Série dérivée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir spin-off et Produit dérivé (marketing).
Ne pas confondre avec la dérivée d'une série de fonctions.

Une série dérivée ou spin-off (aussi utilisé en français européen) est une œuvre sérielle de fiction centrée sur un ou plusieurs personnages (généralement secondaires) d'une œuvre préexistante, ayant pour cadre le même univers de fiction plus ou moins proche.

Le découpage d'un récit en séquence, en épisode, le tout formant une série est un procédé très ancien : la trame narrative d'une cosmogonie illustre parfaitement ce procédé ainsi que ses dérivés : on considère que l'ensemble des histoires tournant autour des dieux d'un panthéon constitue à la fois un univers en soi et une trame sérielle possédant ses dérivés. La littérature profane s'en empare dès le Moyen Âge, puis le théâtre, les journaux et enfin le cinéma, la télévision et le web.

Histoire et évolution[modifier | modifier le code]

Lié au développement des médias de masse, le spin-off est l'héritier du roman-feuilleton du XIXe siècle (par exemple, avec La Comédie humaine de Balzac), et d'une manière générale, de toute histoire structurée sous la forme d'épisodes ; cette façon d'écrire et de structurer un récit n'est pas nouvelle, par exemple Les Mille et Une Nuits propose une structure que l'on trouve aussi bien en Orient qu'en Occident (voir par exemple, Boccace ou Geoffrey Chaucer) peu avant la Renaissance.

Le concept est très simple : l'histoire originelle propose une trame narrative, un univers, une galerie de personnages. L'auteur choisit soit d'évoquer ce qui se passe avant la diégèse (« présuite »), soit en parallèle (une histoire B qui prend son autonomie ou totalement inventée par rapport à l'axe dramaturgique d'origine), soit après (une suite mais autonome, ne reprenant pas nécessairement tout ce qui constituait les ressorts de l'intrigue originelle). Dans les années 1860, des auteurs ont choisi d'écrire par exemple une suite au Comte de Monte Cristo, à propos de son fils, lequel n'avait pas du tout été imaginé par Alexandre Dumas. Avec la naissance du cinéma, dès avant 1914, le concept de serial apparaît : certains auteurs s'inspirent d'une œuvre littéraire existante à succès qu'ils adaptent en fonction d'une commande et du public, et prennent des libertés.

Avec l'arrivée de la télévision, ce procédé s'est particulièrement développé aux États-Unis dans le domaine des séries télévisées à succès : par exemple, Les Simpson, est issue d'un sketch diffusé dans The Tracey Ullman Show. La série dérivée télévisuelle présente un gros intérêt : la réduction des risques et des coûts de son lancement puisqu'elle bénéficie de la notoriété et de la popularité d'une œuvre préexistante à succès. Elle permet également souvent de retrouver l'esprit, l'ambiance et l'univers de créateurs de séries à succès. Par exemple, Chris Carter, le scénariste des X-Files a écrit une série dérivée, The Lone Gunmen : Au cœur du complot.

En France la société AB Productions de Jean-Luc Azoulay, s'est fait une spécialité du spin-off. Ainsi les personnages Justine Girard et sa sœur Hélène se passent le relai de la série potache Salut les Musclés à Hélène et les Garçons en passant par Premiers Baisers. Hélène génère ensuite trois dérivés, Le Miracle de l'amour, Les Vacances de l'amour et Les Mystères de l'amour.

Typologie des séries dérivées[modifier | modifier le code]

On peut distinguer :

  • La série dérivée dans laquelle un ou plusieurs personnages d'une série préexistante se voi(en)t attribuer un rôle plus important. Par exemple, Gary Ewing (interprété par l'acteur Ted Shackelford), personnage secondaire du feuilleton Dallas, deviendra l'un des personnages principaux de Côte Ouest, tout comme Sarah Reeves (Jennifer Love Hewitt), de La Vie à cinq, deviendra le personnage central de la série Sarah. Dans ce cas, la série dérivée et la série-mère coexistent de manière indépendante, avec la possibilité de crossover ultérieurs.
  • De nouveaux personnages sont spécialement créés dans la série-mère afin de lancer le spin-off. Par exemple, le personnage de Jake Hanson (joué par Grant Show) dans Beverly Hills 90210 n'a été a priori créé que pour lancer Melrose Place, dont il sera l'un des principaux protagonistes. De même, les héros de la série Les Experts : Miami sont d'abord apparus dans un épisode des Experts. Ce cas est retrouvé dans la série dérivée NCIS : Los Angeles où certains héros de la série sont d'abord apparus dans la série mère NCIS : Enquêtes spéciales, et plus récemment dans Arrow, où Barry Allen a été introduit avant d'avoir sa propre série, The Flash.
  • Un personnage récurrent d'une série-mère continue d'interpréter le rôle qu'il y tenait après l'arrêt de cette série, dans son spin-off. Un exemple très illustratif est celui du personnage de Joey Tribbiani, interprété par Matt LeBlanc : après l'arrêt de Friends, dont l'action se situe à New York, on est invité à suivre les aventures de Joey à Los Angeles, dans la série Joey.
  • Une série dérivée peut aussi être créée à partir d'un univers, d'un thème préexistants dans une autre série, sans que des intrigues ou des personnages soient « partagés » par les deux. C'est le cas des différentes versions de Star Trek ou de Stargate. La terminologie anglo-saxonne emploie parfois alors le terme de « franchise ».

Exemples[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Allemandes[modifier | modifier le code]

Américaines[modifier | modifier le code]

Le succès de ces séries dérivées est très variable : alors que certaines sont très populaires et peuvent durer plusieurs saisons (les spin-offs de Star Trek ou des Experts, par exemple), certaines ne plaisent pas au public et ont des durées de vie bien plus courtes (The Lone Gunmen : Au cœur du complot).

Australiennes[modifier | modifier le code]

Britanniques[modifier | modifier le code]

Canadiennes[modifier | modifier le code]

Françaises[modifier | modifier le code]

En France, au début des années 1990, les séries dérivées sont fréquentes, multiples, et parfois à plusieurs niveaux, avec notamment les séries d'AB Productions : Salut Les Musclés a eu deux spin-offs, La Croisière foll'amour et Premiers Baisers ; Premiers Baisers a eu comme série dérivée Hélène et les Garçons, qui à son tour a eu comme spin-offs enchaînés les séries Le Miracle de l'amour, Les Vacances de l'amour, et Les Mystères de l'amour.

Internationales[modifier | modifier le code]

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

On a aussi recours aux spin-offs dans les comics. À cet égard, on peut citer les aventures de Superboy ou Supergirl issus de la série Superman. Les éditions Marvel ont publié un certain nombre d'aventures de super-héros, d'abord personnages secondaires de précédentes séries, tels que le Surfer d'Argent qui apparaît pour la première fois dans un épisode des Quatre Fantastiques.

Mangas et anime[modifier | modifier le code]

Séries animées[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Dans le domaine cinématographique, le procédé est plus rarement employé mais existe également.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cinq questions sur le spin-off d'Harry Potter », FIGARO,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]