Catwoman (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Catwoman
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film.
Titre québécois La Femme-Chat
Réalisation Pitof
Scénario John Brancato
Michael Ferris
John Rogers
Musique Klaus Badelt
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros.
Village Roadshow Pictures
Di Novi Pictures
Frantic Films
Maple Shade Films
Catwoman Films
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Fantastique
Super-héros
Durée 104 minutes
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Catwoman, ou La Femme-Chat au Québec[1],[2] est un film fantastique et de super-héros américain réalisé par Pitof, sorti en 2004.

Il s'agit d'un film librement inspiré du personnage de Catwoman de l'éditeur DC Comics. Il met en scène une héroïne inventée spécialement pour le film, Patience Phillips, interprétée par Halle Berry. Le film traite de la transformation en Catwoman de Patience à la suite de sa mort après avoir découvert un complot caché par son employeur, une marque de cosmétiques. Elle cherchera alors à retrouver les responsables, Laurel (Sharon Stone) et George Hedare (Lambert Wilson), pour se venger.

Lors de sa sortie, le film reçoit des critiques majoritairement négatives, considéré par beaucoup comme l'un des pires films jamais réalisés. Il est par la suite nommé sept fois à la 25e cérémonie des Razzie Awards où il remporte les prix de pire film, pire actrice, pire réalisateur et pire scénario. Financièrement, il a été un échec au box-office, peinant à rembourser son budget, et faisant de lui un « flop ».

Synopsis[modifier | modifier le code]

Synopsis général[modifier | modifier le code]

Patience Phillips est une graphiste timide travaillant pour la marque de cosmétique Hedare Beauty. Elle est chargée de créer le packaging de Beau-Line, la nouvelle crème de la marque, un produit révolutionnaire capable d'inverser les effets du vieillissement. Un soir, alors qu'elle doit présenter son projet à son patron à l'usine, elle fait la découverte d'un complot : la crème provoque de dangereux effets secondaires.

À la suite de cette découverte, Patience est assassinée. Elle ramenée à la vie par un mau égyptien et développe des capacités similaires à celles d'un chat. Sous l'identité de Catwoman, elle décide de retrouver ceux responsable de sa mort pour se venger.

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Graphiste timide et introvertie, Patience Phillips (Halle Berry) est employée chez une compagnie de cosmétiques, Hedare Beauty, prête à commercialiser un nouveau produit de beauté nommé Beau-Line, capable d'inverser les effets du vieillissement. Cependant, tandis que Patience doit aller porter un concept en retard au directeur de la compagnie, George Hedare (Lambert Wilson), elle surprend une discussion entre le scientifique Dr Ivan Slavicky (Peter Wingfield) et Laurel Hedare (Sharon Stone), la femme du directeur, parlant de dangereux effets secondaires qui pourraient survenir avec l'utilisation à long terme de ce produit de beauté.

Patience est repérée ; elle tente de s'échapper mais en s'enfuyant, elle se fait piéger dans un conduit d'évacuation, que ses poursuivants mettent aussitôt en marche. Elle est alors propulsée au dehors, dans la rivière, se noie et meurt. Par la suite, Patience est mystérieusement ramenée à la vie par un mau égyptien[3], et développe des capacités similaires à celles d'un chat ainsi qu'un désir insatiable de vengeance envers ceux qui l'ont tuée.

Une chercheuse nommée Ophelia Powers (Frances Conroy) lui explique que les maus égyptiens sont des messagers de la déesse Bastet, et que c'est à la fois un privilège et une malédiction[3]. Portant un masque pour conserver son anonymat, Patience rôde la nuit sous l'identité de Catwoman cherchant des réponses sur ceux qui ont tenté de la tuer.

Finalement, ses recherches la guident vers Laurel Hedare, qui assassine son mari pour infidélité et accuse Catwoman de l'avoir tué, ce qui fait qu'elle est désormais poursuivie par les forces de l'ordre puis découverte et capturée. Patience s'enfuit et se confronte par la suite à Laurel dans son bureau, révélant que Laurel est la seule responsable de la mort de Patience. Pendant le combat, Patience griffe le visage de Laurel, et cette dernière mourra par la suite. Patience finira par choisir de continuer de vivre en transgressant la loi tout en appréciant sa liberté sous son identité de Catwoman.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Le film est connu comme un exemple de « development hell (en) ». Sa production est envisagée dès 1993, en même temps que la préparation de Batman Forever. Le scénario passa entre les mains de 28 scénaristes, pour avoir à la fin une Catwoman très éloignée de celle imaginée par Bob Kane. Il y eut d'ailleurs un arbitrage de la Writers Guild of America, car seuls un maximum de 4 scénaristes peuvent être crédités pour un film[20],[21].

Le rôle était apparemment d'abord censé revenir à Michelle Pfeiffer (qui avait déjà joué le rôle de Catwoman dans Batman : Le Défi) mais elle refusa quand elle vit le concept du costume. La scène finale où Catwoman marche droit devant elle sur les toits de la ville dans le soleil couchant n'est pas sans rappeler les dernières lignes du récit de Rudyard Kipling intitulé Le Chat qui s'en va tout seul. Voici ces dernières lignes : « … il est le chat qui s'en va tout seul et tous lieux se valent pour lui. Alors, il s'en va par les chemins mouillés du bois sauvage, sous les arbres, et sur les toits. Remuant la queue, et tout seul. » La firme EA Games a réalisé une adaptation vidéoludique du film dans laquelle Halle Berry « prête » son corps et sa voix à l'héroïne.

Comme analyse, la production déclare que le film se veut féministe[22],[23],[24],[25] et dénonce aussi les industries de cosmétiques qui diffusent un faux messages aux femmes[26].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Catwoman
Score cumulé
SiteNote
Metacritic27/100[Note 2]
Rotten Tomatoes9 %[Note 3]
Allociné2.4 étoiles sur 5[Note 4]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Il a reçu un accueil très défavorable, avec une note de 9 % sur le site Rotten Tomatoes basé à partir de 198 évaluations. Le film obtient 27 % sur Metacritic et une note utilisateur de 3,6 le classant ainsi sous la catégorie de « généralement défavorable[27] ». Le film apparait dans la liste des pires films de Roger Ebert[28].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a atteint 82 102 379 $. Durant sa place au top 50 des charts, le DVD a rapporté plus de 78 millions $ en location.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 40 202 379 $[29],[30] 13
Drapeau de la France France 800 000 entrées - -
Monde Total hors États-Unis 41 900 000 $ - -
Monde Total mondial 82 102 379 $ - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entre 2004 et 2005, le film Catwoman a été sélectionné 22 fois dans diverses catégories et a remporté 13 récompenses[31],[32].

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Cercle féminin des critiques de cinéma 2004 : Prix WFCC de la meilleure performance comique pour Halle Berry.
  • The Stinkers Bad Movie Awards 2004 :
    • Pire sens de l'orientation (arrêtez-les avant qu'ils ne dirigent à nouveau !) pour Pitof,
    • Pire actrice pour Halle Berry,
    • Pire actrice dans un second rôle pour Sharon Stone,
    • Pires effets spéciaux (Effets spéciaux les moins «spéciaux»),
    • Pire film.
  • Prix Schmoes d'or (Golden Schmoes Awards) 2004 : Schmoes d'or du pire film de l'année.

Nominations[modifier | modifier le code]

  • The Stinkers Bad Movie Awards 2004 :

Sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Classification États-Unis : « Classé PG-13 pour la violence d'action et une certaine sensualité. »
  2. Moyenne réalisée sur 35 critiques
  3. Moyenne réalisée sur 197 critiques
  4. Moyenne réalisée pour 17 titres de presse
  5. a et b Fait rare de cette 25 cérémonie des Razzie Awards, Halle Berry (Actrice) et John Rogers (scénariste), viennent eux-mêmes chercher leurs récompenses. Ce qui ne s'est produit que 4 fois depuis la création de la cérémonie. Halle Berry déclare : « Si vous n'êtes pas capable d'être un bon perdant, vous ne pouvez pas être un bon vainqueur ».
  6. Une femme est déposée sur le côté d'un immeuble. À l'aide d'un descendeur, elle se défait de deux enveloppes, s'écrase à travers une lucarne et tombe au sol.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La femme chat », sur Cinoche.com (consulté le )
  2. « La Femme-Chat (v.o.a) Catwoman », sur Doublage QC (consulté le )
  3. a b et c « Catwoman - Halle Berry Production Notes: Catting Around », sur madeinatlantis.com (consulté le )
  4. Klaus Badelt - Catwoman (Original Motion Picture Score) (lire en ligne)
  5. « Catwoman - Halle Berry Production Notes: A Suitable Fit », sur madeinatlantis.com (consulté le )
  6. Pitof, Catwoman, Warner Bros., Village Roadshow Pictures, DiNovi Pictures, (lire en ligne)
  7. a et b « Catwoman - Halle Berry Production Notes: Kitten With A Whip », sur madeinatlantis.com (consulté le )
  8. (en) « Catwoman - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  9. « Budget du film Catwoman », sur JP box-office.com (consulté le ).
  10. (en) « Budget du film Catwoman », sur Box Office Mojo.com (consulté le ).
  11. (en) « Catwoman - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  12. (en) « Catwoman - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  13. « Première mondiale du film Catwoman au Cinerama Dome, 6360 Sunset Boulevard, Los Angeles, California, United States le 19 juillet 2004 », sur alamyimages.fr (consulté le ).
  14. a et b « La femme chat », sur cinoche.com (consulté le ).
  15. a et b « Catwoman », sur cinebel.dhnet.be (consulté le ).
  16. « Catwoman », sur cineman.ch (consulté le ).
  17. (en) « Catwoman - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  18. « Visa et Classification - Fiche œuvre Catwoman », sur CNC (consulté le ).
  19. « Guide Parental suisse », sur filmrating.ch (consulté le ).
  20. (en) « 10 remarkable things about Catwoman », sur Den of Geek,
  21. (en) « Catwoman in name only », sur Dorkadia,
  22. « The Cat's Meow », madeinatlantis,‎ (lire en ligne)
  23. « Halle Berry Interview: We are always searching our true selves », sur web.archive.org (consulté le )
  24. « I became more confident », madeinatlantis,‎ (lire en ligne)
  25. « This movie is about women empowerment », madeinatlantis,‎ (lire en ligne)
  26. « Catwoman - Halle Berry Production Notes: Very Unique Picture », sur web.archive.org, (consulté le )
  27. (en) « Catwoman », sur Metacritic (consulté le )
  28. (en) Ebert, Roger, « Catwoman », sur Chicago Sun-Times, (consulté le )
  29. (en) « Catwoman », sur Box office Mojo (consulté le )
  30. (en) « Catwoman, Imdb »
  31. (en) « Catwoman - Distinctions » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  32. « Palmares du film Catwoman », sur Allociné (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]