix de vente pour mieux couvrir la réalité du coût de production[38].

Ramenée aux 100 km, la recette moyenne par passager est désormais de 4 euros hors taxes, correspondant à une augmentation de 30 centimes par rapport au trimestre précédent. La hausse des prix combinée à une hausse de la fréquentation conduit à une hausse du chiffre d’affaires qui s’élève à 27,7 millions d’euros ce semestre. La hausse globale de la fréquentation s'explique partiellement par la fermeture de nombreuses lignes régulières interurbaines à très faible fréquentation, jugées non rentables par les opérateurs.

Concurrence[modifier | modifier le code]

Selon les chiffres de l’ARAFER, Flixbus se positionnerait en tant que leader avec une part de marché qui atteint 49 %. Ouibus, filiale de la SNCF, se place en deuxième position avec ses 32 % de part de marché. Enfin, Isiline qui relève du réseau de Euroline, se situerait en dernière position, loin derrière ses concurrents, avec 19 % de parts de marché[39]. Le marché a donc une structure oligopolistique.

La principale concurrence est celle de la voiture, mais les autocars sont aussi en concurrence avec les trains express régionaux[40], et les TGV[41].

Au T1 2016, 25 % des liaisons[# 2] de cars sont concurrencées par d'autres lignes de cars, alors que 45 % des liaisons en cars sont en concurrence avec des liaisons de train sans correspondance[30].

Pour limiter la concurrence, les grands opérateurs ont repris les sociétés starshipper et mégabus[27]. Par ailleurs en s'appuyant sur des sous-traitants ils peuvent supprimer des lignes ou augmenter le nombre de cars sur une lignes sans être affectés par les effets que ces décisions ont sur leurs sous-traitant[42]. Lors de l'ouverture du marché à la concurrence, les opérateurs pour le lancement ont cassé les prix ce qui les a conduit à travailler perte pour certains d'entre eux, tels que: Transdev (25 millions d'euros perdus fin 2016 ) ou FlixBus[43]. Ceci a permis une concentration du marché, Ouibus (1 millions de passagers) absorbant starshipper (200 000 passagers). Les sociétés restants sur le marché ont [44] augmenter leurs prix afin de stabiliser leur activité.

Pour les liaisons inférieures à 100 kilomètres, sur 35 avis rendus au T1 2016, l'Arafer a rendu, 27 avis sont défavorables à l’AOT rendant le service commercialisable[30].

* [# 1]

Concurrence des TER[modifier | modifier le code]

Cette ouverture à la concurrence ne va pas sans poser de question notamment au niveau des TER.

En effet, la société SNCF a ouvert des lignes concurrentes aux TER, creusant ainsi les déficits des lignes TER, déficits qui sont financés par les collectivités publiques (à hauteur de 40 % du risque en Pays De La Loire[45])[46].

En particulier, Jacques Auxiette, le président de la région des Pays de la Loire, estime que les sociétés de car, et en particulier la SNCF mène une concurrence déloyale dans la mesure où elles organisent leur réseau sans se concerter avec l'autorité organisatrice des transports: ainsi, sur le trajet Nantes-Le Mans (185 kilomètres, 3,7 millions de voyageurs par an[45]), la SNCF organise des transports en car à cinq euros, en offre de lancement, alors que les transports en train organisés par la région coûtent entre trente et 37 euros pour le même trajet. Ce tarif à cinq euros est d'ailleurs mis en avant sur le site de vente à distance de solutions de déplacement voyages-sncf.com[47]. Au contraire, la directrice générale de SNCF Voyageurs, Barbara Dalibard considère que l'offre de transport en autocar et l'offre des trains régionaux sont complémentaires.

De ce fait, la région Pays de la Loire a engagé des procédures précontentieuses prévues dans la convention Région/SNCF[45].

D'après le Monde, pour les voyageurs sur ce trajet, le TER est plus attractif en termes de fréquence et temps de transport, car pour le trajet Nantes-Le Mans Ouibus offre deux dessertes de 3h30, Starshipper une unique desserte de 2h30, le train 24 dessertes de 1h15 à 1h25, alors que dans la situation actuelle les lignes d'autocar ne peuvent capter que 400 personnes par jour, contre 10 000 pour le train[45].

Cette nouvelle situation a conduit la président de PACA à demander s'il était judicieux de continuer à financer le TER, mais pour la SNCF, les deux modes de transport ne correspondent pas aux mêmes usages: l'autocar sert aux déplacement longues distances, alors que le TER sert aux trajets du quotidien[48].

La Nouvelle Aquitaine est allée devant le Conseil d’État [49].

Concurrence du TGV[modifier | modifier le code]

En avril 2016, la liaison TGV saisonnière Toulouse Barcelone est revenue, mais il doit s'adapter à un marché véritablement concurrentiel du fait des trois lignes régulières de bus low coast[41].

Le tarif du TGV reliant Toulouse à Barcelone commence à 35 euros pour relier les deux villes en trois heures.

Les trois compagnies de bus low coast, Ouibus, Mégabus et Eurolines fournissent des liaisons entre les deux capitales pour un coût moindre pouvant être de 18 euros alors que les durées de voyage varient entre 6 heures et 11 heures.

Emplois[modifier | modifier le code]

Ce marché, en pleine expansion, ne remplit pas à l’heure actuelle certaines prévisions établies par France Stratégie. Côté emploi, depuis l’existence de la loi, seulement 1 420 emplois ont été créé, selon l’ARAFER, au 4e trimestre 2016, il y avait du coup 2 082 personnes employées en comptant également les personnes déjà en poste avant l’existence de la loi. Ce chiffre, bien loin des 22 000 créations de poste attendus, représente une augmentation de 1,6 % par rapport au même trimestre 2015.

Acteurs[modifier | modifier le code]

En 2015, la France compte 1 105 liaisons non conventionnées et 22 000 liaisons conventionnées[50].


Source Arafer [33]

Opérateurs conventionnés[modifier | modifier le code]

Certains services réguliers de transport interurbain par autocar sont conventionnés.

L'Arafer a lancé une collecte de données auprès des entreprises autocaristes afin d'obtenir avant le 31 décembre 2016 des informations relatives aux services réguliers conventionnés de transport interurbain par autocar. Cette collecte concerne les lignes régionales dont les cars TER ainsi que les lignes départementales (hors scolaires).

Ces données concernent les informations portant sur l’exercice 2015, ainsi que pour les lignes régionales le premier semestre 2016, notamment l’offre de lignes, la fréquentation, la qualité de service, et d'éventuelles informations économiques, sociales et financières servant à l'observation des marchés de transport régulés[51].


Source Arafer [33]

Opérateurs non conventionnés[modifier | modifier le code]

  • glossaire [# 1]
  • Source Arafer[52],[53],
  • Source Usine nouvelle[54].
  • La réutilisation des chiffres présentés nécessite la mention de la source (ARAFER)[52].
  • Mise à jour 2016[35].

Alsa[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alsa (société).
Car ALSA Setra S319GT-HD en 2005

ALSA (Automóviles Ḷḷuarca SA) est une filiale espagnole de la société britannique de transport National Express Group, qui exploite des lignes en Espagne et dans d'autre pays à travers l'Europe, y compris en Andorre, Autriche, Belgique, France, Allemagne, Hongrie, Italie, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie, la Suisse et l'Ukraine. Elle est également présente au Maroc.

À sa fondation en 1923, ALSA était essentiellement un opérateur régional basé à Ḷḷuarca et Oviedo, dans la région des Asturies dans le Nord-Ouest de l'Espagne.

Ouibus[modifier | modifier le code]

Autocar de la compagnie Ouibus
Article détaillé : Ouibus.

Ouibus (anciennement IDBUS) est une marque et une filiale de la SNCF. IDBUS existe depuis juillet 2012 et n'exploite que des liaisons[# 2] de transport internationales jusqu'en septembre 2015. Le 3 septembre 2015, la marque devient la marque OUIBUS.

À l'été 2015, iDBUS assure 53 liaisons[# 2], pour desservir 22 villes européennes (dont 9 françaises). Pour cela, elle exploite une flotte de 52 autocars, dont 46 lui appartiennent. D'après le journal les Echos, le chiffre d'affaires d'IDBUS serait de 12,7 millions d'euros en 2013, contre 27,2 milliards d'euros de chiffres d'affaires en 2014 pour la SNCF[55].

Les autocars de marque Setra seront équipés de 49, 57 ou 74 sièges inclinables, espacés de 75 centimètres, et équipés d'une tablette et d’une prise électrique. Ils sont également équipés des toilettes et d'un service Wi-Fi gratuit[56].

Lors du lancement, la SNCF a mis en place des offres promotionnelles à cinq euros le trajet, mais la politique commerciale de l'entreprise est normalement de commercialiser son offre de qualité à des tarifs low-cost compris entre 10 euros et 30 euros. Le tarif effectif dépend du yield[57]. Ces offres sont commercialisées par téléphone ainsi que sur les site webs de la marques (Ouibus.com et Voyages-sncf.com).

Les fréquences suivantes sont prévues : Paris-Lille (16 AR par jour), Paris-Lyon (14 AR par jour), Paris-Nantes (9 aller-retours par jour), Paris-Rennes (7 AR par jour)[58].

Isilines (Eurolines)[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Isilines et Eurolines.
Autocar d'Isilines

Isilines est une nouvelle marque du groupe Transdev. Ce dernier est une filiale de la Caisse des dépôts et consignations et de Veolia environnement.

C'est le premier à avoir dévoilé ses lignes intérieures en France. Il s'appuie sur Eurolines, une autre filiale du groupe, qui transporte 4 millions de voyageurs par an sur des liaisons[# 2] internationales.

Isilines propose 17 lignes nationales desservant 50 gares/villes qui sont commercialisées en ligne, en direct ou via des comparateurs, ou au travers des agences de voyages. En 2014, le chiffre d'affaires de Transdev est de 6,6 milliards d'euros[26].

FlixBus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : FlixBus.
FlixBus à Valence.

Le groupe FlixBus détient 71 % de part de marché en Allemagne[59] au travers des 600 autocars exploités par les franchisés. Après la fusion des deux principaux acteurs du pays en début d'année.

FlixBus est en partie détenue par le groupe Daimler.

En France, le groupe souhaite développer la même stratégie qu'en Allemagne. Ce modèle consiste a déléguer à des autocaristes locaux les coûts d'achat d'autocars et de rémunération des conducteurs. De son côté, le groupe FlixBus met à disposition le site en ligne qui se charge de la commercialisation, des réservations, de la planification du réseau et du marketing, ainsi que de la notation des chauffeurs. Ainsi, FlixBus a prévu des accords avec une vingtaine d'autocaristes français et a transporté environ 70.000 passagers pendant les premiers cinq mois depuis son lancement[60].

À la fin d'octobre 2015, FlixBus a lancé nouvelles lignes vers toute la France, l'Alsace et vers l'Italie du Nord[60].

Migratour[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Migratour.

Au deuxième trimestre 2016, l'ARAFER ajoute Migratour dans la liste des sociétés présentes sur le marché régulé/libéralisé.

Opérateurs disparus[modifier | modifier le code]

Starshipper[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Starshipper.
Un autocar de Starshipper, à Lyon.

Starshipper est une association de sociétés françaises d'autocar. Les dessertes sont partagées entre les sociétés du réseau. Après avoir lancé la liaison[# 2] internationale Lyon-Turin en 2012, la société propose 8 lignes nationales[26]. En 2016, dans un contexte très concurrentiel, Starshipper est intégré à OUIBUS.

Megabus[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Megabus (société).
Megabus à Reims

Megabus est une filiale du groupe britannique Stagecoach, un opérateurs du Royaume-Uni et des États-Unis. Depuis avril 2012, la société dessert six villes dans l'Hexagone au travers de ses lignes internationales. En 2014, le chiffre d'affaires réalisé par Stagecoach s'élève à 4,468 milliards d'euros[26].

Les nouvelles liaisons[# 2] nationales annoncées le 30 août 2015 concernent neuf trajets reliant cinq villes : Mulhouse, Lyon, Avignon, Montpellier et Perpignan. En janvier 2016, deux nouvelles lignes viennent s'ajouter à l'offre à partir de Paris: Le Havre/Rouen et Dijon. Comme les autres opérateurs d'autocar, ils proposent connexion Wi-Fi gratuite, prise de courant, toilettes et climatisation[61].

Fin juin 2016, l’allemand FlixBus a racheté la partie continentale de Megabus. Suite à non prolongation du contrat par le client Flixbus, des salariés et leurs représentant, inquiets du manque d'activité ont manifesté à Bercy contre les conditions du plan social qui leur propose environ 2 000 euros d'indemnités supralégales de licenciement[62].

Comparateurs[modifier | modifier le code]

L'ouverture du marché à la concurrence ne concerne pas seulement les opérateurs de transport, elle concerne aussi le circuit de distribution.

Une partie de ces billets sont distribués par Internet, sur des sites web dits de comparateurs de prix.

La principale plate-forme française de vente de titres de transport longue distance commercialise les offres de Transdev et de la SNCF, sous l’appellation voyages-sncf.com[63]. D'autres sociétés sur le marché français se développent, notamment avec les marques SoBus, KelBillet, GoEuro, Busradar et Comparabus.

Suivant une logique similaire aux offre de distribution d'autres mode de transport, ces sites permettent de trouver les trajets entre deux villes, et cela pour différents opérateurs ou différents mode de transport. L'usager peut y trouver une proposition de prix de billets pour des opérateurs comme Ouibus, FlixBus ou Isilines et acheter ceux correspondant à ces critères de choix ( horaires, prix, correspondance, changements, gares, etc).

Le poids des trois principaux opérateurs sur le marché[64][modifier | modifier le code]

Nombre de lignes par opérateur.

sur les 985 liaisons entre deux villes existantes aujourd’hui, seulement 299 liaisons sont commercialisées par au moins deux opérateurs, ce qui représente 30 %. Cela signifie donc que sur 70 % des lignes, un monopole est exercé, le consommateur n’ayant qu’un opérateur sur la ligne. On constate que Flixbus est l’opérateur qui possède le plus de liaison où il a l’exclusivité avec 60 % des lignes qu’il utilise, soit 399 lignes où Flixbus peut être considéré comme monopoleur., ce qui représente 40 % des lignes en France. Le nombre de ligne où Flixbus se positionne comme monopoleur est bien plus élevé que celui de Ouibus (88 lignes, soit 9 % des lignes en France) et qu'Isilines (196 lignes, soit 20 % des lignes en France). Cela permet à Flixbus d’avoir une offre sur 68 % des lignes commercialisées, tandis qu'Isilines est présent sur 45 % des lignes et que Ouibus est présent sur 29 % des lignes commercialisées en France.

La demande[modifier | modifier le code]

L'offre de voyages en autocar réglementé suite à la loi Macron vise des publics variés, de tous âges, des personnes seules ou en groupe.

Chacun put suivre des critères de choix variés qui lui sont propres.

La catégorie d'âge la plus consommatrice d'autocar sont la tranche d'âge de 15 à 30 ans qui représente plus d'un tiers des demandeurs (environ 38 % chez Ouibus), et les seniors.

  • La population des jeunes identifié par les opérateurs sous l’appellation « voyageurs loisirs » privilège les prix et est moins sensible au temps de parcours. Elle utilise les transports en périodes scolaires.
  • D'autres personnes préfèrent les trains "source sûre", ces individus allient le prix avec la qualité.
  • Les seniors sont moins regardant sur le temps de trajet et préfèrent la convivialité.

Le besoin de chacun diffère, chacun va préférer les offres correspondant à ces critères de choix. Les critères peuvent notamment concerner le confort, le calme, la rapidité, le partage de charges, ou même la convivialité. Chacun peut en comparant tous différentes offres de transport faire son choix en fonction de ses critères. En général, le revenu, le prix et l'âge ont une influence sur le choix final.

Comparaison entre autocar et mode alternatif de transport[modifier | modifier le code]

Mode alternatif privilégié

[64]

L’autocar est perçu comme moins cher par rapport aux trains et au covoiturage mais pas par rapport à une voiture personnelle ce qui est étonnant puisque les frais engagés en essence et péage sont supérieurs à l’achat d’un billet d’autocar. L’autocar est aussi perçu plus pratique concernant les bagages. Il est perçu plus long que n’importe quel autre mode de transport

Si on s’intéresse plus à la comparaison autocar/covoiturage (qui est son concurrent direct) on remarque que l’autocar est principalement perçu comme plus long et avec des horaires moins adaptés. Dans l’autre sens il est considéré principalement comme moins cher et plus pratique pour les bagages. Enfin 47 % des voyageurs en covoiturage sont d’accord avec le fait que le covoiturage est moins confortable et moins sûr. Ainsi le prix, le transport des bagages et le confort avec tous les services qu’offrent actuellement les autocars font la force de ce mode de transport par rapport au covoiturage.

On constate donc que l’avantage numéro un de l’autocar est son prix et on comprend mieux pourquoi les compagnies d’autocar misent essentiellement leur promotion sur cet aspect. On peut noter aussi son avantage par rapport au transport de bagages qui le différencie clairement du covoiturage.

D'autres critères peuvent entrer en jeu comme le cout de l'interchangeabilité des billets, ou la disponibilité des tarifs réduits.

Sur les aires de repos d'autoroute, certaines sociétés de transport en autocar considèrent que contrairement à une agence de voyages le passager doit être là au moment du départ[65].

Les critères de décision des consommateurs[modifier | modifier le code]

Le prix[modifier | modifier le code]

Cette section relève du guide pratique, ce qui n'est pas de nature encyclopédique (juin 2017).

Les consommateurs se décident à voyager en autocar principalement parce que c’est un moyen de transport économique, avec un billet de voyage souvent moins cher.

 comparaison de prix des billets: autocar et TGV entre les villes de Paris et d’Angers le vendredi 17 mars 2017
Transporteur Mode Gare parisienne Durée Prix catalogue plein tarif (€) Commentaire
FLIXBUS Autocar   porte de Maillot 3h55  18 pour un départ aux alentours de 10 heures [66]
OUIBUS[67]  Autocar Paris-Bercy 4h 25 pour un départ à 10h45. Les prix sont donc accessibles pour un grand nombre de ménage.
SNCF TGV gare Montparnasse 1h34   62 Ce prix est alors peut-être plus adapté à un consommateur professionnel s'il permet d'économiser le cout de 2h30 de déplacement de travail à un travailleur,

Toutefois, cet exemple n'est pas représentatif de la réalité des prix pour diverses raisons:

  • les systèmes modernes de commercialisation des billets opérant des évolutions permanente de prix en fonction de l’offre et de la demande.
  • 75 % des voyageurs TGV bénéficient de tarifs réduits[68].
  • les tarifs peuvent dépendre de l'achat d'un billet de retour
  • les tarifs pratiqués ne sont pas les mêmes selon les lignes: l'autocar peut être meilleur marché sur Paris-Anger, alors qu'il sera plus cher sur Toulouse-Paris.
Comparaison du cout de différents modes de transport (autocar, train, covoiturage, automobile, avion) [69]

Le temps de trajet[modifier | modifier le code]

Le second critère dans la prise de décisions des acheteurs est le temps du transport. Selon le CREDOC[70], 31 % des Français jugeraient que la rapidité est le critère primordial dans le choix du mode de transport. Ainsi, des personnes choisiraient plus facilement le transport ferroviaire ou aérien au détriment du transport en autocar, quelques soit le prix de ce dernier.

Le revenu[modifier | modifier le code]

Le pouvoir d’achat est déterminant. C’est le revenu qui va influencer le prix que le voyageur sera prêt à payer afin d’effectuer un trajet. Le type d’individu qui voyage en bus est une personne qui a le temps car les trajets sont longs et qui a peu de revenu (étudiants, retraités, chômeurs…)[71].

Le confort[72][modifier | modifier le code]

Les personnes voyageant en autocar sur de longues distances ont généralement des revenus limités qui les conduit à écarté des choix tels que le train ou l’avion qui sont sensiblement plus couteux. Il ne reste alors que deux modes de transport, l’autocar et le covoiturage.

L'automobile n'est pas aussi confortable que l'autocar:

  • la société de transport Ouibus propose des sièges dits XL inclinables et équipés d’une prise électrique[73].
  • la société de transport Flixbus commercialise des snacks[pas clair] et des boissons.
  • la société de transport Isilines permet l'emport d'un chien ou d'un chat sous certaines conditions, ce que le chauffeur d’un covoiturage peut refuser.
  • Certains passagers se sentent d'avantage en sécurité dans un lieu fréquenté alors que la pratique du covoiturage impose de partager un huis clos avec un étranger, et de se laisser conduire par lui.

Les goûts[modifier | modifier le code]

Le goût est un critère subjectif. Il va varier d’un individu à l’autre. Mais les voyageurs cherchent le plus souvent le trajet de bus le plus confortable. Afin d’attirer un maximum de passagers pour augmenter leur profit, les compagnies de bus vont jouer sur les prestations à bord du bus. En effet, les prestations consistent également un critère décisif pour les voyageurs car le trajet en bus est souvent long et inconfortable[74]. Ainsi, les plus grandes compagnies de bus proposent la Wifi. Ouibus, Eurolines et Flixbus proposent un confort au niveau des sièges comme des sièges inclinables, de l’espace pour les jambes. Elles vont proposer chacune des petits « plus » différents qui peuvent faire la différence chez les consommateurs. Par exemple Eurolines et Flixbus proposent des toilettes alors que Ouibus va proposer des prises électriques. À chacun ses priorités !

Les anticipations[modifier | modifier le code]

Le facteur d’anticipation est une estimation de variables économiques par un individu sur lesquelles il va fonder ses décisions. Si on prévoit une forte augmentation du prix de l’essence, l’agent économique va penser à une augmentation du prix du trajet donc va reporter son voyage. Au contraire, si on prévoit une baisse des prix de l’essence, l’individu va avoir tendance à plus voyager car il y voit un trajet économiquement valable.

Desserte régulière[modifier | modifier le code]

Distance parcourue[modifier | modifier le code]

* [# 1]
  • Source Arafer[52],[53],
  • La réutilisation des chiffres présentés nécessite la mention de la source (ARAFER)[52].

Dessertes nationales[modifier | modifier le code]

Autocar Ouibus Mercedes Tourismo à la gare routière de Paris-Bercy.
Autocar Eurolines à Strasbourg

En 2016, au premier trimestre, 150 villes françaises sont desservies par 204 points d’arrêts, dont 71 gares routières; ces villes sont réparties dans 73 départements[30]. En 2016, au deuxième trimestre, 193 villes françaises sont desservies par 261 points d’arrêts ; ces villes sont réparties dans 75 départements[32].

Villes desservies[modifier | modifier le code]

La ville qui profite davantage de la desserte est la ville de Paris qui compte 719 000 voyageurs sur 377 mouvements quotidiens au T1 2016[30].

Les villes se classent ensuite comme suit[30]:

Top 10 des villes en nombre de passagers transportés au 1er trimestre 2016 [30]
Villes Nombre d’opérateurs Nombre de mouvements quotidiens Nombre de passagers (en milliers) Nombre de gares routières Présence de points d'arrêt
Paris 5 377 719,0 Paris (75): 4; IDF:39 Oui
Lyon 5 139 205,5 Lyon:2 ; ARA:26 Non
Lille 4 74 123,5 Lille:0; NPCP:5 Oui
Bordeaux 5 99 100,5 Bordeaux: 1 ; APC:11 Oui
Toulouse 5 61 100,0 Toulouse:1 ; LRMP:14 Non
Nantes 5 87 77,6 Nantes:1; PDL: 6 Oui
Marseille 4 54 70,0 Marseille:1 ; PACA: 14 Oui
Rennes 5 68 60,5 Rennes:1 ; Bretagne:6 ?
Clermont-Ferrand 5 50 58,0 Clermont-Ferrand:1; ARA:26 Non
Rouen 5 37 52,5 Rouen: 1 ; Normandie:3 Oui

Des villes plus modestes sont également desservies:

Profil des 150 villes desservies au 31/03/2016 [30] et 193 au 30/06/2016 [32]
Population communale Nombre de villes desservies Taux de couverture des communes françaises Nombre moyen de destinations possibles
/ T1 2016 T2 2016 T1 2016 T2 2016 T1 2016 T2 2016
Moins de 10 000 25 48 0,1 % 0,1 % 5,1 4.5
Entre 10 000 et 50 000 60 79 7,6 % 10 % 6,0 5,1
Entre 50 000 et 100 000 31 32 41,9 % 43,2 % 10,6 10,8
Entre 100 000 et 400 000 30 30 85,7 % 85,7 % 22,1 21,9
Plus de 400 000 4 4 100 % 100 % 59,8 63
Total 150 193 0,4 % 0,5 % 11,4 10,6

Liaisons desservies[modifier | modifier le code]

Les dix liaisons[# 2] les plus fréquentées au 1er trimestre 2016 [30]
Liaisons Distance moyenne
(kilomètre)
Nombre d’opérateurs Fréquences quotidiennes Nombre de passagers Passagers quotidiens
Paris - Lille 236 5 57 87 200 958
Paris - Lyon 479 5 71 74 450 818
Paris - Rouen 130 5 44 48 600 534
Paris - Toulouse 684 4 20 44 250 486
Paris - Nantes 423 5 38 34 250 376
Paris - Rennes 383 4 *** *** ***
Paris - Bordeaux 610 4 *** *** ***
Paris - Strasbourg 528 4 *** *** ***
Paris - Le Mans 211 5 *** *** ***
Lyon - Clermont-Ferrand 169 4 *** *** ***


Les dix liaisons[# 2] les plus fréquentées au deuxième trimestre 2016 [32]
Liaisons Distance moyenne
(kilomètres)
Nombre d’opérateurs Fréquences quotidiennes Nombre de passagers Passagers quotidiens
Paris - Lille 236 4 56 96 200 1050
Paris - Lyon 479 4 63 93 800 1030
Paris - Rouen 130 5 50 62 400 690
Paris - Toulouse 684 4 20 49 200 540
Paris - Rennes 383 5+1 29 47 000 520
Paris - Bordeaux 610 4 *** *** ***
Paris - Strasbourg 528 4 *** *** ***
Paris - Nantes 423 4 *** *** ***
Paris - Dijon 323 4+1 *** *** ***
Paris - Tours 241 4 *** *** ***

Dessertes internationales[modifier | modifier le code]

Principales dessertes internationales[23]

  • Lille - Bruxelles
  • Lyon - Lausanne
  • Lyon - Turin
  • Metz - Cologne
  • Metz - Strasbourg - Fribourg - Zurich
  • Metz - Francfort
  • Montpellier - Narbonne - Perpignan - Barcelone
  • Nice - Gênes
  • Nice - Genève - Nice
  • Paris - Amsterdam
  • Paris - Bruxelles
  • Paris - Munich
  • Reims - Liège
  • Toulouse - Barcelone

Desserte de Paris[modifier | modifier le code]

Les agences de voyages en autocar desservent notamment Paris par des connexions à d'autres villes, avec différents gares, et des agences commerciales spécifiques[75].

Paris est notamment connectée aux villes suivantes:

  • Avec les services d'eurolines/isilines: Calais, Lille, Valenciennes, Metz, Strasbourg, Chalon-sur-Saône, Chamonix, Lyon, Grenoble, Valence, Avignon, Aix-en-Provence, Marseille, Nîmes, Montpellier, Bayonne, Bordeaux, Saintes, Niort, Poitiers, Nantes, Angers et Rennes.
  • Avec les services d'ouibus: Aix-la-Chapelle, Amiens, Amsterdam, Angers, Anvers, Barcelone, Bordeaux, Brest, Brive-la-Gaillarde, Bruxelles, Clermont-Ferrand, Cologne, Dunkerque, Genève, Grenoble, Le Havre, Le Mans, Lille, Limoges, Londres, Lorient, Lyon, Marseille, Metz, Milan, Nancy, Nantes, Orléans, Poitiers, Quimper, Reims, Rennes, Rotterdam, Rouen, Strasbourg, Toulouse, Tours, Turin.
  • Avec starshipper: Rennes, Laval, Le Mans, Nantes et Angers.
  • Avec FlixBus: Angers, Bayonne, Bourges, Clermont-Ferrand, Dijon, Dieppe, Grenoble, Le Mans, Lille, Tourcoing, Lyon, Metz, Rouen, Strasbourg, Le Havre, Bruxelles, Anvers, Liège, Aix-la-Chapelle, Amsterdam, Maastricht, Eindhoven, Sarrebruck, Hambourg, Francfort, Düsseldorf, Cologne, Munich, Berlin[76]

Paris est équipé des gares routières et arrêts suivants:

  • Arrêt Eurolines Paris Charenton : Avenue de la Porte de Charenton, à proximité du cimetière Valmy, de la station Autolib et de l’arrêt de bus 111
  • Arrêt Eurolines Paris Clichy : Rue Caulaincourt, à proximité de l'enseigne Castorama de la place de Clichy
  • Gare de Paris-Bercy, au 48 bis Boulevard de Bercy dans le 12e (ouibus)
  • gare routière de l’aéroport de Roissy CDG (ouibus)
  • gare routière de l’aéroport d’Orly Sud (ouibus)
  • gare routière de La Défense (ouibus)
  • gare routière près de la Porte Maillot au 18 Boulevard Pershing dans le 17e (flixbus)
  • gare routière en banlieue parisienne à Massy-Palaiseau au 21 Avenue Carnot 91300 Massy (flixbus)

Paris est également équipée d'agences commerciales

  • Eurolines
    • Agence Eurolines Paris Place de Clichy : 75 bis boulevard de Clichy
    • Agence Eurolines Paris Sorbonne : 55 rue Saint-Jacques
    • Agence Eurolines Paris Porte de Charenton : 41 boulevard Poniatowski
  • Ouibus
    • Gare de Paris-Bercy, au 48 bis Boulevard de Bercy dans le 12e (ouibus)

Accidents en France[modifier | modifier le code]

  • 1982, Accident de Beaune concernant un autocar scolaire. En France, cet accident conduit à limiter légalement la vitesse par temps de pluie : la vitesse maximale est fixée à 110 km/h sur autoroute et 80 km/h sur route nationale.
  • mai 2003, Lyon, France, 28 morts sur 74 personnes transportées[77]
  • juillet 2007, France, 26 morts[77]
  • aout 2013, accident d'un autocar transportant 44 passager sur l'autoroute A9, dans l'Aude: deux morts et une trentaine de blessés. L'autocar assurant une desserte régulière Marseille-Murcia, pour le compte de la société Eurolines. Les trois conducteurs étaient de nationalité espagnole, française et ukrainienne[78].
  • octobre 2014, sur l'autoroute A64 à hauteur de l'aire de repos de Pic du midi Nord: Un mort et 11 blessés dans un accident impliquant un car[79].
  • juillet 2015, Nord, France, 6 blessés grièvement[80]
  • avril 2016, Montpellier, France, sur l'autoroute A9 à hauteur de la sortie Montpellier-Sud : 11 blessés léger dont 9 soignés sur place impliquant un autocar et un camion [81].

Normes de sécurité incendie[modifier | modifier le code]

Chaque année, 1 % des bus ou des autocars brûlent[82].

En Europe, les normes anti-incendie applicables sont définies par le règlement CEE-ONU n°118 de la Commission économique pour l'Europe des Nations unies[83].

En Europe, pour les bus et les autocars, les tests relatifs aux incendie sont moindre que les tests relatifs aux trains, aux avions et au bateau[83].

En particulier, la toxicité des fumées est plus dangereuse que le feu[82].

Pourtant, les développements récents conduisent à penser que les bus sont utilisés de manière similaire au tramway, et que les autocars parfois à double étage sont utilisés de manière similaire au train[83].

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.ledauphine.com/societe/2015/08/17/lignes-d-autocars-a-bas-cout-ca-demarre-fort Lignes d’autocars à bas coût : ça démarre fort
  2. « La concurrence lorgne les TER en Paca », LaProvence.com,‎ (lire en ligne)
  3. a et b Autocars interurbains : six mois après la loi Macron, plus de 730 "paires de villes" desservies Transports Publié le mercredi 2 mars 2016 http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270389037&cid=1250270386615
  4. Le Petit Parisien 1913/09/03 (Numéro 13458) Page 6/6, colonne «compagnie des chemins de fer du midi» http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5648124/f6.image
  5. a et b rhcf.revues.org/1327?lang=en
  6. Le journal amusant 1923/06/02 (A76,N212). http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5506230w/f17.image
  7. Le Sport universel illustré 1934/01/06 (A34,N1610) page 26/28 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65800315/f26.image
  8. Province ["puis" Département] de Constantine. Conseil général. Procès-verbaux ["ou" Rapports]... Auteur : Constantine (Département). Conseil général Séance du 31 octobre 1935 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54471952/f312.image
  9. Centre de documentation du ministère de l’équipement (Textes de base sur la SNCF) : convention du 31 août 1937 transférant, au 1er janvier 1938, l’exploitation des lignes des anciens réseaux à la SNCF (cf. article 1er de la convention). Voir présentation succincte de la convention par Antoine Albitreccia in Annales de Géographie, année 1938, volume 47, numéro 266, p. 206-207.
  10. Art. 1er al. 4 de la convention du 31 août 1937.
  11. Le domaine privé est constitué de l'ensemble des biens et droits acquis par les compagnies de chemin de fer en-dehors des concessions qui leur avaient été accordées - cf. art. 1er, al. 6 de la convention du 31 août 1937.
  12. Décret-loi du 31 août 1937 portant « APPROBATION ET PUBLICATION DE LA CONVENTION DU 31 août 1937 RÉORGANISANT LE RÉGIME DES CHEMINS DE FER ».
  13. Coordination des transports et création d'un conseil supérieur des transports (31 aout 1937) Journal officiel de la République française. Lois et décrets (1er septembre 1937) Journaux officiels (Paris) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6550215x/f24.image
  14. Journal officiel de la République française. Lois et décrets (1er septembre 1937) Journaux officiels (Paris) http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6550215x/f25.image
  15. Rapports et délibérations - Vosges, Conseil général Rapports et délibérations / Département des Vosges, Conseil général 1945 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6128177c/f122.image
  16. www.lesechos.fr/industrie-services/dossiers/0202292781247-la-renaissance-de-l-autocar-366510.php
  17. www.unece.org/fileadmin/DAM/trans/main/wp6/pdfdocs/RAS_2011_Final_Version.pdf
  18. Eté 2015 : ce que vous devez retenir http://www.lechotouristique.com/article/ete-2015-ce-que-vous-devez-retenir,76375
  19. « Sécurité des autocars : ceinture de sécurité et éthylotest anti-démarrage obligatoires au 1er septembre 2015 »
  20. http://www.sudinfo.be/1362822/article/2015-08-27/les-exploitants-d-autobus-et-d-autocars-prets-a-discuter-des-ethylotests-antidem Les exploitants d'autobus et d'autocars prêts à discuter des éthylotests antidémarrage
  21. http://www.ladepeche.fr/article/2015/08/27/2165706-les-autocars-desormais-equipes-d-ethylotests-antidemarrage.html Les autocars désormais équipés d'éthylotests antidémarrage Publié le 27/08/2015 à 03:51, Mis à jour le 27/08/2015 à 07:45
  22. http://www.lavoixdunord.fr/region/ouverture-des-lignes-nationales-l-autocar-reprend-la-ia0b0n3004546 Ouverture des lignes nationales : l’autocar reprend la route dans le Nord - Pas-de-Calais
  23. a, b et c Tourhebdo http://www.tourhebdo.com/actualites/detail/87162/developpement-des-lignes-d-autocar-coup-d-il-sur-la-nouvelle-carte-du-reseau.html Développement des lignes d'autocar : coup d’œil sur la nouvelle carte du réseau
  24. http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250270389037&cid=1250270386615
  25. 6 juin 2016, par Christine Cabiron, Le club Transport public-MobiliCités a organisé le 2 juin à Paris le 2e petit-déjeuner sur le thème des gares routières, Victoria Viennet Gares routières : rencontre en terre inconnue http://www.mobilicites.com/011-5112-Club-Transport-public-Mobilite.html
  26. a, b, c, d et e Autocars : Flixbus acquiert les activités de son rival Megabus en Europe continentale http://www.lechotouristique.com/article/autocars-flixbus-acquiert-les-activites-de-son-rival-megabus-en-europe-continentale,83204
  27. a et b http://www.lavoixdunord.fr/76439/article/2016-11-18/deboires-de-megabus-la-roue-tourne-t-elle-pour-les-cars-macron
  28. http://www.lavoixdunord.fr/202606/article/2017-08-09/la-region-reprend-la-competence-aux-departements-quatre-choses-savoir
  29. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/transport-en-autocar-les-2-3-des-sieges-sont-vides-558483.html
  30. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k autorité de régulation des activités ferroviaires et routières Analyse du marché libéralisé des services interurbains par autocar Bilan du 1er trimestre 2016 http://www.arafer.fr/wp-content/uploads/2016/06/20160616_Note-T1-2016_vf-1.pdf
  31. www.arafer.fr/actualites/34-millions-de-passagers-transportes-a-bord-des-autocars-macron-en-11-mois/?context=news
  32. a, b, c et d autorité de régulation des activités ferroviaires et routières Analyse du marché libéralisé des services interurbains par autocar Bilan du 2e trimestre 2016 www.arafer.fr/wp-content/uploads/2016/09/Bilan-trimestriel-ARAFER-TLO-T2-2016.pdf
  33. a, b, c, d, e, f et g Arafer, 8 août 2015 - 30 juin 2016 Rapport annuel Marché du transport par autocar et gares routières, 33 avenue du Maine - BP48.75755 Paris Cedex / 57 boulevard Demorieux - CS 81915. 72019 Le Mans Cedex 2, Arafer, , 99 p. (lire en ligne [PDF])
  34. « 12 déc 2016 – Transport par autocar : les indicateurs toujours à la hausse – Arafer », sur www.arafer.fr (consulté le 12 décembre 2016)
  35. a et b http://www.arafer.fr/wp-content/uploads/2017/03/ARAFER-Bilan-trimestriel-SLO-T4-2016.pdf
  36. Jordan Pouille, « Autocars : Bienvenue à bord du “Précaires express“ », La Vie,‎ ([www.lavie.fr/actualite/societe/autocars-bienvenue-a-bord-du-precaires-express-20-07-2016-74921_7.php lire en ligne])
  37. « Création d'un nouveau statut pour les conducteurs d'autocars Macron », sur Mobilicités (consulté le 10 mars 2017)
  38. « Comment Macron a fait chuter le prix du bus de 43 % en France », Busbud blog,‎ (lire en ligne)
  39. « Cars Macron: Flixbus fait la course en tête », L'Opinion,‎ (lire en ligne)
  40. http://www.vie-publique.fr/actualite/alaune/autocars-six-mois-application-loi-macron-20160307.html
  41. a et b De retour, le TGV Toulouse Barcelone tente de s'adapter à un marché très concurrentiel france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/toulouse/de-retour-le-tgv-toulouse-barcelone-tente-de-s-adapter-un-marche-tres-concurrentiel-968773.html
  42. « Megabus en faillite: "Nous sommes les premières victimes des cars Macron" », LExpansion.com,‎ (lire en ligne)
  43. Autocars : un marché florissant, mais qui accuse encore des pertes http://www.boursorama.com/actualites/autocars-un-marche-florissant-mais-qui-accuse-encore-des-pertes-5c92f359da4ece37c7557162a252d0d3
  44. https://www.humanite.fr/bus-macron-et-maintenant-les-tarifs-vont-etre-revus-la-hausse-613295
  45. a, b, c et d Première polémique sur l’arrivée de la SNCF sur le marché des autocars longue distance http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/09/premiere-polemique-sur-l-arrivee-de-la-sncf-sur-le-marche-des-autocars-longue-distance_4750023_3234.html
  46. http://www.mobilicites.com/011-4084-Jacques-Auxiette-rue-dans-les-brancards-face-aux-autocars-de-la-SNCF.html
  47. Pays de la Loire : sur Nantes Le Mans l'autocar SNCF jusqu'à 7 fois moins cher que le train http://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/pays-de-la-loire-sur-nantes-le-mans-l-autocar-jusqu-7-fois-moins-cher-que-le-train-803031.html
  48. Des régions sonnent la charge contre les autocars de la SNCF https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/021311529309-des-regions-sonnent-la-charge-contre-les-autocars-de-la-sncf-1153717.php
  49. Centre France, « Bus « Macron » - La région Nouvelle-Aquitaine devant le Conseil d'Etat », www.lepopulaire.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  50. Arafer, Arafer, « Chiffres clés 7 novembre 2016 1er rapport annuel sur le marché du transport par autocar et les gares routières (8 août 2015 - 30 juin 2016) » [PDF], sur www.arafer.fr,
  51. Transport conventionné par autocar : l’Arafer aménage le calendrier de transmission des données www.arafer.fr/actualites/transport-conventionne-par-autocar-larafer-amenage-le-calendrier-de-transmission-des-donnees/?context=news
  52. a, b, c et d www.arafer.fr/wp-content/uploads/2016/09/Bilan-trimestriel-ARAFER-TLO-T2-2016.pdf
  53. a et b http://www.arafer.fr/communiques/12-decembre-2016-transport-par-autocar-les-indicateurs-toujours-a-la-hausse/
  54. Alors que le transport en autocar décolle, Ouibus s’associe à l’indépendant Starshipper http://www.usinenouvelle.com/article/alors-que-le-transport-en-autocar-decolle-ouibus-s-associe-a-l-independant-starshipper.N397387
  55. Autocars : qui sont les acteurs du marché ? http://www.lechotouristique.com/article/autocars-qui-sont-les-acteurs-du-marche,76468
  56. OuiBus : les nouveaux cars SNCF bientôt en vente dans les agences de voyages ? Vendredi 4 septembre 2015 par Laury-Anne CHOLEZ http://www.tourmag.com/OuiBus-les-nouveaux-cars-SNCF-bientot-en-vente-dans-les-agences-de-voyages_a75641.html
  57. "Ouibus, une offre de transport low cost mais de haute qualité", selon la SNCF 4 septembre 2015 http://www.tourhebdo.com/actualites/detail/87506/ouibus-une-offre-de-transport-low-cost-mais-de-haute-qualite-selon-la-sncf.html
  58. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/avec-ouibus-la-sncf-va-submerger-la-france-d-autocars-502488.html
  59. Fernbusmarkt startet stabil ins neue Jahr
  60. a et b « Les '"Flixbus" arrivent à Dijon ! - France 3 Bourgogne », sur France 3 Bourgogne (consulté le 27 octobre 2015)
  61. Megabus ouvre de nouvelles liaisons nationales en France http://www.easyvoyage.com/actualite/voyages-a-petit-prix-voyagez-en-france-en-autocar-a-partir-d-un-euro-63205
  62. « Mégabus en grève : "une première vague", selon Abdellah Ait Moussa », RTL.fr, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  63. http://www.mobilicites.com/011-5168-Isilines-etoffe-son-reseau-et-noue-un-accord-avec-voyages-sncf-com.html
  64. a et b « Arafer – Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières », sur www.arafer.fr (consulté le 31 mai 2017)
  65. http://www.20minutes.fr/toulouse/2069391-20170516-toulouse-car-redemarre-laissant-seules-aire-autoroute-340-km-destination
  66. « FlixBus: Billets pas chers - Trajets de bus en France & en Europe », sur www.flixbus.fr (consulté le 30 mai 2017)
  67. « OUIBUS », sur fr.ouibus.com (consulté le 30 mai 2017)
  68. http://www.mobilicites.com/011-5363-Etude-GoEuro.html
  69. a, b et c http://transports.blog.lemonde.fr/2016/10/06/train-pas-cher/
  70. « CREDOC - Informations »
  71. « Bus : la loi Macron adoptée, ouverture massive de lignes en perspective | KelBillet », KelBillet,‎ (lire en ligne)
  72. « Voyage en bus : le confort avant tout - busradar.fr », sur www.busradar.fr (consulté le 31 mai 2017)
  73. https://aide.trainline.fr/article/109-ouibus
  74. Mathilde Cousin et Géraldine Russell, « «Le bus est rapide et beaucoup moins cher que le train» », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  75. Autocar, cars, bus à Paris : compagnies, stations et destinations en France http://www.evous.fr/Autocar-cars-bus-compagnies-stations-destinations-Paris-France-1187814.html
  76. FlixBus carte du réseau https://www.flixbus.fr/voyages-car#/map
  77. a et b « Les accidents d'autocars les plus meurtriers en Europe depuis 2000 »
  78. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/accident-d-autocar-dans-l-aude-deux-morts-et-une-trentaine-de-blesses_1272706.html Accident d'autocar dans l'Aude: deux morts et une trentaine de blessés
  79. A64 : Un mort et 11 blessés dans un accident impliquant un car de pèlerins se rendant à Lourdes et une bétaillère france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/haute-garonne/a64-un-mort-et-11-blesses-dans-un-accident-impliquant-un-car-de-pelerins-se-rendant-lourdes-et-une-betaillere-573904.html
  80. Accident d'autocar dans le Nord : le chauffeur mis en examen http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/accident-d-autocar-dans-le-nord-le-chauffeur-mis-en-examen-7779231128
  81. Montpellier : après la collision Ouibus et camion, ça roule mieux sur l'A9 http://www.midilibre.fr/2016/04/15/montpellier-ca-bouchonne-sur-l-a9-suite-a-un-accident-impliquant-2-vehicules,1318081.php
  82. a et b http://bast.opus.hbz-nrw.de/volltexte/2015/840/pdf/F99b.pdf
  83. a, b et c http://www.usinenouvelle.com/article/l-accident-de-puisseguin-revele-les-maigres-normes-anti-feu-des-autocars.N575293

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lexique[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Pour l'Arafer, une ligne est «définie par un trajet et une politique d’arrêts. Par exemple, la ligne directe Paris-Nantes est différente d’une ligne Paris-Angers-Nantes»
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Pour l'Arafer, une liaison est «une combinaison unique ville de départ-ville d’arrivée (A-B ou B-A) pour un trajet direct. L’adresse des points d’arrêt aux villes de départ et d’arrivée peut différer selon les opérateurs»

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]