Daredevil (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Daredevil
Le mot "DAREDEVIL" en capitales rouges.
Logo du film.

Réalisation Mark Steven Johnson
Scénario Mark Steven Johnson
Acteurs principaux
Sociétés de production Marvel Enterprises
New Regency Pictures
Horseshoe Bay Productions
Epsilon Motion Pictures
20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Super-héros
Durée 102 minutes (version cinéma)
128 minutes (version longue)
Sortie 2003

Série Daredevil

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Daredevil[N 1] est un film de super-héros américain écrit et réalisé par Mark Steven Johnson, sorti en 2003.

Il s'agit d'une adaptation cinématographique du personnage de Marvel Comics Daredevil, créé par Stan Lee et Bill Everett.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Matt Murdock est un petit garçon solitaire, timide et faible, souvent malmené par les petits délinquants de son quartier. Un jour, il surprend son père en train de racketter et s'enfuit. Peu de temps après, il perd la vue à la suite d'une exposition à des déchets radioactifs. Toutefois, à son réveil, tous ses autres sens sont exacerbés et il en découvre un sixième : un sens radar semblable à celui des chauve-souris qui lui permet de voir sans ses yeux. Et alors qu'il s'est réconcilié avec son père, qui a fait amende honorable et a repris sa carrière de boxeur, il assiste à l'assassinat de celui-ci, battu à mort par plusieurs individus dont l'un d'eux dépose une rose rouge sur son corps. Le jeune Matt promet alors de lutter pour la justice.

Dès lors, Matt Murdock devient avocat le jour et, la nuit, il combat le crime sous le nom de Daredevil, le justicier aveugle, surnommé « le démon de Hell's Kitchen ». Il exerce sa propre justice dans le quartier de Hell's Kitchen, allant jusqu'à tuer ceux qui ont été acquittés à tort. Il se lie d'amitié avec un religieux, seul au courant de son secret, et à qui il confie souvent les péchés que son sens de la justice lui fait commettre.

Un jour, alors qu'il déjeune avec Franklin « Foggy » Nelson, son ami de toujours, Murdock rencontre une jeune femme. Il la suit et va jusqu'à se mesurer à elle, dans une confrontation d'abord un peu agressive puis complice, dans le but de savoir son nom : Elektra. Plus tard, dans la rue, il se retourne et se retrouve nez à nez avec Elektra. Il l'invite à son appartement. Il attend qu'il pleuve pour voir enfin le visage de la jeune femme ; c'est le coup de foudre.

Dans le même temps, Bullseye, un bandit réputé pour ne jamais rater sa cible, fait son apparition. Lors d'une soirée, Murdock est invité à un hôtel récemment acheté par Nikolas Natchios, le père d'Elektra, et associé du Caïd. Il y rencontre de nouveau sa nouvelle compagne qui doit précipitamment partir avec son père. Sous le costume de Daredevil, il suit sa voiture pour s'assurer qu'elle ne va au devant d'aucun danger. C'est sans compter sur Bullseye qui tue les deux chauffeurs de la limousine. Daredevil essaye de sauver Nikolas mais Bullseye arrive à l'atteindre avec l'arme du démon de Hell's Kitchen.

Elektra est dès lors persuadée que c'est le héros qui a exécuté son père. Résolue à le venger, elle poursuit le justicier. Après l'avoir retrouvé sur les toits de la ville, elle se confronte à lui et le poignarde malgré le fait que le héros retient ses coups. Avant de le tuer, elle enlève son masque, mais découvre le visage de l'homme qu'elle aime. Elektra se retrouve alors face au véritable assassin de son père, Bullseye, entretemps arrivé sur les lieux. Daredevil essaye de la retenir, de peur qu'il ne l'élimine, mais échoue lamentablement. Il la blesse mortellement et elle s'éteint peu après. Le rescapé s'esquive tandis que la police arrive sur les toits. Il trouve refuge dans l'église de New York, auprès du père Everett. Bullseye qui l'a suivi, est déterminé à en finir avec le héros masqué. Daredevil parvient, malgré ses blessures, à le vaincre. Ce dernier lui révèle indirectement que le Caïd est responsable de la mort de son père. Après avoir livré le criminel aux autorités, il se rend dans le building de la Fisk Corp. Lors du combat, Wilson Fisk prend l'avantage ; il est d'une force physique extraordinaire et un Daredevil quasiment mort est démasqué.

Ce dernier parvient toutefois à en venir à bout, en déclenchant le système d'arrosage de la salle. Grâce à son sens radar, il distingue ainsi bien mieux les mouvements du Caïd, à qui il brise les jambes, mais décide de l'épargner, ayant compris que le tuer n'était pas la bonne manière de servir la justice.

En guise d'épilogue, Ben Urich, qui a entretemps découvert l'identité de Daredevil, décide de ne rien divulguer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Premier film cinéma dédié au personnage, Daredevil faisait néanmoins déjà une apparition dans le téléfilm Le Procès de l'incroyable Hulk diffusé en 1989 à la télévision[2].

Grâce au succès de Spider-Man (2002), autre film de super-héros, la Fox a décidé d'augmenter le budget de production, qui est passé de 50 à 80 millions de dollars[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Avant d'être pressenti pour incarner Bullseye, Vin Diesel l'était pour interpréter Daredevil, tout comme Matt Damon, Edward Norton et Guy Pearce. Avant d'endosser le rôle principal, Ben Affleck avait lui aussi été envisagé pour Bullseye[3].

Le rôle d'Elektra a quant à lui été prévu pour Eliza Dushku[3]. Le rôle revient finalement à Jennifer Garner, qui avaient croisé Ben Affleck dans Pearl Harbor (2001). À la suite du tournage de Daredevil, ils se sont mis en couple et auront trois enfants, avant leur divorce en 2015.

Dans la bande dessinée, Le Caïd est blanc, alors qu'il est incarné par Michael Clarke Duncan, un Afro-Américain, dans le film. La production a fait ce choix après avoir des tests filmés non concluant avec des catcheurs blancs[3].

Le film comprend plusieurs caméos. Stan Lee, cocréateur du personnage et de nombreux autres, incarne le vieil homme qui risque de se faire écraser et qui est sauvé par Matt Murdock. Frank Miller (dessinateur de Daredevil et créateur d'Elektra et Sin City) est l'homme avec un stylo planté dans la tête qui tombe par terre car Bullseye l'a tué au guidon de sa moto. Le réalisateur Kevin Smith, ami de Ben Affleck et scénariste de plusieurs comics, apparaît en tant que membre d'un laboratoire de la police scientifique.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu à de mars au à Burbank, Downey, Los Angeles, New York et Santa Clarita[4],[5].

Musique[modifier | modifier le code]

Daredevil: The Album[modifier | modifier le code]

Daredevil
The Album

Bande originale de divers artistes
Sortie
Durée 74:07
Genre nu metal, post-grunge
Label Wind-up
Critique

Daredevil: The Album est la bande originale du film commercialisée par le label Wind-up Records. Il contient des chansons d'artistes de metal, dont certaines apparaissent dans le film. Cependant, l'album n'inclue pas certains chansons présentes dans le film : Lapdance de N.E.R.D, Faraway de Dara Shindler et Top o' the Morning to Ya de House of Pain.

Liste des titres
No TitreInterprètes Durée
1. Won't Back DownFuel 3:22
2. For YouThe Calling 3:42
3. Bleed For MeSaliva 3:59
4. Hang OnSeether 3:10
5. Learn the Hard WayNickelback 2:54
6. The Man Without FearDrowning Pool feat. Rob Zombie 3:20
7. Right NowNappy Roots feat. Marcos Curiel 4:33
8. Evening RainMoby 3:53
9. Bring Me to LifeEvanescence feat. Paul McCoy 3:56
10. Until You're ReformedChevelle 4:00
11. Right Before Your EyesHoobastank 3:31
12. Fade Out/InPaloalto 3:37
13. Caught in the RainRevis 3:31
14. High Wire Escape ArtistBoysetsfire 3:47
15. Raise Your RiflesAutopilot Off 2:37
16. Daredevil Theme (Blind Justice Remix)Graeme Revell & Mike Einziger 3:32
17. My ImmortalEvanescence 4:23
18. Sad ExchangeFinger Eleven 3:32
19. Simple LiesEndo 4:07
20. Let Go12 Stones 4:29
74:07

Original Motion Picture Score[modifier | modifier le code]

Daredevil
Original Motion Picture Score

Bande originale de Graeme Revell
Sortie
Durée 40:09[8]
Genre musique de film
Compositeur Graeme Revell
Producteur Robert Townson
Label Varèse Sarabande

La musique originale du film est composée par Graeme Revell.

Liste des titres[9]
No Titre Durée
1. Daredevil Theme 4:39
2. Young Matt's Father 1:57
3. Hell's Kitchen 2:12
4. Matt Becomes Daredevil 1:38
5. The Kingpin 3:51
6. The Darkest Hour 2:44
7. Bullseye 2:44
8. Elektra 4:15
9. Mistaken Identity 2:50
10. Nachio's Assassination 1:11
11. Elektra Vs. Bullseye 2:56
12. Blind Justice 2:09
13. Church Battle 2:22
14. Falling Rose 1:11
15. The Necklace 3:19

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Dans l'ensemble, le film reçoit un accueil mitigé. Sur le site d'Internet Movie Database le film reçoit la note de 5,3/10. Sur le site Metacritic, le film obtient un « Metascore » de 42/100 basé sur 35 avis[10]. L'agrégateur américain Rotten Tomatoes lui donne quant à lui un taux d'approbation de 44 % pour 221 votes[11].

En France, les critiques sont aussi négatives. Sur le site d'Allociné, la presse lui donne une moyenne de 2,8/5 basée sur 20 critiques presse[12]. Les spectateurs lui donnent une moyenne de 2/5, pour 14 058 notes dont 759 critiques[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 7 763 102 $[14] [14] 8
Drapeau des États-Unis États-Unis 102 543 518 $[15] [16] 22
Alt=Image de la Terre Mondial 179 179 718 $[15] [14] 22

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • MTV Movie Awards 2003 :
    • Meilleur baiser pour Ben Affleck et Jennifer Garner
    • Meilleur méchant pour Colin Farrell
  • Hollywood Makeup Artist and Hair Stylist Guild Awards 2004 : Meilleurs maquillages contemporains pour Deborah La Mia Denaver, John E. Jackson et Cinzia Zanetti

Autour du film[modifier | modifier le code]

Director's cut[modifier | modifier le code]

Une année après la sortie du film, une Director's cut (version longue) fut commercialisée. Cette version ajoute plus de 30 minutes supprimées au montage final et introduit de nouveaux personnages inédits. En 2005, le réalisateur Mark Steven Johnson fut interrogé sur sa version director's cut : « j'aime beaucoup cette version, qui est une version nettement plus complète. Je suis convaincu que cette version Director's Cut donne un bien meilleur film ». Pour certains spectateurs, la suppression de plusieurs scènes importantes conférerait à la version cinéma un rythme trop accéléré et serait l'une des causes majeures de l'échec critique.

Les différences sont les suivantes[17] :

  • les dialogues entre le jeune Matthew Murdock et son père à leur domicile ainsi qu'à l'hôpital sont plus longs ;
  • la confrontation entre le jeune Murdock et les petites frappes dans la ruelle ;
  • une scène dévoilant Battlin' Jack Murdock et son fils se préparant pour le match de boxe final ;
  • le combat de boxe entre John Romita et Jack Murdock est plus long ;
  • des plans supplémentaires autour de l'assassinat du père de Matthew Murdock par les hommes de Fallon ;
  • des dialogues supplémentaires entre les délinquants du Josie's bar ;
  • les interactions entre le démon de Hell's Kitchen et les voyous sont plus violentes ;
  • une séquence flashback où l'on voit le jeune Matthew Murdock en compagnie d'une soeur ;
  • la rencontre entre Matthew Murdock et Elektra Natchios est rallongée ;
  • scène d'introduction du Caïd différente où il tue deux de ses gardes du corps en leur brisant la nuque ;
  • dialogues supplémentaires entre Matthew Murdock et Foggy Nelson au sujet d'Elektra Natchios et de leurs honoraires ;
  • l'interpellation de Dante Jackson, un potentiel suspect, aux alentours de la scène de crime ;
  • l'introduction de Bullseye arrivant à l'aéroport et passant au détecteur de métaux ;
  • une scène où Matthew Murdock et Foggy Nelson pénètrent par effraction dans l'appartement de la victime du meurtre ;
  • des scènes supplémentaires au tribunal de New York où les avocats Nelson & Murdock participe à l'audience de Jackson dans le cadre de l'affaire Lisa Tazio ;
  • Matthew Murdock s'entretient avec le père Everett à l'église de Hell's Kitchen ;
  • Karen Page a une plus grande importance au sein de l'histoire ;
  • les tensions entre le cabinet Nelson & Murdock et la Fisk Corp sont présentées avec des scènes supplémentaires de Wesley Owen Welch, le bras droit de Wilson Fisk ;
  • dialogues supplémentaires entre Matthew Murdock et le journaliste Ben Urich, notamment sur l'enquête du meurtre ;
  • Matthew Murdock interroge un officier de police corrompu en démolissant sa voiture ;
  • la scène de duel entre Daredevil et Elektra Natchios est plus longue ;
  • le combat entre Elektra Natchios et Bullseye est plus long ;
  • la confrontation finale entre Wilson Fisk et Daredevil est plus réaliste et violente ;
  • l'acquittement de Dante Jackson, innocenté avec preuves du meurtre de Lisa Tazio ;
  • le journaliste Ben Urich révèle à Matt Murdock qu'il connait sa véritable identité ;
  • un monologue de Matthew Murdock dévoilant le sort de ses ennemis ainsi que les desseins judicaires de l'Homme.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Le film a été adapté sous la forme d'un jeu vidéo sur Game Boy Advance sous le titre Daredevil.

Suite[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Mark Steven Johnson voulait intégrer Mr. Fear pour une potentielle suite mais le projet ne s'est pas concrétisé.

Le film a donné lieu à un spin-off, Elektra, réalisé par Rob Bowman, dans lequel Jennifer Garner reprend son rôle. Il est un échec critique et public. La Fox décide de conserver les droits dans l'éventualité d'une suite, mais les désistements d'Affleck et Garner compromettent le projet.

Le , la Fox annonce que, ne pouvant pas entamer la production d'un film sur Daredevil avant le 10 octobre 2012, la licence retourne à Marvel Studios et Disney[18].

En juin 2019, il est révélé qu'un crossover entre Daredevil, les X-Men, Deadpool et les Quatre Fantastiques réalisé par Paul Greengrass était en préparation pour 2011. Finalement, le projet a été abandonné et les super-héros ont été adaptés séparément au cinéma ou dans des séries télévisées.

Références aux comics[modifier | modifier le code]

  • Le nom du père Everett est une référence à Bill Everett, l'un des créateurs de Daredevil.
  • Matthew Murdock mentionne un boxeur nommé Colan, en hommage à Gene Colan, dessinateur de l'Âge d'or des comics[3].
  • Le nom du personnage Jose Quesada est un clin d’œil au scénariste-dessinateur Joe Quesada.
  • Stan Lee, l'un des créateurs de Daredevil est visible au début du film en passant imprudent lisant le journal secouru par le jeune Murdock.
  • Lors du dernier combat du père de Matt, Jack Murdock fait face à un certain John Romita, qui est le nom du premier dessinateur du comic Daredevil.
  • L'appel enregistré d'Heather Glenn annonçant sa rupture avec Matt Murdock est une référence à l'une de ses compagnes dans les comics.
  • Une scène supplémentaire de la director's cut impliquant un jeune Matthew Murdock sous la protection d'une sœur n'est pas sans rappeler le personnage iconique de sœur Maggie, apparue dans le comic Reborn.
  • Dans un autre passage inédit de la director's cut, Matthew Murdock évoque le Fight Club et ses règles pour justifier ses blessures récentes, en référence au film culte de 1999.
  • Durant la première scène de Bullseye, le rappel impoli du barman sur ses origines irlandaises est un clin d'œil à son interprète Colin Farrell, qui a la même nationalité que son personnage.
  • Pendant son audience présente dans la director's cut, Dante Jackson affirme avoir eu des différents avec Turk Barrett, un personnage récurrent des comics.
  • L'inspecteur Robert Mckenzie (personnage inédit de la director's cut) doit son nom de famille à Roger McKenzie, le scénariste et partenaire de Frank Miler.
  • Kevin Smith, le réalisateur, incarne un certain Jack Kirby, créateur de la plupart des personnages célèbres de Marvel Comics.
  • La mort d'Elektra Natchios renvoie à la scène culte des comics où elle est éliminée de la même manière par Bullseye.
  • Dans une des scènes de la director's cut, Dante Jackson fait les éloges de Foggy Nelson et lui indique le quartier d'Harlem s'il a un problème à régler, une référence à Luke Cage et aux Héros à Louer.
  • L'amulette trouvée par Matt à la fin du film porte l'inscription Elektra en braille.
  • Ben Urich, dans les comics, a effectivement découvert l'identité secrète de Daredevil sans la révéler.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En anglais, « trompe-la-mort ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daredevil sur l’Internet Movie Database (section Dates de sortie)
  2. Critique DevilDead
  3. a b c d et e (en) Daredevil sur l’Internet Movie Database (section Trivia)
  4. (en) Daredevil sur l’Internet Movie Database (section Business)
  5. (en) Daredevil sur l’Internet Movie Database (section Filming locations)
  6. (en) « Various Artists - Daredevil: The Album », sur AllMusic (consulté le 15 décembre 2016)
  7. (en) Daredevil - The Album - E¨ - iTunes
  8. (en) « Graeme Revell - Daredevil (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le 15 décembre 2016)
  9. (en) Graeme Revell – Daredevil (Original Motion Picture Score) - Discogs
  10. (en) « Daredevil (2003) », sur Metacritic (consulté le 15 décembre 2016)
  11. (en) « Daredevil (2003) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 15 décembre 2016)
  12. « Critiques presse Daredevil (2003) », sur Allociné (consulté le 15 décembre 2016)
  13. « Critiques spectateurs Daredevil (2003) », sur Allociné (consulté le 15 décembre 2016)
  14. a b et c (en) [1]
  15. a et b (en) [2]
  16. (en) [3]
  17. « Silence, on coupe ! », sur Allociné, (consulté le 15 décembre 2016), p. 25
  18. (en) Fox Lets “Daredevil” Rights Revert to Disney and Marvel Studios

Liens externes[modifier | modifier le code]