Dragon Ball Super

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Super Dragon Ball Z.
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Dragon Ball Super
Image illustrative de l'article Dragon Ball Super
Logo original de la série.
ドラゴンボールスーパー
(Doragon bōru sūpā)
Genre Action
Aventure
Thèmes Arts martiaux
Science-fiction
Manga
Cible
éditoriale
Shōnen
Scénariste Akira Toriyama
(idée originale)
Dessinateur Toyotarō
Éditeur (ja) Shūeisha
(fr) Glénat
Prépublication Drapeau du Japon V Jump
Sortie initiale en cours
Volumes 8
Anime japonais
Réalisateur
Kimitoshi Chioka
Producteur
Osamu Nozaki
Naoko Sagawa
Atsushi Kido
Scénariste
Studio d’animation Toei Animation
Compositeur
Norihito Sumitomo
Licence (ja) Toei Animation
(fr) Toei Animation Europe
Chaîne Drapeau du Japon Fuji TV
1re diffusion
Épisodes 131

Autre

Dragon Ball Super (ドラゴンボールスーパー, Doragon bōru sūpā?) est une série télévisée d'animation japonaise produite par le studio Toei Animation, diffusée du au sur la chaîne Fuji TV. Akira Toriyama, auteur du manga original, est crédité en tant que scénariste et responsable du concept art des personnages[1] de cette série, qui fait office de suite directe à son œuvre.

En France, la série est diffusée depuis le [2],[3] sur Toonami[4],[5] en version censurée[6], depuis le sur la même chaîne en version intégrale non-censurée[7] et depuis le sur NT1[8]. Le doublage de la version française est réalisé par l'équipe habituelle de la saga[9] (active depuis 1988) et par les nouveaux comédiens intégrés depuis Dragon Ball Z Kai en 2011[10].

L'action se déroule quelque temps après la défaite de Boo, faisant suite à Dragon Ball Z. Le début de l'histoire est une réécriture de l'intrigue des films Dragon Ball Z: Battle of Gods et Dragon Ball Z : La Résurrection de ‘F’, puis la série se poursuit avec des arcs inédits.

Une adaptation en manga, dessinée par Toyotarō, est prépubliée dans le magazine V Jump depuis le et compilée en quatre tomes au au Japon. La version française du manga est éditée par Glénat depuis le [11].

Un long métrage, Dragon Ball Super: Broly, est sorti le au Japon et début 2019 dans le reste du monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chronologie de Dragon Ball.

L'histoire de Dragon Ball Super est une suite directe du manga d'Akira Toriyama et de la série Dragon Ball Z. Elle se situe après la fin de l'arc Boo et avant le début du 28e Championnat du Monde d'arts martiaux. Elle ne reprend donc pas le scénario de la série Dragon Ball GT.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après le combat contre Boo, la Terre connait une période de paix. Cependant, le dieu de la destruction, Beerus (破壊神ビルス, Hakaishin Birusu?), vient de se réveiller d'un sommeil de 39 ans avec l'intention d'affronter le Super Saiyan Divin (超サイヤ人ゴッド, Sūpā Saiya-jin Goddo?), le guerrier légendaire dont parle une ancienne prophétie exprimée par le Poisson Oracle.

Beerus part alors à la recherche de ce Super Saiyan Divin. Il apparaît sur la planète Kaio, là où se trouve Son Goku. Ce dernier décide de l'affronter mais malgré sa puissance en Super Saiyan 3, il ne parvient pas à le battre. Beerus va ensuite sur Terre accompagné de l'ange, Whis. Ils rencontrent Bulma, qui va les inviter à sa fête d'anniversaire. Tout se passe bien jusqu'au moment où Boo mange tous les flans. Beerus s'énerve et menace de détruire la planète Terre.

Personnages[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Personnages de Dragon Ball.

Les personnages principaux du manga Dragon Ball sont présents dans la série. Jaco, le patrouilleur galactique et Tights, la grande sœur de Bulma, tous deux créés en 2013 par Akira Toriyama dans le manga Jaco the Galactic Patrolman, apparaissent également. Les nouveaux personnages sont Beerus, le dieu de la destruction et Whis, son maître. Freezer fait également son retour avec une nouvelle transformation : Golden Freezer.

Dragon Ball Super introduit également la notion d'univers parallèles, fonctionnant par paires ; lorsque la somme de deux univers totalise 13, ils sont jumeaux[12]. Son Goku et ses amis proviennent de l'univers 7 et se retrouvent confrontés aux habitants de l'univers 6 lors d'un tournoi organisé avec Champa, dieu de la destruction de cet univers et frère de Beerus, accompagné de Vados, sa maîtresse et sœur de Whis.

Plus tard, un tournoi pour la Survie de l'univers est organisé par le roi Zeno et le roi Zeno du futur, considérés comme les dieux de tous les univers réunis. Ils ont pour garde du corps le Grand Prêtre, le père de Whis et de Vados. C'est Son Goku qui a provoqué le tournoi du pouvoir. Ce tournoi met en avant des ennemis dotée d'une grande puissance, comme Hit de l'univers 6, un assassin de renom qui a pour légende d'avoir toujours réussi à réaliser le travail pour lequel il était engagé, Toppo et Jiren, membres des Pride Troopers de l'univers 11, qui est considéré comme le guerrier le plus fort du tournoi.

Production[modifier | modifier le code]

Akira Toriyama, créateur du manga original Dragon Ball.

La production de Dragon Ball Super, suite directe à Dragon Ball Z, est annoncée en avril 2015[13],[14]. Celle-ci est réalisée au sein du studio Toei Animation par Kimitoshi Chioka, tandis qu'Akira Toriyama, l'auteur original du manga, est crédité comme scénariste et responsable du concept art des personnages[1]. Toei Animation a ensuite annoncé qu'Atsushi Kido (producteur ayant travaillé sur l'arc Freezer dans Dragon Ball Z), Naoko Sagawa et Osamu Nozaki seraient les producteurs de l’anime[15]. Le même mois, la seiyū japonaise Masako Nozawa a été confirmée pour reprendre ses rôles de Son Goku, Son Gohan et Son Goten[1].

En mai 2015, Norihito Sumitomo, qui a composé la musique pour Battle of Gods et La Résurrection de ‘F’, est annoncé comme compositeur de la série[16].

En juin 2015, un premier teaser de la série a été diffusé juste après l'épisode 157 de Dragon Ball Z Kai[17]. Le même mois, les personnages principaux de la série et la distribution vocale originale sont annoncés[18],[19]. Les personnages Beerus et Whis, provenant du film Battle of Gods, sont annoncés comme réguliers[18] et deux nouveaux personnages sont dévoilés, dont l'un se nomme Champa[19],[20],[21]. Peu après, Toei Animation Europe a annoncé un total de 100 épisodes pour la série, ce que le studio japonais n'a pas confirmé[22], avant de finalement revenir à un nombre inconnu quelques jours plus tard[23].

Après les deux premiers arcs qui rescénarisent les films[24], Akira Toriyama a prévu des épisodes exclusifs lors d'un « grand tournoi entre deux univers » avec de nouveaux personnages[12],[25],[26].

La série est inédite à l'international jusqu'à l'été 2016 et sa diffusion en Israël et au Portugal[27]. La série est ensuite proposée à partir du en simulcast dans les pays anglophones sur Crunchyroll, Daisuki.net et Anime Lab[28], puis sur Funimation début novembre 2016[29].

En France, la diffusion de l’anime a été annoncée entre l'automne [30] et l'hiver sur Toonami[4],[5]. Cette même chaîne a officialisé la diffusion début avec une programmation des 27 premiers épisodes[31]. Quelques jours après, le comédien Patrick Borg (voix française de Son Goku) a précisé, lors de la Paris Games Week 2016, que la diffusion devrait commencer à partir de [32],[33]. Début décembre 2016, Toei Europe annonce officiellement la date de diffusion pour le sur Toonami[2],[3] dans une version censurée, ceci afin d'adapter la série à un « jeune public[6] ». La chaîne a annoncé par la suite qu'elle diffuserait une version intégrale non-censurée[34] dès le [7]. La série est également diffusée depuis le sur NT1[8].

En janvier 2018, il est annoncé que la diffusion de la série s'arrêtera en mars 2018 après l'arc Survie de l'univers et la sixième saison de Kitaro le repoussant sera diffusée en remplacement[35]. Toutefois, le vingtième film de la franchise Dragon Ball, Dragon Ball Super: Broly, sorti le au Japon, fait suite aux événements de la série[36].

Anime[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau du Japon version japonaise : 131 (en pause), licence Toei Animation, du [37] au [35] sur Fuji TV
Drapeau de la France version française : 116 (en pause), licence Toei Animation Europe
depuis le [2],[3] sur Toonami[4],[5],[9] (version censurée[6])
depuis le sur Toonami[7] (version intégrale non-censurée[7])
depuis le sur TFX[8] (anciennement NT1) (version intégrale non-censurée)

Liste des épisodes[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, le doublage français de l’anime par l'équipe habituelle de la saga est annoncé durant l'année 2016[9],[38]. En juin 2016, Éric Legrand (voix entre autres de Vegeta et Yamcha) confirme le début du doublage de la série au cours de ce même mois[39]. La Toei a, de son côté, confirmé le doublage des 52 premiers épisodes[33] mais la diffusion s'est arrêtée au 46e épisode (soit à la fin de l'arc Dieu de la destruction Champa). En juillet 2017, la reprise du doublage pour les épisodes inédits est annoncée pour le 23 octobre 2017 avec les épisodes 53 à 76[40].

Personnages[18] Voix japonaises[18] Voix françaises[41],[42],[43]
Son Goku Masako Nozawa Patrick Borg
Black Goku
Son Gohan
(Son Gohan du futur - flashback)
Mark Lesser
Son Goten Brigitte Lecordier
Vegeta Ryō Horikawa Éric Legrand
Trunks Takeshi Kusao Anouck Hautbois
Trunks du futur Mark Lesser
Lavender Stéphane Marais
Narirama
Hyssop
Bulma Hiromi Tsuru[44] (1re voix, jusqu'à l'ép. 96[44])
Aya Hisakawa[45] (2e voix[45])
Céline Monsarrat
Bulma du futur Hiromi Tsuru
Tights Brigitte Lecordier
Piccolo Toshio Furukawa Philippe Ariotti
Krilin Mayumi Tanaka Monique Nevers
Yajirobé Marc Bretonnière
Yajirobé du futur
Baba la voyante
Beerus Kōichi Yamadera Bruno Magne
Whis Masakazu Morita Bruno Méyère
le clone de Vegeta Éric Legrand
Iru, le Kaioshin de l'univers 8 Yoann Borg
Rabanra
Tortue Géniale Masaharu Satō Gilbert Lévy
C-18 Miki Itō Brigitte Lecordier
Chichi Naoko Watanabe Jennifer Fauveau
Poil
Videl Yūko Minaguchi
Pan
Gotenks Masako Nozawa
Takeshi Kusao
Brigitte Lecordier
Jaco Tsubasa Yonaga Benjamin Pascal
Yamcha Tōru Furuya Éric Legrand
Ten Shin Han Hikaru Midorikawa Marc Bretonnière
Dendé Aya Hirano Marie Giraudon
Mr Satan Unshō Ishizuka Frédéric Bouraly
Kaseral
Vegetto Masako Nozawa
Ryo Horikawa
Patrick Borg
Éric Legrand
Marron Hiroko Ushida
Freezer Ryūsei Nakao Philippe Ariotti
Frost
Zamasu Shinichiro Miki Antoine Nouel
Zamasu du futur
Cus Hiromi Konno
Gowasu, le Kaioshin de l'univers 10 Tetsuo Gotō Marc Bretonnière
Rhumushi, le dieu de la destruction de l'univers 10 Yasuhiko Kawazu
Mr Popo
Oolong Naoki Tatsuta Philippe Ariotti
Goldoma Patrick Borg
Rex
le roi galactique Ken Uo Antoine Nouel
Maître Karin
Pilaf Shigeru Chiba Benjamin Pascal
Shu Tesshō Genda Stéphane Marais
Mai Eiko Yamada Joséphine Ropion
Mai du futur
Mister Boo Kōzō Shioya Patrick Borg
Pell, le Kaioshin de l'univers 2
Helles, la déesse de la destruction de l'univers 2 Masumi Asano Joséphine Ropion
Vikal
Kibitoshin (fusion) Shinichiro Ohta Vincent de Bouard
Shin, le Kaioshin de l'univers 7
Doyen Kaio Ryōichi Tanaka Gilbert Lévy
Dr Brief Marc Bretonnière
Comfrey
Vados Yuriko Yamaguchi Marie Giraudon
Fuwa, le Kaioshin de l'univers 6 Yasunori Masutani
Rô, le Kaioshin de l'univers 9 Philippe Bozo
Oregano
le roi Zeno Satomi Kōrogi Brigitte Lecordier
Sorrel
le Grand Prêtre Masaya Takatsuka Gilbert Lévy
C-17 Shigeru Nakahara Thierry Bourdon
Chaozu Hiroko Emori Céline Monsarrat
Mme Brief Marie Giraudon
Shenron / Super Shenron Ryūzaburō Ōtomo Antoine Nouel
Gyumao Marc Bretonnière
Kibito Shin Aomori
Champa Mitsuo Iwata
Shisami Tetsu Inada
Piroshiki Hisao Egawa
Pirina
Bubbles Takahiro Fujimoto Marc Bretonnière
Tortue
Pizza
Sorbet  Shiro Saito Antoine Nouel
Potage José Luccioni
Tagoma Kazuya Nakai Stéphane Marais
Ginyu Katsuyuki Konishi
Cabba Daisuke Kishio
Liquir, le dieu de la destruction de l'univers 8
Nigrisshi
Caulifla Yuka Komatsu
Kale Yukana
Hopp
Kafla Yuka Komatsu
Yukana
Saonel Nobutoshi Kanna
Pran Nobuyuki Hiyama
le seigneur Zuno Keiichi Sonobe Vincent de Bouard
Monaka Masami Kikuchi
Vermoud, le dieu de la destruction de l'univers 11 Philippe Bozo
Dr Rota
The Preecho
Botamo Yasuhiro Takato Gilbert Lévy
Ugg, le Kaioshin de l'univers 12
Hit Kazuhiro Yamaji Antoine Nouel
Grill Jiro Saito Jhon Rachid
Aralé Norimaki Mami Koyama
Campari Bin Shimada
Dyspo
Air, le Kaioshin de l'univers 3 Makoto Naruse Stéphane Marais
Marcarita Ai Sasaki Jennifer Fauveau
Kai, le Kaioshin de l'univers 11 Taishi Tamura Yoann Borg
Arak, le dieu de la destruction de l'univers 5
Oguma, le Kaioshin de l'univers 5 Megumi Urawa Yoann Borg
Sidra, le dieu de la destruction de l'univers 9 Yasuhiro Mamiya Benjamin Pascal
Jimeze
Rosell
Gregory Yūsuke Numata Antoine Nouel
Quitela, le dieu de la destruction de l'univers 4
Kull, le Kaioshin de l'univers 4 Tomomichi Nishimura Antoine Nouel
Biarra
Basil Tsuyoshi Koyama Benjamin Pascal
Bergamo Eiji Takemoto Éric Peter
Nink
Toppo Kenji Nomura José Luccioni
Jiren Eiji Hanawa Boris Rehlinger
Gyn, le Dieu de la destruction de l'univers 12 Yūsei Oda
Katopesla
Anat, le Kaioshin de l'univers 1 Benjamin Pascal
Brianne de Chateau Rina Kitagawa Cécile Vigne
Sanka Ku Ryōko Shiraishi Christèle Billault
Tupper Volcano Ōta
Zirloin
Hermila Masaya Takatsuka
Shosa
Chapill
Ganos Hiroaki Miura
Caway Mariko Kōda
Dercori Naomi Shindō
Majora Mitsuo Iwata
Maître Kaio Jōji Yanami (1re voix, ép. 1 à 11)
Naoki Tatsuta (2e voix)
Gilbert Lévy
le narrateur Michel Ruhl

Musique[modifier | modifier le code]

Générique de début
Épisodes 1 à 76 : Chōzetsu☆Dynamic! (超絶☆ダイナミック!?) de Kazuya Yoshii
Épisodes 77 à 131 : Genkai Toppa x Survivor (突破限界xサバイバー?) de Kiyoshi Hikawa
Générique de fin
Épisodes 1 à 12 : Hello Hello Hello (ハローハローハロー?) de Good Morning America
Épisodes 13 à 25 : Starring Star (スターリングスター?) de Keytalk
Épisodes 26 à 36 : Usubeni (薄紅?) de Lacco Tower
Épisodes 37 à 49 : Forever Dreaming de Czecho No Republic
Épisodes 50 à 59 : Yoka Yoka Dance (よかよかダンス?) de Batten Show Jo Tai
Épisodes 60 à 72 : Chahan Music (炒飯MUSIC?) de Arukara
Épisodes 73 à 83 : Evil Angel and Devil of Justice (悪の天使と正義の悪魔?) de The Collectors
Épisodes 84 à 96 : Boogie Back (ブギーバック?) de Miyu Inoue
Épisodes 97 à 108 : Haruka (?) de LACCO TOWER
Épisodes 109 à 121 : By a 70cm Square Window (70cm角の窓で?) de Rooten Graffty
Épisodes 122 à 131 : LAGRIMA (?) de OnePixcel

Manga[modifier | modifier le code]

L'adaptation en manga est annoncée en mai 2015[48]. Il est dessiné par Toyotarō, sur une idée originale d'Akira Toriyama[48] et est prépublié depuis le [49] dans le magazine V Jump au Japon[50]. Le , un livret spécial de 76 pages couvrant l'arc Battle of Gods est publié avec le magazine Saikyō Jump[51].

Bien que Toyotarō suive les grandes lignes de l'histoire de Toriyama pour l'adaptation manga, il possède une certaine liberté dans l'écriture des chapitres[52], tout comme la Toei Animation pour la série, ce qui entraîne quelques variations entre les deux supports.[réf. nécessaire]

Fiche technique du manga[modifier | modifier le code]

  • Édition japonaise : Shūeisha
    • Auteur : Akira Toriyama (idée originale)
    • Dessinateur : Toyotarō
    • Prépublication : V Jump, depuis le
    • Date de première publication : [53]
    • Nombre de volumes sortis : 6 (en cours)
    • Format : 110 mm × 170 mm
    • Nombre de pages par volume : environ 200
  • Édition francophone : Glénat[30],[9]
    • Date de première publication : [11]
    • Nombre de volumes sortis : 6 (en cours)
    • Format : 115 mm x 180 mm
    • Nombre de pages par volume : environ 200

Liste des chapitres[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Lors de la diffusion à la télévision de l'épisode 5 de la série, de nombreuses personnes se sont plaintes de la mauvaise qualité des dessins et des animations[54]. Akira Toriyama lui-même a critiqué la qualité de la nouvelle série[55]. Une pétition a été créée pour que la Toei Animation consacre plus de moyens à la série et fasse attention à la qualité des dessins[56]. Lors de la sortie en DVD et Blu-ray au Japon, les épisodes sont retouchés afin d'améliorer les dessins et l'animation[57].

Par la suite, la qualité technique et la réalisation se sont améliorées. L'arc Trunks du futur, mettant en scène ce personnage et l'antagoniste Zamasu, est considéré comme une réussite allant même jusqu'à dépasser au mois de novembre 2016 les audiences de One Piece, autre série phare de Toei Animation[58].

Après 75 épisodes, les critiques françaises à l'égard de la série sont plus élogieuses. Un article du magazine Première déclare que Dragon Ball Super est « un anime moderne et ambitieux » et qualifie la série de « digne héritière à Dragon Ball Z[59] ». Concernant la version française, Le Monde estime que celle-ci est « particulièrement soignée » mais dénonce une censure opérée par la chaine Toonami[60].

L'épisode 77, premier épisode de l'arc Survie de l'Univers, marque un changement du style graphique[réf. nécessaire]. Outre un nouveau générique d'ouverture, les couleurs sont plus sombres et les traits de contour des personnages plus épais, ce qui n'est pas sans rappeler la série originale Dragon Ball Z[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Dragon Ball Gets 1st New TV Anime in 18 Years in July, 2015 », sur Anime News Network.com, .
  2. a b et c « Dragon Ball Super sera diffusé en France à partir du 17 janvier 2017 sur Toonami », sur Dragonballsuper-france.fr, (consulté le 9 décembre 2016).
  3. a b et c « Dragon Ball Super : la VF datée sur Toonami », sur Ign.com, (consulté le 9 décembre 2016).
  4. a b et c « Dragon Ball Super sera diffusé sur Toonami en France », sur IGN France.com, .
  5. a b et c « Dragon Ball Super arrivera bientôt en France sur la chaîne Toonami », sur Manga-news.com, .
  6. a b et c « Dragon Ball Super : Une version censurée diffusée sur Toonami », sur Manga-news.com, .
  7. a b c et d « Toonami : la version non-censurée de Dragon Ball Super arrive le 23 février 2017 », sur AnimeLand.com, (consulté le 6 février 2017).
  8. a b et c « Dragon Ball Super » : La mythique série japonaise arrive sur une chaîne de la TNT » sur 20 minutes.fr, consulté le 24 août 2017.
  9. a b c et d « Dragon Ball Super en 2016 et 2017 pour la France », sur Manga-news.com, (consulté le 14 janvier 2016).
  10. « Doublage français » sur RS Doublage, consulté le 12 février 2017.
  11. a et b « Le manga Dragon Ball Super arrive chez Glénat », .
  12. a et b « Dragon Ball Super : La suite de l'histoire et les nouveaux personnages détaillés », sur Gameblog.fr, (consulté le 29 novembre 2015).
  13. « Communiqué de presse : Nouvelle série Dragon Ball », sur Toei Animation Europe.com, .
  14. « Dragon Ball Super, suite annoncée de Dragon Ball Z », sur Le Monde.fr, .
  15. (en) « Toei Animation Begins Production on Dragon Ball Super » [PDF], sur Toei Animation.com, (consulté le 21 juin 2015).
  16. (en) « Composer Returns To Score Dragon Ball Super TV Series », sur Attackofthefanboy.com, (consulté le 21 juin 2015).
  17. (en) « Dragon Ball Super TV Anime Teased in 1st Preview Video », sur Anime News Network.com, (consulté le 21 juin 2015).
  18. a b c et d (en) « Dragon Ball Super Anime's Story Details Unveiled », sur Anime News Network.com, (consulté le 21 juin 2015).
  19. a et b (en) « New Dragon Ball Super Character's Name Revealed », sur Anime News Network.com, (consulté le 21 juin 2015).
  20. (en) Adonis Gonzalez, « The New Dragon Ball Super Poster Teases Two New Characters », sur Moviepilot.com, (consulté le 21 juin 2015).
  21. « Dragon Ball Super le nom du nouveau dieu », sur Db-z.com, .
  22. (en) « Toei Europe Lists Dragon Ball Super at 100 Episodes », sur Anime News Network.com, (consulté le 21 juin 2015).
  23. « Dragon Ball Super aura finalement… XX épisodes ! », sur Db-z.com, (consulté le 11 juillet 2015).
  24. « Dragon Ball Super : le synopsis officiel dévoilé », .
  25. « Dragon Ball Super : Bientôt un grand tournoi entre deux univers ! », sur Melty.fr, (consulté le 29 novembre 2015).
  26. (en) « Dragon Ball Super’s God of Destruction Champa Arc Begins January 24, 2016 », sur Anime News Network.com, (consulté le 14 janvier 2016).
  27. « Dragon Ball Super à la TV au Portugal et en Israël », sur toei-animation.com, (consulté le 7 novembre 2016).
  28. (en) « Dragon Ball Super to Simulcast on Crunchyroll, Daisuki, AnimeLab (Updated) », sur Anime News Network.com, (consulté le 7 novembre 2016).
  29. (en) « Funimation Licenses Dragon Ball Super, Plans English Dub », sur Anime News Network.com, (consulté le 7 novembre 2016).
  30. a et b « Dragon Ball Super : dix-neuf ans après, l'univers de DBZ renaît et s'agrandit », sur Lemonde.fr, 4 et 6 juillet 2015 (consulté le 14 janvier 2016).
  31. « Dragon Ball Super en France : 27 épisodes dès 2017 », sur db-z.com, .
  32. « Dragon Ball Super en France dès février 2017 ! », sur AnimeLand.com, (consulté le 31 octobre 2016).
  33. a et b « De nouvelles infos sur la VF de Dragon Ball Super », sur Dragonballsuper-france.fr, (consulté le 4 novembre 2016).
  34. « Dragon Ball Super : Toonami annonce la VF non-censurée », sur Db-z.com, .
  35. a et b « Dragon Ball Super s'arrête au printemps, c'est officiel », sur IGN.com, .
  36. (en) « Dragon Ball Super Anime Film Announces Staff, Release Date (Updated) », sur Anime News Network.com, (consulté le 17 mars 2018).
  37. (en) « Dragon Ball Super TV Anime Debuts on July 5 », sur Anime News Network.com, (consulté le 5 juin 2015).
  38. « Dragon Ball Super : Enfin un arc inédit ! », sur Manga-news.com, (consulté le 14 janvier 2016).
  39. « Dragon Ball Super : Le doublage de la VF commence bientôt ! », sur Melty.fr, (consulté le 4 juin 2016).
  40. « Dragon Ball Super : Des infos sur la suite des épisodes VF », sur Dragonballsuper-france.com, .
  41. a et b « Fiche du doublage français de la série », sur RS Doublage, (consulté le 20 janvier 2019) [dernière m-à-j].
  42. a b c et d (en) « Fiche de Dragon Ball Super - Doublage VO / VF », sur Anime News Network.com, (consulté le 18 avril 2017) [dernière m-à-j].
  43. a et b « Dragon Ball Super : Premier Opening et Ending de la version française (Toonami) », sur Dragonballsuper-france.fr, .
  44. a et b « Hiromi Tsuru, la voix de Bulma dans "Dragon Ball", est morte », sur Huffington Post, .
  45. a et b « Information du casting de "Dragon Ball Super" », sur Toei Animation, .
  46. « Anthony Panetto », sur Anthony-panetto.fr, .
  47. « Dragon Ball Super - équipe technique », sur Planete-jeunesse.com, (consulté le 8 janvier 2018).
  48. a et b (en) « Dragon Ball Super TV Anime Gets Manga Adaptation », sur Anime News Network.com, (consulté le 19 mai 2015).
  49. « Dragon Ball Super : une date pour le premier chapitre du nouveau manga », .
  50. (ja) « 鳥山明ストーリー原案の「ドラゴンボール」新アニメ、Vジャンでコミカライズ », sur Natalie.mu,‎ (consulté le 21 juin 2015).
  51. « Un livret spécial Dragon Ball Super dans le prochan Saikyo Jump », sur db-z.com, (consulté le 17 décembre 2016).
  52. (en) « Interview: Dragon Ball Super’s Toyotarō », sur Anime News Network.com, (consulté le 17 décembre 2016).
  53. (ja) « Dragon Ball Super – Tome 1 », sur Books.shueisha.co.jp (consulté le 22 février 2016).
  54. (en) « Japanese Fans Are Not Happy with the Animation in Dragon Ball Super », sur Forbes.com, (consulté le 18 août 2015).
  55. « Dragon Ball Super: même Akira Toriyama, le créateur de la série, s'en plaint », article L'Express du 20 janvier 2016.
  56. « Dragon Ball Super : une pétition pour améliorer les dessins et les animations », sur IGN.com, (consulté le 18 août 2015).
  57. « Dragon Ball Super : de nettes améliorations constaté entre la version TV et celle en Blu-ray / DVD », sur IGN.com, (consulté le 29 décembre 2015).
  58. « Dragon Ball Super explose One Piece au Japon », sur fr.ign.com, 7 novembre 2016.
  59. « Comment Dragon Ball Super a réussi à s'imposer comme la digne héritière de Dragon Ball Z », sur Première.fr, (consulté le 7 février 2017).
  60. « Dragon Ball Super, une suite qui remplit son contrat », sur Le Monde.fr, (consulté le 7 février 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]