Gare de Saint-Louis (Haut-Rhin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Louis (Haut-Rhin)
Image illustrative de l'article Gare de Saint-Louis (Haut-Rhin)
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Ville Saint-Louis
Quartier Centre-Ville
Adresse 1a place de la Gare
68300 Saint-Louis
Coordonnées géographiques 47° 35′ 26″ N 7° 33′ 21″ E / 47.590536, 7.55585647° 35′ 26″ Nord 7° 33′ 21″ Est / 47.590536, 7.555856
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services EuroCity, TER Alsace
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Strasbourg-Ville - Saint-Louis (Bâle)
Saint-Louis à Huningue
Voies 4 + voies de service
Quais 2 centraux
Transit annuel env. 1,10 million[1] (2009)
Altitude 253 m
Historique
Mise en service (première gare)
1910 (gare actuelle)
Correspondances
Bus 604 5 7 9 10 11
Transport à la demande TAD Porte du Sundgau

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Saint-Louis (Haut-Rhin)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Louis (Haut-Rhin)

Géolocalisation sur la carte : Alsace

(Voir situation sur carte : Alsace)
Saint-Louis (Haut-Rhin)

Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin

(Voir situation sur carte : Haut-Rhin)
Saint-Louis (Haut-Rhin)

La gare de Saint-Louis (Haut-Rhin) est une gare ferroviaire française située sur le territoire de la commune de Saint-Louis, dans le département du Haut-Rhin, en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), du réseau TER Alsace, desservie par des trains grandes lignes EuroCity et des trains express régionaux (notamment TER 200)[2].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 253 mètres d'altitude, la gare de Saint-Louis (Haut-Rhin) est située au point kilométrique (PK) 135,215 de la ligne de Strasbourg-Ville à Saint-Louis (Bâle), entre la gare de Bartenheim et la frontière franco-suisse, qui la sépare de la gare de Bâle-Saint-Jean en Suisse.

Gare de bifurcation, elle est également située au PK -0,752 de la ligne de Saint-Louis à Huningue exploitée uniquement pour le fret.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'arrivée du train à Saint-Louis[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre 1837, il est décidé d'ouvrir une ligne entre Strasbourg et Bâle. Mais, plusieurs tracés furent mis en compétition. Le premier passant par Huningue (à l'est de Saint-Louis), le second par Blotzheim puis Bourgfelden (à l'ouest) et le dernier, presque peu connu, celui par Saint-Louis. La municipalité ludovicienne arrivera pourtant à gagner cette compétition en conseillant aux Blotzheimois, aux Bourgfeldenois (devenus Ludoviciens un siècle plus tard) et aux Hésinguois de garder des terres de bonne qualité plutôt qu'avoir une ligne de train (qui couperait les champs). De plus, la présence de l'état-major de la douane royale à Saint-Louis a conforté la place de Saint-Louis pour avoir cette ligne

Le tracé de la ligne Strasbourg - Saint-Louis est donc adopté le . Longue de 136,94 kilomètres, elle est achevée en un temps record de 13 mois. Mais la gare ne sera pas située à l'endroit souhaité par la municipalité. La station aura quand même une ouverture sur la ville.

Le , en 31 minutes et après 28,4 kilomètres entre Mulhouse et Saint-Louis, le train "Ville de Mulhouse" arrive en gare. Cinq jours plus tard, les commissaires du gouvernement peuvent réceptionner la section et le dimanche , la ligne est enfin inaugurée. Le conseil municipal du maire Wittersbach, des personnalités bâloises et des militaires, douaniers ou gendarmes assistent à l'événement. C'est le lendemain que la ligne est ouverte au public.

Depuis le , Saint-Louis est donc reliée par une voie unique sans discontinuité jusqu'à Strasbourg-Koenigshoffen. Il s'agit de la dernière station de la ligne jusqu'en juin 1844. La ligne est alors prolongée jusqu'à Bâle, ville suivante, située en Suisse, en dépit des souhaits de la ville de Saint-Louis. Il s'agit donc de la première station située hors de France.

  • Fréquentation des gares du Sud-Alsace en 1844
Gares arrivées/an arrivées/jour départs/an départs/jour
Mulhouse 724519 1985 713758 1955
Bâle 155348 425 151131 414
Montreux-Vieux 150189 411 146737 402
Saint-Louis 51348 140 52133 142
Huningue 10003 27 11541 31

Jusqu'en 1854, la gare de Saint-Louis est exploitée par la Compagnie du chemin de fer de Strasbourg à Bâle. Celle-ci est absorbée par la Compagnie des chemins de fer de l'Est le 20 avril 1854.

La gare étant devenue station d'enregistrement et de contrôle en 1855, il était indispensable de créer un contrôle douanier obligeant les nombreux passagers émigrants à subir un contrôle médical et un autre concernant les moyens d'existence suffisants exigés. En raison de l'annexion allemande, une nouvelle ligne est créée vers le Pays de Bade via Huningue.

La nouvelle gare[modifier | modifier le code]

L'Alsace-Lorraine étant annexée à l'Empire allemand, la gare de Saint-Louis entre dans le giron de la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL) en 1871.

Au début du XXe siècle, la municipalité envisage de créer une nouvelle gare. Ceci sera fait après 1910 et permettra de supprimer deux passages à niveaux (rue de Bâle et rue de Belfort, actuellement avenue du général de Gaulle).

Le , la gare entre dans le réseau de l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL), à la suite de la victoire française lors de la Première Guerre mondiale. Puis, le , cette administration d'État forme avec les autres grandes compagnies la SNCF, qui devient concessionnaire des installations ferroviaires de Saint-Louis. Cependant, après l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine, c'est la Deutsche Reichsbahn qui gère la gare pendant la Seconde Guerre mondiale, du jusqu'à la Libération (en 1944 – 1945).

Le , le premier train électrique quitte la gare en présence des chefs de gare ludoviciens et bâlois, respectivement M. Kauffmann et M. Lidolf.

Le , à l'occasion du tricentenaire de Saint-Louis, la locomotive BB 15005 a été baptisée du nom de Saint-Louis. La marraine n'est autre que Mme Bachmann, femme du maire de l'époque puisque ce dernier était un ancien cheminot.

Les EuroCity Iris et Vauban seront supprimés le 3 avril 2016, en prévision de la mise en service du second tronçon de la LGV Est.

L'extension de la ligne 3 du tramway de Bâle jusqu'à la gare devrait être mise en service en 2018[3].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Autobus du réseau Distribus devant la gare.

Gare SNCF[2], elle dispose d'un bâtiment voyageurs avec des guichets ouverts tous les jours. Elle est équipée de distributeurs automatiques de titres de transport TER et d'aménagements pour l'accessibilité des personnes à mobilité réduite, notamment des places de parking réservées, des rampes d'accès, des guichets et toilettes aménagés, et des chariots élévateurs. Un parc à vélos et un parking pour les véhicules sont disponibles.

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains suivants :

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Le réseau Distribus de la communauté de communes des trois frontières propose une navette entre la gare et l'Aéroport de Bâle-Mulhouse-Fribourg et des lignes de bus urbains.

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[4].

Le document de référence du réseau (DRR) pour l'horaire de service 2017 indique que la gare dessert une installation terminale embranchée[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La région Alsace inaugure le parc à vélos de la gare de Saint-Louis Secteurpublic.fr
  2. a et b Site SNCF TER Alsace, Gare de Saint-Louis lire en ligne (consulté le 18 novembre 2010)
  3. Pierre-Alexis Larcher, « Le retour du tramway à Saint-Louis », sur tc-alsace.eu,‎ (consulté le 11 octobre 2015).
  4. Sire Fret SNCF : la gare de Saint-Louis.
  5. DRR - Horaire de service 2017 sur le site de SNCF Réseau.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Paul-Bernard Munch, Saint-Louis Porte de France, éditions Coprur, 1995.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

La gare de Saint-Louis (Haut-Rhin) sur ter.sncf.com Alsace, un site officiel de la SNCF

Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Bruxelles-Midi Mulhouse-Ville EC Bâle-SNCF Bâle-SNCF
Luxembourg
ou Nancy-Ville
ou Strasbourg-Ville
Mulhouse-Ville TER 200 Bâle-SNCF Bâle-SNCF
Strasbourg-Ville
ou Mulhouse-Ville
Saint-Louis-la-Chaussée TER Alsace Bâle-Saint-Jean Bâle-SNCF